Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Nécropoles étrusques de Cerveteri et de Tarquinia

Etruscan Necropolises of Cerveteri and Tarquinia

These two large Etruscan cemeteries reflect different types of burial practices from the 9th to the 1st century BC, and bear witness to the achievements of Etruscan culture. Which over nine centuries developed the earliest urban civilization in the northern Mediterranean. Some of the tombs are monumental, cut in rock and topped by impressive tumuli (burial mounds). Many feature carvings on their walls, others have wall paintings of outstanding quality. The necropolis near Cerveteri, known as Banditaccia, contains thousands of tombs organized in a city-like plan, with streets, small squares and neighbourhoods. The site contains very different types of tombs: trenches cut in rock; tumuli; and some, also carved in rock, in the shape of huts or houses with a wealth of structural details. These provide the only surviving evidence of Etruscan residential architecture. The necropolis of Tarquinia, also known as Monterozzi, contains 6,000 graves cut in the rock. It is famous for its 200 painted tombs, the earliest of which date from the 7th century BC.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Nécropoles étrusques de Cerveteri et de Tarquinia

Ces deux grandes nécropoles étrusques reflètent divers types de pratiques funéraires entre le IXe et le Ier siècle avant J.C. et comptent parmi les plus beaux témoignages du monde étrusque, cette civilisation urbaine du nord de la Méditerranée. Certaines tombes du site sont monumentales, taillées dans la roche et surmontées d’impressionnants tumuli. Nombre d’entre elles comportent des bas-reliefs, tandis que d’autres renferment de remarquables peintures murales. La nécropole proche de Cerveteri, connue comme Banditaccia, comprend des milliers de tombes disposées selon un plan quasi urbain, avec des quartiers, rues et petites places. Les tombes sont de divers types : tranchées creusées dans le roc, tumuli, ou d’autres taillées dans la roche en forme de cabane ou de maison avec un luxe de détails architecturaux. Elles constituent l’unique témoignage qui nous soit parvenu de l’architecture résidentielle étrusque. La nécropole de Tarquinia, également appelée Monterozzi, contient 6000 tombes creusées dans la roche. Elle est célèbre pour ses 200 tombes peintes, dont les plus anciennes remontent au VIIe siècle avant J.C.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

المقابر الأترورية في تشيرفيتيري وتاركينيا

تعكس هاتان المقبرتان الأتروريتان الكبيرتان أنواعًا متعددة من الممارسات الجنائزية بين القرن التاسع والقرن الأول ف.م. وتعتبَر من أجمل الشهادات في العالم الأتروريّ، أي تلك الحضارة الحضرية في شمال المتوسط. كما أن بعض قبور الموقع هائلة منحوتة في الصخر وتعلوها رُكَم مذهلة. ويحتوي كثير منها على نُقيشات بينما تحوي أخرى رسومًا جدارية مذهلة. فالمقبرة القريبة من "تشيرفيتيري" المعروفة بـ"بانديتاتشا" ، تحتوي على آلاف القبور المصفوفة حسب خطة شبه حضرية، مع أحياء، وشوارع وساحات صغيرة. والقبور من أنواع مختلفة: خنادق محفورة في الصخر، ورُكَم، أو أخرى منحوتة في الصخر بشكل أكواخ أو بيوت مع إسهاب بالتفاصيل الهندسية. وهي تشكل الشهادة الوحيدة التي وصلتنا من الهندسة المعمارية السكنية الأترورية. أما مقبرة "تاركينيا" والتي تسمّى أيضًا "مونتيروتزي" فهي تحتوي على 6000 قبر محفور في الصخر. وهي مشهورة بقبورها الـ 200 الرسومة والتي يعود أقدمها إلى القرن السابع ق.م.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

塞尔维托里和塔尔奎尼亚的伊特鲁立亚人公墓

这两座巨大的伊特鲁立亚人墓葬反映了公元前9世纪至公元前1世纪不同的墓葬形式,是伊特鲁立亚文化成就的见证。它们在九个多世纪里推动了地中海北部地区最早的城市文明的发展。有些坟墓以岩石刻成,上面是给人深刻印象的墓丘。坟墓的墙壁上有很多质量精美的壁画和岩石雕刻。靠近塞尔维托里的墓地又以公墓见称,包括数千个以类似城市规划的模式安置的墓地,带有街道、小广场和邻近居所。这里有不同类型的墓葬: 岩刻沟渠和坟墓,也有一些石刻的棚屋或房舍形状的墓室,带有许多更加精致的建筑结构。这些是伊特鲁立亚人民居建筑的仅存证明。塔尔奎尼亚墓葬群一般称之为曼特罗契(Monterozzi),包括了6000座岩石刻成的坟墓。其中200座有壁画的墓葬最著名,最早的可以追溯到公元前7世纪。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Этрусские некрополи близ Черветери и Тарквинии

