English Français

Parcs d'État et national Redwood

Redwood National and State Parks

Redwood National Park comprises a region of coastal mountains bordering the Pacific Ocean north of San Francisco. It is covered with a magnificent forest of coastal redwood trees, the tallest and most impressive trees in the world. The marine and land life are equally remarkable, in particular the sea lions, the bald eagle and the endangered California brown pelican.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parcs d'État et national Redwood

Région de montagnes longeant le Pacifique au nord de San Francisco, le parc national Redwood est couvert d'une magnifique forêt de séquoias à feuilles d’if – arbres les plus hauts et les plus impressionnants du monde. La faune marine et terrestre y est également remarquable, avec en particulier le lion de mer, l'aigle chauve et le pélican brun de Californie, une espèce menacée.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

منتزه ريدوود الوطني

منتزه ريدوود الوطني كناية عن منطقة من الغابات القائمة على طول المحيط الهادئ عند شمال ولاية سان فرانسيسكو وتغطيه غابة عظيمة من شجر كاليفورني فارع الطول من الفصيلة الصنوبرية ذات الخشب الأحمر. وفيه الحياة الحيوانيّة والأرضيّة ملفتة وخاصةً أسد البحر، النسر الأصلع وبجع كاليفورنيا الأسمر وهو صنف مهدد.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

红杉国家公园

红杉国家公园位于旧金山北部太平洋海岸的群山中,公园中成长着大量美国红杉,这是世界上最高最壮观的树种。国家公园内生活着的海洋生物和陆地生物同样引人注目,特别是海狮、秃鹰和濒临灭绝的加利福尼亚褐色塘鹅。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Национальный парк Редвуд

В этой гористой местности, выходящей к побережью Тихого океана к северу от Сан-Франциско, произрастают величественные леса из секвойи, которая считается самым высоким и массивным деревом на Земле. Дикая жизнь в прибрежной зоне и в лесах также представляет интерес, к примеру, морские львы, белоголовый орлан, и исчезающий вид – калифорнийский бурый пеликан.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parque nacional y parques estatales de Redwood

Situados al norte de San Francisco, en una región montañosa paralela a la costa del Pacífico, estos parques están cubiertos por un magnífico bosque de secuoyas, que son los árboles más altos e impresionantes del mundo. La fauna marina y terrestre del sitio es también notable, con especies como el león marino y el águila calva, o el pelícano pardo de California que se halla en peligro de extinción.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

レッドウッド国立及び州立公園

source: NFUAJ

Nationaal en staatspark Redwood

Het nationaal park Redwood bestaat uit een berggebied grenzend aan de Grote Oceaan ten noorden van San Francisco. Het is omringd door een prachtig bos van kustsequoia's (Sequoia sempervirens), de hoogste en meest indrukwekkende bomen ter wereld. Het zee- en landleven in het park is al even opmerkelijk; heel bijzonder zijn de zeeleeuwen, de Amerikaanse zeearend en de bedreigde bruine pelikaan. Het park is speciaal opgericht om de sequoia's te beschermen, ze komen namelijk alleen hier en in de staat Oregon voor. De cultuurlandschappen van Redwood weerspiegelen de Amerikaans-Indiaanse geschiedenis. De Indianen gebruikten het rode hout van de bomen om kano’s en huizen te bouwen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Le bord de mer à False Klamath
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La principale caractéristique des parcs est la forêt côtière de séquoias, vestige d’un groupe d’arbres qui existe depuis 160 millions d’années et qui peuplait jadis bon nombre de régions tempérées humides de la planète, mais qui reste maintenant confiné aux régions humides de la côte ouest de l’Amérique du Nord. Les parcs comptent quelques-uns des plus grands et des plus vieux arbres connus au monde. Une flore et une faune intertidales, marines et d’eau douce riches sont également présentes dans les deux milieux physiographiques distincts des montagnes côtières et du littoral où se développent les communautés de forêts anciennes et de cours d’eau.

Critère (vii) : Les Parcs d’État et national Redwood couvrent une région de montagnes côtières au bord de l’océan Pacifique. Ils sont couverts d’une magnifique forêt de séquoias à feuilles d’if (Sequoia sempervirens), une espèce vivante à la taille gigantesque et un des arbres les plus impressionnants au monde. Plusieurs des plus grands arbres connus à travers le monde se trouvent sur le site.

