jump to the content

Monuments historiques à Makli, Thatta

Historical Monuments at Makli, Thatta

The capital of three successive dynasties and later ruled by the Mughal emperors of Delhi, Thatta was constantly embellished from the 14th to the 18th century. The remains of the city and its necropolis provide a unique view of civilization in Sind.

Monuments historiques à Makli, Thatta

Capitale de trois dynasties successives, puis possession des empereurs moghols de Delhi, Thatta n'a cessé d'être embellie du XIVe au XVIIIe siècle. Les vestiges de la ville et de sa nécropole offrent un témoignage unique sur la civilisation du Sind.

نصب تحتا التاريخية

كانت عاصمة أنظمة الحكم الثلاثة المتتالية، ثم مِلكاً لاباطرة مغول دلهي. كانت تحتا تُجمَّل على الدوام من القرن الرابع عشر حتى القرن الثامن عشر. فتدلّ آثار المدينة ومقبرتها الكبيرة على حضارة السند وهي الشاهد الوحيد على وجودها.

source: UNESCO/ERI

塔塔城的历史建筑

塔塔城连续被三个王朝选作国都,后来由德里的莫卧尔国王统治。从14世纪到18世纪塔塔城一直在装修。这座城市的遗迹和公共墓地是信德省文化中独特的景观。

source: UNESCO/ERI

Исторические памятники в городе Татта

Столица трех местных династий, а затем управляемый императорами династии Великих Моголов из Дели, город Татта последовательно улучшал свой облик в XIV-XVIII вв. Остатки города и его некрополь представляют собой уникальные свидетельства цивилизации в исторической области Синд.

source: UNESCO/ERI

Monumentos históricos de Thatta

Capital de tres dinastías sucesivas, antes de caer bajo la dominación de los emperadores mogoles de Delhi, la ciudad de Thatta se embelleció continuamente entre los siglos XIV y XVIII. Los vestigios de esta urbe y de su necrópolis son un testimonio excepcional de la civilización del Sind.

source: UNESCO/ERI

タッターの文化財

source: NFUAJ

Historische monumenten in Makli, Thatta

Thatta is de hoofdstad van drie opeenvolgende dynastieën en werd later geregeerd door de Mogol keizers van Delhi. De oude stad werd van de 14e tot de 18e eeuw voortdurend verfraaid. Binnen het brede geheel van islamitische monumenten vertegenwoordigen die van Thatta een bepaald type waarbij verschillende invloeden zijn versmolten tot een lokale stijl. Hierbij is de Grote moskee van Shah Jahan uniek met zijn blauwe en witte gebouwen afgedekt met 93 koepels. De overgebleven (bak)stenen monumenten zijn van hoge kwaliteit en de overblijfselen van de stad en haar necropolis geven een uniek beeld van de beschaving in Sind.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vue de la tombe Nizam al-Din avec le pavillon polygone © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Près du point culminant du delta de l’Indus, dans la province méridionale du Sind, Pakistan, se trouve un immense cimetière abritant un demi-million de tombes et tombeaux sur une zone d’environ 10 km². Massée sur le rebord du plateau de 6,5 km de Makli , la nécropole de Makli – qui a été associée à la ville voisine de Thatta, ancienne capitale et centre de culture islamique – témoigne de manière exceptionnelle de la civilisation du Sind du XIVe au XVIIIe siècle.

La vaste nécropole de Makli est l’une des plus grandes du monde. Des rois, reines, gouverneurs, saints, érudits et philosophes sont enterrés là, à l’intérieur de monuments de brique ou de pierre, dont certains sont largement décorés de carreaux vernissés. Parmi les monuments remarquables construits en pierre, on remarque les tombeaux de Jam Nizamuddin II, qui régna de 1461 à 1509, et d’lsa Khan Tarkhan le Jeune et de son père, Jan Baba, tous deux édifiés avant 1644. Le mausolée le plus coloré est celui de Diwan Shurfa Khan (mort en 1638). L’assemblage unique de structures massives présente un ordre imposant de constructions monumentales de différents styles architecturaux. Ces structures sont remarquables par la fusion de diverses influences dans un style local. Parmi ces influences, on retrouve entre autres l’architecture hindoue du style du Gujarat et l’architecture impériale moghole. Des exemples d’éléments architecturaux en terre cuite venus de loin, de Perse et d’Asie, ont également été apportés à Makli et adaptés. On voit naître à Makli une conception originale du décor de la pierre, peut-être déterminée par l’imitation de modèles en tuile peinte et vernissée. Les monuments historiques de la nécropole de Makli constituent d’éloquents témoignages de l’histoire sociale et politique du Sind.