Эти два больших этрусских кладбища отражают различные способы захоронения в период IX-I вв. до н.э. Некоторые из гробниц монументальны, они выбиты в скале, а сверху покрыты мощными земляными насыпями – «тумули». На стенах многих гробниц нанесены различные изображения прекрасного качества, вырезанные или расписные. Некрополь около Черветери, известный как Бандитаччия, содержит тысячи гробниц, размещенных по плану, подобному городскому, т.е. с улицами, небольшими площадями и кварталами. Некрополь Тарквинии, также известный как Монтероцци, включает около 6 тыс. каменных могил, вырубленных прямо в скалах. Он славится своими 200 расписанными гробницами, самая ранняя из которых датируется VII в. до н.э.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Necrópolis etruscas de Cerveteri y Tarquinia

Estas dos grandes necrópolis son testigos de los distintos ritos funerarios practicados por los etruscos desde los siglos IX a I a.C. y son una de los mejores testimonios de la cultura de este pueblo, creador de la primera civilización urbana del norte del Mediterráneo Algunas de sus tumbas, excavadas en la roca y rematadas por túmulos impresionantes, son grandiosas. Muchas de ellas están ornadas con bajorrelieves o pinturas murales de calidad excepcional. La necrópolis de Banditaccia, situada en las cercanías de la localidad de Cerveteri, posee miles de tumbas cuya disposición está organizada en función de un trazado análogo al plan urbanístico de una ciudad, con sus barrios, calles y plazuelas. Las tumbas de este cementerio son de tipos muy diferentes: túmulos, zanjas excavadas en la piedra y oquedades practicadas en la roca en forma de chozas o casas con gran profusión de elementos estructurales, que hacen de ellas los únicos vestigios existentes de la arquitectura residencial etrusca. La necrópolis de Tarquinia, conocida con el nombre de Monterozzi, posee 6.000 sepulcros cavados en la roca y es famosa por los 200 que están ornados con pinturas. Las sepulturas más antiguas datan del siglo VII a.C.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

チェルヴェテリとタルキニアのエトルリア古代都市群
イタリア北部にある2つの大規模なエトルリア時代の墳墓には、紀元前9~前1世紀の異なる埋葬習慣が見られ、エトルリア文化の到達点を示すものとなっている。中には、岩を切り、その上を埋葬塚で覆った重要な墳墓もある。チェルヴェテリに隣接した墳墓はバンディタッチアという名で知られ、何千もの墓が、道路や四角形の区域とともに都市のように構成されている。別名モンテロッツィとも呼ばれるこのタルキニアには、岩を切り込んで造られた6000もの墳墓がある。ここは、壁画が描かれた200墳墓で知られ、最も早いものは紀元前7世紀に造られている。

source: NFUAJ

Etruskische necropolissen van Cerveteri en Tarquinia

De Etruskische begraafplaatsen weerspiegelen verschillende soorten begrafenispraktijken van de 9e tot de 1e eeuw voor Christus en getuigen van de verworvenheden van de Etruskische cultuur. Deze ontwikkelde gedurende ruim negen eeuwen de vroegste stedelijke beschaving in het noordelijk Middellandse Zeegebied. Sommige graven zijn uit rotsen gekerfd en bekroond met tumuli (grafheuvels). Veel grafkamers hebben houtsnijwerk of schilderingen op hun muren. De necropolis in de buurt van Cerveteri (Banditaccia) bevat duizenden graven georganiseerd in een stadachtige indeling, met straatjes, pleintjes en buurten. De necropolis van Tarquinia (Monterozzi) telt 6.000 rotsgraven waarvan er 200 beschilderd zijn. De oudste dateert uit de 7e eeuw vóór Christus.

Source : unesco.nl

Nécropoles étrusques de Cerveteri et de Tarquinia
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le bien englobe les deux nécropoles de Banditaccia et Monterozzi, les plus grands cimetières des anciennes cités-États étrusques de Cerveteri et Tarquinia. Les deux cités ont été érigées près de la côte centrale occidentale de l’Italie, au nord de la ville de Rome. Elles représentent à elles deux la majeure partie des découvertes archéologiques les plus significatives liées à cette civilisation sur une période de neuf siècles. Les deux nécropoles et leurs zones tampons couvrent un vaste territoire – un bien d’une surface totale de 326,93 ha et une zone tampon de 4 932,11 ha.

