jump to the content

La Grande Muraille

The Great Wall

In c. 220 B.C., under Qin Shi Huang, sections of earlier fortifications were joined together to form a united defence system against invasions from the north. Construction continued up to the Ming dynasty (1368–1644), when the Great Wall became the world's largest military structure. Its historic and strategic importance is matched only by its architectural significance.

La Grande Muraille

Vers 220 av. J.-C., Qin Shin Huang entreprit de réunir des tronçons de fortifications existants pour en faire un système défensif cohérent contre les invasions venues du nord. Poursuivis jusque sous les Ming (1368-1644), ces travaux ont produit le plus gigantesque ouvrage de génie militaire du monde. Son importance historique et stratégique n'a d'égale que sa valeur architecturale.

السور العظيم

قرابة العام 220 ق.م. بدأ كين شين هوانغ يجمع بقايا حصون قائمة ليُشكّل فسيفساء نظام دفاع متسقِ في وجه اجتياحات الشمال. وتتابعت هذه الأعمال أثناء حكم سلاسة مينغ (1368-1644) فأثمرت أعظم إبداع عسكري عملاق في العالم. ولا توزاي أهميّة السور التاريخيّة والإستراتيجيّة سوى قيمته الهندسيّة.

source: UNESCO/ERI

长城

公元前约220年,秦始皇下令将早期修建的一些分散的防御工事连接成一个完整的防御系统,用以抵抗来自北方的侵略。长城的修建一直持续到明代(1368至1644年),终于建成为世界上最大的军事设施。长城在建筑学上的价值,足以与其在历史和战略上的重要性相媲美。

source: UNESCO/ERI

Великая Китайская Стена

В 220-х гг. до н.э. во времена правления Цинь Шихуанди участки построенных ранее укреплений были сведены в единую оборонительную систему против вторжений с севера. Строительство продолжалось вплоть до времени династии Мин (1368-1644 гг.), когда Великая Китайская Стена стала крупнейшим в мире военным сооружением. Ее историческая и стратегическая важность может сравниться только с ее архитектурной значимостью.

source: UNESCO/ERI

La Gran Muralla

Hacia el año 220 a.C., el primer emperador Qin Shin Huang ordenó reunir los tramos de fortificaciones construidas anteriormente, a fin de crear un sistema de defensa coherente contra las invasiones de los pueblos del Norte. Los trabajos de edificación de la Gran Muralla prosiguieron hasta la dinastí­a de los Ming (1368-1644), dando por resultado la obra de ingenierí­a militar mí¡s gigantesca de todos los tiempos. Su gran valor arquitectónico es comparable a su importancia histórica y estratégica.

source: UNESCO/ERI

万里の長城

source: NFUAJ

Chinese Muur

Tijdens de eerste Qin dynastie onder keizer Qin Shi Huang (220 voor Christus) werden gedeelten van vroegere vestingwerken samengevoegd om een uniek verdedigingssysteem tegen invasies vanuit het noorden te vormen. Het bouwen duurde voort tot aan de Ming dynastie (1368-1644) waarmee de Chinese Muur het grootste militaire bouwwerk op aarde werd met een totale lengte van meer dan 20.000 kilometer. De muur begint in het oosten bij Shanhaiguan, in de provincie Hebei en eindigt in het westen bij Jiayuguan, in de provincie Gansu is van buitengewoon belang vanuit historisch, strategisch en architectonisch opzicht.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Grand ouvrage défensif militaire voulu par une succession d’empires chinois, la Grande Muraille fut construite en continu du IIIe siècle avant J.-C. au XVIIe siècle après J.-C. à la frontière nord du pays. Totalisant plus de 20 000 km de long, elle commence à l’est à Shanhaiguan, dans la province du Hebei, et se termine à Jiayuguan, dans la province orientale du Gansu. Sa partie principale se compose de murs, de pistes cavalières, de tours de guet et d’abris, et longe des forteresses et des cols sur son parcours.

La Grande Muraille reflète les conflits et les échanges entre les civilisations agricoles et nomades de la Chine antique. Elle témoigne physiquement, et de manière significative, de la stratégie politique à long terme et des impressionnantes forces militaires et défensives nationales des empires centraux de la Chine antique, tout en offrant un exemple remarquable d’architecture, de technologie et d’art militaires. Elle revêt une importance sans pareille comme symbole national de la préservation de la sécurité du pays et de ses habitants.

 

Critère (i) : La Grande Muraille des Ming est un chef-d’œuvre absolu, et pas seulement en raison du caractère ambitieux de l’entreprise et de la perfection de sa construction. Seul ouvrage construit par l’homme sur cette planète que l’on puisse voir depuis la lune, elle offre, sur une vaste échelle d’un continent, un exemple parfait d’architecture intégrée au paysage.