Critère (ix) : Les Parcs d’État et national Redwood conservent la plus grande et la dernière forêt ancienne côtière de séquoias contiguë au monde dans leur cadre forestier et côtier d’origine. 

Intégrité

La forêt ancienne de séquoias de 16 442 hectares des Parcs d’État et national Redwood préserve quelques-unes des plus vastes forêts anciennes côtières de séquoias contiguës au monde. Toutefois, lors de l’inscription, le bien comptait aussi quelque 15 400 hectares qui avaient fait l’objet de coupes intensives de séquoias des forêts côtières et d’autres spécimens de forêts anciennes. La majeure partie des terres qui avaient été ajoutées au parc national en 1978 avaient été déboisées préalablement à l’inscription. La législation portant sur l’extension du parc recommandait un programme de réhabilitation des bassins versants afin de réparer les dommages causés par les coupes à blanc. Les forêts anciennes inexploitées du site bénéficient d’une protection maximale en vertu des lois et des politiques régissant la gestion de toutes les unités du Service des Parcs nationaux des États-Unis (National Park Service - NPS) et des Parcs d’État de Californie (California State Parks - CSP).

Des entreprises d’exploitation forestière ont replanté des arbres dans quelques-unes des parcelles déboisées, mais les pratiques sylvicoles d’ordinaire en usage après l’abattage, comme l’éclaircissement, n’ont pas été mises en œuvre suite à l’agrandissement du parc. D’autres terrains inclus dans le site n’ont pas été plantés, mais on y a laissé repousser les arbres sans la moindre intervention. Ces peuplements de seconde venue ne possèdent pas les caractéristiques structurelles, écologiques et esthétiques propres aux forêts anciennes inexploitées. Les écologistes de la végétation et les forestiers estiment que le développement des conditions de croissance des vieux peuplements/forêts en fin de transition sera retardé dans certains peuplements de seconde venue à moins d’avoir recours aux pratiques sylvicoles. Compte tenu du niveau d’exploitation forestière atteint dans le passé, des milliers d’hectares à l’intérieur du bien ne possèdent pas les qualités qui en font un site d’une importance internationale exceptionnelle ou qui fournissent un habitat adéquat aux espèces menacées comme le guillemot marbré. Le Service des parcs nationaux et les Parcs d’État de Californie élaborent des plans visant à restaurer les peuplements de seconde venue et à raccourcir le temps nécessaire aux forêts exploitées pour réatteindre les caractéristiques des forêts en fin de transition.

Le programme de réhabilitation des bassins versants a supprimé plusieurs centaines de kilomètres d’anciennes routes forestières qui menaçaient l’intégrité et la fonction des bassins versants des parcs. Les Parcs d’État et national Redwood continuent à travailler avec des propriétaires fonciers privés afin de diminuer les menaces qui pèsent sur les ressources du parc en atténuant les impacts liés à la mauvaise qualité de construction des routes forestières mal entretenues à l’extérieur des limites des parcs.

Le bien comporte 60 km d’eaux côtières éloignées qui constituent un habitat important et des aires de reproduction pour les oiseaux de rivage, les oiseaux de mer, les mammifères marins et les poissons de roche. Les eaux océaniques au large de ses côtes sont, en outre, désignées en tant que Zone d’importance biologique particulière du Parc national Redwood (ASBS) et sont protégées contre les rejets de déchets par la règlementation du Bureau de contrôle des ressources en eau de l’État. Le bien est cependant confronté au défi permanent que constituent l’élévation du niveau de la mer, les changements d’acidité des océans et les espèces envahissantes. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Les Parcs d’État et national Redwood sont la propriété du Gouvernement des États-Unis et de l’État californien. 

