English Français

Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe

Ancient and Primeval Beech Forests of the Carpathians and Other Regions of Europe

This transnational property includes 94 component parts in 18 countries. Since the end of the last Ice Age, European Beech spread from a few isolated refuge areas in the Alps, Carpathians, Dinarides, Mediterranean and Pyrenees over a short period of a few thousand years in a process that is still ongoing. The successful expansion across a whole continent is related to the tree’s adaptability and tolerance of different climatic, geographical and physical conditions.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe

Ce bien transnational, composé de 94 éléments constitutifs, s’étend sur 18 pays. Depuis la fin de la dernière période glaciaire, le hêtre d’Europe s’est répandu à partir de quelques refuges isolés dans les Alpes, les Carpates, les Dinarides, la Méditerranée et les Pyrénées, en l’espace de quelques milliers d’années, un processus qui se poursuit encore aujourd’hui. Le succès de la progression du hêtre s’explique par son adaptabilité et sa tolérance à différentes conditions climatiques, géographiques et physiques.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

غابات الزان القديمة وغابات الزان البدائية لمنطقة الكربات وغيرها من مناطق أوروبا

يُعتبر توسيع الموقع المتسلسل العابر للحدود الوطنية لموقع "غابات الزان البدائية في منطقة الكاربات ومناطق أخرى في أوروبا" عبر عشرة بلدان أوروبية إضافية، بمثابة جرعة تعزيز للقيمة العالمية الاستثنائية للموقع وسلامته. ويضم الموقع الموسّع حالياً 94 عنصراً موزَّعاً في 18 بلداً، ويقدّم مثالاً استثنائياً للغابات المداريّة المعقدة التي تنعم بالهدوء نوعاً ما. ويستعرض الموقع طيفاً واسعاً من النماذج البيئية الشاملة، فضلاً عن العمليات البيئيّة الإيكولوجيّة للأنواع النقيّة والمختلطة للزان الأوروبي في سلسلة متنوعة من الظروف البيئية.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

喀尔巴阡山脉及欧洲其它地区的原始山毛榉林

此次扩展将有10个欧洲国家新加入“喀尔巴阡山脉及欧洲其它地区的原始山毛榉林”这一跨境世界遗产项目,提升了该遗产地的突出普遍价值和完整性,至此该遗产地包含分布在18个国家的94个部分。扩展后的遗产地是相对未受干扰的温带森林群的杰出范例,展示了在各种环境条件下欧洲山毛榉纯林和混交林的广泛综合生态模式和过程。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Древние и первобытные буковые леса Карпат и других регионов Европы

Расширение территории транснационального серийного объекта всемирного наследия «Древние и первобытные буковые леса Карпат и других регионов Европы» еще на десять европейских стран повышает исключительную универсальную ценность и целостность объекта, который теперь состоит из 94 составных частей в 18 странах. Расширенная территория объекта представляет собой выдающийся пример относительно нетронутых сложных лесов умеренного пояса и демонстрирует широкий спектр комплексных экологических моделей и процессов чистых и смешанных европейских буковых насаждений в различных экологических условиях.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Bosques antiguos y primarios de hayas de los Cárpatos y otras regiones de Europa

Este sitio transfronterizo abarca un total de doce países. Desde finales de la era glaciar, los hayedos de Europa se extendieron rápidamente a partir de algunos refugios aislados en los Alpes, los Cárpatos, los Alpes Dináricos, el Mediterráneo y los Pirineos, en un proceso que tomó algunos miles de años y que continúa todavía hoy. El éxito de la expansión de la haya se explica por la flexibilidad de la especie y su tolerancia a diferentes condiciones climáticas, geográficas y físicas.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe (extension 2021). Hêtre fendu à Massane. © RNN Forêt de la Massane
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les « Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe » sont un bien en série transnational formé de 94 éléments constitutifs répartis dans 18 pays. Elles représentent un exemple exceptionnel de forêts tempérées complexes, relativement non perturbées, et illustrent une large palette de schémas et processus écologiques complets de peuplements purs et mixtes de hêtres communs dans une diversité de conditions environnementales. Pendant chaque glaciation (ère glaciaire) du dernier million d’années, le hêtre commun (Fagus sylvatica) a survécu aux conditions climatiques adverses dans des refuges méridionaux du continent européen. Ces refuges ont été étudiés par des scientifiques, dans le cadre d’analyses paléoécologiques et à l’aide des techniques les plus modernes de codage génétique. Après la dernière glaciation, il y a environ 11 000 ans, le hêtre a commencé à étendre son aire de répartition au-delà de ces refuges méridionaux pour arriver à couvrir de vastes espaces du continent européen. Durant le processus d’expansion, encore à l’œuvre aujourd’hui, le hêtre a formé différents types de communautés végétales alors qu’il occupait des milieux essentiellement différents. L’interaction entre la diversité des milieux, les gradients climatiques et le patrimoine génétique d’espèces différentes a façonné cette grande diversité de communautés forestières de hêtres et continue de le faire. Ces forêts recèlent une population précieuse de vieux arbres et un réservoir génétique de hêtres et de nombreuses autres espèces, associés et tributaires de ces habitats de forêts anciennes.

