English Français
Aidez maintenant !

Kunya-Urgench

Kunya-Urgench

Kunya-Urgench is situated in north-western Turkmenistan, on the left bank of the Amu Daria River. Urgench was the capital of the Khorezm region, part of the Achaemenid Empire. The old town contains a series of monuments mainly from the 11th to 16th centuries, including a mosque, the gates of a caravanserai, fortresses, mausoleums and a 60-m high minaret. The monuments testify to outstanding achievements in architecture and craftsmanship whose influence reached Iran and Afghanistan, and later the architecture of the Mogul Empire of 16th-century India.

Kunya-Urgench

Kunya-Urgench est située dans le nord-ouest du Turkménistan, sur la rive gauche de l’Amou Daria. Urgench était la capitale de la région du Khorezm, qui appartenait à l’empire achéménide. La vieille ville inclut une série de monuments datant essentiellement du XIe au XVIe siècle. Ces constructions, qui comprennent une mosquée, les portes d’un caravansérail, des forteresses, des mausolées et un minaret haut de 60 m, témoignent des fabuleuses réalisations architecturales et artistiques dont le rayonnement est parvenu jusqu’en Iran et en Afghanistan, et qui plus tard ont influencé l’architecture de l’empire moghol dans l’Inde du XVIe siècle.

قونيا - أورغنش

تقع قونيا اورغنش شمال غرب تركمانستان على الضفة اليسرى لنهر أمو داريا. وقد شكلت اورغنش عاصمة منطقة خوارزم التي كانت جزءاً من الامبراطورية الأخمينية وتتضمن مدينتها القديمة مجموعة من النصب العائدة بشكل خاص الى الفترة الممتدة بين القرن الحادي عشر والقرن السادس عشر. وتشهد هذه الأبنية التي تتضمن مسجداً وأبواب خان للقوافل وحصوناً وأضرحة ومئذنة بارتفاع 60 متراً على الانجازات المعمارية والفنية المذهلة التي بلغ إشعاعها إيران وافغانستان والتي أثرت في ما بعد على هندسة امبراطورية المغول في الهند في القرن السادس عشر.

source: UNESCO/ERI

库尼亚-乌尔根奇

库尼亚-乌尔根奇位于土库曼斯坦的西北部、阿母河的南面。乌尔根奇是阿契美尼德帝国统治下可兰次姆地区的首都。古镇拥有一系列11-16世纪时期的纪念碑,包括一座清真寺、旅馆的门、堡垒、陵墓和一座尖塔。这些纪念碑展示了当时建筑和手工艺方面的卓越成就,其影响力波及伊朗、阿富汗和16世纪印度的后期建筑。

source: UNESCO/ERI

Древний город Куня-Ургенч

Куня-Ургенч (Старый Ургенч) расположен на севере Туркменистана, южнее реки Аму-Дарья. Он являлся столицей Хорезма – области, входившей в империю Ахеменидов. В древнем городе находится ряд памятников, относящихся в основном к периоду ХI-ХVI вв., включая мечеть, ворота караван-сарая, крепости, мавзолеи и минарет. Они свидетельствуют о выдающихся достижениях в архитектуре и ремеслах, влияние которых проявилось в Иране и Афганистане, а позднее, в ХVI в. – и в архитектуре империи Великих Моголов в Индии.

source: UNESCO/ERI

Kunya-Urgench

Situada al noroeste del Turkmenistán, en la orilla izquierda del río Amu Daria, Kunya-Urgench fue la antigua capital de la región de Khorezm en tiempos del Imperio Aqueménida. Su centro histórico abarca un conjunto de monumentos construidos principalmente entre los siglos XI y XVI: una mezquita, las puertas de un caravasar, fortalezas, mausoleos y un minarete de 60 metros de altura. Todos esos edificios atestiguan los notables logros alcanzados por la arquitectura y la artesanía de la región, que se extendieron primero hasta el Irán y el Afganistán e influyeron luego en las realizaciones arquitectónicas del Imperio Mogol, establecido en la India en el siglo XVI.

