English Français

Synergies pour protéger le patrimoine mondial

coopération avec d'autres Conventions et programmes

 

Le Comité du patrimoine mondial reconnaît les avantages d'une coordination et de synergies plus étroites entre les instruments de conservation mondiaux (Directives opérationnelles Paragraphes 41 à 44).
Le Centre du patrimoine mondial fait régulièrement rapport au Comité du patrimoine mondial sur les synergies avec d'autres conventions relatives à la culture et à la biodiversité.


Synergies au Centre du patrimoine mondial

Comment les données sur les synergies sont utilisées dans le WHC.

En savoir plus


Synergies entre les conventions UNESCO de la Culture

Méthodes de travail, planification, coordination du financement, mobilisation des ressources ...

En savoir plus


Synergies entre les conventions relatives à la biodiversité

Conservation et utilisation durable de la biodiversité ...

En savoir plus


Synergies parmi les désignations internationales de sites

Coordination et coopération entre les méchanismes de désignation.

En savoir plus

Synergies au Centre du patrimoine mondial

Plus de 15% des biens du patrimoine mondial sont protégés par au moins un autre accord ou programme multilatéral. Le Centre du patrimoine mondial recueille et présente des informations pertinentes dans sa base de données.

La Liste du patrimoine mondial

La base de données du patrimoine mondial intègre des protections superposées pour fournir une fonctionnalité de recherche plus avancée, ce qui facilite les États parties, les chercheurs, les ONG et les individus à extraire des données et des graphiques très spécifiques. Chaque page de la propriété du patrimoine mondial comporte une zone supplémentaire avec des liens vers leurs protections correspondantes.

En savoir plus

Periodic Reporting

Le Cycle de rapport périodique 3 utilise les synergies pour interroger les États parties et les gestionnaires de site sur la manière dont ils coopèrent avec les différents instruments de conservation et la façon dont la protection qui se chevauche sert à assurer la conservation Du patrimoine.

En savoir plus

Data management

Au Centre du patrimoine mondial, nous utilisons Synergies pour mettre à jour nos bases de données sur les derniers développements sur la conservation mondiale des biens culturels et de la biodiversité du patrimoine mondial. Grâce à des recherches très spécifiques sur La Liste, chaqun peut générer des graphiques et des tableaux de données significatifs avec un ensemble étendu de filtres.

Read more

Synergies entre les Conventions UNESCO de la Culture

Méthodes de travail, planification, coordination du financement, mobilisation des ressources ....

A la suite des Décisions 33 COM 5 et 34 COM 5E adoptées par le Comité du patrimoine mondial à ses 33e (Séville, 2009) et 34e sessions (Brasilia, 2010) respectivement, le Centre du patrimoine mondial a préparé ce document d’information sur la coopération la Convention de 1972 et les autres Conventions de l’UNESCO dans le domaine de la Culture.

L'UNESCO a créé le Groupe de liaison sur les conventions culturelles (GLCC) afin de renforcer les synergies entre ses six Conventions sur la culture. Le travail comprend l'examen des méthodes de travail, la planification des réunions statutaires, la coordination du financement et de la mobilisation des ressources.

L’UNESCO coordonne également les réunions des Présidents des Comités inter-gouvernmentaux des six Conventions de la Culture de l’UNESCO qui se sont réunis pour la première fois à Bonn, en Allemagne le 29 juin 2015, à l’occasion de la 39e session du Comité du patrimoine mondial. La déclaration des Présidents reconnaît l’importance de promouvoir les synergies et le renforcement mutuel entre les conventions, et encourage les efforts soutenus pour atteindre cet objectif.

La deuxième réunion des Présidents des Comités des Conventions culturelles de l'UNESCO a été organisée au siège de l'UNESCO le 26 septembre 2016. Les Présidents ont débattu de la sauvegarde du patrimoine culturel et de la diversité culturelle en temps de conflit et du rôle des Conventions culturelles dans l'Agenda 2030 pour le développement durable.

Synergies entre les conventions relatives à la biodiversité

Conservation et utilisation durable de la biodiversité

Bien que chacune des sept Conventions sur la biodiversité soit différente, toutes contribuent à la conservation et à l'utilisation durable de la biodiversité.

Par conséquent, une coordination et une coopération renforcées à différents niveaux peuvent être mutuellement bénéfiques et conduire à une mise en œuvre efficace. Un rapport détaillé sur les synergies entre la Convention du patrimoine mondial et d'autres Accords Multilatéraux sur l'Environnement (AME) a été présenté au Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009). Une mise à jour de cette coopération a été fournie dans le cadre d'un document d'information présenté au Comité du patrimoine mondial à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012).