Critère (ix) : Le bien est indispensable pour comprendre l’histoire et l’évolution du genre Fagus qui, compte tenu de sa vaste distribution dans l’hémisphère nord et de son rôle écologique, est important au plan mondial. Ces forêts tempérées complexes, en grand partie non perturbées, illustrent une large palette de schémas et processus écologiques complets de peuplements purs et mixtes de hêtres dans des gradients environnementaux divers, notamment des conditions climatiques et géologiques, à l’échelle de presque toutes les zones de forêts de hêtres européennes. Des forêts de toutes les zones altitudinales, des littoraux à la ligne des arbres, sont incluses dans le bien et comprennent les meilleurs exemples restants des limites de l’aire de répartition de la forêt de hêtres européenne. Le hêtre est l’une des essences les plus importantes du biome de la forêt tempérée caducifoliée et c’est un exemple exceptionnel de recolonisation et de développement d’écosystèmes et de communautés terrestres depuis la dernière glaciation. L’expansion continue du hêtre, vers le nord et vers l’ouest, à partir de ses refuges glaciaires d’origine des régions orientales et méridionales de l’Europe, peut être retracée le long d’étapes et de corridors naturels à travers le continent. La dominance du hêtre sur de vastes régions d’Europe est le témoignage vivant de la capacité d’adaptation génétique de cet arbre, un processus encore à l’œuvre aujourd’hui.

Intégrité

Les éléments constitutifs sélectionnés sont représentatifs de la diversité des forêts de hêtres primaires et anciennes présentes à travers l’Europe, en termes de conditions climatiques et géologiques et de zones altitudinales différentes. Le bien comprend des éléments constitutifs qui traduisent la valeur universelle exceptionnelle et représentent la variabilité des écosystèmes de forêts de hêtres européennes. Conjointement, ces éléments constitutifs contribuent à l’intégrité du bien dans son ensemble. En outre, chacun des éléments constitutifs doit démontrer son intégrité au niveau local en représentant tous les processus de développement naturel des forêts et leur place géographique et écologique particulière dans la série. La plupart de ceux-ci sont de taille suffisante pour maintenir les processus naturels nécessaires à la viabilité écologique à long terme.

Les principales menaces pour le bien sont l’exploitation et le morcellement de l’habitat. Les activités d’exploitation, à proximité des éléments constitutifs, peuvent être à l’origine de changements microclimatiques et d’effets mobilisateurs des matières nutritives, avec des incidences négatives sur l’intégrité du bien. Les changements dans l’affectation des sols dans les paysages environnants peuvent aggraver le morcellement de l’habitat, ce qui serait particulièrement préoccupant pour les éléments constitutifs de petites dimensions. Le développement de l’infrastructure pourrait être une menace mais seulement à proximité de quelques éléments constitutifs.

Le changement climatique représente déjà un risque pour certains éléments constitutifs et l’on peut s’attendre à d’autres conséquences, par exemple à des changements dans la composition des espèces et au déplacement de l’habitat. Il convient toutefois de noter que l’un des attributs de la valeur universelle exceptionnelle du bien est le fait qu’il démontre la capacité du hêtre à s’adapter à différents régimes écologiques et climatiques dans toute son aire de répartition. En conséquence, les éventuels changements futurs doivent être surveillés et décrits afin de mieux comprendre ces processus.