source: UNESCO/ERI

クニヤ‐ウルゲンチ

source: NFUAJ

Kunya-Urgench

Kunya-Urgench ligt in het noordwesten van Turkmenistan, op de linkeroever van de Amu Daria-rivier. Urgench was de hoofdstad van de regio Khorezm, onderdeel van het Achaemenidische Rijk. De oude stad bevat een reeks monumenten, voornamelijk uit de 11e tot de 16e eeuw, waaronder een moskee, de poorten van een karavanserai, forten, mausolea en een 60 meter hoge minaret. Ze getuigen van een voortreffelijke architectuur en vakmanschap. De invloed hiervan bereikte Iran en Afghanistan, en later de architectuur van het Mogul-rijk van 16e-eeuws India. De concentratie heilige islamitische objecten in Kunya-Urgench maken de stad tot een populaire plaats voor pelgrims.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
minaret de Kutlug-Timur et mausolé de Tekesh © Nomination File
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Kunya-Urgench est située dans la province (velayat) de Dashoguz, sur la rive gauche de l'Amou Daria, dans le nord-ouest du Turkménistan. Urgench était la capitale de la région du Khorezm, qui appartenait à l'empire achéménide. La vieille ville contient une série de monuments datant essentiellement du XIe au XVIe siècle. Cette zone est restée un vaste terrain déserté, avec quelques vestiges d'anciens peuplements fortifiés, comprenant une mosquée, les portes d'un caravansérail, des forteresses, des mausolées et un minaret de 60 m de haut.  

Les monuments de Kunya-Urgench offrent un exemple de l'immense variété des techniques et décors utilisés par l'architecture islamique en Asie centrale. On y trouve des constructions en pisé et en terre cuite, des édifices qui vont des bâtiments d'une seule pièce surmontée d'une coupole, aux anciens chartak et aux édifices complexes, ayant souvent un long passé d'édification, de rénovation et de reconstruction successives. Ces monuments montrent aussi l'évolution des méthodes de traitement de l'intérieur des coupoles, dont la décoration, depuis les nids d'abeille jusqu'aux stalactites appelées « muqarnas », a été portée à sa perfection par les maîtres artisans locaux. Les plus beaux monuments de la cité se distinguent par l'extrême finesse de leur décor. Ils constituent des exemples saillants d'arabesques classiques en terracotta monochrome associée aux brillantes couleurs de l'émail.

Les monuments témoignent des niveaux de perfectionnement exceptionnels atteints  dans l'architecture et l'artisanat, dont l'influence s'est faite sentir jusqu'en Iran et en  Afghanistan, puis, plus tard, dans l'architecture de l'Empire moghol en Inde, au XVIe siècle. Les objets sacrés islamiques concentrés dans cette cité attirent des foules considérables de pèlerins et constituent également une attraction pour le tourisme international.

 

Critère (ii) : La tradition architecturale qui s'exprime dans la conception et l'artisanat de Kunya-Urgench a eu une influence sur toute la région en allant vers le sud et le sud-ouest, à savoir l'Iran et l'Afghanistan et, plus tard, sur l'architecture de l'empire moghol (Inde, XVIe siècle).

Critère (iii) : Kunya-Urgench est le témoignage exceptionnel d'une tradition culturelle (la culture islamique du Khorezm) et son état de conservation la rend unique. La société qui l'a créé a disparu ; toutefois, on note que la majorité des visiteurs sont en fait des pèlerins venus de la région.

 

Intégrité

L'intégrité globale du site archéologique de Kunya-Urgench vient de sa condition historique. Après avoir été abandonnée pendant plus de trois siècles, puis utilisée comme cimetière, la zone est demeurée relativement inchangée. Par conséquent, Kunya-Urgench est jugée avoir mieux conservé son intégrité historique que la plupart des autres sites d'Asie centrale, car les attributs du bien sont toujours présents.

 

Authenticité

L'authenticité du bien est restée préservée dans la disposition du site, qui a conservé son usage et sa fonction de centre religieux. Il garde également son rôle en tant que centre majeur de pèlerinage pour le monde musulman.

