Le Fjord glacé d'Ilulissat, embouchure d'un glacier du Groenland, figure parmi les cinq nouveaux sites naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et l'extraordinaire architecture en terre du Koutammakou, au Togo, est l'un des trois nouveaux sites culturels inscrits sur la Liste aujourd'hui, lors de la réunion du Comité du patrimoine mondial à Suzhou.

La 28e session du Comité, présidée par Zhang Xinsheng, vice-ministre chinois de l'Education et Président de la Commission nationale chinoise pour l'UNESCO, a également approuvé l'extension de trois sites naturels déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Les nouvelles inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial vont se poursuivre jusqu'à vendredi ; les 21 membres du Comité vont examiner des sites proposés par les Etats parties à la Convention de 1972 sur la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, ainsi que les sites à placer sur la Liste du patrimoine mondial en péril. La session durera jusqu'au 7 juillet, notamment pour débattre de sujets comme l'état de conservation des sites du patrimoine mondial.

Avec l'inscription de ces nouveaux sites, deux pays - Sainte Lucie et le Togo - font leur apparition sur la Liste du patrimoine mondial. Pour la première fois aussi, le Groenland, administré par le Danemark, figure sur la Liste.

Les sites naturels suivants ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial qui en compte désormais 154 :

Afrique du Sud – Aires protégées de la Région florale du Cap
Ce site sériel situé dans la province du Cap, Afrique du Sud, est composé de huit aires protégées couvrant un total de 553 000 ha. La Région florale du Cap est l'une des zones les plus riches de la planète du point de vue végétal. Bien que représentant moins de 0,5% de la superficie de l'Afrique, elle abrite presque 20% de la flore du continent. Le site présente des processus écologiques et biologiques extraordinaires associés à la végétation du fynbos (brousse fine), végétation propre à la Région florale du Cap. La densité et l'endémisme de la flore, ainsi que sa remarquable diversité, sont parmi les plus élevés de la planète. Des phénomènes uniques au monde notamment en matière de stratégies de reproduction végétale, de réaction des plantes au feu, de pollinisation des plantes par les insectes, ainsi que des structures intéressantes d'endémisme et de rayonnement adaptatif confèrent à la région une valeur exceptionnelle pour la science.
Danemark - Fjord glacé d'Ilulissat
Situé sur la côte ouest du Groenland, à 250 km au nord du cercle arctique, le Fjord glacé d'Ilulissat (40 240 ha) est l'embouchure maritime de Sermeq Kujalleq, un des rares glaciers à travers lesquels la glace de l'inlandsis groenlandais atteint la mer. Sermeq Kujalleq est l'un des glaciers les plus rapides (19 m. par jour) et les plus actifs du monde. Son vêlage annuel de plus de 35 kilomètres3, soit 10% de toute la glace de vêlage (les icebergs) du Groenland, dépasse celui de tous les autres glaciers du monde en dehors de l'Antarctique. Etudié depuis plus de 250 ans, le site a permis d'enrichir notre compréhension du changement climatique et de la glaciologie de la calotte glaciaire. L'immense couche de glace associée au fracas impressionnant d'une coulée de glace rapide vêlant dans un fjord couvert d'icebergs crée un phénomène naturel spectaculaire et grandiose.
Fédération de Russie - Système naturel de la Réserve de l'île Wrangel
Situé nettement au-dessus du cercle arctique, le site comprend la montagneuse île Wrangel (7 608 km2), l'île Gerald (11km2) et une zone maritime. Wrangel n'a pas été recouverte de glaces durant l'âge glaciaire du Quaternaire, ce qui lui a permis de conserver un niveau de biodiversité exceptionnel pour cette région. L'île possède la plus vaste population de morses du Pacifique et la plus forte densité d'anciennes tanières d'ours blancs. C'est un important lieu de nourrissage pour la baleine grise, et l'endroit le plus septentrional où viennent nicher 100 espèces d'oiseaux migrateurs, dont nombre sont menacées. A l'heure actuelle, 417 espèces et sous-espèces de plantes vasculaires ont été recensées sur l'île, soit deux fois plus que sur les autres territoires de la toundra arctique de taille comparable, et plus que toute autre île de l'Arctique. Certaines espèces sont dérivées de formes continentales courantes, d'autres résultent d'une hybridation récente, 23 sont endémiques.
Indonésie - Patrimoine des forêts tropicales de Sumatra
Le site du Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra (2,5 millions d'hectares) comprend trois parcs nationaux : Gunung Leuser, Kerinci Seblat et Bukit Baristan Selatan. Ce site possède un potentiel immense pour la préservation à long terme de la faune et flore spécifiques à Sumatra, y compris de nombreuses espèces menacées. L'aire protégée abrite quelque 10 000 espèces de plantes dont 17 genres endémiques ainsi que plus de 200 espèces de mammifères et quelque 580 espèces d'oiseaux dont 465 sont résidentes et 21 endémiques. Parmi les espèces mammifères, 22 sont des espèces asiatiques que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans l'archipel indonésien, et 15 sont inféodées à la région indonésienne, notamment l'orang-outang endémique de Sumatra. Le site constitue également un témoignage biogéographique de l'évolution de l'île.
Sainte Lucie - Zone de gestion des Pitons
Le site de 2 909 ha, proche de la ville de Soufrière, comprend les Pitons, deux aiguilles volcaniques jaillissant, côte à côte, de la mer (respectivement à 770 m et 743 m. de hauteur). Gros Piton et Petit Piton sont reliés par la crête du Piton Mitan. Le complexe volcanique de la zone comporte un champ géothermique (solfatare) avec des fumerolles sulfureuses et des sources chaudes. Des récifs coralliens couvrent presque 60% de la zone marine du site. Une étude a révélé 168 espèces de poissons, 60 espèces de cnidaires, dont des coraux, 8 mollusques, 14 éponges, 11 échinodermes, 15 arthropodes et 8 vers annélides. Des tortues à écaille sont présentes dans la zone côtière et les eaux recèlent des requins baleines et des baleines pilotes. La végétation terrestre dominante est une forêt tropicale humide qui devient forêt subtropicale pluviale avec de petites zones de forêt sèche et des régions de bois de lutins humides sur les sommets. Au moins 148 espèces de plantes ont été recensées sur Gros Piton, 97 sur Petit Piton et la crête intermédiaire. Il y a 8 espèces d'arbres rares. Sur Gros Piton, on trouve quelque 27 espèces d'oiseaux (dont 5 sont endémiques), 3 rongeurs indigènes, 1 opossum, 3 chauves-souris, 8 reptiles et 3 amphibiens.