 

Critère (ii) : Au cours de la période Chunqi, les Chinois ont imposé leurs modèles de construction et d’organisation de l’espace en construisant des fortifications le long de la frontière nord. Le processus de sinisation a été accentué par les transferts des populations nécessaires à  la construction de la Grande Muraille.

 

Critère (iii) : Le témoignage exceptionnel que livrent ces grands murs sur les civilisations de la Chine antique transparaît aussi bien dans les parties de la fortification en terre battue datant des Han d’Occident et conservées dans la province du Gansu que dans les admirables tronçons maçonnés de l’ère Ming, célèbres dans le monde entier.

 

Critère (iv) : Ce bien culturel complexe et diachronique est un exemple unique et remarquable d’ensemble d’architecture militaire dont la fonction a répondu pendant 2000 ans à un même impératif stratégique, mais dont l’évolution illustre à la fois les progrès successifs accomplis en matière de techniques de défense et l’adaptation à des contextes historiques changeants.

 

Critère (vi) : La Grande Muraille a une signification symbolique incomparable dans l’histoire de la Chine. Son but était de protéger le pays des agressions extérieures, mais elle préserva aussi sa culture contre les mœurs des barbares étrangers. Compte tenu des souffrances qu’a impliquées sa construction, c’est un point de référence majeur pour la littérature chinoise et on la retrouve dans des œuvres telles que la Ballade du Soldat, de Tch’en Lin (environ 200 après J.-C.) ou les poèmes de Tu Fu (712-770) et les romans populaires de la période Ming.

 

Intégrité

La Grande Muraille conserve tous les éléments matériels et spirituels et toutes les informations historiques et culturelles témoignant de sa valeur universelle exceptionnelle. Son tracé complet, qui couvre plus de 20 000 km, ainsi que des éléments érigés à différentes périodes de l’histoire pour constituer ce système complexe de défense englobant  murs, forteresses, cols et d tours de guet  ont été conservés jusqu’à ce jour. Les méthodes de construction propres à des lieux et des époques différents ont été intégralement préservées, tandis que l’importance nationale et culturelle incomparable de la Grande Muraille pour la Chine est toujours reconnue aujourd’hui. La construction d’infrastructures touristiques et d’un téléphérique à Badaling o cependant eu un impact négatif sur l’intégrité visuelle de la Grande Muraille.

 

Authenticité

Le lieu, les matériaux, la forme, la technologie et la structure d’origine des éléments existants ont été conservés, de même que la configuration et la composition originales des diverses parties du système de défense. La disposition d'origine et la composition des différents constituants du système de défense de la Grande Muraille sont maintenus, tandis que l'intégration parfaite de la grande muraille à la topographie, pour former un élément de paysage sinueux, et les concepts militaires qu'elle incarne ont tous été authentiquement préservés. Celle-ci est toutefois fragilisée par la construction d’infrastructures touristiques inappropriées.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les diverses composantes de la Grande Muraille ont toutes été classées comme des sites protégés en priorité par l’Etat ou la province dans le cadre de la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles. Les Réglementations relatives à la protection de la Grande Muraille, promulguées en 2006, constituent le document juridique spécifique relatif à la conservation et à la gestion du bien. La série de Plans de conservation de la Grande Muraille, constamment étendue et améliorée, couvre divers niveaux allant du plan directeur aux plans provinciaux et aux plans spécifiques, et constitue une garantie importante pour la conservation et de la gestion d’ensemble de la Grande Muraille. L’administration nationale chinoise responsable du patrimoine culturel et les administrations correspondantes dans les provinces abritant des tronçons de la Grande Muraille sont chargées de guider les gouvernements locaux dans la mise en œuvre des mesures de conservation et de gestion du bien.

La valeur universelle exceptionnelle de la Grande Muraille et de tous ses attributs doit être protégée dans son ensemble si l’on veut parvenir à une véritable préservation complète et permanente du bien. Dans ce but, et étant donné les caractéristiques de la Grande Muraille – parmi lesquelles son étendue considérable, son étalement sur plusieurs provinces et les conditions compliquées de sa protection et de sa conservation –, les procédures et les réglementations relatives à sa gestion, les interventions concernant la conservation de la structure et du cadre d’origine, ainsi que la gestion du tourisme, devront être à l’avenir plus systématiques, scientifiques, catégorisées et classées selon leur degré de priorité. Un système de gestion global et efficace et des mesures de conservation spécifiques pour la structure et le cadre d’origine seront instaurés, tandis qu’une relation harmonieuse prenant en compte le développement durable pourra être établie entre la protection du patrimoine, l’économie sociale et la culture. En attendant, l’étude et la diffusion de la valeur universelle exceptionnelle du bien et de ses riches connotations seront renforcées afin de tirer pleinement et durablement profit de la Grande Muraille sur le plan social et culturel.

