English Français

Centre historique de Sheki avec le palais du Khan

Historic Centre of Sheki with the Khan’s Palace
The historic city of Sheki is located at the foot of the Greater Caucasus Mountains and divided in two by the Gurjana River. While the older northern part is built on the mountain, its southern part extends into the river valley. Its historic centre, rebuilt after the destruction of an earlier town by mudflows in the 18th century, is characterized by a traditional architectural ensemble of houses with high gabled roofs. Located along important historic trade routes, the city's architecture is influenced by Safavid, Qadjar and Russian building traditions. The Khan Palace, in the northeast of the city, and a number of merchant houses reflect the wealth generated by silkworm breeding and the trade in silk cocoons from the late 18th to the 19th centuries.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Centre historique de Sheki avec le palais du Khan
La ville historique de Sheki est située au pied de la chaîne du Grand Caucase et divisée en deux par la rivière Gurjana. Tandis que la partie nord, plus ancienne, est bâtie sur la montagne, sa partie sud s’étend dans la vallée fluviale. Son centre historique, reconstruit après la destruction d’une ville antérieure par des coulées de boue au XVIIIsiècle, se caractérise par un ensemble architectural traditionnel de maisons à hauts toits en bâtière. Située le long d’importantes routes commerciales historiques, la ville possède une architecture influencée par les traditions de construction issues des règnes safavide, qadjar et russe. Le palais du Khan, au nord-est de la ville, ainsi que les diverses maisons de marchands, reflètent la richesse générée par l’élevage des vers à soie et le commerce des cocons de la fin du XVIIIe siècle au XIXsiècle.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مركز شاكي التاريخي وقصر خان الملكي
تقع مدينة شاكي التاريخية عند سفح جبال القوقاز الكبرى ويمر وسطها نهر جرجانا قاسماً إياها إلى قسمين. وفي حين جرى بناء الجزء الشمالي من المدينة، وهو الجزء الأقدم فيها، على الجبل، فإن الجزء الجنوبي منها يمتد في وادي النهر. ويمتاز مركز المدينة التاريخي، الذي أعيد بناؤه بعد تدمير مدينة سابقة كانت قائمة مكانه جرّاء التدفقات الطينية في القرن الثامن عشر، بتشكيلة معمارية تقليدية من المنازل ذات الأسطح العالية الجملونية. وتمتلك المدينة، الواقعة على طول طرق تجارية تاريخية هامة، بما فيها من عناصر هندسية معمارية مستلهمة من التقاليد الإنشائية التي تعود للفترات الصفوية والقادرية والروسية. ويجسّد قصر خان، الواقع في شمال شرق المدينة، بالإضافة إلى المنازل التجّار المختلفة، الثروة الناتجة عن تربية دودة القز وتجارة الشرانق في الفترة الممتدة من أواخر القرن الثامن عشر وحتى القرن التاسع عشر.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

