English Français

Site archéologique Nalanda Mahavihara à Nalanda, Bihar

Archaeological Site of Nalanda Mahavihara at Nalanda, Bihar

The Nalanda Mahavihara site is in the State of Bihar, in north-eastern India. It comprises the archaeological remains of a monastic and scholastic institution dating from the 3rd century BCE to the 13th century CE. It includes stupas, shrines, viharas (residential and educational buildings) and important art works in stucco, stone and metal. Nalanda stands out as the most ancient university of the Indian Subcontinent. It engaged in the organized transmission of knowledge over an uninterrupted period of 800 years. The historical development of the site testifies to the development of Buddhism into a religion and the flourishing of monastic and educational traditions.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Site archéologique Nalanda Mahavihara à Nalanda, Bihar

Le site de Nalanda Mahavihara est situé dans l’état du Bihar, au nord-est de l’Inde. Il s'agit des vestiges archéologiques d’une institution monastique et scolastique en activité du IIIe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle de notre ère. Il comprend des stupas, des sanctuaires, des viharas (bâtiments résidentiels et éducatifs) et d’importantes œuvres d’art en stuc, en pierre et en métal. Nalanda se distingue comme la plus ancienne université du sous-continent indien, une institution qui a transmis le savoir de façon organisée sur une période ininterrompue de 800 ans. Le développement historique du site témoigne de l’évolution du bouddhisme en une religion, et de l’épanouissement des traditions monastiques et éducatives.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

الآثار المرمّمة في مقاطعة نالاندا
يقع موقع نالاندا في ولاية بيهار شمال شرق الهند. ويتألف من مجموعة آثار مباني مدرسيّة ورهبانية كانت مأهولة في الفترة بين القرن الثالث قبل الميلاد والقرن الثالث عشر بعد الميلاد. ويوجد في المدينة أبراج بوذيّة ومباني سكنيّة ومدرسيّة ومعابد بالإضافة إلى أعمال فنيّة مهمّة مصنوعة من الجص والحجارة والمعادن. ويشهد تطوّر هذا المكان عبر التاريخ على تطوّر البوذيّة إلى ديانة بالإضافة إلى تطوّر التقاليد التربويّة والرهبانيّة.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

那烂陀寺考古遗址(那烂陀大学),比哈尔邦那烂陀

那烂陀寺遗址位于印度东北部的巴哈尔邦。遗址由公元前3世纪至公元13世纪存在于此的寺庙和佛学院遗留下的古迹组成,包括窣堵坡(坟冢),舍利塔,寺庙(僧房学舍),以及重要的墙画、石刻、金属器物等艺术作品。那烂陀作为印度次大陆上最古老的大学而引人注目,其作为有序的知识传递场所存续长达800年,发展的历史见证了佛学宗教化的过程,以及寺院和教育传统的繁荣。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Археологический объект Наланда Махавихара (университет Наланда) в Наланде
Объект Наланда Махавихара расположен в штате Бихар на северо-востоке Индии. Этот археологический памятник представляет собой монастырское образовательное учреждение, действовавшее с III века до н.э. по XIII век н.э. На территории комплекса расположены, главным образом, ступы и вихары (жилые здания и учебные корпуса), а также святилища. Здесь сохранились важные произведения искусства из гипса, камня и металла. Наланда является старейшим университетом на индийском субконтиненте. В стенах этого учреждения непрерывно передавались знания на протяжении 800 лет. Историческое развитие объекта свидетельствует о превращении буддизма в религию и расцвете монастырских и образовательных традиций.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sitio arqueológico Nalanda Mahavihara en Nalanda, Bihar

Este sitio se halla al nordeste de la India, en el estado de Bihar, y está integrado por los vestigios arqueológicos de un gran monasterio (“mahavihara”) que llevó a cabo una importante actividad religiosa y docente desde el siglo III a.C. hasta el siglo XIII de nuestra era. A los vestigios arquitectónicos de estupas, santuarios y edificios monacales (“viharas”) destinados a albergar y educar a los profesos, se suman importantes obras de arte realizadas en estuco, piedra y metales. Nalanda se distingue como la más antigua universidad del subcontinente indio, una institución que organizó la transmisión del saber durante un periodo ininterrumpido de 800 años. La historia del sitio atestigua no sólo la evolución de la devoción budista hacia su afirmación como religión, sino también el florecimiento de las prácticas monásticas y educativas tradicionales.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

ビハール州ナーランダ・マハーヴィハーラ(ナーランダ大学)の遺跡
多くの僧が集ったインド随一の学問寺の遺構。インド北東部ビハール州に位置するナーランダにある、紀元前3世紀から後13世紀にかけて運営された、修道的・教育的な機関の考古学的遺構。ナーランダの大学は、インド亜大陸において最古の大学として顕著な存在で、ここでは800年も途切れることなく系統的な知識の伝達が続けられた。遺構にはストゥーパや聖廟、住居や教育関連の建物としての僧院、漆喰や石、金属で作られた重要な美術作品も含まれ、当地の歴史は、仏教の宗教への発展および修道と教育の伝統の繁栄を証明している。

source: NFUAJ

Archeologische site van Nalanda 'Mahavihara' (Universiteit van Nalanda) in Nalanda, Bihar

