Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Mont-Saint-Michel et sa baie

France
Facteurs affectant le bien en 2014*
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Installations d’interprétation pour les visiteurs
  • Pêche/collecte de ressources aquatiques
  • Tempêtes
  • Tremblement de terre
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Pression due au développement
  • Contraintes liées à l'environnement
  • Catastrophes naturelles (séismes, tempêtes de vents (1987 et 1999), glissements de terrain)
  • Pression due aux visiteurs/au tourisme (y compris l’intensification des industries de pêche /coquillage et du pâturage dans la baie)
  • Problèmes liés à la mise en valeur du bien : aire de stationnement au pied du Mont, signalisation
  • Impact potentiel des éoliennes sur le cadre paysager du bien (problème résolu)
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2014
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2014**

Novembre 2012 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2014

L’État partie a soumis, le 30 janvier 2014, un rapport d’état de conservation détaillé, disponible sur https://whc.unesco.org/fr/list/80/documents. Ce rapport traite les recommandations de la mission de suivi réactif de 2011 et des problèmes de conservation actuels.

  • Zone d’exclusion des éoliennes : Cette zone a été reconnue par le Comité à sa dernière session. Des procédures de modélisation du terrain pour évaluer l’impact visuel ont été adoptées en Bretagne et en Basse Normandie. Deux mesures supplémentaires ont été lancées afin d’améliorer la protection :

-  Le Périmètre de Protection Modifié (PPM), fondé sur le principe de la co-visibilité, définit la zone à partir de laquelle le Mont est visible et qui est visible depuis le Mont.

-  Des consultations ont commencé pour la révision de la définition et de la délimitation de la zone de protection.

  • Construction du gué : Il a été confirmé que la hauteur de 7,30 m, préconisée par l’État partie en 2001, assurerait la sécurité optimale des personnes et des biens, et qu’il ne serait pas possible de la réduire à 6,80 m comme le suggérait en 2011 la mission de suivi réactif afin d’en diminuer l’impact visuel. La structure principale du pont-passerelle est actuellement achevée et sa liaison avec la digue-route historique est en cours.
  • Plan de gestion intégré : Un concept pour le plan de gestion a été soumis à l’ICOMOS pour examen en février 2013 et des commentaires ont été fournis. Un coordinateur de gestion a été nommé pour mettre en œuvre le plan approuvé.
  • Autres recommandations de la mission de suivi réactif de 2011 :

Réévaluer les distances  piétonnes entre l’aire de stationnement et le point d’accès aux navettes : Ce point a été révisé.

Préparer un plan d’urbanisme pour le lieu-dit « La Caserne »  : L’élaboration d’un plan d’aménagement spatial sera poursuivi, soumis à un accord sur de nouvelles cotes de submersion marine.

Développer un projet de plantation pour le cloître qui évoque un jardin médiéval : Étant donné le manque d’archives sur le jardin médiéval, il a été décidé de restaurer le jardin « néo-médiéval » dessiné par Yves-Marie Froidevaux en 1965.

Sensibiliser à la valeur universelle exceptionnelle (VUE) : une conférence s’est tenue en avril 2013 et une exposition de photographies a été commandée. Un poste de préfet coordonnateur de 3 ans a été créé.

Autres problèmes de conservation

Affaiblissement des remparts : Les remparts sont l’objet d’un plan de préservation à long terme qui sera bientôt achevé. Depuis 2011, l’érosion causée par la mer a augmenté au pied des murs, risquant d’affecter la stabilité du monument. Une évaluation d’impact est en cours. Des travaux de stabilisation impliqueraient la protection de la base des murs en les entourant d’un cordon rocheux recouvert de tangue.

Cheminement de sécurité sur le flanc du rocher : Le rapport de l’État partie répond également à des demandes d’informations du Centre du patrimoine mondial concernant le creusement d’un passage de 18 m de long sur 1,4 m de large dans le rocher, qui fait partie d’un cheminement de sécurité supplémentaire. Le rapport de l’État partie indique que des mesures d’atténuation de l’impact visuel du passage sont prévues.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2014

Grâce à une approche pluridisciplinaire impliquant des mesures de protection supplémentaires et de nouveaux outils, les recommandations de la mission quant à la protection visuelle de l’environnement immédiat et plus lointain du bien ont été traitées, à l’exception de la hauteur du gué, fixée à 7,30 m pour des raisons de sécurité, à l’encontre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2011. Toutes les autres recommandations de la mission, relatives au pont-passerelle, au parc de stationnement, au développement d’un plan pour le lieu-dit « La Caserne » et au projet de plantation dans le cloître, ont été traitées, bien qu’il ait été impossible de recréer un jardin médiéval.

