English Français

Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor

Natural and Culturo-Historical Region of Kotor

In the Middle Ages, this natural harbour on the Adriatic coast in Montenegro was an important artistic and commercial centre with its own famous schools of masonry and iconography. A large number of the monuments (including four Romanesque churches and the town walls) were seriously damaged by the 1979 earthquake but the town has been restored, largely with UNESCO’s help.

Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor

Ce port naturel monténégrin sur la côte adriatique était un important centre de commerce et d’art qui comptait de célèbres écoles de maçonnerie et de peinture sur icônes au Moyen Âge. Un grand nombre de ses monuments, dont quatre églises romanes et les remparts de la ville, ont été gravement endommagés par un tremblement de terre en 1979, mais la ville a été restaurée, essentiellement grâce à l’aide de l’UNESCO.

بقعة كوتور الطبيعية والثقافية والتاريخية

كان هذا المرفأ الطبيعي الذي يقع في الجبل الأسود على الساحل الادرياتيكي مركزًا تجاريًّا و فنيًّا مهمًّا يتضمَّن مدارس مشهورة للبناء والرسم على الأيقونات في القرون الوسطى. دمّرت هزة أرضية في العام 1979 عددًا كبيرًا من الآثار بشكلٍ كبيرٍ، من بينها 4 كنائس رومانية وأسوار المدينة. بيد أنّ المدينة رُمّمت بفضل مساعدة اليونيسكو التي كانت أساسيةً لذلك.

source: UNESCO/ERI

科托尔自然保护区和文化历史区

这个天然港位于门的内哥罗的亚得里海岸,它在中世纪曾是重要的艺术和商业中心,那里有著名的石工和肖像学校。在1979年的一次地震中很多遗址被严重毁坏,其中包括两座罗马式教堂和城墙。之后在联合国教科文组织的帮助下,该城恢复了原貌。

source: UNESCO/ERI

Природный и культурно-исторический район Котор

В Средние века эта естественная гавань на Адриатическом побережье в Черногории была важным художественным и торговым центром с известными школами каменщиков и иконописцев. Множество памятников (включая четыре романские церкви и городские стены) было серьезно повреждено при землетрясении 1979 г., но город был восстановлен, в значительной степени с помощью ЮНЕСКО.

source: UNESCO/ERI

Comarca natural, cultural e histórica de Kotor

Situada en un puerto natural del Adriático, esta ciudad montenegrina fue en la Edad Media un importante centro comercial y artístico con afamadas escuelas de albañilería y pintura de iconos. Muchos de sus monumentos –comprendidas las murallas y cuatro iglesias románicas– fueron gravemente dañados por un terremoto en 1979. Su restauración posterior se debió en gran parte a la ayuda proporcionada por la UNESCO.

source: UNESCO/ERI

コトルの自然と文化-歴史地域
モンテネグロにあるコトルは、アドリア海に面した港町。天然の港で要塞としても優れていたため、古代ローマの時代から争奪の対象となってきました。15世紀以後ヴェネティアに支配されましたが、四つのカトリック教会や12世紀の聖トリフォン大聖堂、多くの宮殿など、中世の面影を色濃く残しています。

source: NFUAJ

Natuurlijke en cultuurhistorische omgeving van Kotor

Deze natuurlijke haven ligt aan de Adriatische kust in Montenegro. Tijdens de middeleeuwen was het een belangrijk artistiek en commercieel centrum met zijn eigen beroemde scholen van bouwkunst en iconografie. Een groot aantal monumenten – waaronder vier Romaanse kerken en de stadsmuren – werd ernstig beschadigd door de aardbeving van 1979, maar de stad is hersteld (grotendeels dankzij hulp van UNESCO). De plek heeft een turbulente geschiedenis waardoor een verscheidenheid van gebouwen is ontstaan. Het grootste en meest indrukwekkende is de kathedraal van Sint Tryphon. De oorspronkelijke kerk werd gebouwd in de 8e eeuw en de nieuwe kerk in 1166.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor (Monténégro) © Silvan Rehfeld
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor est située sur la baie de Boka Kotorska, sur la côte adriatique du Monténégro. Le bien comprend la partie la mieux préservée de la baie couvrant sa partie intérieure sud-orientale. Le bien inscrit a une superficie de 14 600 ha avec un paysage composé de deux baies reliées entre elles, entourées de montagnes s’élevant rapidement à près de 1 500 mètres. Le bien est relié au reste de la baie de Boka Kotorska par un étroit canal formant le principal axe visuel central de la zone.

La valeur universelle exceptionnelle de la Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor est constituée par la qualité de l’architecture de ses villes fortifiées et ouvertes, de ses établissements, palais et ensembles monastiques, et par leur intégration harmonieuse dans le paysage cultivé en terrasses sur les versants des hautes collines rocheuses. Le bien apporte un témoignage unique sur le rôle exceptionnellement important qu’il a joué pendant des siècles dans la diffusion des cultures méditerranéennes dans les Balkans.

Critère (i) : C’est la réunion sur le littoral du golfe des monuments des villes, leur harmonie avec le paysage, et leur insertion dans un urbanisme de grande valeur qui contribuent à la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Critère (ii) : Principales têtes de pont de Venise sur la côte Sud de l’Adriatique, les villes aristocratiques de capitaines et d’armateurs de Kotor et leurs voisines ont été pendant plusieurs siècles les foyers du mouvement créateur de la région. Leurs écoles d’art, d’orfèvrerie et d’architecture ont exercé  une influence profonde et durable sur les arts de la côte adriatique.