Nalanda Mahavihara ligt in de staat Bihar in Noordoost-India. Het omvat de archeologische overblijfselen van een kloosterschool-complex daterend uit de derde eeuw v.Chr tot de dertiende eeuw n.Chr.. Het complex omvat stoepas, altaren, vihara's (woon- en onderwijsgebouwen) en belangrijke kunstwerken in gips, steen en metaal. Nalanda is de oudste universiteit van het Indiase subcontinent waar gedurende een onafgebroken periode van 800 jaar kennis werd overgedragen. De historische ontwikkeling van de site getuigt van de ontwikkeling van het Boeddhisme tot een religie en de bloei van onderwijs- en kloostertradities.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vestiges mis au jour de Nalanda Mahavihara © Rajneesh Raj
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site archéologique de Nalanda Mahavihara se trouve dans l’État du Bihar, situé au nord-est de l’Inde. D’une superficie de 23 hectares, le site archéologique de Nalanda Mahavihara abrite des vestiges qui datent environ du IIIe siècle av. J.-C., avec l’une des plus anciennes institutions monastiques et scolastiques du sous-continent indien, devenue la plus grande de son époque et restée la plus longtemps en activité du Ve au XIIIe siècle de notre ère, avant la mise à sac et l’abandon de Nalanda au XIIIe siècle. Le site abrite des stupas, des caityas, des viharas, des sanctuaires, de nombreuses structures votives et d’importants ouvrages d’art en stuc, en pierre et en métal. La configuration des édifices permet de constater le changement intervenu depuis leur regroupement autour d’un stupa-caitya jusqu’à un alignement linéaire formel selon un axe nord-sud. Le développement historique du bien témoigne de l’évolution du bouddhisme en une religion et de l’épanouissement des traditions monastiques et éducatives.

Critère (iv) : Le site archéologique de Nalanda Mahavihara a établi et développé des principes artistiques, architecturaux et de planification qu’adoptèrent ensuite de nombreuses institutions analogues du sous-continent indien, d’Asie du Sud et d’Asie du Sud-Est.

L’uniformisation architecturale des viharas et l’évolution du caitya qui ressemble à un temple en tant que prototypes de Nalanda atteste du soutien des échanges et d’un patronage propice à l’expansion de l’infrastructure physique. Le vihara indépendant quadrangulaire de la période du Gandhara a évolué en une véritable infrastructure résidentielle et éducative dont le modèle fut emprunté par des villes monastiques d’Asie du Sud comme Paharpur, Vikramshila, Odantapuri et Jagaddala.

Nalanda révèle l’émergence et l’intégration d’un caitya en quinconce (cinq côtés). En étant le reflet et la représentation du changement dans les pratiques religieuses, cette nouvelle forme a remplacé le stupa traditionnellement dominant et a influencé les temples bouddhistes de la région.

Critère (vi) : Nalanda Mahavihara, en tant que centre d’enseignement supérieur, marque le point culminant de l’évolution du sangharama (établissement monastique) qui en fait le plus ancien établissement d’enseignement supérieur des premiers temps de l’Inde médiévale. Son approche fondée sur le mérite dit avoir embrassé toutes les sources contemporaines de connaissance et les systèmes d’apprentissage en pratique sur le sous-continent indien.

Nalanda demeure l’un des tout premiers et des plus anciens extraordinaires bâtisseurs d’institutions. Ses systèmes de pédagogie, d’administration, de planification et d’architecture ont servi de fondement à la création ultérieure de mahaviharas. Nalanda continue d’inspirer les établissements universitaires modernes de la région, comme Nava Nalanda Mahavihara, l’Université de Nalanda et plusieurs autres à travers l’Asie.

Intégrité

Les vestiges archéologiques de Nalanda Mahavihara ont fait l’objet de fouilles systématiques et d’une préservation simultanée. Ils représentent les aspects du bien les plus remarquables qui démontrent le développement de la planification, l’architecture et la tradition artistique de Nalanda. Comme en témoignent les antiquités qui subsistent, le site raconte de manière explicite ce qu’était la vie d’érudit dans un établissement monastique et scolastique.

Même si, à l’origine, le mahavihara formait un ensemble beaucoup plus vaste, tous les vestiges de Nalanda qui subsistent aujourd’hui sur les 23 hectares de ce bien composé de 11 viharas et 14 temples, sans compter les nombreux plus petits sanctuaires et structures votives, suffisent amplement à démontrer ses attributs tels que le plan axial et la disposition dans un axe nord-sud, son modèle architectural, ses matériaux de construction existants et ses motifs ornementaux appliqués. Les vestiges structurels des viharas et des caityas dont les couches de construction montrent l’évolution des formes respectives, sont préservés in situ. Le positionnement de ces structures sur toute l’étendue du site montre la planification de l’espace propre à Nalanda. Le bien conserve également un corpus d’artefacts de nature meuble et immeuble, ainsi que des ornementations artistiques qui montrent le développement iconographique reflétant les changements intervenus dans le système de croyance bouddhiste.

