English Français

Grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage sacré environnant

Great Burkhan Khaldun Mountain and its surrounding sacred landscape

The site is situated in the north-east of the country in the central part of the Khentii mountain chain where the vast Central Asian steppe meets the coniferous forests of the Siberian taiga. Burkhan Khaldun is associated with the worship of sacred mountains, rivers and ovoo-s (shamanic rock cairns), in which ceremonies have been shaped by a fusion of ancient shamanic and Buddhist practices. The site is also believed to be the place of Genghis Khan’s birth and burial. It testifies to his efforts to establish mountain worship as an important part of the unification of the Mongol people.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage sacré environnant

Situé dans le nord-est du pays, le site se trouve dans la partie centrale de la chaîne des monts Khentii. C'est là que les grandes steppes d'Asie centrale cèdent la place aux forêts de conifères de la taïga sibérienne. Le Burkhan Khaldun est associé au culte des montagnes, des rivières et des ovoos (cairns de pierre chamaniques), dont les cérémonies ont été façonnées par la fusion de pratiques chamaniques et bouddhistes anciennes. Le Burkhan Khaldun est également associé avec le lieu de naissance et de sépulture de Gengis Khan. Le site témoigne de ses efforts pour formaliser le culte des montagnes, élément important dans l'unification des peuples mongols.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

جبل بورخان خلدن الكبير والمشهد المقدس المحيط به

يوجد هذا الموقع في شمال شرق البلاد في الجزء الأوسط لسلسلة جبال "خينتي"، حيث يلتقي السهب الشاسع في آسيا الوسطى بالغابات الصنوبرية في سيبريا. ويرتبط بورخان خلدن بعبادة الجبال المقدسة، والأنهار وركام الصخور الشامانية (أوفو)، حيث تشكلت الاحتفالات من خلال تلاحم الممارسات الشامانية والبوذية القديمة. ويسود الاعتقاد أيضاً أن الموقع هو مسقط رأس جنكيز خان محل مدفنه. كما يشهد الموقع على جهوده لإقامة عبادة الجبال كجزء مهم من تحقيق وحدة الشعب المنغولي.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

布尔罕和乐敦圣山及其周围景观
这片景观位于蒙古国东北科特山脉中部,这里是中亚大草原和西伯利亚泰加群落针叶林的交界处。布尔罕和乐敦圣山与对山脉、河流和萨满教石碓(ovoo-s)的崇拜有关,祭拜仪式混合了古老的肯特山崇拜和佛教仪式。这里也被认为是成吉思汗的出生地和埋葬地,见证了他为同一蒙古人民而建立大山崇拜的努力。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Великая священная гора Бурхан-Халдун и ее окрестности
Объект расположен в центральной части гор Хэнтэй на северо-востоке страны, где обширные степи Центральной Азии уступают место хвойным лесам сибирской тайги. Поклонение священной горе Бурхан-Халдун связано с культом гор, рек и ову (шаманских пирамид из камней), в котором слились древние шаманские и буддистские традиции. Кроме того, окрестности горы Бурхан-Халдун считаются местом рождения и захоронения Чингисхана. Объект свидетельствует об усилиях великого хана укрепить культ гор как важный фактор объединения монгольского народа.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Gran montaña de Burkhan Khaldun y paisaje sacro circundante
Situado al noreste del país, el sitio se encuentra en la parte central de la cadena montañosa de Khentii. En este lugar, las grandes estepas de Asia Central dan paso a bosques de coníferas y a la taiga siberiana. El Burkhan Khaldun se asocia al culto de las montañas, los ríos y los ovvos (cairns chamánicos de piedra), cuyas ceremonias fusionan prácticas chamánicas y budistas antiguas. Además, el Burkhan Khaldun está también asociado al lugar de nacimiento y sepultura del Gengis Khan y es testimonio de sus esfuerzos por formalizar el culto de las montañas, elemento importante en la unificación de los pueblos mongoles.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

大ボルハン・ハルドゥン山とその周辺の聖なる景観
モンゴル北東部のボルハン・ハルドゥン山は、シベリア・タイガ気候の針葉樹林と、広大な中央アジアの草原が対面する場所にそびえる。万年雪をいただく山は古来、山岳信仰の聖地とされ、シャーマニズムと仏教が融合した祭事が現在でも行われている。またこの山はチンギス・ハーンが生まれ、彼が葬られたとの言い伝えがある。チンギス・ハーンはボルハン・ハルドゥン山を信仰することによってモンゴル民族の統一を目指したともいわれ、世界史上重要な歴史的意義をもっている。

source: NFUAJ

Grote Burkhan Khaldun berg en het omringende heilige landschap

Daar waar de uitgestrekte Centraal-Aziatische steppen de naaldwouden van de Siberische taiga treffen, in het centrale deel van de bergrug Khentii, in het noordoosten van Mongolië, ligt deze site. Burkhan Khaldun wordt in verband gebracht met de aanbidding van heilige bergen, rivieren en ovoo-s (Sjamanistische steenhopen). De ceremonies aldaar bestaan uit elementen van oude sjamanistische en boeddhistische gebruiken. Ook zou dit de geboorte- en begraafplaats van Dzjengis Khan zijn. De site is een getuige van zijn poging om het aanbidden van gebergten in te zetten bij de vereniging van de Mongoolse volkeren.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Bosgo Tengeriin Davaa (le seuil du Paradis) © A. Duurenjargal
Valeur universelle exceptionnelle