Critère (iii) : Par l’harmonisation réussie de ces villes avec le golfe, par le nombre, la qualité et la diversité des monuments et des biens culturels, et surtout par l’exceptionnelle authenticité de leur conservation, le bien peut effectivement être considéré comme unique.

Critère (iv) : Kotor et Perast sont des petites villes des plus caractéristiques et des plus authentiquement conservées, mises en valeur par une architecture de grande qualité. Leur urbanisme est bien adapté et intégré au paysage.  

Intégrité

Le bien maintient l’intégrité d’ensemble du plan historique du paysage terrestre et marin, avec ses cités et établissements d’un urbanisme distinctif, qui se sont développés le long des côtes de la baie, séparés par des zones vertes et cultivées encadrées par des collines rocheuses abruptes, et avec une bande étroite de côte urbanisée reliée par la mer. Le réseau de chemins et de routes reliant des établissements côtiers l’un à l’autre et avec l’intérieur des terres, et le littoral avec des pontas et des mandrachi, est préservé, ce qui atteste le rôle important de la mer.

Toutefois, les conditions d’intégrité sont mises en danger par le développement et l’urbanisation causés par des processus de transformation en cours .dans la structure socio-économique de la zone. Les aménagements actuels, y compris des centres de tourisme, des routes et des bâtiments nouveaux sur la côte même, menacent d’aboutir à une transformation progressive et pourtant irréversible du littoral ainsi qu’à l’abandon des structures traditionnelles en terrasses.  

La gestion du bien et de sa zone tampon définie sera cruciale pour le maintien du bien et de son intégrité en tant que paysage culturel unique et entité géographique en termes géographiques, historiques et culturels. Il faudra également appliquer des mesures réglementaires pour la zone tampon et mettre au point une approche intégrée pour la conservation, la planification et la gestion de la zone en tant que zone constituant une unité.
 
Authenticité
Bien que gravement endommagés par le tremblement de terre de 1979, les principaux monuments et zones urbaines historiques ont été soigneusement restaurés et reconstruits sous les auspices de l’UNESCO, et ont conservé leur authenticité architecturale, urbaine et historique.
Toutefois, la capacité du paysage dans son ensemble à refléter sa valeur est compromise par l’érosion progressive des pratiques et modes de vie traditionnels et de l’harmonie entre les bâtiments, la planification et le paysage.

Éléments requis en matière de protection et de gestion
Au moment de l’inscription, immédiatement après le séisme de 1979, la protection, la reconstruction et la gestion des monuments culturels et des zones urbaines historiques de la baie de Boka Kotorska ont été garanties par l’Institut pour la protection des monuments culturels de la République monténégrine. Après le tremblement de terre 1979, la gestion de l’ensemble de la région a été effectuée dans le cadre du Plan de développement du Sud de l’Adriatique, établi avec l’aide du Programme des Nations Unies pour le Développement (UNDP). Le programme incluait la préservation, la présentation et la réhabilitation de monuments culturels dans les vieilles villes et les anciens établissements Dans le même temps, des installations industrielles (4 usines) qui contrastaient avec le caractère du bien ont été supprimées.

En 1980, l’Institut municipal pour la protection du patrimoine culturel a été créé avec son siège dans la vieille ville de Kotor, en vue de la gestion et de la conservation du bien. En 1992, il a été transformé pour devenir l’Institut régional pour l’ensemble de la zone de la baie, y compris les municipalités de Kotor, Tivat et Herceg Novi.

Depuis la fin 2011, des travaux de conservation, des études sur le terrain et la préparation de lignes directrices sur la conservation pour les municipalités de Kotor, Tivat, Herceg Novi et Budva ont été entrepris par la Direction de la protection du patrimoine culturel du Monténégro et le Centre de conservation et d’archéologie du Monténégro par l’intermédiaire de leurs Bureaux locaux à Kotor. La reconstruction après le séisme a été achevée et la conservation et la gestion des monuments et centres historiques de Kotor et Perast sont effectuées avec une grande compétence professionnelle.

La nécessité de prévenir une urbanisation excessive et incontrôlée a conduit à établir un plan de gestion de la zone protégée, qui fut adopté par le gouvernement monténégrin en 2011.
Parallèlement, un nouveau cadre juridique a été créé pour la zone de conservation du patrimoine culturel avec la loi sur la protection de biens culturels (2010), qui prescrit la protection intégrée du bien et de sa zone tampon. La loi sur la protection de la contrée naturelle et culturo-historique de Kotor (2013) comprend des dispositions pour l’établissement du Conseil de gestion de la région de Koto, ayant pour rôle de coordonner la conservation, la préservation et la gestion du bien. De plus, la zone tampon ayant été définie en 2011 comme englobant la zone entière de la baie Boka Kotorska, la voie a été ouverte pour traiter ce paysage culturel d’une manière intégrée par le biais de plans d’aménagement spatial et de développement.

Toutefois, il faut prendre davantage conscience de la manière de traiter le bien inscrit et la zone tampon comme une partie intégrale du paysage culturel unique de la baie de Boka Kotorska. Des difficultés demeurent en ce qui concerne la future définition de stratégies de développement communes pour le bien et sa zone tampon, la planification intégrée et l’établissement d’un système de gestion général. Ces mesures seront essentielles pour assurer qu’une urbanisation excessive et incontrôlée, ainsi que l’aménagement d’infrastructures, seront traités d’une manière appropriée pour garantir qu’aucun impact négatif ne se produira sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. Il sera également nécessaire d’obtenir des ressources adéquates et suffisantes de la part des entités responsables du bien pour être en mesure de procéder à la préservation, protection et mise en valeur du bien.