Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Thèbes antique et sa nécropole

Ancient Thebes with its Necropolis

Thebes, the city of the god Amon, was the capital of Egypt during the period of the Middle and New Kingdoms. With the temples and palaces at Karnak and Luxor, and the necropolises of the Valley of the Kings and the Valley of the Queens, Thebes is a striking testimony to Egyptian civilization at its height.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Thèbes antique et sa nécropole

Capitale de l'Égypte au Moyen et au Nouvel Empire, Thèbes était la ville du dieu Amon. Avec les temples et les palais de Karnak et de Louxor, avec les nécropoles de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines, elle nous livre des témoignages saisissants de la civilisation égyptienne à son apogée.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مدينة طيبة القديمة ومقبرتها

طيبة هي عاصمة مصر في عصري الأمربوطوريتين الوسطى والجديدة و مدينة الإله أمون. شاهدة على الحضارة المصريّة يوم بلغت ذروتها بما فيها من معابد وقصور الكرنك والاقصر ومقابر وادي الملوك ووادي الملكات.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

底比斯古城及其墓地

底比斯(Thebes)是古埃及中新王国时代的首都,是阿蒙神(god Amon)之城,与卡纳克(Karnak)和卢克索(Luxor)的神庙和宫殿、国王陵墓谷和王后陵墓谷一起,共同构成了埃及文明繁荣鼎盛的见证。

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Древние Фивы с их некрополями

Фивы, город бога Амона, были столицей Египта в период Среднего и Нового Царств. Храмы и дворцы Карнака и Луксора, а также некрополи Долины Царей и Долины Цариц, представляют собой яркие свидетельства египетской цивилизации времен ее наибольшего расцвета.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Antigua Tebas y su necrópolis

Tebas, la ciudad del dios Amón, fue la capital de Egipto en tiempos de los imperios Medio y Nuevo. El sitio comprende los templos y palacios de Karnak y Luxor, así como las necrópolis del Valle de los Reyes y el Valle de las Reinas. Todos estos monumentos son testimonios impresionantes del apogeo de la civilización egipcia.

source: UNESCO/CPE
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

古代都市テーベとその墓地遺跡
BC2000年後半の古代エジプト新王国時代の首都。カイロ南方約730km、現在のルクソール近辺。第18王朝時代に繁栄し、カルナックのアモン大神殿など多くの神殿、葬祭殿、墓が建設された。現存する遺構は、カルナックのアモン神殿や、第11王朝時代・第18王朝以降の葬祭殿、第18~20王朝時代の王墓(王家の谷)や王妃の墓などである。ルクソール神殿には、ラムセス2世の巨大な石像が3体ある。

source: NFUAJ

Oude stad Thebe met haar necropolis

Thebe was de hoofdstad van Egypte tijdens periodes van het Middenrijk en het Nieuwe Rijk. De stad bevat de mooiste overblijfselen van de geschiedenis, kunst en religie van het oude Egypte. Honderden vorsten, van farao's tot Romeinse keizers, hebben de stad opgeluisterd met architectuur, obelisken en beeldhouwkunst. De stad is een opvallende getuigenis van de Egyptische beschaving op zijn hoogtepunt, met tempels en paleizen in Karnak en Luxor en de begraafplaatsen van de Vallei van de Koningen en de Vallei van de Koninginnen. Op ongeveer drie kilometer van Luxor ligt het monumentale tempelcomplex van Karnak en de prachtige funeraire tempel van Ramses II.

Source : unesco.nl

Temple de Karnak, entrée © Emmanuel Pivard
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Thèbes antique était la cité du dieu Amon et la capitale de l’Égypte au Moyen et au Nouvel Empire. Elle se situe à environ 700 km au sud du Caire sur les rives du Nil. Avec les temples et les palais de Karnak et de Louxor, et les nécropoles de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines, Thèbes est un témoignage saisissant de la civilisation égyptienne à son apogée, lorsque la ville devint la capitale d’un empire qui s'étendait de l’Euphrate jusqu’au nord du Soudan.

Le bien en série tripartite est constituée des deux temples de Karnak et Louxor sur la rive Est du Nil, et d’une vaste zone archéologique sur la rive Ouest constituée de sept temples ou complexes désignés, couvrant une superficie de 7 390 ha, avec une zone tampon de 444 ha.