Les menaces mentionnées plus haut peuvent toucher à différents degrés et de manière différente l’intégrité des éléments constitutifs, par exemple par une diversité structurelle réduite, le morcellement, la perte de connectivité, la perte de biomasse et un microclimat modifié qui réduisent la fonctionnalité des écosystèmes et la capacité d’adaptation dans son ensemble. Pour faire face à ces menaces, des zones tampons ont été établies et sont gérées, comme il se doit, par les organes de gestion concernés.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Pour conserver la valeur universelle exceptionnelle de ce bien en série, à l’échelle de tous ses éléments constitutifs, il est essentiel de mettre en place une gestion stricte, non interventionniste. La plupart des 94 éléments constitutifs sont protégés par la loi en tant que réserves forestières strictes, zones de nature sauvage, zones centrales de réserves de biosphère ou parcs nationaux (catégorie UICN I ou II). Certains des éléments constitutifs sont protégés et gérés par des plans d’aménagement forestier (comprenant des règlements qui interdisent l’exploitation des forêts anciennes). Comme il est capital de garantir un statut de protection rigoureux à long terme, le statut de protection sera amélioré là où il le faut.

Pour veiller à la viabilité des quatre éléments constitutifs dont la taille est inférieure à la taille minimale établie à 50 ha, les États parties envisageront un agrandissement de ces éléments constitutifs et mettront en place une gestion non interventionniste. Par ailleurs, il est impératif de gérer effectivement les zones tampons pour protéger le bien contre des menaces extérieures et pour sauvegarder son intégrité.

C’est à l’État partie concerné que revient la responsabilité de protéger l’intégrité de chaque élément constitutif, responsabilité exercée par les services de gestion locaux compétents. Une structure organisationnelle fonctionnelle devrait être établie pour assurer la protection et la gestion cohérentes du bien, ainsi que pour coordonner les activités entre les services de gestion et les 18 États parties. À cet égard, un Système de gestion intégré a été conçu au cours du processus de préparation de la proposition d’inscription et sera maintenu pour permettre une gestion et une protection effectives et coordonnées du bien dans son ensemble. Le Comité mixte de gestion, formé de représentants de tous les États parties, a rédigé une Déclaration d’intention commune. Celle‑ci réglemente et structure la coopération entre tous les États parties dont une partie du territoire est inclus dans le bien et garantit l’engagement à protéger et renforcer la valeur universelle exceptionnelle du bien. Un poste de coordonnateur sera établi et financé pour soutenir le Comité mixte de gestion et les États parties dans leurs travaux.

Le Système de gestion intégré et les plans de gestion des éléments constitutifs garantiront une méthode de gestion non interventionniste pour les éléments constitutifs tandis que les zones tampons seront gérées de manière à éviter des effets négatifs sur la valeur universelle exceptionnelle du bien en veillant spécifiquement à maintenir l’intégrité intacte. Pour harmoniser l’approche de gestion dans les 94 éléments, les États parties élaboreront des objectifs communs et des activités coordonnées pour la gestion du bien et de sa zone tampon, le suivi et la recherche, l’éducation et la sensibilisation, la gestion des visiteurs et le tourisme ainsi que le renforcement des capacités financières et humaines. Il est proposé de mettre en place un système de suivi cohérent, fondé sur des indicateurs écologiques (indirects) de l’intégrité sélectionnés dans tous les éléments constitutifs, afin de comparer l’évolution à long terme. Il est impératif que chaque État partie prenne des dispositions financières à long terme, claires et engagées, afin de soutenir la gestion cohérente du site au niveau national ainsi que sa gestion coordonnée.

La configuration du bien nécessite une attention spéciale pour que chaque élément constitutif conserve sa capacité d’évoluer avec des processus écologiques et biologiques non entravés et sans que des interventions importantes ne soient nécessaires. Il faudra pour cela intégrer les écosystèmes forestiers environnants afin d’assurer une protection et une connectivité suffisantes, en particulier pour les petits éléments constitutifs. Tous les éléments constitutifs ont des zones tampons dont la configuration varie et qui englobent des aires protégées voisines (parcs nationaux, parcs naturels, réserves de biosphère, etc.). Ces zones tampons feront l’objet d’un suivi régulier pour vérifier leur capacité de protection dans des conditions environnementales changeantes comme par exemple sous l’effet du changement climatique. Les limites des zones tampons devraient, si possible, correspondre aux limites d’aires protégées existantes et devraient être agrandies pour relier des éléments en proximité étroite. Enfin, le cas échéant, il faudra mettre un accent spécial sur la connectivité écologique effective entre les forêts de hêtres et les habitats environnants complémentaires pour permettre le développement naturel et l’adaptation des forêts aux changements environnementaux.

Actualités rss (12)