English Français
Aidez maintenant !

Ville de Cuzco

City of Cuzco

Situated in the Peruvian Andes, Cuzco developed, under the Inca ruler Pachacutec, into a complex urban centre with distinct religious and administrative functions. It was surrounded by clearly delineated areas for agricultural, artisan and industrial production. When the Spaniards conquered it in the 16th century, they preserved the basic structure but built Baroque churches and palaces over the ruins of the Inca city.

Ville de Cuzco

Située dans les Andes péruviennes, la ville est devenue, sous le grand chef inca Pachacutec, un centre urbain complexe avec des fonctions administratives et religieuses distinctes. Elle était entourée de zones clairement délimitées pour la production agricole, artisanale et industrielle. Au XVIe siècle, quand les Espagnols l'ont conquise, ils ont conservé sa structure mais ont construit des églises et des palais baroques sur les ruines de la cité inca.

مدينة كوزكو

تقع هذه المدينة في جبال الأنديز في البيرو، وقد أصبحت، في ظلّ حكم قائد الإنكا، باشاكوتك، مركزًا مُدنيًّا معقّدًا من حيث الوظائف الادارية والدينية المختلفة. وكانت مُحاطة بمناطق محددة بدقة للانتاج الزراعي والحرفي والصناعي. في القرن السادس عشر، حين احتلّها الاسبان، حافظوا على بنيتها وانّما بنوا كنائسَ وقصورًا باروكية على أنقاض مدينة الإنكا.

source: UNESCO/ERI

科斯科古城

科斯科古城位于秘鲁的安第斯山脉,在印加统治者帕查库蒂之下发展成为一个复杂的城市中心,具有独特的宗教和行政职能。古城的四周是清晰可见的农业、手工业和工业区。当16世纪西班牙人占领这块土地时,入侵者保留了原有建筑,但同时又在这衰落的印第安城内建造了巴洛克风格的教堂和宫殿。

source: UNESCO/ERI

Город Куско

Куско, расположенный в Перуанских Андах, при правителе Инке Пачакутеке превратился в развитый городской центр с важными религиозными и административными функциями. Он был окружен четко отделенными друг от друга зонами для сельскохозяйственного, ремесленного и промышленного производства. Когда испанцы завоевали город в XVI в., они сохранили общую структуру, но построили на руинах города инков барочные церкви и дворцы.

source: UNESCO/ERI

Ciudad del Cusco

Situada en el corazón de los Andes, esta ciudad se convirtió bajo el gobierno del Inca Pachacutec en un centro urbano complejo con funciones religiosas y administrativas diferenciadas. Su área circundante estaba dividida en zonas claramente delimitadas para la producción agrícola, artesanal y manufacturera. Al adueñarse de la ciudad en el siglo XVI, los conquistadores españoles conservaron su estructura, pero construyeron iglesias y palacios sobre las ruinas de los templos y monumentos de la ciudad incaica.

source: UNESCO/ERI

クスコ市街

source: NFUAJ

Cuzco (stad)

Cuzco ligt in de Peruaanse Andes. De stad ontwikkelde zich onder de Inca-heerser Pachacutec tot een complex stedelijk centrum met verschillende religieuze en administratieve functies. Het was omringd door duidelijk afgebakende gebieden voor landbouw, ambachtelijke en industriële productie. Toen de Spanjaarden de stad in de 16e eeuw veroverden, behielden ze de basisstructuur, maar bouwden barokke kerken en paleizen op de ruïnes van de Incastad. Tegenwoordig is Cuzco een mengeling van de Incahoofdstad en de koloniale stad. Van de Inca hoofdstad zijn onder andere de ruïnes van de Zonnetempel bewaard gebleven. Van de koloniale stad bleven het paleis en de prachtige barokke kerken bewaard.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ville de Cuzco © CRAterre
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Ville de Cuzco est située à 3 400 m d’altitude, dans une vallée alluviale fertile arrosée par plusieurs rivières, au cœur des Andes péruviennes d’Amérique du Sud. Sous le grand Inca Pachacutec (d’abord nommé Tito Cusi Yupanqui), au XVe siècle, la ville a été redessinée et transformée après une longue occupation pré-inca de plus de 3 000 ans. Elle est ensuite devenue la capitale de l’Empire inca (Tahuantinsuyu), qui couvrait une grande partie des Andes d’Amérique du Sud entre le XVe et le XVIe siècle.

La cité impériale des Incas s’est développée pour devenir un centre urbain complexe avec des fonctions administratives et religieuses distinctes parfaitement définies, réparties et organisées. Les édifices religieux et publics étaient entourés des résidences réservées aux familles royales – ensemble urbain symbolique sans précédent. Les techniques de construction en pierre possédaient des qualités esthétiques et structurelles exceptionnelles, comme en témoignent le Temple du Soleil ou Coricancha, l’Acclahuasi, le Sunturcancha, le Cusicancha et une série de bâtiments extrêmement élaborés qui font de cet enclos inca l’unité indivisible de l’urbanisme inca. La cité réservée à la noblesse était clairement isolée de zones précisément délimitées pour la production agricole, artisanale et industrielle, ainsi que des quartiers voisins. Les plans et monuments préhispaniques de la cité impériale des Incas sont encore visibles aujourd’hui.

