English Français
Aidez maintenant !

Isthme de Courlande

Curonian Spit

Human habitation of this elongated sand dune peninsula, 98 km long and 0.4-4 km wide, dates back to prehistoric times. Throughout this period it has been threatened by the natural forces of wind and waves. Its survival to the present day has been made possible only as a result of ceaseless human efforts to combat the erosion of the Spit, dramatically illustrated by continuing stabilisation and reforestation projects.

Isthme de Courlande

L'occupation humaine de cette étroite péninsule de dunes de sable, longue de 98 km et large de 0,4 à 4 km, remonte aux temps préhistoriques. Depuis cette période, elle a été sous la menace des forces naturelles du vent et des vagues. Elle ne doit sa préservation actuelle qu'aux efforts incessants des habitants pour combattre l'érosion de l'isthme, efforts remarquablement illustrés par les projets continus de stabilisation et de reboisement.

برزخ كورلاند

يرقى الوجود البشري في شبه الجزيرة الضيّقة هذه المكوّنة من كثبان الرمل على طول 98 كيلومترا وعرض 0.4 إلى 4 أمتار إلى حقبة ما قبل التاريخ وهي تعرّضت مذ ذاك لأهواء الطبيعة من هواء وأمواج. وهي تدين بوضعها الحالي لجهود السكان المتتابعة لمكافحة تعرية البرزخ وهي جهود جسّدتها مشاريع مستمّرة لإرساء الاستقرار وإعادة التشجير.

source: UNESCO/ERI

库尔斯沙嘴

这个延伸出来的沙丘半岛长98公里,宽0.4-4公里,史前时代就有人类居住。自古以来,这里受到了海风、潮汐等自然力量的威胁,由于一代又一代的人通过不断的造林固沙工程与沙嘴的侵蚀进行搏斗,使遗址如今得以存在。

source: UNESCO/ERI

Куршская коса

Освоение человеком этого узкого песчаного полуострова, имеющего протяженность 98 км и ширину от 400 м до 4 км, началось еще в доисторические времена. Коса подвергалась также воздействию природных сил – ветра и морских волн. Сохранение этого уникального культурного ландшафта до наших дней стало возможным только благодаря непрекращающейся борьбе человека с процессами эрозии (закрепление дюн, лесопосадки).

source: UNESCO/ERI

Istmo de Curlandia

La ocupación humana de esta estrecha península de dunas de arena –de 98 km. de largo y 0,4 a 4 km de ancho– data de los tiempos prehistóricos. Sometido a los continuos embates del viento y las olas, el istmo debe su estado de conservación actual a los denodados esfuerzos realizados por sus habitantes para contrarrestar la erosión. Esta labor incesante la ilustran los continuos proyectos de estabilización y repoblación forestal que se llevan a cabo.

source: UNESCO/ERI

クルシュー砂州

source: NFUAJ

Koerse Schoorwal

Dit schiereiland scheidt de Baltische Zee en de Koerse lagune. De formatie van de Koerse Schoorwal begon 5.000 jaar geleden. Menselijke bewoning van dit langgerekte duinschiereiland – 98 kilometer lang en 0,4 - 4 kilometer breed – dateert uit de prehistorie. Gedurende deze periode werd het gebied bedreigd door de natuurlijke krachten van wind en golven. Dat het schiereiland vandaag de dag nog bestaat, komt enkel door onophoudelijke menselijke inspanningen om de erosie van de Schoorwal te bestrijden. Dit is goed zichtbaar in de aanhoudende stabilisatie- en herbebossingsprojecten. De grootste nederzettingen in het Litouwse deel van het schiereiland zijn Smiltyne, Pervalka, Juodkrante, Preila en Nida.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Isthme de Courlande, Lituanie © Directorate of Curonian Spit National Park
Justification d'inscription

Critère (v) : L’isthme de Courlande est un exemple exceptionnel de paysage de dunes de sable qui est sous la menace constante des forces naturelles (vents et marées). Après des interventions humaines désastreuses qui ont menacé sa survie, l’isthme a été reconquis grâce à une protection intense et aux travaux de stabilisation qui ont commencé au XIXe siècle et continuent à ce jour.