Individuellement, l'état des monuments varie, mais les principaux monuments ont conservé une grande quantité de matériaux d'origine, qui représentent un degré raisonnable d'authenticité. D'autres bâtiments sont demeurés intacts ou ont été plus ou moins substantiellement reconstruits. Les monuments individuels ont fait l'objet, à des degrés divers, de travaux de réparation, de restauration et de reconstruction. À voir l'état avant les réparations, on peut se rendre compte qu'il n'y avait dans certains cas d'autre choix qu'une reconstruction partielle pour éviter l'effondrement total. Tout en prenant note des différentes reconstructions des bâtiments individuels, on considère toujours que les principaux monuments ont conservé un degré raisonnable d'authenticité.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est protégé par la législation nationale, et il est également placé sous la protection de la municipalité locale. Le parc national historique et culturel de Kunya-Urgench, qui contient le bien inscrit à l'intérieur de ses limites, a été créé en 1985 (décret n° 10085). Il est classé au niveau (provincial) du velayat (décret 440/16), approuvé par le Cabinet des ministres en 1992. En outre, la protection de la zone identifiée comme zone tampon est assurée par des statuts particuliers. La protection légale du bien et de sa zone tampon est appropriée.

Tous les éléments du bien sont inclus dans la Liste du patrimoine national. L'inscription sur la Liste du patrimoine national implique que toute action envisagée à l'intérieur ou à l'extérieur d'un site du patrimoine national ou du patrimoine mondial et susceptible d'avoir un impact non négligeable sur les valeurs du patrimoine est interdite sans l'autorisation de l'organe gouvernemental agréé. Un accord de protection garantissant l'inviolabilité des monuments et le maintien des conditions relatives aux activités économiques et aux constructions nouvelles à l'intérieur des limites de la zone tampon a été conclu entre l'administration du parc national historique et culturel de Kunya-Urgench et les autorités municipales locales.   

Le bien est actuellement en bon état de conservation et fait l'objet d'un entretien régulier selon un calendrier de maintenance établi à l'avance.

Il existe deux agences dotées d'un mandat de gestion : l'administration du parc national historique et culturel de Kunya-Urgench, au niveau local, et le Département national  pour la protection, l'étude et la restauration des monuments historiques et culturels du Turkménistan (DPM) à Ashgabat, au niveau national. Il existe un système général de gestion pour les politiques globales de gestion et de conservation des sites du patrimoine. Ce système fournit également des directives générales. Des plans plus détaillés sont élaborés d'après ces directives. C'est aussi le cas de celui de Kunya-Urgench, qui comprend une série de directives et de plans de travail annuels, régulant les activités de protection, de recherche et de suivi.

Un plan de gestion du bien est actuellement en place. Il tient compte d'un large éventail de mesures prévues par la législation et les politiques de planification et de préservation du patrimoine du gouvernement du Turkménistan, fournissant le cadre stratégique pour la conservation et la gestion du bien ; il est prévu de l'actualiser tous les six ans.

Pour ce qui est des mesures de gestion à long terme, l'état du bien exige une gestion équilibrée des activités de conservation, et il convient d'assurer la transmission des techniques de conservation tant traditionnelles que modernes à travers les générations. Une préoccupation à long terme sera aussi la gestion des pressions importantes exercées par les activités touristiques et la croissance urbaine.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Kunya-Urgench provides exceptional testimony to a cultural tradition (the Islamic culture of the Khorezm) and is unique in its state of preservation. The tradition of architecture expressed in the design and craftsmanship of Kunya-Urgench has been influential in the wider region to the south and south-west (Iran and Afghanistan) and later in the architecture of the Mughal Empire (16th-century India).

The origins of Kunya-Urgench go back to the 6th or 5th centuries, the early Achaemenid period. In 712, Kunya-Urgench was invaded by Arabs and named Gurgandj. Being at the crossing of trade routes, the town prospered, becoming a major centre from the 10th-14th centuries. It was the capital of Khorezm from the 12th century and the second city after Bukhara in Central Asia. The city, destroyed by Genghis Khan in 1221 but rebuilt, was described as the finest city of the Turks with fine bazaars and impressive buildings. It was ravaged by Timurid troops between 1372 and 1388 and never regained its position. In the 16th century, the capital was transferred to Khiva, and the city was finally abandoned (the Amu Darya River changed its course at the same time). The city was newly colonized by Turkmen from 1831: however, the new development took place outside the old town, which later served as a graveyard.

