English Français
Aidez maintenant !

Harar Jugol, la ville historique fortifiée

Harar Jugol, the Fortified Historic Town

The fortified historic town of Harar is located in the eastern part of the country on a plateau with deep gorges surrounded by deserts and savannah. The walls surrounding this sacred Muslim city were built between the 13th and 16th centuries. Harar Jugol, said to be the fourth holiest city of Islam, numbers 82 mosques, three of which date from the 10th century, and 102 shrines, but the townhouses with their exceptional interior design constitute the most spectacular part of Harar's cultural heritage. The impact of African and Islamic traditions on the development of the town's building types and urban layout make for its particular character and uniqueness.

Harar Jugol, la ville historique fortifiée

La ville fortifiée de Harar est située dans la partie orientale du pays, sur un plateau encerclé par le désert et la savane et entaillé par de profondes gorges. Les murs ceignant cette ville sacrée musulmane ont été construits entre le XIIIe et XVIe siècles. Harar Jugol, connue comme la quatrième ville la plus sainte de l’Islam, compte 82 mosquées, dont trois datent du Xe siècle, et 102 sanctuaires. Mais l’aspect le plus spectaculaire du patrimoine culturel réside dans la maison harari traditionnelle avec son exceptionnelle conception intérieure. L’impact des traditions africaines et islamiques sur le développement des types de constructions de la ville et de ses plans urbains constitue son caractère particulier et unique.

حرار جوغول، المدينة التاريخيّة المحصّنة

مدينة حرار المحصّنة تقع في الجزء الشرقي من البلاد على هضبةٍ تحيطها الصحراء والسافانا وتتوغّل فيها ناحتةً مضائق سحيقة. شيّدت الأسوار التي تزنّر هذه المدينة المسلمة العريقة بين القرنين الثالث والسادس عشر. ولا تزال سمعت حرار جوغول ذائعة باعتبارها المدينة الإسلاميّة الرابعة الأكثر قداسةً وهي تضمّ 82 جامعاً ومنها ثلاثة ترقى إلى القرن العاشر و102 موقع مقدّس. ولكنّ الطابع الأكثر تميّزاً للتراث الثقافي يقع في المنزل الحراري التقليدي بهندسته الداخليّة الاستثنائيّة. ويُشكّل تأثير التقاليد الإفريقيّة والإسلاميّة في تطوّر أنواع البناء في المدينة وخططها الحضريّة استدامةً لطابعها المتميّز والفريدِ من نوعه.

الماضي المحصن بالأسوار رسالة اليونسكو (2006)

source: UNESCO/ERI

历史要塞城市哈勒尔

历史要塞城市哈勒尔位于埃塞俄比亚东部高原,高原上深峡密布,四周环绕着沙漠和大草原。这座穆斯林圣城的城墙建于公元13世纪至16世纪之间。哈勒尔城传说是名列第四位的伊斯兰圣城,共有82座清真寺和102处圣地,其中有3座清真寺可追溯公元10世纪。哈勒尔城最普遍的房屋是传统的连栋房屋,一层有三个房间,庭院有礼拜区域;另一种形式的房屋称作印度式房屋,由1887年以后来哈勒尔城发展的印度商人所建,房屋是简朴的长方形两层楼,并有可以俯瞰街道或庭院的阳台;第三种房屋就是上述两种的综合体。哈勒尔人以其高质量的手工制品著称,包括织物、编篮、书籍装订等,但有着非凡内部设计的房屋是哈勒尔文化遗产中最壮观的部分。这类的建筑形式具有代表性,特別而新颖,不同于伊斯兰国家常见的家居风格,即便在埃塞俄比亚,也是别具一格。哈勒尔当前的城市格局形成于16世纪,与其他伊斯兰城镇一样,有着迷宫般的窄巷以及令人望而却步的房屋外观。从1520年至1568年期间,这里一直是哈拉里王国的首都。16世纪末到19世纪,哈勒尔城曾是著名的贸易和伊斯兰文化中心。17世纪时,这里曾是一个独立的酋长国,然后被埃及统治了10年,直到1887年才成为埃塞俄比亚领土的一部分。非洲及伊斯兰传统对这个城镇特定建筑风格和城市格局发展的影响,造就了哈勒尔城独特的风格,奠定了其独一无二的地位。

