English Français
Aidez maintenant !

Tipasa

Tipasa

On the shores of the Mediterranean, Tipasa was an ancient Punic trading-post conquered by Rome and turned into a strategic base for the conquest of the kingdoms of Mauritania. It comprises a unique group of Phoenician, Roman, palaeochristian and Byzantine ruins alongside indigenous monuments such as the Kbor er Roumia, the great royal mausoleum of Mauretania.

Tipasa

Sur les rives de la Méditerranée, Tipasa, ancien comptoir punique, fut occupé par Rome, qui en fit une base stratégique pour la conquête des royaumes mauritaniens. Il comprend un ensemble unique de vestiges phéniciens, romains, paléochrétiens et byzantins, voisinant avec des monuments autochtones, tel le Kbor er Roumia, grand mausolée royal de Maurétanie.

تيبازا

تقع تيبازا على ضفاف البحر المتوسط وهي مركز تجاري بوني (قرطاجي) قديم. احتلّها الرومان وجعلوها قاعدة استراتيجية لفتح الممالك الموريتانية. تشمل تيبازا مجموعة فريدة من الآثار الفينيقية والرومانية والمسيحية القديمة والبيزنطية التي تتجاور مع النصب المحلية مثل قبر الرومية وهو الضريح الموريتاني الملكي الكبير.

source: UNESCO/ERI

提帕萨

蒂帕萨位于地中海海滨,原是古罗马统治下古迦太基人的贸易港,后成为征服毛利塔尼亚王国的战略基地。该遗址不仅有一系列腓尼基人、罗马人、古基督教和拜占庭时期的独特建筑群遗迹,还有当地的古迹,如宏伟的毛里塔尼亚皇家陵墓——克博·埃尔·罗米亚(Kbor er Roumia)。

source: UNESCO/ERI

Древний город Типаса

Находящаяся на средиземноморском побережье Типаса была древним пуническим торговым пунктом, захваченным римлянами и преобразованным в стратегическую базу для завоевания царств Мавритании. Здесь находится уникальная группа руин финикийского, древнеримского, раннехристианского, византийского происхождения, а также местные памятники, такие как Кбор-эр-Румиа и большой мавзолей царей Мавритании.

source: UNESCO/ERI

Tipasa

Situada en la costa del Mediterráneo, Tipasa fue una factoría cartaginesa conquistada por Roma, que la transformó en base estratégica para la conquista de los reinos mauritanos. El sitio posee un conjunto único en su género de vestigios fenicios, romanos, paleocristianos y bizantinos, así como monumentos autóctonos, entre los que figura el gran mausoleo real de Mauritania (Kbor er Rumia).

source: UNESCO/ERI

ティパサ

source: NFUAJ

Tipasa

Aan de oevers van de Middellandse Zee ligt Tipasa, een oude Punische handelspost veroverd door Rome. De Romeinen vormden de stad om tot een strategische uitvalsbasis voor de verovering van de koninkrijken van Mauritanië. Tipasa bestaat uit een unieke groep van Fenicische, Romeinse, paleochristelijke en Byzantijnse ruïnes met daarnaast ook inheemse monumenten, zoals de Kbor er Roumia, het grote koninklijke mausoleum van Mauritanië. Tipasa is een bundeling van de meest bijzondere archeologische complexen van de Maghreb. De stad is erg belangrijk voor de studie naar contacten tussen inheemse beschavingen en de kolonisatiegolven in de periode van de 6e eeuw voor tot de 6e eeuw na Christus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Tipasa est situé à 70 km à l'ouest d'Alger. C'est un bien en série composé de trois sites : deux parcs archéologiques localisés à proximité de l'agglomération urbaine actuelle et le Mausolée royal de Maurétanie, sis sur le plateau du Sahel occidental d'Alger à 11 km au sud-est de Tipasa.

Le site archéologique de Tipasa regroupe l'un des plus extraordinaires complexes archéologiques du Maghreb, et peut être le plus significatif pour l'étude des contacts entre les civilisations indigènes et les différentes vagues de colonisation du VIe siècle avant J.-C. au VIe siècle de notre ère. Cette ville côtière a d'abord été un comptoir carthaginois, dont la nécropole est l'une des plus anciennes et des plus étendues du monde punique (VIe au IIe siècle avant notre ère). Durant cette période, Tipasa a joué le rôle d'une escale maritime, un lieu d'échanges commerciaux avec les populations autochtones. De nombreuses nécropoles traduisent des modes d'inhumations et de pratiques funéraires très variées qui témoignent d'échanges d'influences multiculturelles remontant aux temps protohistoriques. L'édifice funéraire monumental de forme circulaire, dit Mausolée royal de Maurétanie, associe une tradition architecturale locale du type basina, à un mode de couverture en chemise tronconique à gradins, fruit de différents apports notamment hellénistiques et pharaoniques.

La période romaine est marquée par un ensemble prestigieux d'édifices, constitué de typologies architecturales très diversifiées. Du IIIe au IVe siècle de notre ère un essor religieux chrétien remarquable s'exprime par la multitude d'édifices religieux. Certains sont ornés de pavement en mosaïques de belle facture, illustrant des scènes quotidiennes, ou à motifs géométriques. L'invasion vandale des années 430 ne mit pas un terme définitif à la prospérité de Tipasa mais la ville, reconquise par les Byzantins en 531, n'allait cesser de décliner dès le VIe siècle.

