English Français

Paysage culturel de Risco Caido et montagnes sacrées de Grande Canarie

Risco Caido and the Sacred Mountains of Gran Canaria Cultural Landscape

Located in a vast mountainous area in the centre of Gran Canaria, Risco Caído comprises cliffs, ravines and volcanic formations in a landscape of rich biodiversity. The landscape includes a large number of troglodyte settlements — habitats, granaries and cisterns — whose age is proof of the presence of a pre-Hispanic culture on the island, which has evolved in isolation, from the arrival of North African Berbers, around the beginning of our era, until the first Spanish settlers in the 15th century. The troglodyte complex also includes cult cavities and two sacred temples, or almogarenes — Risco Caído and Roque Bentayga — where seasonal ceremonies were held. These temples are thought to be linked to a possible cult of the stars and Mother Earth.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Paysage culturel de Risco Caido et montagnes sacrées de Grande Canarie

Situé dans une vaste zone montagneuse du centre de l’île de Grande Canarie, Risco Caído est formé de falaises, de ravins et de formations volcaniques dans un paysage d’une riche biodiversité. Le paysage comprend un grand nombre de sites troglodytiques – habitations, greniers et citernes – dont l’ancienneté prouve la présence d’une culture insulaire préhispanique qui aurait évolué dans l’isolement depuis l’arrivée des berbères nord-africains, vers le début de notre ère, jusqu’aux premiers arrivants espagnols au cours du XVe siècle. L’ensemble troglodytique comporte également des cavités cultuelles et deux temples, ou almogarenes, considérés comme sacrés, Risco Caído et Roque Bentayga, où se déroulaient des cérémonies saisonnières. Ces temples seraient liés à un possible culte des astres et de la Terre-Mère.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

المنظر الثقافي في ريسكو كايدو والجبال المقدسة في جزيرة كناريا الكبرى
يقع منظر ريسكو كايدو في أحضان منطقة جبلية شاسعة في وسط جزيرة كناريا الكبرى، ويتكون من مجموعة من المنحدرات والوديان والتكوينات البركانية التي تشكل معاً مشهداً خلاباً وغنياً للتنوع البيولوجي. ويضم الموقع أيضاً عدداً كبيراً من الكهوف والمساكن، ومخازن الحبوب والصهاريج - التي يدل قدمها على وجود ثقافة جزرية في فترة ما قبل العصر الإسباني، والتي تطورت في عزلة منذ وصول البربر من شمال إفريقيا، وحتى بداية عصرنا، ووصول أول الوافدين الإسبان خلال القرن الخامس عشر. وتضم الكهوف الموجودة في الموقع تجاويف ثقافية ومعبدين، تتحلى بطابع القدسية. ويقام في ريسكو كايدو وروك بنتايغا احتفالات موسمية. وكانت هذه المعابد مرتبطة بإحدى شعائر عبادة النجوم و "الأرض الأم".

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

大加那利岛文化景观:里斯科卡伊多考古和圣山
里斯科卡伊多位于大加那利岛中部的一片广阔山区内,地貌包括悬崖、峡谷和火山,当地生物多样性丰富。遗产地内有大量穴居人遗址,如住所、谷仓和蓄水池等。这些遗迹的年代证实了一个前西班牙时期岛屿文化的存在,其起源很可能与公元元年前后来到这里的北非柏柏尔人有关,该文化在与世隔绝的环境下发展演变,直至15世纪首批西班牙人到来。当地穴居人遗址还包括文化洞穴和被视为圣地的2处神庙——里斯科卡伊多和罗克本泰加。神庙是举办季节性仪式的场所,据信与星象和地母神信仰有关。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Культурный ландшафт Риско-Кайдо и священных гор Гран-Канарии
Риско-Кайдо расположен в обширной горной местности в центре острова Гран-Канария. Географический ландшафт характеризуется скалами, оврагами и вулканическими образованиями и отличается богатым биологическим разнообразием. На территории этого объекта сохранились свидетельства существования доиспанской островной культуры троглодитов – жилища, зернохранилища и цистерны, – которая развивалась изолированно с момента прибытия североафриканских берберов в первых веках нашей эры до прибытия первых испанских поселенцев в XV веке. Архитектурный комплекс троглодитов также включает культовые полости и два священных церемониальных храма – «альмогарена» – Риско Кайдо и Роке Бентайга. Предположительно, эти храмы являлись местом религиозного культа звезд и поклонения «Матери-Земле».

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Paisaje cultural del Risco Caído y montañas sagradas de Gran Canaria
Situado en una vasta zona montañosa del centro de la isla de Gran Canaria, el sitio del Risco Caído se caracteriza por una topografía de acantilados, barrancos y formaciones volcánicas presentes en un paisaje de rica biodiversidad. Su territorio abarca un considerable número de vestigios de viviendas, cisternas y graneros troglodíticos, cuya antigüedad pone de manifiesto la presencia de una cultura insular autóctona que evolucionó de modo autárquico desde la llegada de los bereberes norteafricanos, a principios de nuestra era, hasta la conquista del archipiélago de las Canarias por los españoles en el siglo XV. Los vestigios troglodíticos comprenden también algunas cuevas dedicadas a prácticas rituales, así como los templos o “almogarenes” del Risco Caído y el Roque Bentayga donde se celebraban ceremonias relacionadas con las estaciones del año. Es posible que estos dos “almogarenes” guarden relación con un eventual culto rendido a los astros y la “Tierra Madre”.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
La voie lactée au-dessus des hautes terres de Bentayga © Nacho Gonzalez
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Paysage culturel de Risco Caido et les montagnes sacrées de Grande Canarie couvrent une vaste zone montagneuse du centre de l'île de Grande Canarie, délimitée par la Caldera de Tejeda, et formée de falaises et de ravins, dans une zone de biodiversité exceptionnelle. Le bien abrite un ensemble de manifestations, principalement archéologiques, appartenant à une culture insulaire éteinte qui aurait évolué dans un isolement total, depuis l’arrivée des premiers Berbères nord-africains, probablement au début de notre ère, jusqu'à la conquête espagnole au XVe siècle. On y trouve des sites troglodytiques, comportant un grand nombre d’images rupestres, et dont certains sont très probablement cultuels, ainsi que des installations agricoles, donnant naissance à un paysage culturel qui conserve encore la plupart de ses éléments originaux ainsi que les relations visuelles entre eux. Les vestiges de cette culture préhispanique ont survécu à travers le temps et l'espace, façonnant le paysage, et conservant les pratiques traditionnelles telles que la transhumance, les installations destinées à la culture en terrasse ou encore celles pour la gestion de l’eau. Les inscriptions libyco-berbères apportent la preuve indiscutable de la présence locale d’une culture préhispanique, et témoignent de l’expression la plus occidentale de la culture amazighe qui, pour la première fois, se développe en une autre culture insulaire unique.

