Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Centre historique de Bridgetown et sa garnison

Barbade
Facteurs affectant le bien en 2012*
  • Système de gestion/plan de gestion
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2012
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2012**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Le 1er février, l’État partie a remis un rapport concernant les recommandations du Comité du patrimoine mondial au moment de l’inscription, à savoir que l’État partie mette en œuvre un programme d’étude et de formation pour la conservation des bâtiments traditionnels, de l’artisanat et des matériaux, en collaboration avec des établissements d’enseignement locaux, et qu’il mette en œuvre un programme d’évaluation et de documentation technique de tous les bâtiments classés présents dans le bien. Le rapport répond aussi à la demande du Comité du patrimoine mondial pour un rapport sur la mise en œuvre du plan de gestion.

a) Programme d’étude et de formation à la conservation des bâtiments traditionnels

Le rapport indique qu’en novembre 2011 un restaurateur du Musée de Ponce à Porto Rico a été embauché pour restaurer une statue et qu’il a également effectué une session de formation sur site pour des ouvriers du Ministère des Transports et des Travaux publics et de la Commission de Conservation responsable de l’entretien quotidien des statues. Le Ministère de la Famille, de la Culture, des Sports et de la Jeunesse a demandé à cet expert de soumettre une proposition de formation à la conservation des bâtiments traditionnels en 2012. Le Ministère attend la soumission de cette proposition. Le rapport mentionne aussi que le Ministère a entamé des discussions avec le Ministère des Transports et des Travaux publics afin d’étendre cette formation aux monuments historiques et à la restauration.

Aucun détail n’est fourni quant à l’implication d’établissements d’enseignement locaux dans ce programme.

b) Programme de relevé et de documentation de tous les bâtiments classes du bien

Le rapport mentionne que d’autres actions quotidiennes ont débuté et sont réalisées afin d’assurer une protection correcte du bien. La plupart de ces actions sont définies au chapitre 4 du plan de gestion du bien ; toutefois il n’est fait référence à aucune activité en particulier.

Le rapport indique qu’un conseiller sera nommé pour entreprendre un programme d’évaluation et de documentation de 21 des 115 bâtiments classés et fournit des précisions sur la mission de conseil : des données multimédia détaillées pour faciliter l’entretien des bâtiments classés ; l’aide au développement d’un processus de planification concernant le bien ; la contribution à la gestion durable du bien inscrit. La mission de conseil sera divisée en deux phases : la première phase devrait durer six mois. Un budget global de 100 000 dollars est prévu, le début du programme n’étant toutefois pas encore défini. Le plan de gestion soumis au moment de l’inscription du bien mentionne que 53% des bâtiments classés sont la propriété du gouvernement de la Barbade et ses diverses agences et, pour le reste, 27% sont la propriété de sociétés commerciales privées, 17% de personnes privées et 4% d’institutions religieuses. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’il est important que les biens privés et publics soient pris en considération pour ce qui concerne les conditions d’authenticité et d’intégrité afin d’éviter des menaces d’interventions ou de développements futurs.

c) Mise en œuvre du plan de gestion

Au moment de l’inscription, le plan de gestion n’avait été ni adopté ni mis en œuvre. Le rapport ne donne aucune information quant à l’adoption officielle du plan de gestion ou à l’état d’avancement de sa mise en œuvre. Le rapport donne des informations sur le processus de contrôle du développement actuellement en place et sur la protection juridique – deux thèmes abordés lors de l’évaluation de la proposition d’inscription. 

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2012

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que des dispositions sont prises pour créer un programme de formation à la conservation des bâtiments traditionnels. Ils considèrent cependant qu’un programme de ce type devrait être dirigé par un spécialiste de l’artisanat traditionnel et de la conservation des bâtiments compte-tenu des inquiétudes concernant l’intégrité du bien. Ils considèrent aussi, comme le demande le Comité, qu’un tel programme de formation devrait être développé en liaison avec les institutions d’enseignement locales et qu’un programme national d’étude et de formation devrait être développé en collaboration avec les universités et les institutions techniques locales et régionales.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent aussi le programme prévu pour réaliser le relevé des bâtiments classés.

