English Français

Recueil d'études de cas sur la conservation et la gestion des villes historiques

Depuis 2008 le Centre du patrimoine mondial dans le cadre de la Convention France-UNESCO, a apporté un soutien et a participé à l’initiative « Villes historiques en développement : des clés pour comprendre et agir. Un recueil d’études de cas sur la conservation et la gestion des villes historiques ». Ce projet a été initié par la Ville de Lyon, France, et mis en œuvre par l’Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM), le Getty Conservation Institute, le Conseil de l’Europe, le Comité international des villes et villages historiques (CIVVIH) d’ICOMOS, le Centre du patrimoine mondial (dans le cadre de la Convention France-UNESCO et des fonds extrabudgétaires néerlandais), et le ministère français de la Culture avec l’appui de nombreuses villes du patrimoine mondial et de villes françaises, en particulier, Lyon, Bordeaux, Albi ainsi que UrbaLyon, l’agence d’urbanisme de Lyon.

A partir d’une démarche participative s’appuyant sur les expériences des villes membres de l’OVPM, l’objectif de ce projet était :

  • produire une analyse sur la conservation urbaine et identifier les outils développés par les gestionnaires de sites et les décideurs à partir de cas spécifique de projets urbains proposés par les villes ainsi que de partager les compétences développées par les gouvernements locaux. L’enjeu était d’identifier les stratégies et processus de conservation urbains à la lumière de mises en œuvre de projets, et ainsi montrer les articulations positives entre conservation et développement ;
  • constituer un corpus de fiches synthétiques faisant l’objet d’une analyse et d’une synthèse au sein d’une base de données ;
  • créer une dynamique de partenariat au sein du réseau des villes.

Ce projet de recueil d’étude de s’inscrivait dans les réflexions des différents partenaires sur le rôle de la culture dans les questions de développement urbain et également sur les questions de gouvernance urbaine et gestion. Il s’inscrivait également dans la réflexion internationale, aussi bien celle menée par l’UNESCO (Recommandation concernant le paysage urbain historique) que celles menées par les gouvernements (nationaux et locaux) et les banques de développement, qui prenaient de plus en plus conscience de l’importance du patrimoine dans les stratégies de développement urbain. Les centres historiques ou zones protégées représentent en général moins de 5% du territoire d’une ville, or les exigences en matière de conservation et d’intervention sont importantes et souvent mal ou peu articulées dans les outils de planification des villes ou dans les formats de projets de modernisation et d’embellissement qui sont très sectoriels.

En 2010, un partenariat avec l’Agence d’urbanisme de Lyon a été développé pour élaborer des outils méthodologiques pour l’analyse des données collectés, ce qui a été très porteur pour le projet.

Les 40 exemples réunis à ce jour témoignent d’un ensemble significatif de bonnes pratiques dans le champ du patrimoine urbain. La synthèse et l’analyse des études de cas s’appuient sur des données fournies par les villes contributrices qui ont répondu à un questionnaire élaboré dans le cadre de l’étude. Les résultats de ces 4 années de travail sont compilés dans un cahier d’analyse et un cahier d’études de cas. Les 40 études de cas collectées sont présentées sous forme de fiche de fiche de synthèse standardisée de 4 pages, afin de permettre une analyse comparative.

Dans les fiches, une première partie présente des données qualitatives et quantitatives sur la ville et le projet. Des schémas cartographiques, réalisés à partir de Google Earth, localisent le territoire de la ville, ainsi que le périmètre du bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial et celui du projet. Enfin, les critères d’inscription, la date et une brève description, informations provenant du Centre du patrimoine mondial, rappellent les principales caractéristiques du bien. Deux pages d’informations issues des questionnaires décrivent les enjeux, le processus et les partenaires, les outils (techniques, réglementaires et institutionnels), le financement et l’état d’avancement du projet. Le processus de mise en œuvre et les relations entre parties-prenantes sont décrits et synthétisés sous forme de schémas. Une section présente l’articulation entre le projet et la valeur du bien. Et pour conclure, la dernière page présente les résultats obtenus par le projet urbain ainsi qu’une analyse sur les enseignements et les questionnements qui se dégagent de l’expérience.

L’analyse des questionnaires, remplis par les villes participant au projet, a montré une répartition géographique comparable à la répartition générale des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Les études illustrent différents types d’interventions patrimoniales et urbaines: Gestion des flux de déplacement ; conservation et valorisation ; planification et aménagement ; développement économique, social et culturel, gestion du tourisme ; gouvernance et relations avec les publics ; montages financiers spécifiques ; prise en compte des enjeux énergétiques ; et gestion de crise.

L’objectif de ce recueil d’étude de cas est d’inciter les villes et les sites du patrimoine mondial à partager concrètement leurs pratiques et questionnements et aussi à confirmer l’importance d’une prise en compte en amont des valeurs patrimoniales dans les projets de développement urbain. Le recueil final « Villes historiques en développement: des clés pour comprendre et agir. Un recueil d’études de cas sur la conservation et la gestion des villes historiques », a été mis en ligne en trois langues (français, anglais et espagnol) en 2012, puis publié par le Centre du patrimoine mondial dans le cadre de la Convention France-UNESCO avec l’appui du ministère français de la Culture.

Afin de poursuivre la dynamique de coopération et d’échange de ville à ville, la Ville de Lyon avec la Convention France-UNESCO a organisé une réunion internationale en mai 2013 intitulée « Mutation des villes et gestion du patrimoine : nouveaux acteurs ? Nouvelles pratiques ? » pour partager les enseignements tirés des études de cas, et contribuer au débat sur les modes opératoires qui favorisent l’interaction entre les valeurs du patrimoine, les projets urbains et l’attente des populations. Cette conférence a réunie plus de 250 participants de toutes les régions du monde et a permis de donner la parole aux villes et aux autorités locales. Le programme et les actes de ce colloque sont accessibles en ligne.

Objectifs stratégiques
  • Crédibilité
  • Communautés
  • Conservation
  • Développement des capacités
  • Communication