Le Parc National Redwood a été créé par le Congrès des États-Unis en 1968 pour assurer la protection permanente des forêts anciennes de séquoias et des écosystèmes associés, y compris des terres que comptent les trois parcs d’État établis par la législature californienne dans les années 1920 (Prairie Creek Redwoods, Del Norte Coast Redwoods et Jedediah Smith Redwoods). En constituant le Parc national Redwood avec les trois parcs d’État figurant à l’intérieur de ses limites, le Congrès a créé un parc fédéral d’une surface totale de 22 646 hectares. En 1978, il a procédé à son extension afin de protéger les forêts de séquoias irremplaçables contre les dommages causés par l’utilisation des terres en altitude et en amont. Le Congrès a fait l’acquisition de 19 281 hectares pour obtenir une surface totale de 41 927 hectares. La surface totale de la forêt ancienne de séquoias inscrite en 1980 était de 16 193 hectares.

Les limites du bien ont été modifiées à plusieurs reprises depuis 1980, notamment en 1981, 1985, 2000 et 2005. Suite à ces modifications, les parcs ont acquis 12 241 hectares de nouvelles terres, dont 249 hectares de forêts anciennes de séquoias. À compter de 2018, la taille des Parcs d’État et national Redwood est de 54 168 hectares et celle des forêts anciennes de séquoias totalise 16 442 hectares.

En mai 1994, le Service des parcs nationaux et le Département des parcs et des divertissements de la Californie ont signé un accord de gestion concertée permettant de gérer dans un esprit de coopération les quatre unités du parc en tant que Parcs d’État et national Redwood. Les parcs sont gérés indéfiniment pour la protection des ressources et le plaisir des visiteurs conformément au droit fédéral et au droit de l’État. Le Parc national Redwood est administré sous l’autorité du Service des parcs nationaux en vertu de la loi organique qui a instauré le Service des parcs nationaux des États-Unis. Le parc est, en outre, doté d’une législation habilitante spécifique qui fournit une orientation générale du Congrès concernant les objectifs principaux du parc. De nombreuses autres lois fédérales ajoutent des niveaux de protection supplémentaires au parc et à ses ressources. La gestion quotidienne est supervisée par le Directeur du parc. 

Les buts et les objectifs de gestion du bien ont été élaborés dans le cadre d’un plan général de gestion/plan général mixte qui a été complété ces dernières années par des exercices de planification plus spécifiques au site, ainsi que de nombreux plans portant sur des questions et des ressources spécifiques. Le Service des parcs nationaux et les Parcs d’État de Californie ont par ailleurs établi des politiques de gestion qui offrent une plus large orientation à toutes les unités du Service des parcs nationaux et des Parcs d’État de Californie, y compris les Parcs national et d’État Redwood.

Le parc national travaille en étroite concertation avec d’autres organismes de gestion des terres et des eaux dans la région plus vaste du Pacifique Nord afin de protéger les ressources communes. 

L’office des Parcs d’État de Californie collabore aussi étroitement avec d’autres organes de gestion des terres et des eaux dans la région plus vaste du nord-ouest de l’État afin de protéger les ressources communes. La protection à long terme et la gestion effective du site contre les menaces potentielles exigent une surveillance constante de l’état des ressources, notamment par l’intermédiaire du programme d’inventaire et de surveillance (I&M) de NPS. Le réseau I&M de Klamath auquel appartient Redwood a développé plusieurs « signes vitaux » pour suivre un sous-ensemble d’éléments et de processus physiques, chimiques et biologiques considérés comme représentatifs de la santé ou de l’état général des ressources des parcs. À Redwood, ces signes vitaux incluent les populations d’oiseaux, les espèces envahissantes, les communautés intertidales, la végétation terrestre, la couverture terrestre, l’utilisation des sols et autres.

Les gestionnaires du parc sont chargés de la planification et des opérations du site avec la contribution et l’appui de partenaires, en particulier des institutions scientifiques et éducatives telles que l’Université d’Etat de Humboldt, des ONG comme Save the Redwoods League et Smith River Alliance, les acteurs et exploitants fonciers locaux, et les peuples autochtones tels que la Tribu des Yurok, la Nation Tolowa Dee-ni’ et Elk Valley Rancheria. Ces partenariats précieux et de plus en plus importants contribuent à faire en sorte que les forêts de séquoias et les écosystèmes associés soient bien protégés et, le cas échéant, que les projets de restauration mis en œuvre soient financés pour préserver à jamais ces magnifiques ressources mondiales.