Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Sécuriser le parc national du Manovo-Gounda St. Floris

Bourse aux projets
Financez des projets
Budget
1 000 000 USD
Zone géographique
Afrique

Le Parc national du Manovo-Gounda St Floris subit une forte pression due aux effets combinés du braconnage, de l’insécurité, de la transhumance régionale, de l’exploitation minière artisanale, de même que l’absence de surveillance et de gestion du bien entre 2012 et 2018.

Une mission conjointe UNESCO/UICN de suivi réactif a été effectuée en mars 2019, concluant qu’il n’était pas à exclure que la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) soit aujourd’hui perdue de façon irréversible, sans pour autant pouvoir le confirmer, ni se prononcer sur la possibilité de sa régénération en absence d’un système de surveillance et de suivi écologique opérationnel.

1988

Le Parc national du Manovo-Gounda St Floris (PNMGSF) a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1988 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 1997.

Situé au Nord-Est de la République centrafricaine et plus particulièrement dans la préfecture du Bamingui Bangoran, le PNMGSF est le plus vaste parc de savanes d’Afrique centrale couvrant 1 740 000 ha. Le bien englobe la totalité des bassins versants de trois grands cours d’eau (Manovo, Koumbala et Gounda) avec des plaines d’inondation herbeuses et des zones humides.

A cheval sur deux zones écologiques, le bien doit son importance à la richesse de sa flore et de sa faune. Le parc abrite un grand nombre d’espèces menacées, notamment le l’éléphant, l’hippopotame et la gazelle à front roux ainsi que de grandes concentrations d’herbivores.

Objectifs

Ce projet, en s’appuyant sur les recommandations de la mission de mars 2019
et de la Décision 43 COM 7A.5, vise essentiellement à :

Stratégie d’urgence

Mettre en place une stratégie d’urgence permettant d’identifier et de sécuriser une zone de protection

Plan de sauvegarde sur le long terme

2- Mettre en place un plan de sauvegarde sur le long terme avec une évaluation aérienne, un système de bio-monitoring tout en veillant au respect des accords existants en matière de transhumance

Conditions socio-économique des communautés locales

Contribuer à l’amélioration des conditions socio-économique des communautés locales et améliorer leur implication dans la gestion du parc.

État d’avancement

  • Renforcement des équipes sur le terrain pour sécuriser la zone centrale du parc (zone de 3 947 km² autour de la base de Koumbala qui équivaut à 23% de la superficie du parc).
  • Réhabilitation de plus de 1 000 km de routes et de pistes de surveillance.
    Réhabilitation de la base de Bamingui.
  • Plus de 25 missions de reconnaissance et d'évaluation aériennes.
  • Collecte de données de bio-monitoring sur une quarantaine d'espèces sauvages.
  • Formation du personnel opérationnel sur la stratégie de lutte contre le braconnage, les codes de conduite, le code de gestion de la faune de la République centrafricaine, l'utilisation des équipements et logiciels de communication et les premiers secours.
  • Finalisation de la stratégie d'application de la loi et de protection de la faune (2020-2024).
    Appui à des micro-projets de transformation du karité et du miel et revitalisation de 3 associations locales de gestion des zones de chasse villageoises (ALGEST-ZCV) à Bohou-Kpata, Idongo-Da-Bangoran et Manovo-Zamza.
  • Sensibilisation de plus de 300 personnes (autorités locales, leaders d'associations et groupements locaux, et autres personnes ressources membres des communautés riveraines des aires protégées de la zone) à la lutte contre le braconnage et la pêche illégale.

     



         Centre d'opérations de la base de Bamingui


        © UNESCO/WCS/C di Roma

           Zone centrale du Parc National du Manovo-Gounda St Floris autour de la base de Koumbala (pointillés en jaune)

Objectifs de développement durable (ODD) visés par le projet : 11.4 et 15.1 


 


Partners

Wildlife Conservation Society (WCS) et
l’État partie de la République centrafricaine.

Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier du gouvernement de la Norvège..

Autres activités 1
En complément 1
Biens du patrimoine mondial 1
Zone géographique
Afrique
top