Thèbes antique était l’une des villes les plus riches et importantes de l'Égypte antique. Durant la plupart des périodes de l’histoire de l’Égypte antique, Thèbes fonctionna comme capitale religieuse du pays. À certaines époques, telles que la Deuxième Période intermédiaire (v. 1650-1550 AEC), suite à l’invasion des Hyksos (peuple d’Asie de l’Ouest) qui avaient repris le contrôle du nord de l’Égypte en établissant leur capitale dans la ville du delta oriental connue sous le nom d’Avaris, les dynasties égyptiennes locales (XVIe et XVIIe dynasties) régnaient depuis Thèbes.

Les vestiges d’une cité antique d'environ 1500 à 1000 AEC figurent parmi les plus spectaculaires d’Égypte, avec une population de peut-être 50 000 habitants. Même sous le Moyen Empire, quatre siècles plus tôt, Thèbes avait acquis la réputation d’être une des plus grandes villes de l’ancien monde. Les Égyptiens y avaient érigé les immenses complexes des temples de Karnak et Louxor. Ce sont deux des plus grandes structures religieuses jamais construites et les résidences de prêtrises riches et puissantes. Sur la rive Ouest s’étend la nécropole thébaine couvrant environ 10 km² où les archéologues ont découvert des milliers de tombes, des dizaines de temples et une multitude de maisons, villages, sanctuaires, monastères et postes de travail.

Thèbes inclut des zones sur les rives Est et Ouest du Nil. La rive Est contient la ville vivante ainsi que quatorze temples, dont les plus célèbres sont les temples de Louxor et Karnak. La rive Ouest est connue comme la « Cité des Morts ».

Critère (i) : Thèbes, cité du dieu Amon, est réputée pour ses temples dont les ruines imposantes font la gloire de Karnak et Louxor. Ces complexes absolument colossaux, qui ont été agrandis à maintes reprises, comprennent quelques-unes des réalisations les plus fascinantes de l’Antiquité : la Salle hypostyle de Karnak commencée par Séthi Ier et achevée par Ramsès II (mesurant 102 m de large et 53 m de profondeur, couvre une surface de 5 000 m2 ; son toit est soutenu par 134 colonnes, celles de la travée centrale mesurant 20,4 m avec un diamètre de 3,4 m) ; le temple d’Aménophis III à Louxor, un des chefs-d’œuvre les plus épurés de l’architecture égyptienne (XIVe siècle AEC). La nécropole thébaine ne cède en rien à l’importance ou à la beauté de ces monuments : il suffit d’observer les tombes de la Vallée des Rois (1500-1000 AEC) dont celle de Toutankhamon, celles de la Vallée des Reines où reposent, entre autres, Néfertari, épouse de Ramsès II, et sa mère Touy ; et, enfin, à Deir el-Bahari (Thèbes ouest) le temple funéraire de la reine Hatchepsout, avec ses immenses portiques, ses terrasses superposées sur les flancs de la montagne et ses fresques qui retracent son voyage au pays de Pount.

Critère (iii) : Les quelques exemples qui subsistent parmi ces splendides monuments servent à attester l'antiquité, la singularité et le caractère incomparable des ensembles thébains monumentaux.

Critère (vi) : Le complexe monumental et archéologique de Thèbes, avec ses temples, ses tombes et ses palais royaux, ses villages d’artisans et d’artistes, ses inscriptions, ses innombrables représentations figuratives d’une valeur aussi précieuse du point de vue esthétique que documentaire, constitue le témoin matériel de toute l’histoire de la civilisation égyptienne à partir du Moyen Empire jusqu’au début de l’ère chrétienne. De plus, les textes et les peintures sont la source d’information concernant les peuples et les cultures des pays voisins : la Nubie, le pays de Pount, la Libye, ainsi que la Syrie et les civilisations hittite et égéenne.

