Avec l'actuelle pandémie COVID-19, le lien entre les dommages environnementaux et les pandémies a de nouveau été établi. Depuis des décennies, de nombreux peuples autochtones ont mis en garde contre les menaces croissantes qui pèsent sur le patrimoine naturel, si important pour leur survie. Grâce à leurs connaissances traditionnelles et à leur relation avec la nature, ils savent depuis longtemps que la dégradation environnementale peut déclencher des maladies.

Nous sommes toujours en plein combat contre la propagation de la pandémie, et dans ce contexte, il est plus important que jamais d'écouter les peuples indigènes et de sauvegarder leurs langues, leur culture et leurs connaissances traditionnelles. Leurs territoires abritent la plus grande partie de la biodiversité mondiale : ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur la manière de rééquilibrer notre relation avec la nature et de réduire le risque de futures pandémies. Le Forum international des peuples autochtones pour le patrimoine mondial aborde également les liens étroits entre la nature et la culture, la diversité biologique et culturelle.

Les peuples autochtones cherchent leurs propres solutions à cette pandémie. Ils prennent des mesures et utilisent les connaissances et les pratiques traditionnelles, telles que l'isolement volontaire et la fermeture de leurs territoires, ainsi que d'autres mesures préventives.

Une fois de plus, ils ont démontré leur grande capacité d'adaptation malgré le contexte exceptionnellement difficile. C'est pourquoi le thème de cette année est « COVID-19 et la résilience des peuples autochtones ». Un événement virtuel organisé par les Nations unies comprendra une table ronde sur les moyens novateurs dont disposent les peuples autochtones pour continuer à faire preuve de résilience et de force face à la pandémie, tout en faisant face aux graves menaces qui pèsent sur leur survie. Vous trouverez ici la page web des Nations unies sur la commémoration de 2020
https://www.un.org/development/desa/indigenous-peoples-fr/i