jump to the content

La ville de pierre de Zanzibar

Stone Town of Zanzibar

The Stone Town of Zanzibar is a fine example of the Swahili coastal trading towns of East Africa. It retains its urban fabric and townscape virtually intact and contains many fine buildings that reflect its particular culture, which has brought together and homogenized disparate elements of the cultures of Africa, the Arab region, India, and Europe over more than a millennium.

La ville de pierre de Zanzibar

La Ville de pierre de Zanzibar est un magnifique exemple des villes marchandes côtières swahilies d'Afrique de l'Est. Elle a conservé un tissu et un paysage urbains quasiment intacts, et beaucoup de bâtiments superbes qui reflètent sa culture particulière, fusion d'éléments disparates des cultures africaines, arabes, indiennes et européennes sur plus d'un millénaire.

مدينة زنجبار الحجرية

تشكل مدينة زنجبار الحجرية نموذجاً رائعاً من المدن التجارية الساحلية السواحيلية في افريقيا الشرقية. وقد حافظت على نسيج ومنظر مدني لا يزالان على حالهما وعلى أبنية رائعة تروي ثقافتها المميزة القائمة على مزيج عناصر متفاوتة من الثقافة الافريقية والعربية والهندية والأوروبية امتد على أكثر من ألف سنة.

source: UNESCO/ERI

桑给巴尔石头城

在东非斯瓦希里沿岸的贸易城镇中,桑给巴尔石头镇是一个典型代表。它的城市结构和景观至今未变,包括许多反映它独特文化的精美建筑。这些建筑已有了上千年的历史,它们被建造在一起,从而使非洲、阿拉伯、印度、欧洲这些风格迥异的文化因素融为一体。

source: UNESCO/ERI

«Каменный город» в Занзибаре

«Каменный город» в Занзибаре – это прекрасный пример прибрежного торгового города народа суахили в Восточной Африке. Он сохранил свою городскую застройку и облик в почти нетронутом виде и имеет много прекрасных зданий, отражающих особенности этой цивилизации, которая в течение более чем тысячелетия вбирала в себя и объединяла элементы культур Африки, Арабского региона, Индии и Европы.

source: UNESCO/ERI

Ciudad de piedra de Zanzíbar

La ciudad de piedra de Zanzíbar es un magnífico ejemplo de las ciudades comerciales swahilíes del litoral del África Oriental. Ha conservado su tejido y paisaje urbanos prácticamente intactos, así como muchos edificios soberbios que ponen de manifiesto la peculiar cultura de la región, en la que se han fundido y homogeneizado a lo largo de más de un milenio elementos muy diversos de las civilizaciones de África, Arabia, la India y Europa.

source: UNESCO/ERI

ザンジバル島のストーン・タウン

source: NFUAJ

Stenen stad Zanzibar

De Stenen stad Zanzibar is een mooi voorbeeld van een Swahili-handelsstad. De heersende islamitische dynastie en aanwezige buitenlandse kooplieden werden erg welvarend en verrijkten de stenen stad met paleizen en fraaie herenhuizen. Deze hadden een verscheidenheid van stijlen en tradities, maar werden samengevoegd en gehomogeniseerd tot de karakteristieke Swahili-architectuur. In de 19e eeuw werd deze Swahili-traditie overweldigd door nieuwe stijlen, onder andere de Minaret Moskee dateert uit deze periode. Zanzibar is van grote symbolische betekenis voor de bestrijding van de slavernij. Het was een van de belangrijkste slavenhandelhavens in Oost-Afrika, maar ook de basis van waaruit tegenstanders, zoals David Livingstone, hun campagne voerden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur exceptionnelle

Critère ii : La ville de pierre, à Zanzibar, est une exceptionnelle manifestation matérielle de fusion et d’harmonisation culturelle.

Critère iii : Pendant plusieurs siècles, une intense activité commerciale maritime a relié l’Asie et l’Afrique, ce qu’illustrent de façon exceptionnelle l’architecture et la structure urbaine de la ville de pierre.

Critère vi : Zanzibar est d’une grande importance symbolique dans le cadre de l’abolition de l’esclavage : en effet, c’était l’un des principaux ports d’Afrique de l’Est pour la traite des Noirs, et également la base de ses opposants, tel David Livingstone, qui y ont mené leur campagne.

Description longue
[Uniquement en anglais]

For many centuries there was intense seaborne trading activity between Asia and Africa, and this is illustrated admirably by the architecture and urban structure of the Stone Town. Zanzibar also has great symbolic importance in the suppression of slavery because it was one of the main slave-trading ports in East Africa, as well as the base from which its opponents such as David Livingstone conducted their campaign.

Two major cultural traditions merged to form the Swahili civilization on the East African coast. A series of harbour towns developed under influences from the interior of Africa and from the lands across the Indian Ocean. There was a loose confederation of small coastal city states known as the Zenj bar (Black Empire) which operated in the 8th-10th centuries. The best preserved of these towns is Zanzibar, the name of which is derived from the Perso-Arabic word meaning 'the coast of the blacks.'

