Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Puebla

Mexique
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Infrastructures de transport de surface
  • Système de gestion/plan de gestion
  • Autres menaces :

    Nécessité d'amorcer un processus de récupération du tissu urbain et social du bien

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pression urbaine (problème résolu);
  • Absence de système de suivi (problème résolu);
  • Tremblement de terre en 1999 (problème résolu).
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 3 (de 1994-2009)
Montant total approuvé : 98 000 dollars E.U.
2009 Conservation and restoration of the mural paintings and ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
1999 Emergency measures to repair and consolidate the ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1994 Expert services to advise on the further development of ... (Approuvé)   18 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

En 2012, l’État partie a transmis au Centre du patrimoine mondial des informations sur le plan intégral pour les autoroutes et les ponts. En 2013, des informations ont été reçues sur la construction d’un téléphérique. Des éléments complémentaires ont été demandés par le Centre du patrimoine mondial, l’État partie a répondu dans un courrier en date du 12 février 2014.

Le projet d’origine de construction d’un téléphérique avait des impacts importants sur les qualités visuelles du bien en raison de la présence de hautes tours métalliques qui viendraient s’insérer dans la ligne d’horizon traditionnelle de la ville. Depuis le début des travaux, entamés sans l’autorisation de l’agence en charge du patrimoine (Instituto Nacional de Antropología e Historia – INAH), un bâtiment historique, la « Casa del Torno » a été détruit. Les travaux ont été suspendus et l’État partie précise qu’un tracé alternatif, qui ne traversera pas le territoire du bien inscrit, a été défini. L’État partie fait également état d’une procédure de « réparation » pour le bâtiment démoli sans préciser ce que cela implique.

Le maintien de l’équilibre entre les besoins liés à la conservation du Centre historique et les exigences d’une métropole en croissance comme Puebla constitue un défi. Des projets en cours, tels que les autoroutes surélevées et les interventions menées dans le cadre du plan de régénération et redensification urbaine de la zone monumentale et des ses environs, laissent à penser que les projets répondent à des situations spécifiques en lieu et place de stratégies globales, à long terme et durables. L’État partie signale qu’un « guichet unique » qui regroupera les trois niveaux de gouvernement, doit être créé afin de garantir que les projets à venir n’exposent le bien à des dommages. Par ailleurs, l’État partie précise qu’un nouveau conseil d’experts a été mis en place en décembre 2013 afin de conseiller l’INAH.

Il convient de noter que le dernier examen par le Comité du patrimoine mondial de l’état de conservation du bien remonte à sa 28e session (Suzhou, 2004). À cette époque, il avait demandé à l’État partie de finaliser le plan intégral de réhabilitation du centre historique de Puebla.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

Les outils de gestion et de conservation du bien n’ont pas été suffisamment intégrés et traduits dans une politique cohérente du bien adoptée par tous les niveaux de gouvernement. Les défis que doit relever la conservation du Centre historique exigent l’élaboration et la mise en place urgentes de mesures globales qui viseront à amorcer un processus de récupération du tissu urbain et social du bien inscrit, de réhabilitation des bâtiments et espaces publics traditionnels et historiques ainsi que de conservation du cadre et du paysage existants, des éléments indispensables à la compréhension de l’importance du bien. Il est certes nécessaire qu’une stratégie globale de conservation soit adaptée aux valeurs fonctionnelles du Centre historique et aux attributs qui ont garanti son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, ainsi qu’à ses conditions d’authenticité et d’intégrité, mais elle doit également être adaptée à la morphologie et aux caractéristiques de la zone concernée. Les actions ne doivent pas se focaliser sur l’aménagement de nouveaux équipements destinés aux touristes mais améliorer les valeurs fonctionnelles liées à une ville animée et agréable à vivre.

À la création d’un « guichet unique », on devra associer la définition, sur un mode participatif, d’outils de planification qui tiennent compte de la valeur universelle exceptionnelle du bien, et ce, afin d’orienter efficacement toutes les prises de décision et de garantir que tout aménagement potentiel n’a pas d’impact négatif sur le bien. Parmi les mesures réglementaires, on pourra prévoir la réalisation d’évaluations d’impact sur le patrimoine en lien avec les attributs du bien afin que la prise de décision et la planification s’appuient sur de meilleures informations.

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.45
Centre historique de Puebla (Mexique) (C 416)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 28 COM 15B.116, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),
  3. Prend note des informations communiquées par l’État partie au sujet du tracé alternatif du téléphérique et des dispositions prises en matière de gestion du bien;
  4. Constate les défis que doivent relever la conservation et la gestion du bien et demande à l’État partie de :
    1. Structurer les outils existants de planification et de conservation et élaborer une politique unique de conservation et de gestion du bien qui devra être adoptée par les trois niveaux de gouvernement concernés,
    2. Poursuivre l’élaboration de cette politique afin qu’elle devienne un plan de gestion participative et communiquer un exemplaire électronique et trois exemplaires imprimés de ce plan ou système de gestion du bien pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives,
    3. Soumettre, conformément au paragraphe 172 des Orientations, les spécificités techniques et la localisation des grands projets d’infrastructures prévus sur le territoire du bien, en particulier, les projets révisés de téléphérique, au Centre du patrimoine mondial pour examen avant toute mise en chantier ;
  5. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2015, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.
Projet de décision :    38 COM 7B.45

Le Comité du patrimoine mondial,

1.         Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,

2.         Rappelant la décision 28 COM 15B.116, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3.         Prend note des informations communiquées par l’État partie au sujet du tracé alternatif du téléphérique et des dispositions prises en matière de gestion du bien;

4.         Constate les défis que doivent relever la conservation et la gestion du bien et demande à l’État partie de :

a)         Structurer les outils existants de planification et de conservation et élaborer une politique unique de conservation et de gestion du bien qui devra être adoptée par les trois niveaux de gouvernement concernés,

b)         Poursuivre l’élaboration de cette politique afin qu’elle devienne un plan de gestion participative et communiquer un exemplaire électronique et trois exemplaires imprimés de ce plan ou système de gestion du bien pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives,

c)         Soumettre, conformément au paragraphe 172 des Orientations, les spécificités techniques et la localisation des grands projets d’infrastructures prévus sur le territoire du bien, en particulier, les projets révisés de téléphérique, au Centre du patrimoine mondial pour examen avant toute mise en chantier ;

5.         Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé exécutif d’une page, sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 40e session en 2016.

Année du rapport : 2014
Mexique
Date d'inscription : 1987
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top