Bref synthèse

La grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage environnant sont situés dans la partie centrale de la chaîne des monts Khentii qui départage les bassins hydrographiques des océans Arctique et Pacifique, là où les grandes steppes de l’Asie centrale rencontrent les forêts de conifères de la taïga sibérienne. Les eaux venues des montagnes aux neiges éternelles alimentent de grandes rivières s’écoulant vers le nord et vers le sud. Les forêts présentes au sommet des montagnes font place, à une moindre altitude, à des steppes tandis qu’en contrebas, dans la vallée, les rivières qui traversent les prés alimentent des prairies marécageuses.

La grande montagne Burkhan Khaldun est associée à Gengis Khan, à sa sépulture présumée et, plus généralement, à la fondation de l’Empire mongol en 1206. C’est l’une des quatre montagnes sacrées auxquelles il accorda, de son vivant, un statut officiel afin d’y célébrer le culte des montagnes fondé sur les très anciennes traditions chamaniques associées aux peuples nomades. Les traditions de culte des montagnes ont décliné avec l’adoption, à la fin du XVe siècle, du bouddhisme et il semble que les traditions et rites associés n’ont pas perduré. Depuis les années 1990, le renouveau du culte des montagnes est encouragé, et d’anciens rites chamaniques ont repris et sont intégrés aux rituels bouddhistes. Des célébrations, parrainées par l’État, se déroulent désormais chaque été sur la montagne, près des rivières et de trois ovoos (des cairns de pierre).

Hormis les trois principaux ovoos de pierre situés le long de sentiers reliés à la route d’un pèlerinage, la grande montagne Burkhan Khaldun présente peu de structures. Les cairns, qui semblent avoir été détruits au XVIIe siècle, ont désormais été reconstruits avec des poteaux en bois à leur sommet. Le chemin de pèlerinage débute à environ 20 kilomètres de la montagne par un pont traversant la Kherlen au col du Seuil où se situe également un important ovoo. Les pèlerins cheminent à cheval de cet endroit au grand ovoo de Beliin, fait de troncs d’arbres et orné d’écharpes de prière en soie bleue, et de là, jusqu’à l’ovoo principal du paradis au sommet de la montagne. Le caractère sacré de la montagne est fortement associé à son isolement et à sa nature perçue comme « pure ».

La grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage sacré environnant, une montagne sacrée, ont été au cœur d’événements qui transformèrent profondément l’Asie et l’Europe entre le XIIe et le XIVe siècle et qui sont en lien direct avec Gengis Khan et la reconnaissance officielle par celui-ci du culte des montagnes.

Critère (iv) : La montagne sacrée Burkhan Khaldun reflète la formalisation du culte des montagnes par Gengis Khan, un facteur clef dans sa réussite de l’unification des peuples mongols durant la création de l’empire mongol, un événement d’une importance historique essentielle pour l’histoire asiatique et mondiale.

Critère (vi) : La montagne sacrée Burkhan Khaldun est associée de manière directe et matérielle à l’Histoire secrète des Mongols, récit épique historique et littéraire, reconnu comme ayant une importance mondiale depuis son entrée au Registre de la mémoire du monde. L’Histoire secrète témoigne des liens entre la montagne et Gengis Khan, sa reconnaissance formelle du culte des montagnes, et du statut officiel de Burkhan Khaldun en tant que l’une des quatre montagnes sacrées qu’il a désignées de son vivant.

Intégrité

Au sein de ses délimitations actuelles, le site dispose des attributs appropriés pour témoigner de l’échelle et de la portée de la montagne sacrée, même si la délimitation a besoin d’être définie par rapport aux caractéristiques naturelles. Un programme de travaux doit être mis en œuvre afin de documenter et de cartographier les sites archéologiques, ce qui pourrait renforcer les associations avec Gengis Khan ou les traditions du culte des montagnes, et conduire à leur protection.