Le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO est membre du Groupe de liaison des conventions relatives à la biodiversité, un mécanisme clé pour l'interaction entre les secrétariats des sept Conventions clés relatives à la biodiversité. L'UNESCO participe également à un certain nombre d'autres initiatives visant à renforcer la coordination et la coopération, y compris le Portail d'information des Nations Unies sur les Accords Multilatéraux sur l'Environnement (InforMEA) afin d'améliorer le partage des connaissances.

La Convention du patrimoine mondial peut contribuer de manière significative aux objectifs des autres Conventions relatives à la biodiversité et vice versa. La Convention du patrimoine mondial et la Convention de Ramsar sur les zones humides sont les deux seules Conventions sur la biodiversité, avec un accent particulier sur la conservation sur site. En outre, de nombreux sites du patrimoine mondial et sites Ramsar sur les cinq continents contiennent des habitats essentiels et des refuges vitaux pour les oiseaux migrateurs, contribuant ainsi aux objectifs de la Convention sur les espèces migratrices (CMS).

Le Comité du patrimoine mondial a également exprimé ses préoccupations concernant les effets du braconnage et du commerce illicite des espèces sauvages sur les biens du patrimoine mondial et a appelé à une coopération renforcée avec la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) (Décision 40 COM 7). Plusieurs biens du patrimoine mondial sont également suivis par la CITES dans le cadre du programme de suivi de l’abattage illicite d’éléphants (MIKE). Un rapport sur ces liens a été fourni par le secrétariat de la CITES, y compris un résumé des discussions entre les secrétariats.

Les secrétariats des sept Conventions relatives à la diversité biologique mènent également des activités conjointes de sensibilisation qui ont inclus une déclaration conjointe du Groupe de liaison des Conventions relatives à la biodiversité à l'occasion du Sommet des Nations Unies pour le développement durable 25-27 septembre 2015 et Message des Conventions relatives à la biodiversité: les objectifs de développement durable des Nations Unies et les objectifs de biodiversité de la CDB Aichi à l'occasion du Congrès mondial de la nature 2016 de l'UICN.

Le Document d'orientation sur l'intégration d'une perspective de développement durable dans les processus de la Convention du patrimoine mondial adopté par l'Assemblée générale des États parties à la Convention du patrimoine mondial à sa vingtième session (Paris, 2015) reconnaît que dans l'application de la Convention,  les États Parties devraient promouvoir la durabilité environnementale de manière plus générale dans tous les biens du patrimoine mondial afin d'assurer la cohérence des politiques et le soutien mutuel avec d'autres accords multilatéraux sur l'environnement.

La mise en œuvre efficace et opportune des différentes Conventions nécessite une participation active et une collaboration entre les points focaux nationaux et les autorités nationales responsables. Un certain nombre de ressources existent déjà sur les options et les possibilités d'accroître les synergies et la mise en œuvre harmonisée des Conventions relatives à la diversité biologique. Pour une liste des ressources utiles, voir aussi patrimoine mondial et biodiversité..

Synergies parmi les désignations internationales de sites

Coordination et coopération entre les mécanismes de désignation

Au sein des Nations Unies, l'UNESCO a un mandat unique pour désigner des aires naturelles d'importance pour toute l'humanité. Elle le fait à travers trois instruments intergouvernementaux : la Convention du patrimoine mondial, le Programme sur l'Homme et la biosphère, son Réseau mondial de réserves de biosphère et le Programme international des géosciences et des géoparcs.

Les quatre principales désignations internationales de sites, y compris les biens du patrimoine mondial, les réserves de biosphère, les géoparcs mondiaux de l'UNESCO et les sites Ramsar au titre de la Convention de Ramsar sur les zones humides présentent des similitudes et des différences. L'UNESCO a publié un guide de référence rapide pour aider à comprendre comment fonctionnent les différents instruments de conservation basés sur le site, en quoi ils diffèrent et se complètent. En outre, l'UNESCO a contribué activement à faire connaître les possibilités de synergies et un numéro spécial de la revue du patrimoine mondial (n ° 70) est consacré aux synergies pour la protection des sites.

L'UNESCO soutient la coordination et la coopération entre les mécanismes de désignation, ce qui est particulièrement important sur les zones reconnues sous plusieurs désignations internationales. L'UICN, en étroite collaboration avec l'UNESCO et le Secrétariat de la Convention de Ramsar sur les zones humides, a publié des directives sur l'harmonisation de la gestion des sites à désignations internationales multiples (SDIM).

Le Comité du patrimoine mondial reconnaît les avantages des synergies entre la Convention du patrimoine mondial et la Convention de Ramsar, appelant à des missions conjointes de suivi réactif sur les sites couverts par les deux conventions telles que le Parc national de Doňana en Espagne, le Parc national d'Ichkeul en Tunisie, le Parc national des oiseaux du Djoudj au Sénégal et le Parc national des Virunga en RDC.

Décisions (3)
Show 39COM 11
Show 34COM 5E
Show 33COM 5A