source: UNESCO/ERI

Укрепленный исторический город Харар-Джуголь

Город Харар расположен в восточной части страны, на плато, рассеченном глубокими ущельями, в окружении пустынь и саванн. Его укрепленная историческая часть, окруженная стенами, построенными между ХIII и ХVI вв – Джуголь, священна для мусульман. Харар-Джуголь, как говорят, четвертый по религиозному значению город ислама, имеет 82 мечети, три из которых были основаны еще в Х в., и 102 места поклонения. Большинство обычных жилых домов в Харар-Джуголе – это традиционные здания, состоящие из трех комнат на уровне земли и подсобных площадей во дворе. Дома другого типа, называемые индийскими, построены индийскими торговцами, которые поселились в Хараре после 1887 г.; это простые прямоугольные двухэтажные здания с верандами, открытыми или на улицу, или во двор. Третий тип зданий является комбинацией элементов первых двух типов. Народность харари известна высоким развитием своих ремесел, включая ткачество, плетение корзин и переплетное дело; однако, наиболее примечательную часть культурного наследия Харара представляют жилые дома с исключительными по оформлению интерьерами. Их архитектура очень специфична и отличается от планировки жилых домов, типичной для других мусульманских стран. Она уникальна и для Эфиопии. Харар сложился в своих современных градостроительных формах в ХVI в., как исламский город, характерный лабиринтом узких проулков и глухих фасадов. С 1520 по 1568 гг. он был столицей государства Харари. С конца ХVI по ХIХ вв. Харар был известен, как центр торговли и исламского образования. В ХVII в. он стал независимым эмиратом, а затем был оккупирован Египтом и десять лет спустя, в 1887 г., стал частью Эфиопии. Влияние африканских и исламских традиций на развитие специфических типов зданий и планировку города определили особый характер и даже уникальность Харара.

source: UNESCO/ERI

Muralla o jugol de Harrar, ciudad histórica fortificada

La ciudad histórica fortificada de Harrar se halla emplazada en un meseta cortada por desfiladeros profundos y circundada por un paisaje de sabana y zonas desérticas. Las murallas que rodean esta ciudad musulmana fueron construidas entre los siglos XIII y XVI. Se ha dicho que Harrar es la cuarta ciudad santa del Islam, ya que posee 82 mezquitas –tres de las cuales datan del siglo X– y 102 santuarios. El aspecto más notable del patrimonio cultural de esta ciudad es el diseño excepcional del interior de sus casas. La repercusión de las tradiciones africanas e islámicas en la concepción de los tipos de hábitat y del plan de ordenación urbana ha contribuido al carácter particular y único de esta ciudad.

source: UNESCO/ERI

ハラール・ジャゴル要塞歴史都市

source: NFUAJ

Versterkte historische stad Harar Jugol

De versterkte historische stad Harar ligt in het oostelijke deel van Ethiopië op een plateau met diepe kloven, omgeven door woestijnen en savannes. De muren rondom deze ‘vierde heilige islamitische stad’ werden gebouwd tussen de 13e en de 16e eeuw en dienden als een beschermende barrière. In de muren zaten vijf historische poorten, die overeenkwamen met de belangrijkste wegen naar de stad en daarnaast dienden om de stad te verdelen in vijf wijken. De stad telt 82 moskeeën en 102 heiligdommen, maar de herenhuizen - met hun uitzonderlijke interieur - vormen het meest spectaculaire deel van Harar.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Maison de Rimbaud à Harar © UNESCO/Serge Santelli
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La ville historique fortifiée de Harar est située dans la partie orientale de l’Ethiopie, à 525 km d’Addis-Abeba, la capitale, sur un plateau entaillé de gorges profondes et entouré par le désert et la savane. Les murs de protection ceignant cette ville sacrée, considérée comme la « quatrième ville sainte » de l’Islam, ont été construits entre les XIIIe et XVIe siècles. Il y avait cinq portes historiques, qui correspondaient aux grandes routes menant à la ville et qui divisaient également celle-ci en cinq quartiers. Cette division n’a toutefois plus de fonction pratique de nos jours. La Porte de Harar, à partir de laquelle cinq rues mènent vers le centre, est de construction récente.

Harar Jugol compte 82 mosquées, dont trois datent du Xe siècle, 102 sanctuaires et bon nombre de demeures traditionnelles, indiennes ou mixtes, avec des décors intérieures uniques qui sont un des joyaux du patrimoine culturel de Harar. Les traditions africaines et musulmanes ont longtemps marqué le développement de la ville, avec son urbanisme typique, lui donnant un caractère particulier et exceptionnel. L’actuel tracé de la ville suit le  modèle urbanistique islamique du XVIe siècle, avec son noyau central occupé par les édifices commerciaux et religieux, et un labyrinthe de ruelles bordées de façades imposantes. La maison traditionnelle de Harar a une forme architecturale typique, spécifique et originale, différente par sa structure des demeures que l’on rencontre d’ordinaire dans les pays musulmans, même si elle rappelle l’architecture de la Côte arabe. La conception intérieure en est exceptionnelle. A la fin du XIXe siècle, des commerçants indiens se sont fait construire des maisons nouvelles, dotées de vérandas de bois, qui ont donné naissance à un paysage urbain nouveau et ont suscité l’apparition de maisons mixtes indiennes et harari. Leurs qualités architecturales et ornementales font désormais partie du patrimoine culturel de Harar.