Description longue

L'isthme de Courlande est un remarquable exemple de paysage de dunes de sable constamment menacé par les forces de la nature (vent et marées). Après de désastreuses interventions humaines qui ont menacé sa survie, l'isthme a fait l'objet de mesures de protections massives et de travaux de stabilisation engagés au XIXe  siècle, et qui se poursuivent aujourd'hui.

L'isthme est une péninsule qui sépare la mer Baltique de la baie de Courlande, sur un arc légèrement concave de 98 km de long, de la péninsule de Kaliningrad à la ville de Klaipeda. Les plus grands villages du côté lituanien sont Smiltyne, Pervalka, Juodkrante, Preila et Nida. Des vallées de dunes divisent la crête en massifs de dunes séparés avec, en règle générale, des promontoires devant ces vallées.

La formation de l'isthme a commencé voici environ 5 000 ans. C'est au mésolithique que s'installèrent ses premiers habitants, dont les principales sources de nourriture venaient de la mer, et qui travaillaient l'os et la pierre apportée de la terre ferme. Au Ier  millénaire de notre ère, des tribus baltiques occidentales (de Courlande et de Prusse) y établirent des sites saisonniers pour s'y livrer à la pêche, et peut-être aussi pour y célébrer leurs rites. Le centre de Kaup est le dernier des grands sites proto-urbains de la période viking qui n'ait pas été fouillé. L'invasion de la Prusse par les chevaliers Teutoniques au XIIIe  siècle fut progressivement repoussée, mais les conflits armés se poursuivirent dans cette région jusqu'au XVe  siècle. L'isthme présentait alors une grande importance stratégique, si bien que les chevaliers y construisirent des châteaux à Memel (1252), Noihauz (1283) et Rossitten (1372). Ils établirent aussi des fermiers allemands autour des châteaux, construisirent des routes et défrichèrent des forêts pour développer l'agriculture.

Les peuples baltiques créèrent des habitats sur l'isthme, dont la population augmenta, mais leur activité principale demeurait la pêche et l'apiculture. Au XVIe  siècle, un nouveau processus de formation de dunes commença, et les villages s'ensablèrent progressivement. On construisit alors une protection formée par une rive de sable destinée à éviter la progression des dunes, ce qui prit presque tout le siècle, et on les stabilisa par la plantation de haies de broussaille, accompagnée d'une reforestation.

Les anciens villages de pêcheurs constituent le principal élément du patrimoine culturel de l'isthme. Les plus anciens d'entre eux ont été enfouis sous le sable lors de la déforestation du site. Ceux qui ont subsisté se trouvent tout le long de la côte de la baie. À la fin du XIXe  siècle, on commença à construire beaucoup de grands édifices - phares, églises, écoles et villas - aux côtés des simples maisons d'architecture vernaculaire, notamment parce que l'isthme se transforma alors en un lieu de loisirs : Juodkrante devint une célèbre station de cure climatique dès 1840 et Nida, Preila et Pervalka furent classées officiellement dans cette catégorie en 1933. Au centre, Nida, le plus grand village de l'isthme, présente un plan linéaire fondé sur une seule rue principale parallèle à la baie, qui s'est développé spontanément au XIXe  siècle.

La partie nord de l'isthme, connue sous le nom de Smiltyne, ne fut occupée qu'au milieu du XIXe  siècle, lorsqu'une station de cure y fut créée. C'est là que les ferries de Klaipeda, sur la terre ferme, arrivent sur l'isthme. Les maisons de pêcheurs construites au XIXe  siècle étaient à l'origine en bois, et couvertes avec des joncs. Chaque maison comportait deux ou trois édifices : une maison d'habitation, une étable et un fumoir pour le poisson. Ces édifices se trouvaient sur un côté d'une parcelle allongée, ménageant ainsi un espace pour un jardin potager et pour le séchage des filets. Les maisons étaient construites orthogonalement par rapport à la rue. Au XXe  siècle, les maisons de pêcheurs ont été agrandies et transformées avec leurs longs côtés sur la rue, ce qui altéra considérablement l'apparence des villages.

