Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Ville sacrée de Kandy

Sri Lanka
Facteurs affectant le bien en 1999*
  • Activités de gestion
  • Cadre juridique
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Terrorisme
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Activités de gestion
  • Cadre juridique
  • Système de gestion/plan de gestion
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 1999
Demandes approuvées : 3 (de 1997-1998)
Montant total approuvé : 33 334 dollars E.U.
1998 Assistance for restoration work for Kandy monuments ... (Approuvé)   25 000 dollars E.U.
1998 On-site promotional activities for the Sacred City of ... (Approuvé)   5 000 dollars E.U.
1997 Technical cooperation for 6 inscribed cultural sites (Approuvé)   3 334 dollars E.U.
Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1999

Résumé des précédentes délibérations : A sa vingt-deuxième session, le Bureau a étudié les rapports de l'ICOMOS, du Secrétariat et de la délégation permanente du Sri Lanka concernant les dommages causés au Temple de la Dent à Kandy à la suite de l'attentat terroriste à la bombe de janvier 1998. Il a été demandé aux autorités sri-lankaises de présenter un rapport d'avancement des travaux de restauration entrepris, pour présentation à la vingt-deuxième session du Comité. A ce jour, le Secrétariat n'a pas reçu ce rapport. Toutefois, lors d'une mission de suivi en décembre 1998, les experts de l'ICOMOS ont jugé que les travaux de conservation et de restauration progressaient régulièrement. D'autre part, le Centre du patrimoine mondial n'a pas reçu de justification suffisante pour l'appui financier pour 1998 au titre de la coopération technique et de l'assistance promotionnelle pour le site de la Ville sacrée de Kandy.

Nouvelles informations : L’ICOMOS a entrepris des missions de suivi de ces trois sites du patrimoine mondial en décembre 1998.

Les experts de l’ICOMOS ont indiqué que les travaux de conservation et de restauration progressaient régulièrement au Temple de la Dent et ils ont signalé le haut niveau de gestion du site par les équipes chargées de la conservation et de l'administration. Vu le ferme appui public en faveur de la politique de conservation incluant le contrôle du développement de l'ensemble de la ville, les experts de l'ICOMOS ont noté que l'approche systématique appliquée à la conservation urbaine de Kandy pourrait servir de modèle pour d'autres aires concernées au Sri Lanka.

Les experts de l’ICOMOS ont fait dix-sept recommandations pour améliorer la conservation et la gestion du site. Ces recommandations traitent de : (a) la nécessité de consulter les partenaires concernés et les experts avant la rédaction finale et la mise en œuvre du plan directeur d'ensemble ; (b) la nécessité d'améliorer la circulation et les système de stationnement dans l'entourage immédiat du site du patrimoine mondial ; (c) la nécessité d'une meilleure diffusion des informations concernant les lignes directrices pour le développement par les autorités locales ; et (d) la nécessité de redéfinir la zone centrale pour y inclure le lac de Kandy et Udawattakele qui forment une partie intégrante du site, ainsi que la zone tampon pour y inclure la chaîne de montagnes de Walker Estate, afin de préserver la ligne d'horizon du site.

Action requise

Le Bureau, après étude des rapports de l’ICOMOS, se déclare préoccupé de l’état de conservation des sites du patrimoine mondial de la Vieille ville de Galle et ses fortifications et du Temple d'Or de Dambulla. Le Bureau demande au gouvernement sri-lankais de prendre des mesures d'urgence pour améliorer la conservation, la mise en valeur et la gestion de ces deux sites et d'interrompre toute nouvelle construction qui risque de porter atteinte à l'intégrité des sites. En particulier, le Bureau demande aux autorités sri-lankaises de présenter une demande de coopération technique, avec l'assistance du Centre du patrimoine mondial et d'élaborer un plan de développement pour la Vieille ville de Galle et ses fortifications. Le Bureau, tout en félicitant les autorités compétentes du haut niveau de gestion de la Ville sacrée de Kandy, demande que les autorités sri-lankaises poursuivent leurs efforts pour améliorer la gestion du site. Le Bureau recommande que les autorités sri-lankaises envisagent d'étendre la zone centrale du site de la Ville sacrée de Kandy pour y inclure le lac de Kandy et Udawattakele, ainsi que la zone tampon pour y inclure la chaîne de montagnes de Walker Estate. L'extension de la Vieille ville de Galle et ses fortifications pour inclure l'ancien port est également recommandée.

