jump to the content

Parc national de Keoladeo

Keoladeo National Park

This former duck-hunting reserve of the Maharajas is one of the major wintering areas for large numbers of aquatic birds from Afghanistan, Turkmenistan, China and Siberia. Some 364 species of birds, including the rare Siberian crane, have been recorded in the park.

Parc national de Keoladeo

Ancienne réserve princière de chasse au canard, le parc national de Keoladeo reste un lieu d'hivernage majeur pour des myriades d'oiseaux d'eau venus d'Afghanistan, du Turkménistan, de Chine et de Sibérie. On y a dénombré 364 espèces d'oiseaux, dont la rare grue sibérienne.

روضة كيولاديو الوطنية

لا يزال منتزه كيولاديو الوطني، وهو محمية أميرية قديمة لصيد الأوزّ، مكاناً هاماً لقضاء فصل الشتاء يقصده سرب من الطيور المائية القادمة من أفغانستان وتركمنستان والصين وسيبيريا. وأُحصيت أجناس الطيور ب 364 جنساً يُذكر بينها طير الكُركيّ السيبيري.

source: UNESCO/ERI

凯奥拉德奥国家公园

凯奥拉德奥国家公园位于默哈拉杰。以前这里是猎鸭地区,现在是大批水禽鸟类冬季栖息的重要地区。这些水禽来自阿富汗、土库曼斯坦、中国和西伯利亚。364种鸟在公园里已经记录在册,其中包括稀有的西伯利亚鹤。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Кеоладео

Эти бывшие охотничьи угодья махараджи, преобразованные затем в охраняемую территорию, служат одним из важнейших мест зимовки для огромного числа перелетных околоводных птиц из Афганистана, Туркмении, Китая и Сибири. Приблизительно 364 вида птиц, включая редкого сибирского журавля, зарегистрировано на территории парка.

source: UNESCO/ERI

Parque nacional de Keoloadeo

Antiguo coto de caza de patos de los marajás, este parque es una de los más importantes lugares de invernada para un sinfín de aves acuáticas que emigran desde Afganistán, Turkmenistán, China y Siberia. Entre las 364 especies registradas figuran algunas tan poco comunes como la grulla siberiana.

source: UNESCO/ERI

ケオラデオ国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Keoladeo

Dit voormalige reservaat werd eind 19e eeuw door de Maharaja’s gebruikt om op eenden te jagen. Nu is het één van de grootste overwintergebieden voor een groot aantal watervogels uit Afghanistan, Turkmenistan, China en Siberië. Er komen 364 vogelsoorten voor in dit park, waaronder de zeldzame Siberische kraanvogel. Keoladeo ligt in de staat Rajasthan en wordt ook geroemd vanwega het grote aantal permanent aanwezige broedende vogels. Het is een groene oasis vol wilde dieren, gesitueerd in een druk - door mensen - bewoond landschap. Dit ‘Vogelparadijs’ heeft zich ontwikkeld tot een natuurlijk drasland en werd in 1982 uitgeroepen tot nationaal park.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Grue antigone, Grus antigone, Famille des Gruidae, Ordre des Gruiformes, Parc national de Keoladeo Ghana, Bharatpur, Rajasthan, Inde © M & G Therin-Weise
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Parc national de Keoladeo, situé dans l’État du Rajasthan, représente un site d’hivernage remarquable par sa diversité d’oiseaux d’eau migrateurs du Paléarctique qui est également renommé pour sa grande concentration d’oiseaux reproducteurs non migrateurs. Oasis verte pour la vie faunique au milieu d’un paysage densément peuplé et dominé par l’homme, cette mosaïque de prairies, forêts, marécages boisés et zones humides couvre une superficie de 2.873 ha et compte 375 espèces d’oiseaux, ainsi qu’une multitude d’autres formes de vie très diversifiées. Ce « paradis des oiseaux » s’est développé dans une dépression humide naturelle, qui avait été aménagée en réserve de chasse au canard, à la fin du XIXe siècle. Le site a été déclaré parc national en 1982 et la chasse n’y est plus pratiquée. Sa survie est aujourd’hui tributaire d’une alimentation en eau régulée à partir d’un réservoir situé à l’extérieur du périmètre du parc. Un réseau judicieusement conçu de digues et de canaux préserve différents niveaux d’eau dans le parc pour fournir une zone adaptée à une avifaune très variée.