Critère (iii) : L'ensemble des sites archéologiques et des manifestations d'art rupestre du Paysage culturel de Risco Caido et des montagnes sacrées de Grande Canarie constitue un témoignage unique et exceptionnel d'une culture insulaire disparue qui aurait évolué isolément pendant plus de mille cinq cents ans. Les témoignages archéologiques et historiques du bien attestent du fait que cette culture est issue de populations originaires du Maghreb berbère, ce qui la rend exceptionnelle, car il s'agit d'un cas unique de culture insulaire dont les racines remontent au monde amazigh.

Critère (v) : Les sites troglodytiques de la Caldera de Tejeda sont un exemple unique de ce type d'habitat dans les anciennes cultures insulaires, illustrant un niveau d'organisation complexe de l'espace et de gestion adaptative des ressources. La répartition spatiale des peuplements et les sites inventoriés offrent une compréhension détaillée de la façon dont les anciens Canariens ont exploité le territoire. Il s'agit d'un cas exceptionnel, où des pratiques traditionnelles d'occupation du sol très adaptées et originales d'une culture disparue sont encore utilisées aujourd'hui.

Intégrité

Le bien, délimité géographiquement par la Caldera de Tejeda, possède des caractéristiques physiques spectaculaires et monumentales, des forêts sacrées, des établissements humains troglodytes sur les falaises et sur les sommets, des installations agricoles destinées à la culture en terrasse et des sentiers aménagés par les anciens Canariens. Les relations entre les différents attributs sont très visibles, avec de nombreux points de vue pour les visiteurs. L'intégrité du bien en font un paysage culturel exceptionnel, complet et très harmonieux, représentant le dernier refuge de montagne des Imazighen des îles Canaries. Au cours des dernières années, les principaux sites ont connu une évolution positive, principalement axée sur la gestion de l'impact touristique et la diffusion de l'information.

Authenticité

Une partie du paysage culturel est considérée comme l'un des hauts lieux de la biodiversité des Canaries, et peut être considéré comme un véritable vestige de l'habitat naturel des premiers habitants des îles Canaries. L'authenticité des attributs du bien se manifeste en particulier par des sites probablement cultuels, des anciens greniers et de multiples manifestations de l'habitat troglodytique qui conservent dans une large mesure leur forme et leur conception d’origine, en particulier les sites troglodytiques ornés d’images rupestres et d’inscriptions libyco-berbères. La situation et le cadre des principaux sites sont restés sans changement significatif pendant plus de 500 ans après la conquête espagnole. Même le tracé des anciens sentiers, les citernes souterraines et l’emplacement des anciens refuges ont été maintenus dans le temps et dans l'espace. Dans ces conditions, les principaux éléments scéniques du paysage culturel et du paysage céleste, y compris le ciel nocturne, restent pratiquement inchangés depuis la conquête espagnole au XVe siècle.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Un ensemble de dispositifs de protection garantit au bien la protection intégrale du paysage et de l'ensemble des attributs culturels et naturels qu'il contient, à court et à moyen terme. En ce qui concerne le patrimoine culturel, les principaux attributs ont été inscrits sur la liste des biens d'intérêt culturel, ce qui leur confère un statut de protection maximale tant dans la législation nationale que dans la législation régionale canarienne. La majeure partie de la zone du bien et sa zone tampon est également couverte par certaines des mesures de protection du Réseau canarien d'aires naturelles protégées, ainsi que du réseau européen Natura 2000.

Le Cabildo de Grande Canarie est responsable de la gestion du bien, et en est l'autorité compétente en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés. Il dispose des moyens et des ressources humaines et financières nécessaires pour s'acquitter de cette tâche. Compte tenu des nouveaux défis et objectifs liés à la proposition d'inscription, tels que le renforcement de la participation des communautés locales au processus de gestion, un comité directeur a été créé en 2015 pour assurer la coordination permanente de la gestion et de la stratégie de prévention et d’action du bien. L'une des principales contributions du comité a été l'élaboration du plan de gestion intégrée de Risco Caido. L’organigramme de gestion et de gouvernance du bien est complété par la Fondation Risco Caido et montagnes sacrées de Grande Canarie actuellement en cours de création. Le plan de gestion intégrée souligne l'importance de considérer les valeurs du paysage culturel comme faisant partie d'un tout, de sorte qu'il aborde des questions telles que la protection du paysage terrestre et du paysage céleste, la promotion de la production locale, la mobilité durable et la promotion d'un modèle de tourisme responsable.
Activités (1)