Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Český Krumlov

Tchéquie
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport souterrain
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Théâtre tournant qui se situe dans le parc du château 

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 1 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 10 000 dollars E.U.
2003 Demande d'assistance d'urgence pour la restauration du ... (Approuvé)   10 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2011**

Janvier 2005 : mission de suivi réactif de l’ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 31 janvier 2011, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, fournissant des informations très détaillées sur les problèmes de conservation actuels identifiés par les autorités nationales, et répondant aux demandes de suppression du théâtre tournant de son emplacement actuel dans le parc du château de Český Krumlov.

L’État partie indique que, conformément à la législation en vigueur – notamment la loi sur l’urbanisme et la construction –, le problème du théâtre tournant pourrait ne pas être résolu avant 2015. L’État partie annonce que le 27 mars 2010, le Conseil municipal a approuvé l’application du projet d’amendement n° 1 au Plan d’occupation des sols qui fait actuellement l’objet d’une consultation publique. L’amendement comprend notamment des dispositions concernant un autre emplacement pour un théâtre de plein air doté d’un amphithéâtre tournant, « dans l’ancienne jardinerie, derrière le parc du château ». Aucun autre détail sur ce nouvel emplacement du théâtre, sur sa situation exacte ou sur une éventuelle évaluation d’impact n’ont été fournis par l’État partie, comme le demandait le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009).

a) Date de démantèlement de la structure existante du théâtre

L’État partie fait savoir que la date limite d’utilisation de la structure actuelle du théâtre tournant a été reportée au 30 septembre 2015, et qu’une nouvelle convention de bail a été signée entre l’autorité nationale qui gère le bien et le propriétaire du théâtre tournant les 7 et 13 juillet 2010. Cette convention de bail est valide jusqu’au 31 décembre 2015. Aucune autre date concernant le démantèlement du théâtre ou la remise en état d’origine des zones affectées n’a été fournie.

b) Utilisation du bien pour des activités de théâtre en plein air

L’État partie réaffirme qu’il prévoit de continuer à utiliser l’emplacement actuel du théâtre tournant pour des activités culturelles en plein air après le retrait matériel de la structure existante, soutenant que ces nouvelles activités n’auraient pas d’impact sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien.

c) Impact du théâtre tournant

L’État partie indique que deux études d’impact du théâtre tournant ont été réalisées et discutées au cours du Séminaire international de mai 2010 consacré à cette question et réunissant des experts de l’ICOMOS/IFLA (« International Federation of Landscape Architects » / Fédération internationale des architectes-paysagistes) et des représentants des autorités nationales compétentes. Le rapport final du séminaire ICOMOS/IFLA, daté du 2 juin 2010, conclut que le théâtre tournant a un impact négatif sur l’authenticité et l’intégrité du parc du château, ainsi qu’un impact visuel négatif sur la structure de ce parc. En conséquence, l’État partie a indiqué qu’il allait entreprendre une étude prospective qui tiendrait compte des conclusions du séminaire et des résultats des études.

L’État partie indique en outre qu’en raison de la crise mondiale et de la restriction de financements publics qui s’ensuit, la suppression prévue de la structure existante du théâtre, son remplacement par une nouvelle structure à un autre emplacement, et l’utilisation de l’emplacement actuel pour des activités d’événements culturels en plein air seront peut-être limités en raison de contraintes budgétaires.

d) Plan de gestion

L’État partie annonce que la phase I du plan de gestion – qui exigeait des documents d’accompagnement et une analyse initiale –, a été mise en œuvre en 2009. Une phase II à long terme a été définie en 2010 ; elle donnera notamment lieu à l’utilisation d’un outil électronique qui servira à la mise au point ultérieure du plan de gestion.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent de rédiger un Projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle qui servira de base à l’élaboration du plan de gestion.

e) Autres problèmes de conservation

L’État partie fournit également des informations sur d’autres problèmes de conservation actuels identifiés par les autorités nationales. Cela concerne notamment la protection des monuments, la législation et le zonage. Parmi d’autres initiatives, le rapport fait part de nouvelles difficultés concernant la poursuite de l’adoption de matériaux de rénovation des façades à base de chaux, et de plusieurs grands projets de restauration dans le centre historique, dont la restauration de deux monastères qui vont être transformés en ensemble contemporain de services culturels et éducatifs, et la construction d’un tunnel routier et d’un pont sur la Vltava, dans la zone tampon. Conformément au paragraphe 172 des Orientations, le rapport donne également des détails sur un ensemble de travaux et de nouvelles constructions dans l’aire protégée. 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont satisfaits des efforts de l’État partie pour la conservation du centre historique et du château, et pour le travail de préparation du plan de gestion. Toutefois, pour ce qui est de l’adoption de la phase II du plan, il est préoccupant de constater qu’un grand nombre de projets de restauration en cours ou attendus sont engagés sans que les outils de gestion prévus soient en place.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives soulignent que des informations détaillées sur tous les travaux d’aménagement dans l’aire protégée du bien doivent être soumis par l’État partie au Centre du patrimoine mondial, pour étude par les Organisations consultatives.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives restent également très préoccupés par le problème non résolu du théâtre tournant, en particulier à cause de l’extension de son utilisation et du report de sa suppression jusqu’en 2015. Comme l’impact du théâtre tournant sur l’intégrité et l’authenticité du parc du château a été confirmé dès l’origine par la mission de l’ICOMOS de 2005, et plus récemment par le rapport du Séminaire ICOMOS/IFLA de 2010 – ce que reconnaît le rapport de l’État partie –, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives demandent instamment à l’État partie de redoubler d’efforts pour appliquer les précédentes décisions du Comité du patrimoine mondial afin d’éviter une inscription possible du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril par ledit Comité.