Authenticité

La valeur de tous les attributs naturels et culturels de la montagne Burkhan Khaldun est bien visible. Diverses parties de la montagne sont vulnérables à une augmentation de la fréquentation touristique qui, si elle n’était pas correctement gérée, pourrait profondément affecter la sensation d’isolement, et au surpâturage qui pourrait avoir un impact sur sa nature « perçue » comme pure et sur les sites archéologiques.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Bien que la majeure partie de la grande montagne Burkhan Khaldun soit située sur le territoire de la zone spéciale de protection de Khan Kentii (ZSP KK), une petite zone située au nord-ouest et une beaucoup plus grande au sud sont à l’extérieur de cette zone protégée. Il est prévu d’inclure l’ensemble du bien et de sa zone tampon dans le territoire de la ZSP KK en 2015. Même si la ZSP KK offre une protection légale, celle-ci concerne plus la protection de la nature et de l’environnement que la protection du patrimoine culturel. Une protection renforcée doit être mise en œuvre pour le patrimoine culturel et garantir qu’aucune industrie minière ou extractive n’est autorisée au sein des limites du bien. La zone tampon fait partie de la zone tampon de la ZSP KK. Actuellement, les attributs culturels de la zone tampon du bien ne sont pas protégés et, s’agissant de l’occupation des sols ou de nouvelles constructions, aucune réglementation n’est applicable. Une protection et une réglementation dans ces domaines doivent être mis en place.

Depuis 1990 et le renouveau des pratiques mongoles anciennes liées aux montagnes sacrées, les traditions et coutumes nationales de protection de la nature en Mongolie et les lois associées au  « Khalkh Juram » ont été relancées et sont maintenant intégrées dans la politique d’État. Le 16 mai 1995, le premier Président de la Mongolie a publié un nouveau décret « Soutenir les initiatives visant à rétablir la tradition du culte des montagnes Bogd Khan Khairkhan, Burkhan Khaldun (Khan Khentii) et Otgontenger ». Le décret a affirmé le soutien de l’État en faveur d’initiatives visant à rétablir le culte des montagnes tel que décrit dans le document mongol réglementaire originel et tel qu’« énoncé par le décret officiel ». Un autre décret présidentiel sur la « Réglementation des cérémonies de culte et d’offrande des montagnes sacrées et des ovoos » fournit des outils juridiques afin d’organiser des visites pendant les grandes cérémonies cultuelles d’État. Toute activité autre que les rituels cultuels est traditionnellement interdite sur la montagne Burkhan Khaldun elle-même. Le personnel de la réserve KK assure néanmoins la lutte anti-incendie, la protection et l’entretien forestiers, ainsi que la rénovation, et lutte contre la chasse et les coupes de bois illégales.

Au niveau national, la gestion du site est placée sous la responsabilité du Ministère de la nature, de l’environnement et du développement vert, et du Ministère de la culture, des sports et du tourisme. Au niveau local, les autorités locales des aïmags, des sums et des bags sont responsables de la protection locale. Bien que l’administration des sums compte en son sein des personnes responsables de la protection de l’environnement, il semble qu’aucune disposition officielle n’existe en ce qui concerne les missions relatives au patrimoine culturel. Une Administration en charge de la protection du bien du patrimoine mondial, responsable de la protection et de la conservation naturelle et culturelle du bien doit être mise en place. Aucune échéance et aucun engagement quant à la mise à disposition de ressources adéquates n’a toutefois été communiqué. La protection traditionnelle est assurée grâce à la longue tradition de culte de la nature et des sites sacrés. Il est par exemple interdit de perturber la terre, les eaux, les arbres et toutes les plantes, les animaux et les oiseaux présents dans les sites sacrés, ou de chasser et de couper du bois à des fins commerciales.

Un projet de plan de gestion a été soumis avec le dossier de proposition d’inscription. Il couvrira la période 2015-2025 et vise le patrimoine culturel et naturel. Il comprend un plan à long terme (2015-2025) et un plan à moyen terme (2015-2020). Le projet de plan de gestion n’a pas encore été approuvé ou mis en œuvre. Avant finalisation et adoption, un travail supplémentaire doit être entrepris afin d’étoffer le plan qui pourra ainsi offrir un cadre approprié pour la gestion du bien. En outre, le financement nécessaire reste à mettre en place par les organisations des parties prenantes avec un soutien supplémentaire des organisations donatrices et humanitaires internationales. Les sites archéologiques sur la montagne qui peuvent contribuer à une plus large compréhension du culte des montagnes n’ont pas été formellement identifiés, et ne font pas non plus l’objet d’une conservation active. Ces deux aspects devraient être abordés par le plan de gestion.

Bien qu’un plan de gestion existe pour la zone protégée de Khan Khentii, mis en œuvre par l’administration de la ZSP KK, ce plan se limite à la conservation de l’environnement naturel et il semble qu’il n’y a actuellement aucune gestion active de ses attributs culturels, ni de missions définies par des stratégies et des politiques culturelles spécifiques. Il convient de remédier à ces lacunes.