L’Archaeological Survey of India (ASI) est responsable de la conservation des vestiges archéologiques qui englobent toute la zone protégée du bien. La zone tampon du bien est peu peuplée, avec des terres agricoles et des étendues d’eau saisonnières, ce qui ne présente donc en aucun cas une menace pour le bien. Le bien et la zone tampon sont protégés par une loi au niveau national, la loi de 1958 sur les monuments anciens et les sites et vestiges archéologiques (AMASR) (amendement et validation, 2010), et sont placés sous le contrôle de l’Autorité nationale en charge des monuments (niveau national) et du Bureau du Commissaire de district au sein du Gouvernement de l’État du Bihar (niveau local).

Authenticité

Enfouis sous terre pendant plus de sept siècles, les vestiges archéologiques de Nalanda Mahavihara ont été systématiquement mis au jour au début du XXe siècle et conservés in situ par l’Archaeological Survey of India. La méthodologie adoptée par l’Archaeological Survey of India pour la conservation et la consolidation de ses viharas et de ses temples a assuré la préservation de leur tissu historique grâce à l’application d’enduits appropriés en couches réversibles et sacrificielles et à la fixation de supports en cas de nécessité. Tous les travaux de conservation et les interventions ont été documentés à l’aide de photographies et de croquis, et publiés dans les rapports annuels de l’ASI.

Les recherches historiques devraient se poursuivre, étayées par une documentation appropriée, avec une attention particulière portée à l’identification de tous les travaux d’excavation réalisés avant l’Archaeological Survey of India, ainsi qu’aux fouilles entreprises par toute autre partie prenante du bien, et à l’identification de tous les travaux de réparation effectués sur l’ensemble du site, notamment la réparation des maçonneries de briques et la documentation sur la différenciation entre le tissu archéologique authentique et les réparations ponctuelles et autres ajouts de revêtements et de couches sacrificielles dont le marquage a été exécuté pour certains avec l’inscription de dates sur des briques posées à des endroits peu visibles.

Les couches de construction, l’iconographie et les archives de Nalanda attestent du fait que ces vestiges sont les plus anciens éléments qui subsistent. L’organisation spatiale évidente de ces vestiges mis au jour en démontre la planification systématique. Les caityas dont la forme rappelle celle des temples et les viharas de forme quadrangulaire sont autant d’infrastructures qui authentifient la contribution de Nalanda au développement de l’architecture sacrée des établissements bouddhistes, tant résidentiels que scolastiques. Leurs ouvrages d’art en stuc, en pierre et en métal conservent des éléments iconographiques qui ont amené des changements dans le système de croyance bouddhiste et la transition du Mahayana au Vajrayana.

Ayant cessé d’exercer sa fonction institutionnelle au XIIIe siècle de notre ère, le rôle de Nalanda en tant que bâtisseur d’institution est attesté par l’emprunt de son mode d’organisation qu’adoptèrent à sa suite les mahaviharas du VIIIe siècle. Le système de pédagogie de Nalanda est mieux préservé dans les monastères tibétains où les discours sont menés dans le cadre du débat et de la dialectique. De plus, les universités d’Asie confèrent à Nalanda la marque de l’excellence en termes d’apprentissage académique.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La propriété, la protection, l’entretien et la gestion du bien sont confiés à l’Archaeological Survey of India conformément à la législation en vigueur au niveau national - loi de 1958 sur les monuments anciens et vestiges de sites (amendement et validation, 2010). Les décisions relatives à sa conservation et à sa gestion relèvent de la politique nationale pour la conservation des monuments anciens, des sites et vestiges archéologiques édictée par l’Archaeological Survey of India.

La conservation et la gestion du bien sont ordonnées par un plan de perspective et un programme annuel de conservation. Un comité interne de l’Archaeological Survey of India surveille son état de conservation et procède à l’analyse des besoins. Un plan de conservation des vestiges du bien mis au jour devrait être élaboré pour en sauvegarder la valeur universelle exceptionnelle et l’authenticité. D’autre part, des plans d’accueil des visiteurs devraient être définis afin de renforcer les capacités d’interprétation et de gestion dans ce domaine. Il convient également de compléter le plan de préparation aux risques.

La National Monument Authority (NMA) assure aussi la gestion de la zone tampon conformément à la loi de 1958 sur les monuments anciens et les sites et vestiges archéologiques (AMASR) (amendement et validation, 2010), en consultation avec la National Monument Authority, New Delhi et le Gouvernement de l’État du Bihar. La zone tampon est aussi équipée d’installations propres à améliorer l’expérience des visiteurs.

Le plan de gestion intégrée de Nalanda devrait être préparé et mis en œuvre par le Gouvernement de l’État du Bihar en gardant à l’esprit les lois nationales et régionales, afin d’apaiser les craintes causées par toutes sortes de projets de développement à proximité du bien susceptibles de porter atteinte à sa valeur universelle exceptionnelle. Et une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) devrait être réalisée pour tous les plans de développement aux alentours du bien qui sont soumis à l’examen des autorités compétentes, de l’Archaeological Survey of India, du Gouvernement de l’État du Bihar et de l’Office du District Collectorate de Nalanda.