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.88
Centre historique de Český Krumlov (République tchèque) (C 617)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.97, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Reconnaît les efforts de l'État partie pour assurer la protection du bien et les progrès réalisés dans la rédaction du plan de gestion du site, et l'engage à poursuivre ses efforts en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives;

4. Demande à l'Etat partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de rédiger un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, pour examen par le Comité du patrimoine mondial, comme nouvelle base de préparation du plan de gestion;

5. Prie instamment l'État partie de continuer à veiller à ce que tous les projets de restauration en cours et attendus utilisent comme il convient les techniques traditionnelles à la chaux et des matériaux de construction en harmonie avec ceux qui ont été utilisés au cours de l'histoire;

6. Demande également que l'État partie informe et recherche l'avis du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives, avant de prendre des décisions concernant le projet de reconstruction de la gare routière, ou de construction d'un tunnel et d'un pont pour les véhicules dans la zone tampon;

7. Regrette vivement que l'État partie n'ait pas respecté le calendrier de démantèlement du théâtre tournant, comme le précisait la décision 33 COM 7B.97, et que l'utilisation de ce théâtre tournant à son emplacement actuel ait été prolongée jusqu'en 2015;

8. Prie instamment à l'État partie d'accélérer le processus de démantèlement du théâtre tournant et de réhabilitation de la zone affectée, et réitère sa demande à l'État partie de soumettre un projet détaillé sur l'emplacement final du nouveau théâtre, ainsi qu'une évaluation d'impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens du patrimoine mondial;

9. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des demandes susmentionnées, y compris un plan détaillé et un calendrier de transfert du théâtre tournant et des mesures d'atténuation de tous ses impacts négatifs sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013, afin de considérer, en cas de confirmation d'un danger prouvé ou potentiel sur la valeur universelle exceptionnelle, l'inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

35 COM 8D
Clarifications des limites et des superficies des biens par les Etats parties en réponse à l’Inventaire rétrospectif

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-11/35.COM/8D,

2. Rappelant la Décision 34 COM 8D, adoptée lors de sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Reconnaît l'excellent travail accompli par les États parties dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

4. Rappelle que le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d'examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial lorsque les limites ne sont pas claires ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les États parties suivants en réponse à l'Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l'annexe du Document WHC-11/35.COM/8D :

  • Algérie: Timgad;
  • Australie: Parc national de Kakadu;
  • Espagne: Alhambra, Generalife et Albaicín, Grenade; Cathédrale de Burgos;
  • Fédération de Russie: Volcans du Kamchatka;
  • France: Cathédrale d'Amiens; Cathédrale Notre-Dame, ancienne abbaye Saint-Remi et palais de Tau, Reims; Cathédrale de Bourges; Centre historique d'Avignon: Palais des papes, ensemble épiscopal et Pont d'Avignon; Ville fortifiée historique de Carcassonne; Site historique de Lyon;
  • Géorgie: Haut Svaneti;
  • Italie: Art rupestre du Valcamonica; Centre historique de Naples; Villa romaine du Casale;
  • Madagascar: Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha;
  • Ouganda: Forêt impénétrable de Bwindi; Monts Rwenzori;
  • République arabe syrienne: Ancienne ville de Damas;
  • République tchèque: Centre historique de Český Krumlov; Kutná Hora: le centre historique de la ville avec l'église Sainte-Barbe et la cathédrale Notre-Dame de Sedlec.

6. Demande aux États parties européens, arabes et africains n'ayant pas encore répondu aux questions soulevées dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandée le plus rapidement possible et d'ici le 1 décembre 2011 au plus tard.

Projet de décision : 35 COM 7B.88

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.97, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Reconnaît les efforts de l’État partie pour assurer la protection du bien et les progrès réalisés dans la rédaction du plan de gestion du site, et l’engage à poursuivre ses efforts en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

4. Demande à l’État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de rédiger un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, pour examen par le Comité du patrimoine mondial, comme nouvelle base de préparation du plan de gestion ;

5. Prie instamment l’État partie de continuer à veiller à ce que tous les projets de restauration en cours et attendus utilisent comme il convient les techniques traditionnelles à la chaux et des matériaux de construction en harmonie avec ceux qui ont été utilisés au cours de l’histoire ;

6. Demande également que l’État partie informe et recherche l’avis du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives, avant de prendre des décisions concernant le projet de reconstruction de la gare routière, ou de construction d’un tunnel et d’un pont pour les véhicules dans la zone tampon ;

7. Regrette vivement que l’État partie n’ait pas respecté le calendrier de démantèlement du théâtre tournant, comme le précisait la décision 33 COM 7B.97, et que l’utilisation de ce théâtre tournant à son emplacement actuel ait été prolongée jusqu’en 2015 ;

8. Demande instamment à l’État partie d’accélérer le processus de démantèlement du théâtre tournant et de réhabilitation de la zone affectée, et réitère sa demande à l’État partie de soumettre un projet détaillé sur l’emplacement final du nouveau théâtre, ainsi qu’une évaluation d’impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au Guide de l’ICOMOS pour les évaluations d’impact sur le patrimoine appliquées aux biens du patrimoine mondial;

9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des demandes susmentionnées, y compris un plan détaillé et un calendrier de transfert du théâtre tournant et des mesures d’atténuation de tous ses impacts négatifs sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013, en vue d’envisager, en l’absence de progrès notable, l’inscription éventuelle du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Année du rapport : 2011
Tchéquie
Date d'inscription : 1992
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top