Critère (iii): Les monuments historiques à Makli, Thatta, témoignent de manière remarquable de la civilisation de la région du Sind du XIVe au XVIIIe siècle. Le site conserve ainsi, dans un état d’intégrité exceptionnel, un ensemble monumental imposant des vestiges de la nécropole, massés sur le rebord du plateau de Makli plateau, sur une zone d’environ 10 km2.

Intégrité

On trouve à l’intérieur des limites du bien tous les éléments et parties intégrantes nécessaires justifiant la valeur universelle exceptionnelle du bien, dont les tombes et tombeaux situés dans la nécropole de Makli. Un certain nombre des monuments historiques ont néanmoins atteint un état avancé de dégradation. L’intégrité du bien est menacée par l’important délabrement causé par les conditions climatiques locales (tremblements de terre, variations de température, vents salins et humides, croissance végétale) et par le déplacement du lit du fleuve. De plus, les empiétements et le vandalisme menacent le site et les dégâts et pertes dues aux vols ont pris d’énormes proportions.

Authenticité

Les monuments historiques à Makli, Thatta, sont authentiques en termes de formes et de conception, de matériaux et de substance, de lieux et de cadre. Comme certains éléments du bien de trouvent dans un état avancé de dégradation et de désintégration, l’authenticité du site est cependant menacée, en particulier concernant les matériaux et les formes des monuments. Si une action scientifique n’est pas menée pour réduire les menaces qui pèsent sur le bien, il va se produire des dommages irrémédiables.

Elements requis en matière de protection et de gestion

Les Monuments historiques à Makli, Thatta, constituent une antiquité protégée aux termes de la loi sur les antiquités de 1975, adoptée par le Parlement de la République islamique du Pakistan. La loi n° X de 2010 relative au 18e amendement de la Constitution, délègue au gouvernement du Sind toute autorité administrative et financière sur tous les sites du patrimoine situés dans sa province. Le Département de la Culture du gouvernement provincial du Sind est responsable de la gestion et de la protection des Monuments historiques à Makli, Thatta. Le site est doté d’un conservateur, d’un responsable de la conservation de l’archéologie, d’un assistant technique, de personnel d’exécution et de gardiens. C’est le gouvernement provincial qui assure le financement, cependant jugé insuffisant.

Maintenir la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps va exiger d’établir et de mettre en œuvre un plan d’action d’urgence pour prendre des mesures urgentes nécessaires pour la sécurité et la stabilisation des structures ; d’achever, d’approuver et d’appliquer le Plan directeur d’ensemble et un Plan de gestion du bien ; de définir les limites précises du bien et de sa zone tampon ; de préparer un rapport sur l’état de tous les monuments et tombeaux ; de prendre les mesures appropriées pour stabiliser le tombeau de Jam Nizamuddin II ; et de mettre en œuvre un programme de suivi d’ensemble.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The archaeological site of Thatta and the necropolis of Makli testify in an outstanding manner to the civilization of Sind from the 14th to the 18th centuries. Within the broad family of Islamic monuments, those of Thatta represent a particular type, notable for the fusion of diverse influences into a local style. The effect of the Grand Mosque of Shah Jahan with its complex of blue and white buildings capped by 93 domes is unique.

From the 14th to the 18th centuries, Thatta played an important role in the history of Sind, as the city, which commanded the delta of the Indus, had been successively the capital of the Samma, Argun and Tarkhan dynasties before being governed from 1592 to 1739 in the name of the Mughal emperors of Delhi.

From 1739, when the province of Sind was ceded to the Shah Nadir of Iran, Thatta entered into a period of decadence and neglect. The site preserves, in a state of exceptional integrity, an imposing monumental complex with the remains of the city itself in the valley and especially those of the necropolis, massed at the edge of the Makli plateau, covering a distance of about 12 km.

The four centuries that comprise the golden age of Thatta have left their traces on the form of monuments of high quality in stone and brick. Among those in stone are the tombs of Jam Nizammudin, who reigned from 1461 to 1509, and those of Isa Khan Tarkhan the Younger and of his father, Jan Baba, both of which were constructed before 1644. Among the edifices in brick and glazed tiles are the mosque of Dabgir, that of Shah Jahan (1644-47) and numerous mausolea, and tombs of which the most colourful is that of Diwan Shurfa Khan (died 1638).

If the tomb of Jam Nizamuddin establishes evident ties with Hindu architecture of the Gujerat style and the influence of Mughal imperial architecture, it is in no way a simple copy. At Thatta, an original concept of stone decoration was born, perhaps using glazed tile models. Even in the area of architectural terracotta, the distant examples of Persia and Asia were transposed. Neither in their technique nor in their colour do the monuments of Thatta resemble those of Lahore.

The salt air carried by the monsoons has an extremely harmful and corrosive effect on the brick, rendering the preservation of a large number of monuments of the Makli plateau highly precarious.

Source : UNESCO/CLT/WHC