Harar a été capitale d’un royaume de 1520 à 1568, est devenue un émirat indépendant au XVIIe siècle, avant d’être intégrée à l’Ethiopie en 1887. De la fin du XVIe siècle jusqu’au XIXe siècle, Harar a été un nœud commercial important entre la côte et les terres de l’intérieur. C’était aussi un centre d’études islamiques.

Aujourd’hui, Harar est la capitale administrative de l’Etat régional national du peuple harari (HPNRS). La ville historique abrite une communauté organisée de manière traditionnelle, formant un ensemble socio-environnemental complexe où chaque élément a un sens symbolique et pratique. Ce qui distingue les Harari, c’est qu’ils ont maintenu leurs traditions culturelles et la qualité de leur artisanat, notamment dans des domaines comme le tissage, la vannerie et la reliure. L’organisation des communautés sur la base de systèmes traditionnels leur a permis de préserver leur héritage social et matériel, et notamment la langue harari.

Critère (ii) : La ville historique de Harar Jugol est le lieu d’un important échange de valeurspour la culture islamique traditionnelle puisque ces valeurs s’expriment dans le développement social et culturel d’une ville située au cœur d’une région par ailleurs chrétienne. Ces influences se sont mêlées à des traditions issues du cœur du continent africain, en particulier de l’Ethiopie du Sud, donnant à son architecture et à son urbanisme une forme tout à fait caractéristique.

Critère (iii) : Harar Jugol offre un témoignage exceptionnel sur les traditions culturelles rattachées aux racines islamiques et africaines. Elle est considérée comme la « quatrième ville sainte » de l’Islam, et fut fondée par un saint missionnaire venu de la péninsule arabique. Bien que place marchande et par conséquent creuset d’influences variées, Harar fut relativement isolée au sein de sa région, d’où une spécificité culturelle qui se manifeste par une structure communautaire et des traditions caractéristiques et toujours vivantes.

Critère (iv) : Harar Jugol offre une illustration remarquable d’un type d’ensemble architectural et urbain qui traduit l’impact des traditions africaines et islamiques sur la conception de types spécifiques de bâtiments. Les constructions et la structure urbaine dans son ensemble reflètent ces traditions, qui donnent un caractère particulier, voire unique, à Harar Jugol.

Critère (v) : Avec son paysage environnant, Harar Jugol présente un exemple exceptionnel d’un peuplement humain traditionnel en interaction culturelle avec son environnement. La structure sociale et spatiale (afocha), et la langue de la population expriment une relation particulière, voire unique, qui s’est développée avec l’environnement. La relation culturelle et matérielle avec le territoire a été préservée jusqu’à aujourd’hui, même si elle est également fragilisée sous l’effet des changements irréversibles qu’induit la mondialisation.

Intégrité

Le bien inscrit que constitue Harar Jugol comprend une zone centrale de 48 ha délimitée par l’enceinte de la ville et possède toutes les caractéristiques propres à un bien de Valeur universelle exceptionnelle. La zone tampon s’étend sur 800 m au sud et 1700 m à l’est ; elle est resserrée sur le côté ouest, où elle est limitée par la ville nouvelle de Harar. Ce qui est actuellement préoccupant, ce sont les empiètements urbains sur le côté ouest de la ville fortifiée.

Bien qu’une certaine extension urbaine se soit produite en direction des parties ouest et nord, la ville historique demeure intacte dans les parties est et sud-est de l’enceinte fortifiée, où la relation essentielle entre les zones urbaines et rurales a été maintenue.

En dehors des quelques modifications apportées aux XIXe et XXe siècles, notamment avec le remplacement de la mosquée principale par une église orthodoxe, et l’élargissement de la grande rue qui part de la porte ouest, la ville historique a conservé un habitat traditionnel relativement intact.

Cependant, l’intégrité du bien peut être menacée par les tendances nouvelles qui se font jour en faveur d’une modification et d’une modernisation des bâtiments traditionnels, susceptibles alors de subir un changement irréversible. Pour maintenir l’intégrité, des mesures doivent être prises, visant notamment à assurer une surveillance stricte, à veiller à l’application des règlements, à sensibiliser les esprits et à promouvoir chez les habitants des attitudes favorables à la préservation.

