Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Une mission technique mené à bien à Potosí (Bolivie) en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine en péril

jeudi 18 mai 2017
access_time Lecture 2 min.
Français
(09/05/2017) © UNESCO

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Décision 40 COM 7A.1 adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session (Istanbul, 2016), le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et ICOMOS International ont organisé une mission de conseil technique en appui de l’Etat Plurinational de Bolivie, du 8 au 11 mai 2017.

Le Comité du patrimoine mondial a inscrit la Ville de Potosí sur la Liste du patrimoine mondiale en 1987, pour sa valeur historique comme exemple distingué de grandes activités minières d’argent des temps modernes et de son lien avec le changement économique au XVIe siècle, provoqué par l’augmentation de la valeur de la monnaie espagnole résultant de l’importation massive de métaux précieux à Séville.

Le bien actuel inclut non seulement les anciennes installations industrielles de Cerro Rico et le système complexe d’aqueducs et lacs artificiels qui l’irriguent, mais également la ville coloniale avec la Casa de Moneda (« Maison de la monnaie »), l’église de San Lorenzo, plusieurs manoirs nobles et les quartiers mitayos.

Depuis 2014, en raison de la vulnérabilité et le risque d’effondrement du sommet de Cerro Rico et la nécessité de renforcer les systèmes de conservation et de gestion du bien, le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inscrire le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé l’élaboration de l’état de conservation souhaitable ainsi qu’un calendrier de mise en place des mesures correctives nécessaires pour retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Les membres de la mission ont organisé une série de réunions techniques et des sessions de travaux participatifs avec des représentants des ministères concernés, du gouvernement national et régional, de la municipalité de Potosí et des coopératives minières, COMIBOL et FIDECOMIN, entre autres.

La mission a également visité la Ville de Potosí afin de vérifier les progrès des travaux de stabilisation de Cerro Rico, la situation actuelle des lagunes de Kari Kari, les travaux de conservation et restauration en cours dans le centre historique, Ribera de los Ingenios, les quartiers Mitayos et autres composants du bien inscrit.

A l'issu de ce cette mission, un document intitulé Etat de Conservation souhaité en vue du retrait de la Ville de Potosí de la Liste du patrimoine mondial en péril, avec ces mesures correctives respectives et un calendrier pour son exécution d’une période de 5 à 7 ans ont été rédigé. Le document sera présenté pour adoption par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 41e réunion, qui aura lieu en juillet 2017 à Cracovie, en Pologne.

Plus d’informations sur l’état de Conservation de la Ville de Potosí sur la page: whc.unesco.org/fr/soc/3330

jeudi 18 mai 2017
access_time Lecture 2 min.
Français
Régions (1)
Amérique latine et Caraïbes
Réunions statutaires (1)
Biens du patrimoine mondial (1)
Décisions (2)
Code : 40COM 7A.1

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7A.44, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Accueille favorablement les efforts de l’État partie en vue de l’établissement d’un organe de gestion directeur afin de garantir un mécanisme de gestion efficace et intégral pour le bien et ses éléments et prie instamment l’État partie de finaliser ce processus ;
  4. Note avec préoccupation la paralysie des travaux de stabilisation au sommet du Cerro Rico et prie aussi instamment l’État partie de prendre toutes les mesures nécessaires pour procéder à ces travaux de stabilisation ;
  5. Prie en outre instamment l’État partie de finaliser la procédure d’adoption d’une nouvelle législation pour prendre en compte le point de la relocalisation des mineurs et renforcer le moratoire s’appliquant à toute exploration entre 4 400 m et 4 700 m d’altitude ;
  6. Regrette que l’État partie n’ait pas été en mesure d’élaborer une proposition d’État de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) ni le plan de gestion intégral dans le cadre de l’Assistance internationale accordée par le Fonds du patrimoine mondial ;
  7. Réitère ses demandes à l’État partie pour qu’il élabore de toute urgence, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, une proposition de DSCOR et un ensemble de mesures correctives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session, en 2017 ;
  8. Demande à l’État partie d’établir une structure de gestion claire pour le bien, avec une articulation appropriée entre les différents organes et comités, d’élaborer de toute urgence un plan de gestion intégré, et d’inclure dans ce processus l’élaboration d’un plan d’occupation des sols pour le bien et ses zones environnantes afin de définir une zone tampon pour protéger les zones visuellement sensibles autour du bien ;
  9. Note avec satisfaction l’adoption de la loi pour la préservation de la zone historique de la ville de Potosí et demande également à l’État partie d’élaborer une stratégie de conservation intégrale avant de mettre en œuvre tous travaux de restauration importants au sein du bien ;
  10. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017 ;
  11. Décide de maintenir Ville de Potosí (Bolivie (État plurinational de)) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

En savoir plus sur la décision
Code : 38COM 7B.38

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le Document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.91, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Reconnaît les efforts faits par l’État partie pour stabiliser le sommet du Cerro Rico et regrette que l’Article 6 du Décret suprême 27787 d’octobre 2004 n’ait pas été modifié et que le moratoire sur toutes les prospections entre les altitudes de 4400 m et 4700 m dans la montagne du Cerro Rico n’ait pas été appliqué ;
  4. Note avec inquiétude que les interventions de stabilisation ont été interrompues et prie instamment l’État partie d’évaluer les résultats préliminaires obtenus afin de définir une stratégie révisée et un calendrier pour la réalisation du projet et de soumettre au Centre du patrimoine mondial un calendrier tenant compte de toutes les mesures prises pour une relocalisation effectives des mineurs travaillant au-dessus de 4400 m d’altitude sur la montagne du Cerro Rico ;
  5. Note le résultat de la mission de suivi réactif, soutient ses recommandations et encourage l’État partie à les mettre en œuvre ;
  6. Encourage également l’État partie à renforcer le Comité interinstitutionnel et le Comité d’urgence afin d’étendre le cadre de leur politique au-delà des problèmes relatifs au Cerro Rico et traiter tous les éléments constitutifs du bien ; demande à l’État partie de finaliser la clarification des limites dans le cadre de l’inventaire rétrospectif afin de parvenir à une proposition finale de zones tampon et l’invite à soumettre, conformément aux paragraphes 163-165 des Orientations, une proposition de modification mineure des limites afin de clarifier les besoins de protection des zones visuellement sensibles autour du bien.
  7. Note avec inquiétude que les interventions de conservation n’ont pas été maintenues et qu’aucun système de gestion efficace n’est actuellement en place et prie également instamment l’État partie de développer un plan de gestion participatif intégré qui comprenne tous les attributs du bien afin de garantir sa valeur universelle exceptionnelle ; considère que l’État partie ne s’est pas conformé à toutes les demandes exprimées par le Comité dans sa Décision 37 COM 7B.91, et que par conséquent le bien est en péril, conformément au Chapitre IV.B des Orientations et décide d’inscrire la Ville de Potosi (État plurinational de Bolivie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  8. Demande également à l’État partie, en accord avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de préparer une proposition pour l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril ainsi qu’un ensemble de mesures correctives, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015 ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.

En savoir plus sur la décision
top