Le Bureau incite les autorités compétentes à étudier les recommandations formulées par l'ICOMOS après sa mission de décembre 1998. Le Bureau demande à l’Etat partie de présenter un rapport sur l'avancement des travaux de restauration au Temple de la Dent à Kandy avant le 15 septembre 1999, pour permettre de rendre compte à la vingt-troisième session extraordinaire du Bureau en novembre 1999. Enfin, le Bureau demande à l’Etat partie de présenter un rapport sur l'avancement réalisé dans l'amélioration de la gestion d'ensemble des trois sites, avant le 1er mai 2000 pour étude par la vingt-quatrième session du Bureau en juin/juillet 2000.

Décisions adoptées par le Comité en 1999
23 BUR IV.B.78
Etat de conservation

Ville sacrée de Kandy (Sri Lanka); Vieille ville de Galle et ses fortifications (Sri Lanka); Temple d'Or de Dambulla (Sri Lanka)

A sa vingt-deuxième session, le Bureau a étudié les rapports de l'ICOMOS, du Secrétariat et de la délégation permanente du Sri Lanka concernant les dommages causés au Temple de la Dent à Kandy à la suite de l'attentat terroriste à la bombe de janvier 1998. Il a été demandé aux autorités sri-lankaises de présenter un rapport d'avancement des travaux de restauration entrepris, pour présentation à la vingt-deuxième session du Comité. A ce jour, le Secrétariat n'a pas reçu ce rapport. Toutefois, lors d'une mission de suivi en décembre 1998, les experts de l'ICOMOS ont jugé que les travaux de conservation et de restauration progressaient régulièrement. D'autre part, le Centre du patrimoine mondial n'a pas reçu de justification suffisante pour l'appui financier pour 1998 au titre de la coopération technique et de l'assistance promotionnelle pour le site de la Ville sacrée de Kandy.

L’ICOMOS a entrepris des missions de suivi de ces trois sites du patrimoine mondial en décembre 1998.

23 BUR IV.B.79
Ville sacrée de Kandy (Sri Lanka)

Les experts de l’ICOMOS ont indiqué que les travaux de conservation et de restauration progressaient régulièrement au Temple de la Dent. Ils ont notamment signalé le haut niveau de gestion du site par les équipes chargées de la conservation et de l'administration. Vu le ferme appui public en faveur de la politique de conservation incluant le contrôle du développement de l'ensemble de la ville, les experts de l'ICOMOS ont noté que l'approche systématique appliquée à la conservation urbaine de Kandy pourrait servir de modèle pour d'autres aires concernées au Sri Lanka.

Les experts de l’ICOMOS ont fait dix-sept recommandations pour améliorer la conservation et la gestion du site. Ces recommandations traitent de : (a) la nécessité de consulter les partenaires concernés et les experts avant la rédaction finale et la mise en œuvre du plan directeur d'ensemble ; (b) la nécessité d'améliorer la circulation et les systèmes de stationnement dans le voisinage immédiat du site du patrimoine mondial ; (c) la nécessité d'une meilleure diffusion des informations concernant les lignes directrices pour le développement par les autorités locales ; et (d) la nécessité de redéfinir la zone centrale pour y inclure le lac de Kandy et Udawattakele qui forment une partie intégrante du site, ainsi que la zone tampon pour y inclure la chaîne de montagnes de Walker Estate, afin de préserver la ligne d'horizon du site.

Année du rapport : 1999
Sri Lanka
Date d'inscription : 1988
Catégorie : Culturel
Critères : (iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 23COM (1999)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top