Lors de la conquête espagnole au XVIe siècle, la structure urbaine de la ville impériale de Cuzco a été préservée et des églises, des monastères et de belles demeures ont été édifiés au-dessus de la cité inca. Ces bâtiments étaient pour la plupart de style baroque avec des adaptations locales, ce qui a créé une configuration mixte unique et de grande qualité représentant la juxtaposition initiale et la fusion de différentes périodes et cultures, ainsi que la continuité historique de la ville. Le syncrétisme remarquable de cette ville est évident, non seulement dans sa structure matérielle, mais aussi dans l’expression artistique de la vice-royauté. La ville est devenue l’un des plus importants centres de création et de production d’art religieux du continent. Elle est également importante pour les coutumes et les traditions de sa population, qui préserve en grande partie ses origines ancestrales. De son passé complexe, tissé de grands événements et de belles légendes, la ville a conservé un ensemble monumental remarquable et une grande cohérence ; elle constitue aujourd’hui un prodigieux amalgame de la capitale inca et de la ville coloniale. De la première, elle préserve d’imposants vestiges et en particulier son plan : murs de granit ou d’andésite méticuleusement appareillés, rues rectilignes filant entre les murs, et ruines du Temple du Soleil. De la ville coloniale, subsistent les maisons basses fraîchement blanchies à la chaux, le palais et les merveilleuses églises baro­ques où se réalise l’impossible fusion des styles plateresque, mudéjar ou churrigueresque avec ceux de la tradition inca.

Critère (iii) : La Ville de Cuzco est un témoignage unique de l’ancienne civilisation inca – cœur du gouvernement impérial de Tahuantinsuyu – qui a exercé un contrôle politique, religieux et administratif  une grande partie des Andes d’Amérique du Sud entre le XVe et le XVIe siècle. La ville représente la somme de 3 000 ans de développement culturel autochtone et autonome dans le sud des Andes péruviennes.

Critère (iv) : La Ville de Cuzco offre un témoignage unique des réalisations urbaines et architecturales d’importantes agglomérations politiques, économiques et culturelles lors de la période précolombienne en Amérique du Sud. C’est en exemple représentatif et exceptionnel de la confluence de deux cultures distinctes – inca et hispanique – qui, au fil des siècles, sont parvenues à un syncrétisme culturel remarquable et ont conçu une structure urbaine et une forme architecturale uniques.

Intégrité

La Ville de Cuzco conserve l’organisation spatiale et la plupart des bâtiments de l’ancienne capitale de l’Empire inca et de la période de la vice-royauté. Le long de ses rues et de ses places, on retrouve ses caractéristiques urbaines et architecturales d’origine. Malgré le développement de la ville, on reconnaît encore les quartiers de l’ancienne cité impériale, dont les anciennes constructions en pierre et leurs techniques de construction élaborées. Ces structures définissent et délimitent les rues et les canchas (parcelles d’habitation) sur lesquelles ont été édifiéess maisons coloniales et républicaines, monastères et églises qui ont conservé intacts tous leurs éléments architecturaux et les œuvres d’art qu’ils contenaient. Tout l’ensemble des attributs est resté inchangé dans la zone délimitée, en conservant son intégrité structurelle, matérielle et urbaine.

L’un des principaux facteurs qui menacent la Ville de Cuzco sont les tremblements de terre. Après le séisme de 1950, beaucoup de bâtiments importants sur le plan culturel se sont détériorés et n’ont pas été réparés faute de financement. L’absence de documents techniques et réglementaires sur la gestion urbaine crée une saturation des services dans le centre-ville, ce qui en altère l’intégrité et en affecte l’usage. Plusieurs bâtiments privés sont détériorés par un usage excessif, le surpeuplement, et le manque d’entretien et de ressources financières qui menace leur intégrité physique.

Authenticité

L’authenticité de la Ville de Cuzco est justifiée par l’évidence physique de sa composition urbaine avec ses rues et ses places, son plan d’origine, ses valeurs urbaines et architecturales, l’utilisation de l’espace et son architecture coloniale et inca. Ces caractéristiques témoignent de l’importance de Cuzco comme centre du pouvoir politique, et de sa symbiose avec l’occupation coloniale et ses modèles d’assemblage depuis le XVe siècle, ce qui nous permet de mieux comprendre la ville et ses processus historiques. L’originalité et l’authenticité du site sont aussi confirmées par les documents du XVIe siècle rassemblés par des témoins directs depuis la conquête espagnole. Les facteurs qui menacent l’intégrité de la Ville de Cuzco n’ont pas affecté l’authenticité de ses éléments essentiels. Toutefois, le développement touristique récent menace la préservation et la capacité fonctionnelle de certains bâtiments anciens parfois remaniés ou remplacés par de nouveaux bâtiments à vocation touristique ou commerciale, ce qui entraîne le renvoi des anciens habitants à la périphérie.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La Ville de Cuzco est classée patrimoine culturel national en tant que Zone de monuments, selon la Résolution suprême n° 2900 datée de 1972, qui établit la portée de sa protection mais ne définit pas de zone tampon. Selon la même réglementation, toutes les rues de la zone délimitée sont classées Environnement urbain monumental et 103 bâtiments historiques importants sont classés comme Monuments. Ce patrimoine est protégé par la Constitution nationale et par la loi n° 28296, loi générale sur le Patrimoine culturel national, entre autres.