Authenticité

Harar Jugol offre un rare exemple de ville historique relativement bien préservée qui a conservé jusqu’à aujourd’hui ses traditions, son tissu urbain et un riche patrimoine culturel musulman. C’est une des villes saintes de l’Islam en Afrique, et la capitale d’une région minoritaire au sein de l’Ethiopie chrétienne. La ville historique est matériellement circonscrite et bien définie par sa muraille du XVIe siècle, et son environnement a été maintenu sur ses côtés est et sud-est. Cependant, des interventions malencontreuses comme le revêtement de façades par un enduit de plâtre, le remplacement de portes de bois par des portes métalliques, l’utilisation de matériaux non traditionnels et les impacts visuels tels qu’antennes de télévision, ont petit à petit nui à l’authenticité du tissu urbain. Les directives en matière d’interventions doivent être appliquées et portées à la connaissance des habitants pour que l’authenticité du bien n’ait plus à souffrir de pareils impacts.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Harar est officiellement inscrite sur la Liste du patrimoine national éthiopien depuis 1974. Le dispositif juridique qui protège le bien est notamment constitué par la « de loi de conservation du patrimoine de l’Etat régional national du peuple harari » (janvier 2000), la « loi portant création du  Bureau fédéral de conservation du patrimoine de Harar » (N° 21/1992) et la loi fédérale N° 209/2000 sur « l’étude et la conservation du patrimoine culturel ». De plus, quatre niveaux de protection ont été définis concernant ce bien dans le plan de gestion : principaux monuments, bâtiments historiques importants, tissu urbain contextuel et constructions « hors contexte ».

Créé en 1976, le Centre d’étude et de conservation du patrimoine culturel (ARCCH) est chargé de procéder à l’inventaire et à la définition des politiques de conservation, d’apporter un appui aux travaux de restauration et de prendre des décisions en matière de subventions et de permis. Ce sont les autorités locales et le Kebele qui ont la charge d’administrer ces affaires. Le Bureau de conservation du patrimoine de Harar Jugol (JHCO), créé en 2003, comporte un comité de gestion et assure la liaison entre le Conseil de Harar, relevant de l’Assemblée générale de l’Etat régional national du peuple harari, et les représentants d’instances administratives et sociales de Harar Jugol. Le financement vient essentiellement du gouvernement. Une coopération est cependant en place entre les autorités locales, le Service de soutien au développement urbain et l’Agence allemande de coopération technique.

Le Plan directeur urbain et le Système d’information géographique (SIG) qui établit l’inventaire des structures historiques offrent des outils d’aide à la prise de décisions en ce qui concerne ce bien. Le Plan directeur a pour principaux objectifs de préserver le patrimoine historique, d’améliorer les conditions de vie des habitants et d’encourager le tourisme en même temps que de préserver le paysage agricole dans la zone tampon. Par des initiatives de gestion et de conservation, on veille notamment à faire appliquer les règles qui s’appliquent en matière de travaux de construction, de développement des infrastructures, de gestion des déchets, d’entretien et de conservation des bâtiments historiques, ainsi que de préservation de l’environnement. La gestion de Harar Jugol devra répondre aux défis que pose le délicat équilibre à trouver entre, d’une part, la nécessité de conserver un patrimoine culturel et des valeurs culturels et, d’autre part, l’amélioration à apporter à la qualité de vie et le développement durable.

Description historique

The origins of Harar are obscure, and the main source of information is oral tradition. There is a myth, according to which, in July 1256, there arrived from the Arab Peninsula 405 sheikhs who chose this site to found the city. Some sources indicate that Harar came into being around the 10th century or even earlier. Islam was introduced to Ethiopia in the 9th century. Three mosques of Harar have been dated to the 10th century (Aw Mansur and Garad Muhammad Abogh in Jugol, and Aw Machad Mosque outside). Between 1277 and 1285, a neighboring lord created a coalition of five Muslim principalities. From that time on, the trade was in the hands of the Muslims, and Harar became a principal trading post.

In the 16th century, Harar was established in its present urban form and from 1520 to 1568 it was the capital of the Harari Kingdom. From the second half of the 16th century until the 19th century, Harar was noted as a centre of trade and Islamic learning in the Horn of Africa. In the 17th century it became an independent emirate. Nevertheless, this was also a period of decline, and the population fell from some 50,000 to ca. 12,000.

Due to its fame, Harar attracted the interest of the Egyptians, who occupied it from 1875 to 1885. Following this, in 1887, Harar was conquered by Menelik, the king of Asmaadin and later Emperor of Ethiopia. At this time, the Great Mosque at Faras Magala was destroyed and replaced by an octagonal Orthodox church. Menelik also opened the sixth gate and cut through a new street in the east-west direction. At the end of the 19th century, there was immigration of Indian merchants, who introduced the Indian house type and the combined version.

From 1938 to 1942, Ethiopia was occupied by the Italians. In the subsequent period, due to various problems, Ethiopia and with it also Harar have been subject to famine, civil war, and economic decline, including for example land reform, which in reality decreased productivity of agriculture. After the end of the dictatorship in 1991, there was a slight improvement until the war with Eritrea. At the moment, Harar Jugol needs to rebuild its economy on the basis of sustainable development.

Source : évaluation des Organisations consultatives