Parmi les autres édifices, on notera en particulier le phare de Pervalka et les églises néogothiques évangéliques luthériennes de Juodkrante et Nida, toutes deux construites dans les années quatre-vingt du XIXe  siècle. Les cimetières de Nida, de Preila, de Pervalka, et de Juodkrante présentent également un certain intérêt.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La formation de l'isthme de Courlande a commencé il y a quelques 5000 ans. En dépit des déplacements continuels des dunes de sable, des peuples du Mésolithique, pour qui la mer était la principale source de nourriture, s'installèrent à cet endroit au IVe millénaire avant notre ère, travaillant l'os et la pierre en provenance de l'intérieur des terres. Au Ier millénaire de notre ère, les tribus baltiques de l'ouest (tribus de Courlande et Prussiens) y établirent des campements saisonniers, pour constituer des réserves de poissons, et peut-être également à des fins rituelles.

Aux IXe et Xe siècles, l'augmentation de la température en Europe entraîna la montée du niveau de la mer et la création du détroit de Brockist à la base de l'isthme. C'est de là que naquit le centre marchand païen de Kaup, qui s'épanouit entre l'an 800, environ, et 1016. Ce site est unique en ce qu'il est le dernier grand peuplement proto-urbain non fouillé de la période viking.

L'invasion de la Prusse par les chevaliers teutoniques au XIIIe siècle marqua un changement majeur dans l'évolution historique de l'isthme. Ils furent progressivement chassés, mais des conflits armés persistèrent dans la région jusqu'au XVesiècle. L'isthme était d'une grande importance stratégique, et les chevaliers construisirent donc des châteaux à Memel (1252), à Noihauz (1283) et Rossiten (1372). Ils installèrent en outre des fermiers allemands autour des châteaux, construisant des routes et déboisant pour consacrer des terres à l'agriculture.

L'influence des chevaliers prit fin avec le traité de paix signé avec la Lituanie en 1422. Des groupes de peuples baltes établirent des peuplements sur l'isthme et la population augmenta. Toutefois, la pêche et l'apiculture étant leurs principales activités, cela n'eut que peu d'impact sur l'environnement naturel de l'isthme. Le début du XVIe siècle fut le témoin de l'essor économique et politique de la Prusse, accompagné d'une industrialisation intensive. Ces industries, telles la fabrication du verre, la construction navale, la production de sel et de métal, nécessitaient d'énormes quantités de bois, de charbon et de potasse, toutes denrées que l'isthme pouvait fournir en grandes quantités et à moindre coût. Les bois furent dans leur majorité abattus pour satisfaire cette demande. De cette déforestation résulta une dégradation de la végétation, le sable sous-jacent devenant en outre vulnérable à l'érosion par le vent.

Au XVIe siècle, un nouveau processus de formation de dunes commença, et les peuplements furent enfouis dans le sable. Au début du XIXe siècle, il ne restait que quelques étendues boisées sur l'isthme situées sur la topographie qui subsiste à ce jour.

Dès le début du XIXe siècle, l'État prussien, par l'intermédiaire de son département de Gestion des Sols, mit d'importantes sommes à disposition afin d'empêcher la poursuite de la dégradation de l'isthme. Les travaux ont impliqué la construction d'une rive de sable protectrice, pour empêcher la formation de dunes supplémentaires (un processus qui a pris la majeure partie du siècle) et la stabilisation des dunes existantes au moyen de haies de broussailles, accompagnées d'un reboisement. À la fin du XIXe siècle, la moitié ou presque de l'isthme avait été convertie en bois grâce à ces travaux.

Les batailles de janvier 1945 ont entraîné une destruction considérable des bois par le feu, les bombardements et les mouvements de véhicules lourds. Les travaux de restauration ont commencé après la Seconde Guerre mondiale et se sont poursuivis avec succès, en dépit d'avancées de la mer ; aujourd'hui, les bois couvrent plus de 71 % de la superficie de l'isthme.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Activités (1)