舍基历史中心及汗王宫殿
古城舍基位于大高加索山脉脚下,古尔贾纳河穿城而过。历史更为久远的北部建在山上,南城则延伸至河谷。18世纪的泥石流毁坏了此前的古镇,如今的历史中心是之后重建的产物,其特征是拥有高山墙屋顶的传统建筑群。该城位于重要的古商路之上,其建筑受萨非、卡扎尔和俄罗斯建筑传统的影响。位于城区东北部的汗王宫殿和众多商人宅邸反映了从18世纪末到19世纪的蚕种和丝茧贸易带来的财富。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Исторический центр Шеки вместе с Ханским дворцом
Исторический город Шеки расположен у подножия гор Большого Кавказа и разделен на две части рекой Гурджана. Северная, более старая часть города построена на горе, а его южная часть простирается в долину реки. Исторический центр Шеки, восстановленный после разрушения в результате селей в XVIII веке, характеризуется традиционным архитектурным ансамблем домов с высокими остроконечными крышами. Расположенный вдоль важных исторических торговых путей, город был построен под влиянием сефевидских, каджарских и русских архитектурных традиций. Ханский дворец, расположенный на северо-востоке города, а также ряд  купеческих домов отражают богатство Шеки, порожденное шелководством и торговлей шелковыми коконами с конца XVIII по XIX века.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Centro histórico de Sheki con el Palacio del Kan
La ciudad histórica de Sheki está situada al pie de las montañas del Gran Cáucaso y dividida en dos por el río Gurjana. Mientras que la parte norte, más antigua, está construida sobre la montaña, la parte sur se extiende hasta el valle del río. Su centro histórico, reconstruido tras la destrucción de una ciudad anterior por los deslaves de lodo en el siglo XVIII, se caracteriza por un conjunto arquitectónico tradicional de casas con tejados a dos aguas de gran altura. Situada a lo largo de importantes rutas comerciales históricas, la ciudad posee una arquitectura influenciada por las tradiciones de construcción de los reinados de safávida, qadjar y ruso. El Palacio del Kan, en el noreste de la ciudad, así como las diversas casas de comerciantes, reflejan la riqueza generada por la cría de gusanos de seda y el comercio de capullos desde finales del siglo XVIII hasta el XIX.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
Historic Centre of Sheki with the Khan’s Palace © Azerberpa
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La ville historique de Sheki qui s'étend dans une vallée boisée de la chaîne orientale du Caucase, a des origines lointaines remontant au VIe siècle AEC. Rebâti à flanc de coteau, l'actuel centre historique se trouve à l'est de l'ancien cœur de la ville emportée par une coulée de boue en 1772. En raison des limites naturelles de la vallée, le secteur historique a conservé sa forme urbaine globale, mais s'est ramifié jusque dans les groupes de bâtiments originels en suivant les structures typologiques traditionnelles. Les édifices traditionnels typiques de la ville, recouverts de hauts toits en bâtière, avec de profondes vérandas et leurs jardins attenants, sont les caractéristiques principales du paysage urbain historique dans le cadre spectaculaire des versants boisés du massif montagneux.

Étant au contact de grandes routes commerciales, la région de Sheki fut soumise à des influences culturelles variées. Le christianisme y fut introduit dès le début du Ie siècle EC et l'islam au VIIe siècle. Au cours de son histoire récente, le site a reçu la marque des règnes safavide, ottoman et qadjar qui se sont succédés jusqu'au XVIIIe siècle. Sheki va s'imposer en 1743 comme le premier et le plus puissant des khanats du Caucase, représentant un nouveau système administratif dans la région qui passera ensuite sous la domination russe au XIXe siècle. Ces différentes cultures vont aussi imprégner les éléments d'architecture dont le palais du Khan est un exemple exceptionnel, au même titre que beaucoup d'intérieurs de demeures de riches marchands, agrémentées de cheminées (bukharas), de décorations et d'un type vernaculaire de fenêtres (shabaka) et autres. La citadelle, le palais du Khan et les caravansérails illustrent le rôle majeur de la ville sur le plan administratif et commercial.

En tant que centre de négoce, au contact de l'Asie et de l'Europe, mais aussi comme étape sur la Route de la soie, le moteur de l'économie de Sheki repose depuis les temps anciens sur la sériciculture, le commerce de cocons et de soie brute, et le développement de métiers artisanaux toujours présents dans la région. Ces activités ont prospéré à la faveur de conditions climatiques particulièrement clémentes. De même, la morphologie du tissu urbain et ses modes de croissance sont l'expression directe de la topographie du site, ainsi que des évolutions et des activités économiques liées au commerce de la soie. Les maisons recouvertes de hauts toits pentus abritaient des greniers spacieux et aérés consacrés à l'élevage du ver à soie. Les échanges florissants avec d'autres régions spécialisées dans le commerce de soieries ont favorisé la construction de nouveaux caravansérails, magasins, fontaines publiques, mosquées, bains publics et entrepôts en l'espace de quelques années après 1772. Un caravansérail et quelques magasins sont encore utilisés par la population locale à des fins commerciales.

