English Français
Aidez maintenant !

Tchoga Zanbil

Tchogha Zanbil

The ruins of the holy city of the Kingdom of Elam, surrounded by three huge concentric walls, are found at Tchogha Zanbil. Founded c. 1250 B.C., the city remained unfinished after it was invaded by Ashurbanipal, as shown by the thousands of unused bricks left at the site.

Tchoga Zanbil

À l'intérieur de trois formidables enceintes concentriques, le site de Tchoga Zanbil conserve les ruines de la ville sainte du royaume d'Élam, fondée vers 1250 av. J.-C., qui, après l'invasion d'Assurbanipal, resta inachevée, comme l'attestent ses milliers de briques inutilisées.

تشوغا زنبيل

في داخل ثلاثة أماكن مسوّرة متراكزة رائعة، يحفظ موقع تشوغا زنبيل آثار المدينة المقدسة في مملكة إيلام، التي تأسست قرابة العام 1250 ق.م. والتي ظلّت غير مكتملة بعد اجتياح أشوربنيبعل كما تدلّ على ذلك آلاف حجار القرميد التي تتواجد فيها ولم تستعمل.

source: UNESCO/ERI

恰高•占比尔

在恰高•占比尔三堵巨大的同心墙内,我们可以找到埃兰(Elam)王国圣城的遗址。该城始建于公元前1250年,摆在遗址处的几千块还没用过的砖说明,在遭到阿舒尔巴尼帕尔的侵略后,恰高•占比尔始终没有建成。

source: UNESCO/ERI

Древний город Чога-Занбиль

В Чога-Замбиль найдены руины священного города царства Элам, окруженного тремя концентрическими рядами мощных стен. Основанный в 1250 г. до н.э., из-за захвата Ашшурбанипалом город остался недостроенным, что видно по тысячам оставленных на месте неиспользованных кирпичей.

source: UNESCO/ERI

Tchogha Zanbil

En este sitio se hallan las ruinas de la ciudad sagrada del reino de Elam, rodeadas por tres imponentes murallas concéntricas. La construcción esa ciudad, fundada hacia el año 1250 a.C., permaneció inacabada después de su invasión por Asurbanipal, como lo atestiguan los miles de ladrillos sin utilizar que se han encontrado.

source: UNESCO/ERI

チョガ・ザンビール

source: NFUAJ

Chogha Zanbil

In Chogha Zanbil liggen de ruïnes van de heilige stad van het Koninkrijk van Elam, omringd door drie enorme concentrische muren. De stad werd circa 1250 voor Christus opgericht en bleef onvoltooid nadat het werd binnengevallen door Assurbanipal, zoals blijkt uit de duizenden ongebruikte stenen gevonden op deze plek. Chogha Zanbil heeft de best bewaarde en grootste ziggurats van Mesopotamië. De eerste omheining bevat de ‘temenos’. Deze tempel stond oorspronkelijk in het midden van een vierkant gebouw en was gewijd aan de Soemerische god Inshushinak. De tempel werd omgezet in een ziggurat en vormt daar de eerste verdieping van.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Tchogha Zanbil © OUR PLACE
Description longue

Le site actuel de Tchoga Zanbil correspond à la ville antique de Dur Untash, qui domine le cours de l'Ab-e Diz, un affluent du Karun. La ville a été fondée comme capitale religieuse au cours de la période élamite par Untash-Napirisha (1275-1240 av. J.-C.) sur un site qui se trouve à mi-chemin entre Anshân et Suse. R. Ghirshman a effectué une exploration complète du site entre 1951 et 1962.

Le site contient la mieux préservée et la plus grande de toutes les ziggourats de Mésopotamie. Le premier enclos renferme le temenos. Au départ, le temple situé au centre était un édifice carré, dédié au dieu sumérien Inshushinak. Ce temple fut ensuite transformé en ziggourat, dont il constitua dès lors le premier niveau. La masse compacte des quatre autres étages couvre ainsi toute la surface de l'ancienne cour centrale.

L'accès se faisait par un escalier voûté, invisible de l'extérieur, à la différence des ziggourats mésopotamiennes plus trapues, qui étaient équipées de trois escaliers externes. Aujourd'hui, la ziggourat ne mesure pas plus de 25 m, parce que ses deux étages supérieurs, qui s'élevaient jusqu'à une hauteur de 60 m, ont été détruits. La ziggourat est consacrée non seulement à Inshushinak, mais aussi à Napirisha, le dieu d'Anshân.

Sur le côté nord-ouest de la ziggourat, un groupe de temples a été construit en l'honneur de deux divinités mineures, Ishnikarab et Kiririsha. Un mur ovale entourait les temples et la ziggourat. La seconde enceinte, de forme trapézoïdale, délimite une vaste zone, presque vide. Dans la troisième enceinte, seuls ont été construits trois palais et un temple, près de la porte Royale, avec une vaste cour intérieure. Cette troisième enceinte avait pour fonction de protéger la ville de Dur Untash, dont les maisons ne furent cependant jamais construites. Le palais d'Untash-Gal (XIIIe siècle av. J.-C.) a été mis au jour à l'écart du temenos.

En dépit de sa destruction attribuée aux Assyriens, on a retrouvé sur le site une série complète de têtes, de statuettes, d'animaux et d'amulettes, ainsi que les vestiges de deux panneaux en marqueterie d'ivoire. Plusieurs tombes voûtées, qui présentent des traces de combustion, y ont été découvertes dans le sous-sol de la résidence royale. Celle-ci se trouvait à proximité d'un temple consacré à Nusku, le dieu du feu.

Pour alimenter la ville en eau, Untash-Napirisha fit creuser un canal de quelque 50 km de longueur, qui menait à un réservoir situé en dehors de l'enceinte, au nord ; de là, neuf conduits acheminaient l'eau filtrée à un bassin ouvert à l'intérieur de l'enceinte. Les rois élamites abandonnèrent Dur Untash pour Suse au XIIe siècle av. J.-C. Ils transportèrent tous les trésors de Tchoga Zanbil dans cette ville, où ils furent utilisés pourt décorer les temples qui venaient d'être restaurés. En 640 av. J.-C., Dur Untash fut entièrement détruite par le roi assyrien Assurbanipal, quelques années après sa conquête de Suse.

Source : UNESCO/CLT/WHC