Critère (iii) : Tipasa apporte un témoignage exceptionnel sur les civilisations puniques et romaines maintenant disparues.

Critère (iv) : Les vestiges architecturaux et archéologiques dedes sites de Tipasa illustrent des méthodes de construction et des traditions architecturales particulières au Maghreb antique. Intégrés dans leur espace naturel, ces sites présentent une singularité morphologique, urbanistique et architecturale qui les distingue des autres sites antiques méditerranéens et en fait un exemple unique. Tipasa reflète de manière très significative les contacts entre les civilisations indigènes et les vagues de colonisation punique et romaine entre le VIe siècle avant J.-C.et le VIe siècle de notre ère.

Intégrité (2009)

La délimitation des trois sites a été clarifiée et approuvée par le Comité du patrimoine mondial (décision 33 COM 8D, 2009). Elle intègre l'ensemble des vestiges qui témoignent des valeurs urbanistiques, architecturales, historiques et archéologiques exceptionnelles du bien. Le bien est rendu vulnérable sous l'effet du développement urbain et touristique à réguler et de la croissance de la population.

Authenticité (2009)

Les attributs urbanistiques et architecturaux, l'ornementation et les matériaux de construction, gardent leur aspect original qui exprime les valeurs, telles que définies lors de l'inscription du bien. Toutefois, ils sont vulnérables au manque de conservation, à l'envahissement par la végétation, le pâturage illégal et l'accès non réglementé des visiteurs.

Besoins en matière de protection et de gestion (2009)

Le cadre juridique et de gestion de ce bien comprend les lois 90-30 (loi domaniale), 98-04 (relative à la protection du patrimoine culturel), le Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur du site (PPSMV), le Plan d'occupation du sol approuvé par délibération de l'assemblée communale de Tipasa (POS) et le Plan de protection et de mise en valeur des sites archéologiques et de leur zone de protection (PPMVSA), en phase d'élaboration, codifié par le décret exécutif n° 324-2003. La gestion des sites archéologiques de Tipasa relève d'un nouvel établissement : l'Office de gestion et d'exploitation des  biens culturels, en coordination avec la Direction de la culture de la Wilaya (province).

Description longue

Tipasa comporte un groupe unique de vestiges phéniciens, romains, paléochrétiens et byzantins, ainsi que des monuments indigènes comme le Kbor er Roumia, le grand mausolée de Mauritanie.

Le site se trouve sur la côte méditerranéenne, 70 km à l'ouest d'Alger, et regroupe les structures archéologiques les plus extraordinaires du Maghreb. C'est probablement l'un des plus significatifs sur le plan des contacts entre les civilisations indigènes et les différentes vagues de colonisation qui se sont succédé du VIe siècle av. J.-C. au VIe siècle apr. J.-C. Cette ville côtière fut d'abord un port de commerce carthaginois, dont le cimetière est l'un des plus vastes du monde phénicien (VIe-IIe siècle av. J.-C.).

Le plus ancien établissement romain, protégé par des falaises et par un mur défensif rudimentaire, occupe une pente abrupte au centre de la ville. En 147 apr. J.-C., à l'époque de la guerre entreprise par l'empereur Antonin le Pieux contre les Mauritaniens, cette modeste agglomération fut entourée par un mur de 2 300 m de longueur. Ce rempart, qui est flanqué par des tours carrées ou rondes, comporte trois entrées principales, dont deux sont protégées par des bastions semi-circulaires comparables à ceux connus en Gaule et en Germanie. D'importants monuments, situés aussi bien au centre de la première ville que dans ses nouveaux quartiers, s'élèvent à l'intérieur de cette enceinte : le forum, la curia, le capitolium, deux temples, un amphithéâtre, un nymphaeum, un théâtre et des thermes.

Les ruines impressionnantes des bâtiments publics se dressent dans un réseau dense de maisons privées (dont beaucoup sont décorées de peintures et de mosaïques), d'entrepôts commerciaux et d'ateliers artisanaux des IIe et IIIe siècles. Le christianisme est attesté dans la ville au cours de la seconde moitié du IIIe siècle (Tipasa devint ensuite un évêché), et de nombreux édifices chrétiens y ont été construits. L'immense basilique du IVe siècle, qui comporte sept nefs, dont celle du centre fut plus tard subdivisée, et un baptistère de plan circulaire, se trouvait intra-muros, à l'ouest de la colline de Ras Knissia.

À l'extérieur de l'enceinte, un vaste cimetière chrétien s'est développé autour d'une chapelle funéraire construite par l'évêque Alexandre comme tombeau pour son prédécesseur. En face, à l'est, se trouvait la basilique des saints Pierre et Paul, tandis que la colline de Saint-Salsa conserve la tombe de ce martyr et l'église qui lui fut consacrée, qui devinrent un but de pèlerinage, et autour desquelles se développa un autre cimetière.

L'invasion barbare de 430 ne marqua pas la fin définitive de la prospérité de Tipasa. Conquise par les Byzantins en 534, elle commença à décliner irrémédiablement à partir du VIe siècle.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Publications