Les sites culturels suivants ont été inscrits :

Mali - Tombeau des Askia
La spectaculaire structure pyramidale du Tombeau des Askia, édifiée par Askia Mohamed, Empereur du Songhaï, en 1495 dans sa capitale Gao, témoigne de la puissance et de la richesse de l'empire qui s'épanouit aux XVe et XVIe siècles grâce au contrôle du commerce transsaharien, notamment du sel et de l'or. L'ensemble, y compris la tombe pyramidale, les deux mosquées à toit plat, le cimetière de la mosquée et l'espace des assemblées en plein air, fut édifié lorsque Gao devint la capitale de l'Empire Songhaï et après qu'Askia Mohamed ait fait de l'Islam la religion officielle de l'Empire à son retour de La Mecque.
Maroc - Ville portugaise de Mazagan (El Jadida)
Les fortifications portugaises de Mazagan, qui font aujourd'hui partie de la ville d'El Jadida, à 90 km au sud-ouest de Casablanca, furent édifiées comme colonie fortifiée sur la côte atlantique au début du XVIe siècle. La colonie fut reprise par les Marocains en 1769. Les fortifications, avec leurs bastions et remparts, constituent un exemple précoce de l'architecture militaire de la Renaissance. Les édifices portugais encore visibles sont la citerne et l'église de l'Assomption, construite dans le style manuélin (gothique tardif). La ville portugaise de Mazagan, l'un des premiers établissements en Afrique occidentale des explorateurs portugais qui faisaient route vers l'Inde, offre un témoignage exceptionnel des influences croisées entre les cultures européenne et marocaine, qui apparaissent clairement dans l'architecture, la technologie et l'urbanisme.
Togo - Koutammakou, le pays des Batammariba
Le paysage du Koutammakou, situé dans le nord-est du Togo et s'étendant par-delà la frontière jusqu'au Bénin, abrite les Batammariba dont les remarquables maisons à tourelles en terre sont devenues un symbole du Togo. Dans ce paysage, la nature est étroitement associée aux rituels et aux croyances de la société. Le paysage culturel de 50 000 ha doit son aspect remarquable à ses Takienta, maisons à tourelles qui sont le reflet de la structure sociale, ainsi qu'à ses terres agricoles et ses forêts, et à l'association entre le peuple et le paysage. De nombreux édifices sont à deux étages, et ceux dotés d'un grenier sont caractérisés par une forme quasi-sphérique surmontant une base cylindrique. Certains bâtiments possèdent des toits plats, d'autres des toits de chaume coniques. Les maisons sont regroupées en villages qui comprennent également des espaces cérémoniels, des sources, des rochers et des sites réservés aux cérémonies d'initiation.

Le Comité a également approuvé l'extension des sites suivants :

Costa Rica - Zone de conservation de Guanacaste
La Zone de conservation de Guanacaste, inscrite en 1999, a été étendue pour inclure une aire de 15 000 ha, Sta Elena qui appartenait à un particulier. La Zone comprend des habitats naturels importants pour la conservation de la diversité biologique, notamment les meilleurs habitats de forêt sèche de la zone allant de l'Amérique centrale au nord du Mexique, ainsi que des habitats-clés pour des espèces animales et végétales rares ou menacées. Sur ce site se déroulent des processus écologiques importants tant dans les milieux terrestres que côtiers ou marins.
Royaume-Uni - Ile de St. Kilda
Cet archipel volcanique aux spectaculaires paysages (inscrit en 1986) se situe au large de la côte ouest de l'Ecosse. Il comprend les îles de Hirta, Dun, Soay et Boreray. Ses falaises qui comptent parmi les plus hautes d'Europe hébergent d'impressionnantes colonies d'oiseaux rares et menacés, en particulier des macareux et des fous de Bassan. La zone marine entourant l'île est désormais incluse dans le site, doublant presque la taille de celui-ci.
Royaume Uni - Iles Gough et Inacessible
Les 14 km2 de l'île Inaccessible viennent s'ajouter au site de l'île de Gough, dans l'Atlantique Sud, inscrit en 1995. Le site, désormais intitulé Iles Gough et Inacessible, est un des écosystèmes insulaires tempérés-froids les moins perturbés. Les deux îles, avec leurs falaises spectaculaires surplombant l'océan, ne comptent pas de mammifères introduits et abritent l'une des plus importantes colonies d'oiseaux marins au monde. L'île de Gough abrite deux espèces endémiques d'oiseaux terrestres, la gallinule de Gough et le rowettie de Gough, ainsi que 12 espèces de plantes endémiques. Pour sa part, l'île Inaccessible abrite 2 espèces d'oiseaux, 8 plantes et au moins 10 invertébrés endémiques.