Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Un projet touristique mexicain annulé pour protéger le Golfe de Californie, bien du patrimoine mondial

samedi 30 juin 2012
access_time Lecture 2 min.
Le Parc national marin de Cabo Pulmo, qui fait partie des îles et des aires protégées du Golfe de Californie (Mexique), site du patrimoine mondial.

Le Centre du patrimoine mondial a reçu aujourd’hui une lettre de la Commission nationale pour les Aires naturelles protégées du Gouvernement du Mexique, l’informant officiellement que le gouvernement avait retiré tous les accords donnés pour le développement d’un tourisme de masse près du Parc national marin de Cabo Pulmo (CPNP en anglais). Le CPNP fait partie des grandes îles et des aires protégées du Golfe de Californie, bien inscrit au patrimoine mondial en 2005.

La proposition annonçait le développement de plus de 30 000 chambres d’hôtel, de deux terrains de golfe, et d’un port de plaisance, sur une période de 40 ans et ce aux portes mêmes du parc national.  Ce projet a soulevé de vives préoccupations quant à l’impact de son développement sur le CPNP – une des rares réussites en terme de conservation marine. Créée en 1995, l’aire contient l’unique ensemble corallien du Golfe de Californie. Les communautés locales ont joué un rôle clé dans la conservation de cette aire, en ce sens qu’ils ont adapté leur activité, passant de la pêche au tourisme. Ce changement a conduit à la restauration de grands bancs de poisson dans des aires d’où ils avaient auparavant complètement disparu. Un tourisme à petite échelle fournit désormais un mode de vie durable pour beaucoup d’anciennes familles de pêcheurs, avec la plongée sous-marine comme principale attraction.

Le Gouvernement du Mexique avait invité le Centre du patrimoine mondial, ainsi que le Secrétariat de la Convention de Ramsar  pour les zones humides et l’UICN à mener une mission technique de conseil sur le site en novembre dernier. La mission a eu lieu réunissant de nombreux intervenants, dont les promoteurs du projet, le gouvernement local, des membres de la communauté et d’autres encore, et rapportant leurs avis aux autorités gouvernementales.

Le Centre du patrimoine mondial se réjouit de cette nouvelle. Il est clair que l’équilibre entre le développement et la conservation n’est pas une tâche aisée et que, parfois, cela nécessite de prendre des décisions difficiles. Dans le cas présent, le Centre du patrimoine mondial est convaincu que la décision aidera à garantir la conservation sur le long terme d’une des plus grandes et exceptionnelles aires marines du monde.

samedi 30 juin 2012
access_time Lecture 2 min.
Activités (1)
États parties (1)
Régions (1)
Amérique latine et Caraïbes
top