Profitant de son implantation stratégique sur le trajet des voies de migration d’Asie centrale et de la présence d’eau, le parc accueille de grandes concentrations de canards, d’oies, de foulques, de pélicans et d’échassiers pendant l’hiver. Seule zone d’hivernage connue pour la principale population de Grues de Sibérie, en danger critique d’extinction, le parc sert aussi de refuge à d’autres espèces menacées au niveau mondial, comme l’aigle criard et l’aigle impérial. Au cours de la saison de reproduction, il abrite la plus extraordinaire héronnière de la région avec 15 espèces de hérons, ibis, cormorans, spatules et cigognes, et plus de 20.000 oiseaux y nichent durant les années très humides.

 

Critère (x) : Le Parc national de Keoladeo est une zone humide d’importance internationale pour l’avifaune aquatique migratrice, les oiseaux migrateurs venus d’Asie centrale y faisant halte sur leur voie de migration avant de s’envoler à nouveau vers d’autres régions. Lors de l’inscription, le parc était la zone d’hivernage de la Grue de Sibérie, en danger critique d’extinction, et il fournit un habitat à de nombreuses populations d’oiseaux nicheurs résidents. Quelque 375 espèces d’oiseaux ont été recensées sur le bien, dont cinq espèces en danger critique d’extinction, deux espèces menacées et six espèces vulnérables. Le parc sert de lieu de reproduction à quelque 115 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles 15 espèces d’oiseaux d’eau formant l’une des héronnières les plus extraordinaires de la région. La mosaïque d’habitats que comprend le bien supporte un nombre considérable d’espèces sur une superficie réduite, avec 42 espèces de rapaces recensées.

 

Intégrité

Il est le seul parc en Inde à être entièrement entouré par un mur d’enceinte de 2 mètres de haut, qui réduit au minimum les risques d’empiètement et de perturbations biotiques, mais il n’existe aucune possibilité de zone tampon. N’étant pas d’origine naturelle, les zones humides de Keoladeo dépendent de la mousson et du pompage d’eau à l’extérieur du site, traditionnellement fournie par le réservoir de « Ajan Bandh ». Pour faire face au manque d’eau lié aux précipitations erratiques dans la région, deux grands projets hydrauliques ont été lancés en vue d’acheminer l’eau depuis des sources d’eau permanentes de la région. Les risques de pollution de l’air et de l’eau occasionnés par la ville voisine de Bharatpur ont suscité quelques inquiétudes, mais, pour l’heure, les effets n’en sont pas connus.

Grâce aux activités d’écodéveloppement entreprises dans les villages environnants, le pâturage du bétail dans le parc a été limité et les communautés locales sont sensibilisées à une approche participative de la conservation des ressources, qui comprend notamment l’élimination d’espèces exotiques envahissantes. Le parc de Keoladeo attire de nombreux visiteurs, qui, conduits en rickshaw par des guides locaux spécialement formés, peuvent y circuler pour observer les oiseaux. Outre la possibilité pour ces guides qui vivent dans les villages avoisinants d’améliorer leurs moyens de subsistance, la pollution acoustique sur le site s’en trouve réduite.

Un programme de conservation, lancé récemment pour les 27 zones humides satellites situées autour de ce parc, a par ailleurs amélioré le niveau de protection des oiseaux d’eau migrateurs qui font halte, sur le trajet d’Asie centrale, dans cette zone d’hivernage de l’ouest de l’Inde.

 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien jouit d’une protection juridique efficace en vertu des dispositions du Wildlife (Protection) Act de 1972 et de l’Indian Forest Act de 1927. Le site est géré par le Département des forêts du Rajasthan avec l’appui des communautés locales et des organisations nationales et internationales de conservation, et un plan de gestion a été élaboré pour assurer la protection et la gestion du bien.

