Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Journée du patrimoine mondial Africain 2022 : Jeunesse et technologies numériques pour la promotion et sauvegarde du patrimoine africain

mardi 17 mai 2022 à 17:00
access_time Lecture 3 min.

La Journée du patrimoine mondial africain est célébrée chaque année le 5 mai afin de rappeler et de reconnaître l'importance de la promotion et la sauvegarde du Patrimoine mondial de l'UNESCO en Afrique au profit des générations présentes et futures. Pour célébrer la 7e édition de la Journée du patrimoine mondial africain, le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, en collaboration avec le Fonds pour le patrimoine mondial africain (FPMA), a organisé un webinaire sous le thème : «Jeunesse et technologies numériques pour la promotion et la sauvegarde du patrimoine africain » pour l’année 2022.

« Les jeunes reconnaissent que le patrimoine n'appartient pas seulement au passé mais fait également partie de leur identité, favorisant la compréhension interculturelle, le respect de la diversité et la création d'un écosystème d'innovation culturelle. Il devient important pour nous, en tant qu'acteurs du patrimoine, de pouvoir connecter et inspirer les jeunes africains sur les perspectives offertes par le développement des nouvelles technologies couplées à leur riche patrimoine, éléments vitaux pour préserver des menaces qui pourraient survenir », a déclaré Lazare Eloundou Assomo, Directeur du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Exc. Monsieur Souleymane Jules Diop, Ambassadeur Délégué permanent du Sénégal auprès de l'UNESCO et Président du groupe Afrique de l’UNESCO, est intervenu en soulignant le rôle que jouent la numérisation et les nouveautés technologiques dans l'entretien de notre patrimoine. Rappelant les mots du discours d'ouverture, S.Exc. a noté certains des défis auxquels sont confrontés les sites du patrimoine africain et comment les nouvelles technologies numériques révolutionnaires pourraient potentiellement contribuer à la sauvegarde efficace du patrimoine et à l'engagement des communautés.

Monsieur Albino Jopela, Responsable des programmes du FPMA, a souligné la contribution des jeunes à l'innovation et à la créativité technologique et comment celles-ci mènent aux objectifs sociétaux mondiaux. M. Jopela a également indiqué que les jeunes constituent un public clé et une force motrice des activités du FPMA quand ils sont engagés dans des projets axés sur le patrimoine pour le développement durable.

Après les remarques d'ouverture, certains experts du patrimoine et de la technologie numérique ont été invités en tant que panélistes à explorer les défis et les opportunités qui découlent de la numérisation en Afrique dans une discussion animée par Madame Fatma Twahir, responsable du site du patrimoine mondial de Fort Jesus, Mombasa au Kenya. Messieurs Bastien Varoutsikos et Mohamed Alhassane de l'ICONEM ont fait une présentation sur l'utilisation des technologies émergentes pour la documentation, le suivi et la promotion du patrimoine, tandis que Monsieur Abubakar Diwani Kakari de l'Université d'État de Zanzibar a décrit les nombreuses possibilités composant la numérisation et la gestion des sites du patrimoine. Monsieur Mallé Guèye a expliqué comment les drones et les dispositifs automatisés avaient été utilisés dans la conservation du patrimoine, plus précisément dans le Parc national des oiseaux du Djoudj au Sénégal. En outre, la composante socio-économique de la numérisation du patrimoine, les présentations de Messieurs Primož Kovačič, de Spatial Collective et Richard Hayes, de l’Africa Business Group, ont discuté des opportunités découlant de la numérisation du patrimoine culturel et du tourisme intelligent.

Leurs interventions ont servi de point de départ à une discussion approfondie et ouverte, animée par Madame Feven Tewolde Eqbamicael, Gestionnaire du projet « Lalibela Rock-Hewn Churches».

Le webinaire a donné lieu à une conversation interactive sur l'évolution des pratiques de sauvegarde au cours des cinquante dernières années et sur ce que nous pouvons envisager dans les 50 prochaines à venir, avec les nouvelles technologies comme outils précieux et rapides pour sauvegarder et développer le patrimoine africain.

mardi 17 mai 2022 à 17:00
access_time Lecture 3 min.
Activités (1)
Régions (1)
Afrique
top