Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Administration
Assistance internationale
Budget
Communauté
Communication
Conservation
Convention du patrimoine mondial
Credibilité de la Liste du ...
Inscriptions sur la Liste du ...
Liste du patrimoine mondial en péril
Listes indicatives
Mécanisme de suivi renforcé
Méthodes et outils de travail
Orientations
Partenariats
Rapport périodique
Rapports
Renforcement des capacités
Valeur universelle exceptionnelle








2029 27 GA
2027 26 GA
2025 25 GA
2025 47 COM
2024 46 COM
2023 19 EXT.COM
2023 24 GA
2023 45 COM
2023 18 EXT.COM
2022 17 EXT.COM
2021 16 EXT.COM
2021 23 GA
2021 44 COM
2021 15 EXT.COM
2020 14 EXT.COM
2019 13 EXT.COM
2019 22 GA
2019 43 COM
2018 42 COM
2017 12 EXT.COM
2017 21 GA
2017 41 COM
2016 40 COM
2015 11 EXT.COM
2015 20 GA
2015 39 COM
2014 1 EXT.GA
2014 38 COM
2013 19 GA
2013 37 COM
2012 36 COM
2011 10 EXT.COM
2011 18 GA
2011 35 COM
2010 34 COM
2010 9 EXT.COM
2009 17 GA
2009 33 COM
2008 32 COM
2007 16 GA
2007 8 EXT.COM
2007 31 COM
2006 30 COM
2005 15 GA
2005 29 COM
2005 29 BUR
2004 7 EXT.COM
2004 7 EXT.BUR
2004 28 COM
2004 28 BUR
2003 14 GA
2003 27 COM
2003 27 BUR
2003 6 EXT.COM
2002 26 COM
2002 26 BUR
2001 25 COM
2001 25 EXT.BUR
2001 5 EXT.COM
2001 13 GA
2001 25 BUR
2000 24 COM
2000 24 EXT.BUR
2000 24 BUR(SPE)
2000 24 BUR
1999 23 COM
1999 23 EXT.BUR
1999 4 EXT.COM
1999 12 GA
1999 3 EXT.COM
1999 23 BUR
1998 22 COM
1998 22 EXT.BUR
1998 22 BUR
1997 21 COM
1997 21 EXT.BUR
1997 2 EXT.COM
1997 11 GA
1997 21 BUR
1996 20 COM
1996 20 EXT.BUR
1996 20 BUR
1995 19 COM
1995 19 EXT.BUR
1995 10 GA
1995 19 BUR
1994 18 COM
1994 18 EXT.BUR
1994 18 BUR
1993 17 COM
1993 17 EXT.BUR
1993 9 GA
1993 17 BUR
1992 16 COM
1992 16 BUR
1991 15 COM
1991 8 GA
1991 15 BUR
1990 14 COM
1990 14 BUR
1989 13 COM
1989 7 GA
1989 13 BUR
1988 12 COM
1988 12 BUR
1987 11 COM
1987 6 GA
1987 11 BUR
1986 10 COM
1986 10 BUR
1985 9 COM
1985 5 GA
1985 9 BUR
1984 8 COM
1984 8 BUR
1983 7 COM
1983 4 GA
1983 7 BUR
1982 6 COM
1982 6 BUR
1981 5 COM
1981 1 EXT.COM
1981 5 BUR
1980 3 GA
1980 4 COM
1980 4 BUR
1979 3 COM
1979 3 BUR
1979 2 BUR
1978 2 GA
1978 2 COM
1978 1 BUR
1977 1 COM
1976 1 GA

Décision 39 COM 8B.2
Aires protégées de la Région florale du Cap, Afrique du Sud

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC-15/39.COM/8B et WHC-15/39.COM/INF.8B2,
  2. Approuve l’extension des Aires protégées de la Région florale du Cap, Afrique du Sud, sur la Liste du patrimoine mondial, sur la base des critères (ix) et (x);
  3. Adopte la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle suivante :