The World Heritage site has three distinct sections:

The southern section is limited on its east, south, and west sides by the remains of the 14th-century fortification walls. In the south-east corner there are the remains of the fortress of Ak-Kala. The centre of the section is partly occupied by the fortress of Tash-Kala, with the gate of a ruined caravanserai and the remaining base of the Mamunminaret. In the south-eastern corner there is the ruined fortress of Khorezm-bag, built as a residence for Khan Muhammed Emin in the mid-19th century.

From Tash-Kala, a road leads to the northwest, passing by most other monuments in this section, all built from brick. These include the remains of the Kyrkmolla Fortress, dated to the 5th century BC, the period of the city's foundation. Kutlug-Timur Minaret is the most visible landmark of the site with its 60 m height and its brick surface has fine geometric patterns.

Il-Arslan Mausoleum is relatively small with a square plan and conical roof. The roof has geometric patterns in brick, and the front gate is surrounded by terracotta inscriptions. Tekesh Mausoleum has a similar form, but is bigger. Also here, the roof is decorated in brick patterns with some turquoise tiles still in position. Seyet Akhmet Mausoleum is simpler in its architecture. The present structure has been rebuilt after the original collapsed in 1993. Turabek-Khanum Mausoleum has an octagonal floor plan, with tall niches opening outward. The entrance is a tall gated structure. The original conical outer roof shell has collapsed. The interior has an exceptional spatial composition crowned with a dome of extremely refined blue and white decoration in a delicate geometric pattern.

The northern section consists of a large Muslim graveyard in the middle of modern urban development. In the centre of the graveyard there is a group of three buildings. Najm-ad-Din al-Kubra Mausoleum was built in the first half of the 14th century. It was named after Ahmed Ibn Omar Najm-ad-Din al-Kubra al-Khorezmi (born in 1145), the founder of the Kubravid School of Sufism, as well as being a painter, physician and chess master. The Sultan Ali Mausoleum is located opposite to the previous, and is linked with the name of Sultan Ali, who ruled in the 16th century. The Piryar Vali Mausoleum is a small complex built in the 13th-14th centuries. It contains the burial places of several distinguished persons. At the entrance in the east, the Dash Mosque, built in the early 20th century, has been converted into a site museum.

The western section is a small area in the western part of the old town. The monument of Ibn Khajib was built in honour of Ibn Khajib, a talented disciple of Najm-ad-Din al-Kubra. The ensemble was built in several phases from the 14th to 19th centuries.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

On pense que les origines de Kunya-Urgench remontent au VIe ou Ve siècle, au début de la période achéménide, comme en atteste la forteresse Kyrkmolla. En 712, Kunya- Urgench a été envahie par les Arabes et a été baptisée Gurgandj. Située au carrefour de routes marchandes, la ville prospéra, devenant un pôle majeur du Xe au XIVe siècle. C'était la capitale du Khorezm au XIIe siècle et la deuxième ville d'Asie centrale après Boukhara.

Genghis Khan détruisit la ville en 1221, mais elle fut reconstruite ; on la décrivit comme la plus belle ville des Turcs, avec de beaux bazars et des édifices impressionnants. Les troupes timurides lui infligèrent d'énormes dégâts entre 1372 et 1388, et elle ne retrouva Djamais son statut d'antan. Au XVIe siècle, le siège de la capitale fut transféré à Khiva, et la ville fut finalement abandonnée. Le cours du fleuve Amou Darya changea à la même époque.

La ville connut un développement moderne à partir de sa recolonisation par les Turcs de 1831. Le nouveau développement était toutefois situé en dehors de la vieille ville, qui fut ensuite utilisée comme cimetière.

Source : évaluation des Organisations consultatives