Intégrité

Thèbes antique et sa nécropole contient à l’intérieur de ses limites un nombre suffisant d’attributs essentiels qui soutiennent la valeur universelle exceptionnelle du bien, comme un ensemble d’une splendeur unique en excellente condition. La perfection des anciennes techniques de construction a assuré la résistance des monuments aux forces naturelles à travers le temps. Malgré les dommages inévitables des ans, ils affichent toujours leur beauté et transmettent leur inestimable valeur artistique et historique, en conservant tous les aspects qui les associent de manière directe et tangible aux événements et aux idées à caractère religieux et au développement des méthodes d’inhumation à travers les périodes. Les vicissitudes de l’histoire ont causé des dégâts considérables qui sont en train d’être réparés avec succès avec les chantiers de conservation et de restauration en cours qui améliorent la stabilité et la lisibilité des monuments, des tombes et des pyramides du bien.

Le bien ne souffre plus de l’élévation du niveau de la nappe phréatique et il est toujours sous pression à cause des risques d’inondation, tourisme /visiteurs/loisirs, des projets d’urbanisme et d'infrastructure majeure, et de l'empiètement de l’habitat et des terres agricoles.

Authenticité

La forme, la conception, les matériaux et la substance des monuments du bien depuis les temples, les tombes et les établissements humains, le caractérisent comme un des plus authentiques parmi les monuments connus de l’ancien monde. Le bien a conservé quasiment 80 % de sa forme et de son matériau d’origine. Les interventions sur certaines des structures les plus emblématiques ont été faites conformément aux principes internationaux de restauration concernant la lisibilité des édifices et le principe de réversibilité. L’emplacement et le cadre des monuments sont presqu’entièrement préservés. Le caractère authentique du site n’a subi aucune modification au cours des dernières années et jusqu’à maintenant il y a beaucoup d’événements et de croyances associés à l’histoire de l’Égypte, de sorte que les visiteurs ont encore la capacité d’expérimenter le caractère spirituel du site archéologique.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien occupe un vaste domaine avec ses composantes. Sa protection est assurée par un système complet de contrôle réglementaire régi conformément aux dispositions de la Loi n°117 de 1983 sur la protection des antiquités telle qu’amendée par la Loi n°3 de 2010, et des Lois n°91 de 2018 et n°20 de 2020 pour la protection des monuments qui établissent également les règles de conservation des sites archéologiques en Égypte, tandis que la Loi n°4 de 1994 sur l’environnement prévoit de même la protection du paysage naturel du site, la Loi n°114 de 2006 sur l’harmonie urbaine règlementant la démolition des bâtiments et installations non périssables, et préservant le patrimoine architectural, et la Loi n°119 de 2008 relative à la construction, aussi appelée la « Loi unifiée concernant la construction » qui a été publiée par un décret présidentiel et ratifiée par la Chambre du Parlement le 11 mai 2008 en vue de systématiser et réglementer le processus de construction dans toute la République.

Le bien appartient à l’État, à la Région et à des propriétaires privés. Ses divers éléments sont gérés et protégés par le Conseil suprême des Antiquités par le biais de l’Inspection des Antiquités de Louxor, en coordination avec le Gouvernorat de Louxor et autres autorités compétentes, en tant que système de gestion fonctionnel et efficace.

Le Ministère des Antiquités a conduit, par ailleurs, un certain nombre de vastes projets de maintenance, de conservation et de réhabilitation dans chaque secteur du bien. Ces projets sont réalisés avec la participation de tous les acteurs principaux, ainsi que la population locale, à la gestion du site. Les interventions dans le cadre de ces projets ont été menées conformément aux principes internationaux de restauration concernant la lisibilité des édifices et le principe de réversibilité.

À l’intérieur du bien de Thèbes antique et sa nécropole il y a douze grands sites archéologiques et c’est un défi majeur que de formuler un seul plan de gestion intégrée pour l’ensemble du bien incluant la conservation, la gestion prévisionnelle, la gestion des visiteurs et le développement des capacités. La conception d'un système de gestion globale, efficace et complet, impliquant toutes les parties prenantes clés à l’échelon national et local, est essentielle.

Un plan de gestion globale de l’ensemble du bien est actuellement en cours d’élaboration et l'État partie travaille sur la modification des limites du bien du patrimoine mondial pour inclure l’avenue des Sphinx, afin de veiller à ce que tous les attributs soient contenus à l’intérieur des limites du bien.

top