Le Ministère de la Culture et la Municipalité de la province de Cuzco sont les principaux responsables de la conservation et de la gestion du bien et réalisent constamment des évaluations d’urbanisme et des travaux d’enregistrement, de protection, de supervision et de contrôle. La Municipalité de Cuzco est chargée d’autoriser les travaux d’interventions dans la ville et participe aussi à des programmes et projets de préservation et de restauration du patrimoine culturel.

Après le tremblement de terre de 1950, des interventions de sauvetage et de restauration de monuments archéologiques et historiques ont commencé dans la ville et se sont poursuivis jusqu’en 1973. Les projets ont aussi inclus la formation technique de spécialistes pour améliorer le niveau technique et créer des outils pour la préservation. La Ville de Cuzco a néanmoins établi un cadastre et actualisé son inventaire ainsi que sa déclaration de monuments. Un plan de gestion de la Ville de Cuzco, essentiel pour la protection, a été mis au point en 2005 et est actuellement mis en œuvre.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Cuzco and the old villages still retain traces of land occupation from the Inca Empire to preserve, in a more global manner, an archaeological heritage, which has become susceptible to the effects of urbanization.

Situated at 3,400 m above sea level, in a fertile alluvial valley fed by several rivers in the Peruvian Andes, Cuzco was developed under the Inca ruler Pachacutec into a complex urban centre with distinct religious and administrative functions. It was surrounded by clearly delineated areas for agricultural, artisanal and industrial production.

In 1536, within the Spanish colonial domain from which it did not definitively emerge until after the proclamation of independence (1821) and the victory of Bolívar at Ayacucho. From its complex past, woven with significant events and beautiful legends, the city has retained a remarkable monumental ensemble and a coherence that recent changes have not compromised.

Inca mythology attributes the foundation of the city to the Inca Manco Cápac: according to tradition the golden sceptre that the Sun had given him was thrust into the fertile soil of Cuzco to designate the emplacement of the capital.

In actuality, Cuzco appears to have been a centre of only mediocre importance until the 15th century when the power of the Incas was affirmed following the battle against the Chancas invaders: its reconstruction, directed by two great Incas, Pachacutec (1438-71) and Tupac Yupanqui (1471-93) lasted 20 years and, supposedly, employed 50,000 men. The first of these rulers (to whom is also attributed the construction of Machu Picchu) wished to create an ideal city that would respond to the multiple functions of a capital: after having canalized the two principal rivers (Saphi and Tullumayo), whose flooding periodically menaced the inhabitants of the old Cuzco, he laid down the foundations of an extremely hierarchical organization in which the urban centre united administrative and religious functions, whereas the outlying areas and especially the satellite-towns situated in a cultivated zone (Cayaucachi, Claquillchaca, Picchu, Quillipata, Carmenca, Huacapunco, etc.) were units of agricultural, artisanal and industrial production. This tripartite division must have stirred the imagination of the conquistadores, as did the orthogonal layout of the streets of the Ciudad Nobiliaria, barely inflected to accommodate land erosion. The European invaders respected the plan of this rational city, so curiously close to the idea cities of the Renaissance. They limited themselves to the destruction of the principal edifices charged with political and religious symbolism, and constructed new monuments, aggressively Catholic and Spanish, on the admirable cyclopean masonry of the demolished walls of these buildings. The Huaccapayta, centre of the Inca empire, bordered by the palaces of Pachacutec, Viracocha and Huayna Capac, is the present-day Plaza de Armas; the palace of Viracocha was demolished in order to build the cathedral begun in 1560; the Acclahuasi to construct the convent of Santa Catalina; the Coricaucha, partially destroyed in order to make space for the convent of Santo Domingo de Guzman, etc.

Cuzco is today an amazing amalgam of the Inca capital and the colonial city. Of the first, it preserves impressive vestiges, especially its plan: walls of meticulously cut granite or andesite, rectilinear streets running within the walls, ruins of the Sun Temple of which the Golden Garden, once covered with sculptures of precious metals, was pillaged by the Spanish soldiers to enrich the coffers of Charles V. Of the colonial city, there remain the freshly whitewashed squat houses, the palace and the marvellous Baroque churches which achieved the impossible fusion of the Plateresco, Mudejar or Churrigueresco styles with that of the Inca tradition.

Source : UNESCO/CLT/WHC