La nécropole proche de Cerveteri, connue sous le nom de Banditaccia, abrite des milliers de tombes disposées selon un plan semblable à celui d’une ville, avec ses rues, ses petites places et ses quartiers. Le site de 197,57 ha qui date du IXe siècle avant notre ère, comporte des types de tombes très divers : des tranchées creusées dans le sol, des tumuli regroupant souvent plusieurs chambres funéraires et quelques sépultures également sculptées dans la roche, en forme de cabanes ou de maisons avec un luxe de détails architecturaux. La nécropole de Banditaccia qui compte parmi les plus importantes de l’Antiquité, reproduit la ‘cité des vivants’. Du fait qu’il subsiste peu d’information écrite sur les Étrusques, ce site offre un témoignage exceptionnel sur l’architecture domestique étrusque de l’époque archaïque à la période hellénique.

La nécropole entière de Tarquinia, également connue sous le nom de Monterozzi, abrite 6 000 tombes taillées dans la roche. Couvrant 129,36 ha, c’est l’un des plus grands espaces funéraires connus. Tarquinia est célèbre pour ses 200 tombes peintes, dont les premières remontent au VIIe siècle avant notre ère. Ces peintures inédites sont une parfaite illustration de l’art classique de l’époque pré-romaine existant dans le bassin méditerranéen.

Les cimetières étrusques de Cerveteri et Tarquinia offrent ensemble le seul témoignage important de cette population qui créa la première culture urbaine de la Méditerranée occidentale ayant perduré pendant environ 700 ans, du VIIIe au Ier siècle avant notre ère, au centre de l’Italie, depuis le nord du Latium jusqu’en Toscane.

Les nécropoles sont connues depuis des siècles. Michel-Ange s’est rendu à Tarquinia pendant la Renaissance et un dessin évocateur du site est conservé dans les archives Buonarroti de Florence.

Critère (i) : Les nécropoles de Tarquinia et Cerveteri sont des chefs-d’œuvre du génie créateur humain : les peintures murales de grande taille de Tarquinia sont exceptionnelles, à la fois pour leurs qualités formelles et leur contenu qui révèlent des aspects de la vie, de la mort et des croyances religieuses des anciens Étrusques. Cerveteri illustre remarquablement, dans un contexte funéraire, les mêmes concepts d’urbanisme et d’architecture que ceux d’une cité antique.

Critère (iii) : Les deux nécropoles constituent un témoignage unique et exceptionnel de l’ancienne civilisation étrusque, seul type de civilisation urbaine de l’Italie pré-romaine. En outre, la description de la vie quotidienne dans les tombes peintes à fresque dont beaucoup sont les répliques de maisons étrusques, est un témoignage unique de cette culture disparue.

Critère (iv) : De nombreuses tombes de Tarquinia et Cerveteri représentent des types de constructions qui n’existent plus sous aucune autre forme. Les cimetières, inspirés du modèle des cités étrusques, comptent parmi les plus anciens de la région.

Intégrité

Le bien et la zone tampon qui entoure les nécropoles de Cerveteri et Tarquinia, comprend tout le territoire qu’occupaient jadis les deux centres habités et les nombreux autres cimetières voisins. Les deux sites archéologiques couvrent une immense étendue dont la quasi-totalité a déjà été fouillée. Le bien est en bon état de conservation et fait l’objet d’un suivi permanent assuré par les autorités compétentes au sein du ministère responsable du patrimoine culturel.

Plusieurs chambres funéraires de Cerveteri découvertes au début du XXe siècle, comme la ‘tomba dei Rilievi (tombe des Reliefs) et celles ‘dei Sarcofagi’, 'del Triclinio’ et ‘dell’Alcova’, contenaient des artefacts déplacés dans la collection particulière du marquis Campana, puis dans plusieurs musées en Italie et à l’étranger (y compris les musées du Louvre et de l’Ermitage). Dans les années 1960, certaines peintures murales de Tarquinia ont été détachées et placées dans des musées, mais cette pratique a été abandonnée depuis. Les musées archéologiques associés à chacune des nécropoles jouxtent les sites et s’inscrivent dans la zone tampon.

Les nécropoles couvrent un vaste territoire qui inclut la zone tampon, y compris les terrains appartenant à des particuliers. Des efforts sont faits à Tarquinia pour que l’État acquière ces parcelles privées.