L'aménagement urbain de Sheki est déterminé par la collecte et la gestion de l'eau. La ville est implantée dans le bassin versant de la rivière Kish, à l'endroit où se déversent des ruisseaux qui ont été interceptés et transformés au fil du temps en un réseau de canaux. À cet approvisionnement en eau s'ajoutent les eaux des glaciers de montagne et météoriques. Le réseau hydraulique diversifié distingue les eaux douces et moins potables selon leur provenance : eau de source, eaux pluviales et torrentielles. Un système élaboré de distribution d'eau gère le réseau hydraulique jusqu'aux édifices résidentiels et aux jardins de production en structurant la zone urbaine et la division de la ville en quartiers. Les parcelles cultivées sur un des côtés de chaque maison sont un caractère distinctif de la ville de Sheki.

Les jardins composés en partie de mûriers attenants à chaque résidence constituaient un système de production basé sur l'ensemble des opérations d'alimentation et d'élevage du ver à soie et de son processus de production. Un type de « ville jardin » a ainsi été créé où les éléments de valeur esthétique et symbolique ont été intégrés aux aspects fonctionnels et utilitaires.

Critère (ii) : En tant que principal pôle culturel et commercial de la région, le centre historique de Sheki témoigne d'un important échange d'influences culturelles multiples qui trouvent leur origine à travers ses deux millénaires d'histoire, mais en particulier sous les dynasties safavide, ottomane et qadjar, et plus tard sous la domination russe. Sheki étendit à son tour son rayonnement à une grande partie du Caucase et au-delà. La trame urbaine de la ville actuelle qui date de sa reconstruction après la crue dévastatrice de 1772, a maintenu les anciennes règles de construction répondant aux conditions climatiques locales et aux besoins de l'économie et des activités artisanales traditionnelles. Les éléments de construction et les détails de l'architecture domestique de Sheki, notamment les balcons, portes, arcades et clôtures reflètent des caractéristiques orientales qui évolueront par la suite sous l'influence russe.

Sheki offre également un témoignage exceptionnel du système féodal des khanats caucasiens qui se développèrent de 1743 à 1819, comme le montre l'architecture des palais du Khan, l'intérieur des maisons de riches marchands et les fortifications.

Critère (v) : Réalisé entièrement selon les anciennes règles du bâtiment, le centre historique de Sheki est l'exemple extraordinaire d'une « ville jardin » de production planifiée, comme le démontre son système hydraulique utilisé pour les moulins à eau et l'irrigation, les structures productives associées à la sériciculture et l’organisation singulière des maisons en alignement avec leurs terres cultivées, toutes environnées d'un paysage boisé.

Intégrité

Le centre historique de Sheki renferme tous les éléments qui justifient sa valeur universelle exceptionnelle. Avec son environnement, l'établissement forme un ensemble cohérent dont l'intégrité visuelle est aussi restée intacte. À l'intérieur de ses limites le bien contient toute la ville historique planifiée avec ses maisons entourées de jardins de production, ses fortifications et ses monuments, comme la citadelle, le palais du Khan et les caravansérails qui illustrent à eux tous le rôle commercial, administratif et résidentiel de la ville. Le système de distribution d'eau, la répartition en quartiers (mehelle) et bon nombre d'activités traditionnelles sont, pour la plupart, restés intacts et efficaces. Ces éléments représentent la gamme complète des attributs du bien qui reflètent une « ville jardin » de production planifiée, capitale du khanat de Sheki et de l'administration russe qui lui a succédé.

L'intégrité du bien est cependant vulnérable aux nouvelles constructions réalisées sur place et à l'absence de mesures de conservation de certains bâtiments historiques. Il y a des maisons neuves, des édifices résidentiels modifiés et des bâtiments en mauvais état qui nécessitent tous des interventions immédiates à des degrés divers. La stratégie de conservation guidée par le manuel de restauration remédiera d'ici peu à ces défaillances.