    Brève synthèse

    La Région florale du Cap est reconnue comme un des lieux les plus extraordinaires du monde pour les plantes du point de vue de la diversité, de la densité et du nombre d’espèces endémiques. Le bien est une unité phytogéographique extrêmement distinctive, considérée comme un des six royaumes de la flore dans le monde et il est de loin le plus petit et relativement le plus divers. Il est reconnu comme un des « points chauds les plus chauds » du monde pour sa diversité de plantes endémiques et menacées et contient des exemples exceptionnels de processus écologiques, biologiques et évolutionnaires importants en cours. Cet assemblage extraordinaire de vie végétale et de faune associée est représenté par une série de 13 groupes d’aires protégées couvrant une superficie de plus de 1 million d’hectares. Ces aires protégées conservent aussi les processus écologiques, biologiques et évolutionnaires exceptionnels associés à la végétation belle et distinctive du Fynbos, unique à la Région florale du Cap.

    Critère (ix) : Le bien est considéré de valeur universelle exceptionnelle car il représente des processus écologiques et biologiques en cours associés à l’évolution du biome unique du Fynbos. Ces processus sont représentés généralement dans la Région florale du Cap et capturés dans les éléments qui constituent les 13 groupes d’aires protégées. L’adaptation des plantes au feu et à d’autres perturbations naturelles ; la dispersion des graines par les fourmis et les termites ; le très haut niveau de pollinisation des plantes par les insectes, surtout des coléoptères et des mouches, les oiseaux et les mammifères ; et le degré élevé de rayonnement et spéciation adaptatifs sont d’intérêt scientifique particulier. La biologie de la pollinisation et le cycle des matières nutritives sont d’autres processus écologiques particuliers que l’on trouve dans le site. La Région florale du Cap forme un centre de spéciation active où l’on peut constater, dans la flore, des structures intéressantes d’endémisme et de rayonnement adaptatif.

    Critère (x) : La Région florale du Cap est une des régions les plus riches pour les plantes lorsqu’on la compare à des régions de taille semblable dans le monde. Elle représente moins de 0,5% de la superficie de l’Afrique mais on y trouve près de 20% de la flore du continent. La diversité, la densité et l’endémisme exceptionnels de la flore sont parmi les plus élevés du monde. Environ 69% des 9000 espèces de plantes estimées dans la région sont endémiques, avec 1736 espèces de plantes classées menacées et 3087 espèces importantes pour la conservation. La Région florale du Cap est définie comme un des 35 points chauds de la biodiversité mondiale.

    Intégrité

    Le bien en série des Aires protégées de la Région florale du Cap inscrit à l’origine comprenait huit aires protégées couvrant une superficie totale de 557 584 ha et une zone tampon de 1 315 000 ha. Le bien des Aires protégées de la Région florale du Cap étendu comprend 1 094 742 ha d’aires protégées. Il est entouré par une zone tampon de 798 514 ha composée de zones protégées privées, déclarées aires de bassins versants de montagne et autres aires protégées, soutenue par d’autres mécanismes tampons qui, ensemble, sont conçus pour faciliter la connectivité fonctionnelle et atténuer les effets des changements climatiques et autres influences anthropiques.

    L’ensemble des aires protégées se conjugue de manière synergique pour présenter la richesse biologique et l’histoire évolutionnaire de la Région florale du Cap. Toutes les aires protégées incluses dans le bien, à l’exception de certaines des zones protégées privées, déclarées ‘aires de bassins versants de montagne’, possèdent leurs propres plans de gestion qui ont été révisés ou sont en train d’être révisés conformément à la loi nationale de gestion de l’environnement : aires protégées. Les aires de bassins versants de montagne sont gérées en vertu de la loi sur les aires de bassins versants de montagne. La protection s’améliore dans le cadre de programmes de sensibilisation du public et de programmes sociaux de lutte contre la pauvreté, d’une gestion améliorée des aires de bassins versants de montagne et de programmes de gestion responsable.