Les principales menaces qui pèsent sur le bien sont l’alimentation en eau (quantité et qualité), la végétation invasive (Prosopis, Eichhornia, Paspalum) et l’usage inapproprié du bien par les villages voisins. Ces problèmes sont traités dans le cadre du plan de gestion, et deux projets ont été élaborés pour apporter une solution permanente à la crise de l’eau. Les espèces exotiques envahissantes ont été éliminées grâce à des actions menées en coopération avec les populations des environs. Le mur d’enceinte de 2 mètres de hauteur qui entoure le parc élimine presque totalement les menaces provenant du braconnage ou de la pollution, et il n’y a aucun empiètement ni aucune habitation à l’intérieur du parc. La pollution acoustique occasionnée par la ville de Bharatpur et la route nationale situées à proximité est minimale. La réglementation indienne en matière d’environnement étant très stricte, toutes les activités de développement proposées doivent faire l’objet d’une évaluation rigoureuse de l’impact environnemental.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The site is situated in eastern Rajasthan, the park is 2 km south-east of Bharatpur and 50 km west of Agra. The area consists of a flat patchwork of marshes in the Gangetic plain, artificially created in the 1850s and maintained ever since by a system of canals, sluices and dykes. Normally, water is fed into the marshes twice a year from inundations of the Gambira and Banganga rivers, which are impounded on arable land by means of an artificial dam called Ajan Bund, to the south of the park. The first time, usually in mid-July, is soon after the onset of the monsoon and the second time is in late September or October when Ajan Bund is drained ready for cultivation in winter. Thus, the area is flooded to a depth of 1-2 m throughout the monsoon (July-September), after which the water level drops. From February onwards the land begins to dry out and by June only some water remains. For much of the year the area of wetland is only 1,000 ha. Soils are predominantly alluvial - some clay has formed as a result of the periodic inundations.

In a semi-arid biotype, the park is the only area with much vegetation, hence the term 'Ghana' meaning 'thicket'. The principal vegetation types are tropical dry deciduous forest, intermixed with dry grassland in areas where forest has been degraded. Apart form the artificially managed marshes, much of the area is covered by medium-sized trees and shrubs. Forests, mostly in the north-east of the park, are dominated by kalam or kadam, jamun and babul. The open woodland is mostly babul with a small amount of kandi and ber. Scrublands are dominated by ber and kair. The aquatic vegetation is rich in species and is a valuable source of food for waterfowl.

Primates are rhesus macaque and langur. Large predators are absent, leopard having been deliberately exterminated by 1964, but small carnivores include Bengal fox, jackal, striped hyena, common palm civet, small Indian civet, Indian grey mongoose Herpestes edwardsi , fishing cat, leopard cat, jungle cat and smooth-coated otter. Ungulates include blackbuck, chital, sambar, hog deer, nilgai and wild boar and feral cattle. Other mammals include Indian porcupine and Indian hare.

An estimated 65 million fish fry are carried into the park's water impoundments by river flooding every year during the monsoon season, which provides the food base for large numbers of wading and fish-eating birds. Some 364 species of bird have been recorded in the park, which is considered to be one of the world's finest areas for birds, with a unique assemblage of species.

The park's location in the Gangetic Plain makes it an unrivalled breeding site for herons, storks and cormorants and an important wintering ground for large numbers of migrant ducks. The most common waterfowl are gadwall, shoveler, common teal, cotton teal, tufted duck, comb duck, little cormorant, great cormorant, Indian shag, ruff, painted stork, white spoonbill, Asian open-billed stork, oriental ibis, darter, common sandpiper, wood sandpiper and green sandpiper. Sarus crane, with its spectacular courtship dance, is also found here.

Among landbirds is a rich assortment consisting of warblers, babblers, bee-eaters, bulbuls, buntings, chats, partridges and quails. Grey hornbill and Marshall's iora are also present. There are many birds of prey including the osprey, peregrine, Pallas' sea eagle, short-toed eagle, tawny eagle, imperial eagle, spotted eagle and crested serpent eagle. Greater spotted eagle has recently been recorded breeding here, a new breeding record for the species in India and lesser spotted eagle nested in the park in 1986, the first nesting record for the species in India for some time.

Several other threatened avifauna species occur, including Dalmatian pelican, spot-billed pelican, greater adjutant, lesser adjutant, marbled teal, Baikal teal, Baer's pochard, red kite, cinereous vulture and sociable lapwing.

Reptiles include water snakes, Indian python, banded krait, green rat snake, turtles and monitor lizard.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

Established as a national park on 10 March 1982. Previously the private duck shooting preserve of the Maharaja of Bharatpur since the 18S0's, the area was designated as a bird sanctuary on 13 March 19S6 and a Ramsar site in October 1981. The last big shoot was held in 1964 but the Maharajah retained shooting rights until 1972. Inscribed on the World Heritage List in 1985.

Source : évaluation des Organisations consultatives