Authenticité

Le centre historique de Sheki a gardé son caractère authentique concernant l'aspect intact de sa typologie urbaine et sa forme globale ; la plupart des résidences privées et quelques édifices publics ont conservé leur usage antérieur et leurs fonctions traditionnelles. Sheki a aussi préservé ses mécanismes traditionnels d'entretien du bien et d'implication de la communauté grâce aux représentants de quartiers et au Conseil des anciens.

La majeure partie des ensembles monumentaux sont intacts et s'inscrivent dans de vastes programmes de conservation et de restauration achevés ou en cours de réalisation. Malgré le constat de quelques interventions inappropriées et l'utilisation de matériaux modernes qui nuisent à l'authenticité du bien, le manuel de restauration fixera les normes requises et l'utilisation de matériaux traditionnels.

Les maisons d'habitation de Sheki ont été restaurées peu à peu en suivant dans la plupart des cas les modèles de croissance typologiques traditionnels, mais toutes les interventions n'ont pas respecté l'authenticité de la conception, des processus et des matériaux traditionnels. 1 933 maisons (71,6 %) sur les 2 755 résidences que compte le bien et sa zone tampon gardent leur authenticité en ayant évolué au fil du temps selon des transformations fonctionnelles qui n'affectent en rien la typologie architecturale ni les matériaux, ou qui ont subi des modifications mineures telles que des extensions. Toutes les maisons feront l'objet de mesures de préservation guidées par un plan de conservation et un manuel de restauration.

Éléments requis en matière de gestion et de protection

Le centre historique de Sheki et le palais du Khan (120,5 ha) sont protégés depuis 1967 par la Réserve historique et architecturale d'État « Yukhari Bash » (283 ha) en vertu de la Loi sur la protection des monuments historiques et culturels. Le bien est également soumis à une protection rigoureuse dans le cadre du plan directeur urbain de la ville en tant que zone de conservation.

Deux niveaux de protection ont été établis : une zone tampon (146 ha) entoure le bien sur 200 mètres de hauteur et, au-delà, il y a une zone beaucoup plus vaste de contrôle du terrain. La zone tampon fait juridiquement partie de la réserve architecturale « Yukhari Bash », tandis que la zone de contrôle du terrain reste comprise dans la zone tampon de la réserve qui est aussi protégée par la loi. Le cadre forestier du bien nécessite d'être protégé non seulement pour sa valeur environnementale, mais encore pour sa valeur visuelle et culturelle de manière à soutenir la valeur universelle exceptionnelle du bien.

La gestion du centre historique de Sheki incombe à l'Agence du tourisme d'État et à son centre de gestion des réserves nouvellement créé, en collaboration avec les autres acteurs concernés.

Le plan d'action pour la conservation et la réhabilitation du centre historique de Sheki et le manuel de restauration sont des documents de référence et d'orientation qui serviront de base à l'élaboration de directives de planification et au renforcement de la protection des bâtiments individuels. Ce processus doit s'effectuer avec la participation des particuliers et de la population au moyen d'incitations à la restauration en veillant à respecter le caractère historique et architectural du lieu et les attributs de la valeur universelle exceptionnelle. D'autre part, il faut établir un plan directeur pour la conservation du bien.

Un plan de gestion rédigé en anglais sera adopté, mis en œuvre et traduit, comme prévu dans le plan d'action, ce qui impliquera de consolider le mandat et renforcer les capacités de l'équipe de gestion. La future gestion devrait accroître le rôle des structures de gouvernance traditionnelles, telles que le Conseil des anciens et les représentants de quartiers, dans les processus de gestion et de prise de décisions, et définir une stratégie touristique qui freine le développement d'installations touristiques.

Il importe aussi de concevoir un système de suivi axé sur l'état de conservation du bien et la mise en œuvre du plan de gestion.

Vu que le bien est dans une zone de forte activité sismique, que les terres en contrebas présentent un risque élevé d'inondations et que l'environnement forestier pourrait être vulnérable aux feux de forêt, il faut impérativement adopter une approche globale d'atténuation et de prévention des risques dans le cadre d'un plan d'urgence.