The Swahili economy was destabilized with the arrival of the Portuguese at the end of the 15th century. A church and some merchants' houses were built at Zanzibar, built from simple wattle-and-daub thatched with palm leaves since the 10th century. The Portuguese later added a massive fort on the sea front.

The slave trade, started by the Portuguese, assumed large proportions in the 18th century, when they were required in large numbers for the French sugar plantations in the islands of the Indian Ocean and the Caribbean.

The ruling Islamic dynasty of Zanzibar and its foreign merchants became very rich and embellished the Stone Town with palaces and fine mansions. These were built in a variety of styles and traditions, which were amalgamated and homogenized into a characteristic Swahili architecture. In the 19th century, this Swahili tradition was overwhelmed by new styles brought in by the floods of immigrants: the Minaret Mosque dates from this period. The Omanis introduced a completely different tradition, that of massively built multistorey blocks in mortared coral and with flat roofs. The third architectural component came from India, adding wide verandas, but by the latter half of the 19th century they were constructing elaborately decorated houses reminiscent of the Gujarati haveli.

Modern urban development may be deemed to have begun during the reign of Sultan Barghash (1870-88). His most notable contribution to the architecture of the Stone Town was the House of Wonders, but his greatest legacy was the provision of piped water to the town. The final phase of architectural development came with the arrival of the British in 1890, when Zanzibar became a British protectorate. They imported their colonial architecture but, under the influence of the architect John Sinclair, introduced a number of features derived from the Islamic architecture of Istanbul and Morocco. The last quarter of the 19th century saw increased European missionary activity, resulting in the construction of Anglican and Roman Catholic cathedrals, in the Gothic and Romanesque styles respectively. The Arab ascendancy came to an end with the 1964 revolution and the creation of the United Republic of Tanzania. New constructions built from 1960 to 1970 introduced contemporary styles and materials that were out of harmony with the historic fabric.

The historical evolution of the Stone Town is illustrated by the street pattern. This is one of narrow winding streets resulting from the unplanned building of houses and shops. There are few public open spaces, as many of the houses have their own enclosed spaces. The principal construction material is coralline rag stone set in a thick lime mortar and then plastered and lime-washed.

The vernacular architecture is preponderantly of two-storey buildings with long narrow rooms disposed round an open courtyard, reached through a narrow corridor.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Deux grandes traditions culturelles ont fusionné pour former la civilisation swahilie sur la côte orientale de l'Afrique. Une série de villes portuaires se développèrent sous des influences originaires de l'intérieur de l'Afrique et des terres situées de l'autre côté de l'Océan indien. Quelques petites villes États côtières étaient rassemblées sous l'égide d'une confédération peu structurée, connue sous le nom de Zenj bar (Empire noir), du VIIIe au Xe siècle. La mieux préservée de ces villes, c'est Zanzibar, nom qui tire sa racine du mot arabo-persan signifiant « la côte des Noirs ».

La plus ancienne de ces villes a fait l'objet de fouilles à Unguja Ukuu, sur l'île de Zanzibar, où des poteries romaines et sassanides du Ve siècle de l'ère chrétienne ont été découvertes en quantité. À proximité se trouve la mosquée de Kizimkazi, du XIIe siècle. Elle s'inscrit parmi les nombreux sites qui attestent de l'existence, entre le VIIIe et le XVe siècle, d'une vaste civilisation, hautement développée, qui connut probablement son apogée à Kilwa, au XIVe siècle.

L'arrivée des Portugais, à la fin du XVe siècle, déstabilisa l'économie swahilie. Après la visite de Vasco de Gama, de retour d'Inde, en 1499, les Portugais instaurèrent, dans le cadre de leurs activités commerciales, une suzeraineté peu structurée sur la côte swahilie. Toutefois, ils se virent forcer de la pérenniser quand les Turcs, puis, plus tard, les puissances européennes rivales, défièrent leur autorité. Une église et quelques maisons de marchands furent construites à Zanzibar, à l'endroit où se dressait depuis le Xe siècle un village de pêcheurs (Shangani), de simples maisons aux murs en clayonnage et torchis et aux toits de feuilles de palmier. Ils ajoutèrent ensuite un imposant fort sur le bord de mer. Toutefois, l'influence portugaise n'en resta pas moins limitée, et prit fin à la fin du XVIIe siècle, avec la chute de Fort Jésus, à Mombasa.

Progressivement, les Arabes omanais assumèrent le rôle commercial jusque-là dévolu aux Portugais, échangeant du grain, du poisson séché, de l'ivoire et des esclaves. Le souverain omanais, Seyyid Saïd, fit de Zanzibar la capitale de son domaine. Les édifices de pierre, technique empruntée aux Shirazi de Perse, via l'important centre d'échanges de Kilwa, connurent un essor énorme.

Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que la traite des esclaves prit une grande envergure : il en fallait beaucoup pour les plantations de cannes à sucre françaises situées dans les îles de l'Océan indien et des Caraïbes. Au début du XIXe siècle, la dislocation de la traite des Noirs suite aux guerres entre Anglais et Français fit que beaucoup d'entre eux furent utilisés dans les plantations de girofliers de l'île de Zanzibar.

Le XIXe siècle fut également le théâtre d'une importante expansion du commerce dans la région de l'Océan indien. La dynastie islamique régnante de Zanzibar et ses marchands (Indiens, Swahili, Arabes et Africains de l'intérieur des terres) devinrent très riches et embellirent la ville de pierre de palais et de magnifiques demeures. De styles et de traditions variées, ces structures furent amalgamées et intégrées à une architecture swahilie caractéristique.

La première phase se développa après le départ des Portugais, lorsque le souverain Mwinyi Mkuu Hasan fit dégager les terres de la péninsule derrière son palais. Elle fut peuplée par des immigrants swahilis venus d'autres régions côtières et par des Arabes du Hadhramawt, qui construisirent des résidences de style indigène. C'est de cette époque que date la mosquée au minaret.

Au XIXe siècle, cette tradition swahilie se vit supplanter par de nouveaux styles, apportés par les vagues d'immigrants. On vit alors émerger la « demeure swahilie », toujours basée sur le style antérieur, mais faisant figurer des détails et des techniques d'importation.

Les Omanais introduisirent une tradition radicalement différente : des demeures massives, s'élevant sur plusieurs étages, faites de corail et de mortier, et dotées de toits plats. Cependant, Zanzibar jouit d'un climat humide, et ces toits furent donc rapidement remplacés par d'autres, en pente, faits de tôle ondulée ou de tuiles. Seul trait marquant de ces maisons, d'aspect sobre à l'extérieur, les portes de bois magnifiquement sculptées. À l'inverse, les intérieurs étaient richement décorés et meublés.

La troisième composante architecturale est originaire d'Inde. Les marchands indiens commencèrent par racheter des maisons omanaises et y ajouter de grandes vérandas mais, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, ils construisirent leurs propres maisons, à la décoration élaborée, rappelant les haveli du Gujarati. Toutefois, la maison indienne typique possédait une échoppe donnant sur la rue, le lieu de vie à proprement parler se trouvant en arrière-boutique. Au fur et à mesure que les propriétaires prospéraient, ils ajoutaient souvent un étage, ce dernier devenant alors la partie résidentielle et les activités commerciales étant confinées au rez-de-chaussée.

C'est sous le règne du sultan Barghash (1870-1888) que l'on peut véritablement parler de premiers développements urbains modernes. Impressionné par les villes d'Inde lors de son séjour en exil en 1860, et par celles d'Europe en 1875, il chercha à les imiter. Sa contribution la plus notable à l'architecture de la ville de pierre : la maison des Merveilles, mais son plus grand legs fut l'installation de canalisations d'eau dans la ville.

L'arrivée des Britanniques en 1890, époque à laquelle Zanzibar devint un protectorat britannique, marqua la phase finale du développement architectural. Ils importèrent leur architecture coloniale mais, sous l'influence de l'architecte John Sinclair, introduisirent plusieurs particularités dérivées de l'architecture musulmane d'Istanbul et du Maroc. Les Britanniques mirent en oeuvre des réglementations de construction strictes, et élargirent les services publics. Les premières mesures d'urbanisme furent promulguées dès les années 20.

Le dernier quart du XIXe siècle fut le témoin d'un accroissement de l'activité missionnaire européenne, aboutissant à la construction des cathédrales anglicane et catholique romaine, respectivement de style gothique et roman. La cathédrale anglicane, inspirée par David Livingstone, fut érigée sur le site de l'ancien marché aux esclaves, les Britanniques ayant mis fin à la traite des Noirs.

La révolution de 1964 marqua la fin de l'influence arabe et l'avènement de la République unie de Tanzanie. Elle entraîna nombre de profonds changements sociaux et économiques. Beaucoup des marchands et artisans arabes et indiens les plus riches quittèrent le pays, laissant derrière eux leurs demeures et leurs boutiques. Le gouvernement y installa les immigrants des zones rurales et de l'île voisine de Pemba, et les bâtiments se dégradèrent du fait du manque de maintenance. La nouvelle vague de construction dans la ville de pierre prit fin à la fin des années 60 et au début des années 70, le développement se concentrant dans les zones en expansion. Dans les années 80, la construction reprit, avec des styles et des matériaux contemporains en discordance avec le tissu historique. Ce n'est que depuis la création de l'Autorité de conservation et de développement de la ville de pierre, en 1985, qu'une certaine coordination de la construction a été mise en place.

Source : évaluation des Organisations consultatives