Le 5 juin 2020, l'UNESCO a organisé une réunion en ligne avec les autorités japonaises et un expert international pour discuter de la réponse apportée suite à l’incendie dévastateur d’octobre 2019 qui a touché Shuri-jô, une composante du site du patrimoine mondial « Sites Gusuku et biens connexes de la Royaume de Ryukyu ».

Le grand incendie, qui s'est déclaré le 31 octobre 2019, a eu un impact significatif sur le site de Shuri-jô et a affecté un certain nombre de bâtiments reconstruits, y compris le Seiden (Hall d'État), qui fait partie d'une reconstruction symbolique du site, ainsi que quelques vestiges archéologiques. Les bâtiments ravagés étaient des répliques construites après 1989 sur la base d'une documentation détaillée, qui aidaient à l'interprétation visuelle de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

Immédiatement après l'incendie, le Japon a exprimé son intention de restaurer le bien et a consacré beaucoup d'énergie et de ressources à la réalisation de travaux d'urgence, notamment une enquête approfondie et la restauration des parties endommagées des vestiges archéologiques. Un calendrier des travaux de reconstruction pour le Hall d’État a été établi fin mars 2020 et sa mise en œuvre a commencé.

L'UNESCO a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement japonais afin d’assurer un recouvrement approprié du bien et de préserver sa valeur universelle exceptionnelle. À l'occasion de la réunion en ligne des Ministres de la Culture, organisée par l'UNESCO le 22 avril 2020 en réponse à la pandémie de COVID-19, Hagiuda Koichi, Ministre japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, a réitéré la volonté de son pays de poursuivre les travaux de recouvrement en coopération avec l'UNESCO, tout en prenant en compte la situation liée au COVID-19.

Une mission d'experts de l'UNESCO sur place était prévue pour mars-avril 2020 mais a dû être reportée en raison de la pandémie de COVID-19. Par conséquent, l'UNESCO est restée en contact virtuel étroit avec les autorités japonaises pour soutenir leurs efforts de conservation et de gestion. Le 5 juin, l'UNESCO a organisé une réunion en ligne avec les autorités japonaises, le Centre du patrimoine mondial et des experts internationaux du patrimoine, en vue de poursuivre les discussions sur les travaux de restauration en cours et prévus. L'Agence des affaires culturelles du Japon a présenté l'état de conservation actuel du bien et les efforts déployés à l'échelle nationale pour assurer la restauration du site. Au cours de la réunion, des conseils techniques ont été fournis sur des questions de restauration et de gestion du site, en particulier concernant les mesures supplémentaires de prévention des incendies, la participation des communautés locales et la promotion de l'artisanat local et traditionnel.