On notera également que les méthodes de modélisation du terrain utilisées pour l’évaluation de l’impact visuel des éoliennes ont été adoptées en Bretagne et en Basse-Normandie et pourraient servir d’exemple de bonne pratique pour les biens du patrimoine mondial rencontrant ce type de problème.

En termes d’amélioration de la gestion et de sensibilisation à la VUE du bien, un plan de gestion a été développé et des ressources humaines supplémentaires ont été allouées à la mise en œuvre du plan et au renforcement du dialogue avec les préfets.

Il est recommandé que le Comité pourrait demander de plus amples informations à l’État partie sur les projets en cours, en particulier la construction du passage de sécurité, et qu’il demande à l’État partie d’éviter de procéder à d’autres modifications susceptibles d’avoir un impact sur le bien.

Enfin, l’augmentation de l’érosion causée par la mer depuis 2011 est source d’inquiétude, mais on notera qu’une réponse immédiate a été apportée sous la forme d’études et du développement d’un projet visant à renforcer les fondations des remparts.

Décisions adoptées par le Comité en 2014
38 COM 7B.26
Mont-Saint-Michel et sa baie (France) (C 80bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 35 COM 7B.91 et 36 COM 7B.74, adoptées respectivement à sa 35e session (Paris, 2011) et 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),
  3. Félicite l’État partie pour les progrès accomplis dans la définition et le renforcement de la protection du cadre immédiat et élargi du bien et, en particulier, le développement d’outils de modélisation visuelle spécifiques pour traiter l’impact des éoliennes, qui pourraient servir d’exemple de bonne pratique pour les biens du patrimoine mondial rencontrant ce type de problème ;
  4. Note avec satisfaction que la plupart des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2011 relatives au pont-passerelle, au plan d’urbanisme pour le lieu-dit « La Caserne » et au projet de plantation pour le cloître ont prises en compte, et que des modifications ont été apportées aux plans et projets lorsque cela était possible ;
  5. Regrette toutefois la décision de maintenir la hauteur du gué à 7,30 m au lieu des 6,80 m préconisés par la mission de suivi réactif de 2011 ;
  6. Note aussi que le plan de gestion du bien est en cours d’élaboration et tient compte des recommandations de l’ICOMOS, qu’un coordinateur a été nommé pour sa mise en œuvre qui inclura l’établissement d’un Comité de coordination ; et demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan de gestion achevé, pour examen par les Organisations consultatives ;
  7. Prie instamment l’État partie d’envisager dans quelle mesure le passage de sécurité récemment creusé dans le rocher a pu avoir un impact sur l’intégrité du bien et de mettre en œuvre les mesures d’atténuation nécessaires.
Projet de décision :   38 COM 7B.26

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-14/38.COM/7B,

2.  Rappelant les décisions 35 COM 7B.91 et 36 COM 7B.74, adoptées respectivement à sa 35e session (Paris, 2011) et 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.  Félicite l’État partie pour les progrès accomplis dans la définition et le renforcement de la protection du cadre immédiat et élargi du bien et, en particulier, le développement d’outils de modélisation visuelle spécifiques pour traiter l’impact des éoliennes, qui pourraient servir d’exemple de bonne pratique pour les biens du patrimoine mondial rencontrant ce type de problème ;

4.  Note avec satisfaction que la plupart des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2011 relatives au pont-passerelle, au plan d’urbanisme pour le lieu-dit « La Caserne » et au projet de plantation pour le cloître ont prises en compte, et que des modifications ont été apportées aux plans et projets lorsque cela était possible ;

5.  Regrette toutefois la décision de maintenir la hauteur du gué à 7,30 m au lieu des 6,80 m préconisés par la mission de suivi réactif de 2011 ;

6.  Note aussi que le plan de gestion du bien est en cours d’élaboration et tient compte des recommandations de l’ICOMOS, qu’un coordinateur a été nommé pour sa mise en œuvre qui inclura l’établissement d’un Comité de coordination ; et demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan de gestion achevé, pour examen par les Organisations consultatives ;

7.  Prie instamment l’État partie d’envisager dans quelle mesure le passage de sécurité récemment creusé dans le rocher a pu avoir un impact sur l’intégrité du bien et de mettre en œuvre les mesures d’atténuation nécessaires.

Année du rapport : 2014
France
Date d'inscription : 1979
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iii)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2014) .pdf
arrow_circle_right 38COM (2014)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top