Concernant le plan de gestion, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent qu’il n’est pas clairement spécifié si le plan de gestion a été adopté et à quel stade en est sa mise en œuvre. Le dossier de proposition mentionne que les fonds nécessaires à la mise en œuvre du plan de gestion seraient apportés par les budgets annuels des agences impliquées, le budget de gouvernement 2013-2015, soumis à approbation, le secteur privé local et l’assistance internationale de l’UNESCO. Le rapport ne dit pas si ces fonds ont été mis à disposition. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que l’adoption du plan de gestion, qualifiée dans la proposition d’inscription de changement de paradigme dans les Caraïbes avec une approche de gestion orientée davantage vers la pluridisciplinarité, est essentielle pour s’assurer de la mise en place d’une organisation gestionnaire adéquate, et que la gestion vise à soutenir la valeur universelle exceptionnelle du bien. 

Décisions adoptées par le Comité en 2012
36 COM 7B.95
Centre historique de Bridgetown et sa garnison (Barbade) (C 1376)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B,

2.   Rappelant la décision 35 COM 8B.42, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Note qu’un programme de conservation des bâtiments traditionnels est prévu ; et encourage l’État partie à s’assurer que ce programme sera dirigé par des professionnels formés à la conservation des bâtiments traditionnels et qu’il sera soutenu par une implication d’établissements d’enseignements locaux grâce au développement d’un programme national en collaboration avec les universités et les institutions techniques locales ou régionales ;

4.   Demande à l’État partie de fournir des informations complémentaires sur les deux programmes, y compris les calendriers de mise en œuvre, et de soumettre ces informations au Centre du patrimoine mondial ;

5.   Reconnaît l’intention de l’État partie de nommer des conseillers pour entreprendre une évaluation technique complète de vingt-et-un bâtiments classés, et encourage aussi l’État partie à envisager d’élargir le champ de l’étude à des bâtiments non classés compris dans le bien ;

6.   Note également que ni l’adoption ni la mise en œuvre officielle du plan de gestion ni la mise en place du financement nécessaire n’ont été confirmés, et prie instamment l’État partie de bien vouloir confirmer ces deux points en suspens ;

7.   Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014.

36 COM 8B.65
Déclarations de valeur universelle exceptionnelle pour les douze biens du patrimoine mondial inscrits à la 35e session du Comité du patrimoine mondial (UNESCO, 2011)

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/8B.Add,

2.    Adopte les déclarations de valeur universelle exceptionnelle, pour les biens du patrimoine mondial suivant inscrit à la 35e session du Comité du patrimoine mondial (UNESCO, 2011) : 

-   Ethiopie : Paysage culturel du pays konso ;

-   Kenya : Fort Jésus, Mombasa ;

-   Jordanie : Zone protégée du Wadi Rum ;

-   Soudan : Sites archéologiques de l’île de Méroé ;

-   Emirats arabes unis : Sites culturels d’Al Aïn (Hafit, Hili, Bidaa Bint Saud et les oasis) ;

-   Mongolie : Ensembles de pétroglyphes de l'Altaï mongol ;

-   Viet Nam : Citadelle de la dynastie Hô ;

-   Allemagne / Slovaquie / Ukraine : Forêts primaires de hêtres des Carpates et forêts anciennes de hêtres d’Allemagne ;

-   Espagne : Paysage culturel de la Serra de Tramuntana ;

-   Ukraine : Résidence des métropolites de Bucovine et de Dalmatie ;

-   Barbade : Centre historique de Bridgetown et sa garnison ;

-   Colombie : Paysage culturel du café de la Colombie.

8C.  Mise à jour de la Liste du patrimoine mondial 

Projet de décision : 36 COM 7B.95

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B,

2. Rappelant la décision 35 COM 8B. 42, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3. Note qu’un programme de conservation des bâtiments traditionnels est prévu ; et encourage l’État partie à s’assurer que ce programme sera dirigé par des professionnels formés à la conservation des bâtiments traditionnels et qu’il sera soutenu par une implication d’établissements d’enseignements locaux grâce au développement d’un programme national en collaboration avec les universités et les institutions techniques locales ou régionales ;

4. Demande à l’État partie de fournir des informations complémentaires sur les deux programmes, y compris les calendriers de mise en œuvre, et de soumettre ces informations au Centre du patrimoine mondial ;

5. Reconnaît l’intention de l’État partie de nommer des conseillers pour entreprendre une évaluation technique complète de vingt-et-un bâtiments classés, et encourage aussi l’État partie à envisager d’élargir le champ de l’étude à des bâtiments non classés compris dans le bien ;

6. Note également que ni l’adoption ni la mise en œuvre officielle du plan de gestion ni la mise en place du financement nécessaire n’ont été confirmés, et prie instamment l’État partie de bien vouloir confirmer ces deux points en suspens ;

7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014.

Année du rapport : 2012
Barbade
Date d'inscription : 2011
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iii)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 36COM (2012)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top