Les autorités sont conscientes que le bien est menacé par des constructions illégales dans la zone tampon, notamment sur les terres agricoles de Cerveteri. De plus, l’impact du tourisme sur les vestiges archéologiques fragiles, en particulier les tombes peintes, est jugé préoccupant.

Authenticité

Les nécropoles de Cerveteri et Tarquinia préservent les informations dont nous disposons sur la civilisation étrusque en matière d’urbanisme et d’architecture domestique. La topographie subsistante correspond à la configuration des premiers centres urbains étrusques sur les plateaux. En outre, l’authenticité du bien est confirmée par la permanence de la structure architecturale des tombes dont l’intérieur sauvegarde les décors peints d’une valeur inestimable qui sont encore distinctement visibles. De plus, la préservation du plan de Banditaccia qui imite un tracé urbain, inclut la préservation de la forme, de la conception et des matériaux des tombes structurelles.

Tous les travaux de conservation ont été exécutés dans le respect du Code national de la restauration et ses principes établis, y compris l’usage de techniques artisanales et de matériaux locaux.

Éléments requis en matière de gestion et de protection

Le site archéologique de Banditaccia à Cerveteri a été entièrement exproprié il y a quelque temps pour cause d’utilité publique ; de ce fait, le bien est devenu propriété de l’État et appartient au ‘domaine culturel’. La nécropole de Monterozzi à Tarquinia qui n’a été que partiellement expropriée (zone du Calvario, nécropole Scataglini et tombes de la Doganaccia), est à la fois propriété de l’État et propriété privée. La législation nationale, en vertu du décret de loi n° 42/2004, prévoit des mesures de sauvegarde appropriées qui garantissent le plein contrôle du patrimoine archéologique sous l’égide du ministère responsable du patrimoine culturel. S’agissant du bien et de la zone tampon, la législation nationale, régionale et locale règlemente également la protection de l’intérêt paysager et la gouvernance territoriale.

Conformément à la législation nationale, l’ensemble du bien et la zone tampon tombent dans le périmètre d’une zone déclarée par l’État « zone d’intérêt archéologique », soumise à des règles très strictes en matière de protection, qui disposent que toute activité sur le site est soumise à l’approbation du ministère en charge du patrimoine culturel. Les fouilles doivent être menées ou autorisées par le ministère.

De nombreuses études interdisciplinaires analysent les causes de dégradation du bien et les mesures de prévention possibles. Les principales menaces identifiées qui affectent les nécropoles relèvent de facteurs environnementaux. Les risques majeurs pour les tombes peintes sont dus à l’ouverture de ces chambres funéraires aux visiteurs dont la présence exerce un impact négatif sur les conditions thermiques et hygrométriques. Il existe aussi un risque d’incendie dans les nécropoles dû à la sécheresse estivale.

La gestion du bien incombe au ministère responsable du patrimoine culturel qui assure la protection, la conservation et la jouissance publique des lieux.

Un espace clôturé à l’intérieur du bien est ouvert tous les jours au public (deux parcs de stationnement ont été aménagés sur le site de Banditaccia à l’intention des visiteurs et des groupes scolaires). Afin de concilier conservation et tourisme, une politique d’admission spécifique vise à réguler le flux de visiteurs dans chaque tombe (par exemple, des barrières en verre contrôlées protègent les tombes de Tarquinia des variations micro-climatiques). Des fouilles archéologiques, des travaux de recherche et de conservation se poursuivent sur le terrain.

Le plan de gestion du bien se divise en cinq différents plans d’action : le plan de connaissances, le plan de protection et de conservation, le plan de mise en valeur du patrimoine culturel, le plan de développement économique et le plan de sensibilisation, formation et promotion culturelle.

Le ministère responsable, à travers son office périphérique, assure la planification, la mise en œuvre et la coordination des activités du plan de gestion. Par ailleurs, le ministère responsable du patrimoine culturel, les autorités gouvernementales du Latium et les municipalités de Cerveteri et de Tarquinia ont signé en 2003 un protocole d’accord les engageant à travailler de concert à la protection et à la réhabilitation des zones voisines des nécropoles. Des patrouilles régulières sont menées par les gardiens locaux pour empêcher les constructions illégales dans la zone tampon.

Les deux municipalités contribuent aussi à la mise en œuvre et au renforcement du plan de gestion. Les deux municipalités de Cerveteri et Tarquinia collaborent à un plan de promotion culturelle qui propose des activités éducatives spécifiques dans les écoles publiques.
top