Description longue

Connu par les Chinois sous le nom de « Longue Muraille des Dix Mille Li », ce formidable ouvrage défensif construit pour préserver le Céleste Empire de l'invasion des barbares est connu en Europe sous le nom de Grande Muraille, ou de Muraille de Chine. La plus grande partie de ces extraordinaires fortifications remonte à la période Chunqiu (722-481 av. J.-C.) et à celle des Royaumes combattants (453-221 av. J.-C.).

La construction de certaines murailles s'explique par des rivalités féodales : c'est le cas de celle construite par les Wei en 408 av. J.-C. pour défendre leur royaume contre les Qin. Ses vestiges, conservés dans le centre de la Chine, sont bien antérieurs aux murs construits par les royaumes de Qin, de Zhao et de Yan contre les barbares du Nord, vers 30 av. J.-C. Vers 220 av. J.-C., Qin Shi Huangdi, le fondateur de l'Empire des Dix Mille Générations, entreprit de réunir différents tronçons de fortifications construits au IIIe siècle, ou peut-être même avant, dans la région du Ordos.

Vers l'ouest, peu avant l'accession au pouvoir de la dynastie des Han (206 av. J.-C.), il avait étendu les fortifications qui formaient dès lors le premier système défensif cohérent, et dont des vestiges significatifs subsistent partout dans la vallée du Huanghe, jusqu'à Lanzhou. Au cours de leur règne, la Grande Muraille s'étendit même au-delà, et sous l'empereur Wudi (140-87 av. J.-C.) elle couvrait une extension de l'ordre de 6 999 km entre Dunhuang, à l'ouest, et la mer de Bohai à l'est. Le danger d'incursions des peuples fédérés mongols, turcs et toungounzes de l'Empire du Xiongnu, qui formèrent le premier Empire des steppes, rendit cette politique défensive plus nécessaire que jamais. Après la chute de la dynastie des Han (220 apr. J.-C.), la Grande Muraille entra dans sa phase médiévale. Sa construction et son entretien furent interrompus, d'autant que la Chine jouissait alors d'une telle puissance militaire que le pays n'éprouvait plus nul besoin d'une politique défensive.

Les empereurs Ming (1368-1644), après une longue période de conflits qui s'acheva par l'expulsion des Mongols, reprirent la tradition remontant à Qin Shi Huangdi. Au cours de la dynastie des Ming, 5 650 km de murs furent construits. Pour défendre la frontière nord, la Muraille était divisée en neuf zones Zhen, qui étaient des districts militaires plutôt que des garnisons. Les points stratégiques étaient occupés par des forteresses qui défendaient villes, passages ou gués. Le chemin de ronde qui parcourt toute la muraille permettait de déplacer les troupes rapidement, et était utilisé par les courriers impériaux. Deux monuments symboliques se dressent encore fièrement à chaque extrémité du mur - la Première Porte sous le Ciel à Shanhaiguan, à l'extrémité orientale de la muraille, et la Dernière Porte sous le Ciel à Jiayuguan qui, englobée dans une forteresse entièrement restaurée après 1949, marque son extrémité nord-ouest.

Ce bien culturel complexe et diachronique est un remarquable exemple, tout à fait unique, d'ensemble architectural militaire qui a répondu aux mêmes exigences stratégiques au cours de 2 000 ans, mais dont l'histoire illustre les progrès dans les techniques de défense, et l'adaptation à des contextes politiques en mutation. Le but de la Grande Muraille était de protéger la Chine des agressions extérieures, mais elle préserva aussi sa culture des coutumes des barbares étrangers. Compte tenu des souffrances qu'a impliquées sa construction, c'est un point de référence majeur pour la littérature chinoise.

La Grande Muraille des Ming est un chef-d'œuvre, et pas seulement en raison du caractère ambitieux de l'entreprise et de la perfection de sa construction. Elle offre, sur la vaste échelle d'un continent, un exemple parfait d'architecture intégrée au paysage. Au cours de la période Chunqi, les Chinois ont imposé leurs modèles de construction et d'organisation de l'espace en construisant des fortifications le long de la frontière nord. Le processus de sinisation a été facilité par les transferts de population nécessités par la construction de la Grande Muraille.

Le caractère exceptionnel de cet ouvrage pour la Chine ancienne est illustré aussi bien par les parties de la fortification construites en terre damée des Han d'Occident, conservées dans la province du Gansu, que par les admirables tronçons maçonnés, célèbres dans le monde entier, de l'époque Ming.

Source : UNESCO/CLT/WHC