    Eléments requis en matière de protection et de gestion

    Le bien du patrimoine mondial en série et ses éléments composants, qui sont tous des aires protégées légalement classées, sont protégés au titre de la loi nationale de gestion de l’environnement : aires protégées (57 de 2003). Le bien est entouré de vastes zones tampons (composées de propriété privée, déclarées ‘aires de bassins versants de montagne’ et d'autres zones protégées) et soutenu par divers mécanismes tampons dans la région. Ensemble, ces zones offrent une bonne connectivité et intégration du paysage pour la plupart des groupes d'aires protégées, en particulier dans les zones de montagne. Les aires protégées qui composent le bien sont gérées par trois autorités : South African National Parks (SANParks), Western Cape Nature Conservation Board (CapeNature) et Eastern Cape Parks and Tourism Agency. Ces autorités, avec le Département national de l’environnement, composent le Comité de gestion mixte du bien. Tous les sites sont gérés conformément aux plans de gestion convenus ; cependant, il y a un besoin reconnu d'une stratégie de gestion pour l’ensemble du bien sous la forme d'un cadre de gestion environnementale.

    Les systèmes de gestion des connaissances sont en train d’être renforcés pour servir à la prise de décisions relatives à la gestion et à la planification améliorée, facilitant l’utilisation efficace de ressources limitées mais en augmentation, en particulier pour la gestion du feu et des espèces exotiques envahissantes. La provision d’un financement adéquat et à long terme à tous les organismes chargés de la gestion du bien est essentielle pour assurer une gestion efficace des composants multiples de ce bien en série complexe.

    Les espèces exotiques envahissantes et le feu sont les principaux problèmes de gestion auxquels le bien fait actuellement face. Les menaces à plus long terme sont les changements climatiques et les pressions du développement sous l’effet d’une démographie galopante, en particulier dans la péninsule du Cap et le long de certaines zones côtières. Ces menaces sont bien comprises et traitées dans la planification et gestion des aires protégées et de leurs zones tampons. Les espèces envahissantes sont traitées dans le cadre de programmes de contrôle manuel qui ont servi de référence dans d’autres régions du monde.

  4. Félicite l’État partie pour son examen des limites du bien afin de présenter une extension du bien qui, sur la base d’une analyse scientifique à échelle fine, augmente de manière significative le nombre de types de végétation de Fynbos protégés dans le bien et renforce l’intégrité du bien ;
  5. Encourage l’État partie à traiter les lacunes de longue date dans les ressources financières qui entravent la gestion du bien et deviendront de plus en plus cruciales à la lumière de la superficie fortement accrue et de la complexité du bien étendu ;
  6. Demande à l’État partie de terminer le Cadre de gestion environnementale et de soumettre une copie au Centre du patrimoine mondial avant le 1er décembre 2017, et de renforcer le rôle et les ressources du Comité de gestion mixte afin qu’il puisse agir plus efficacement en tant qu’autorité unique de coordination guidant la gestion dans tous les éléments inscrits du bien ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er décembre 2017, un rapport actualisé, comprenant un résumé d’une page, sur l’état de conservation du bien, y compris sur les progrès de finalisation d’un plan de gestion intégrée à l’échelle du bien ; le renforcement des dispositions de gouvernance pour améliorer la coordination ; et la mise en œuvre de mesures garantissant des ressources financières adéquates pour la gestion du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018.
Code de la Décision
39 COM 8B.2
Thèmes
Conservation, Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial, Valeur universelle exceptionnelle
États Parties 1
Année
2015
Documents
WHC-15/39.COM/19
Décisions adoptées par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 39e session (Bonn, 2015)
Contexte de la Décision
WHC-15/39.COM/8B
WHC-15/39.COM/8B.Corr
WHC-15/39.COM/INF.8B2
top