Les gestionnaires de sites naturels du patrimoine mondial en Afrique ainsi que les coordinateurs nationaux de plusieurs pays africains du programme des micro financements du PNUD/FEM se sont réunis à Limbé du 10 au 14 février dernier pour évoquer la manière de faire participer les communautés locales à la conservation des sites du patrimoine mondial. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du Programme Africa Nature dont l’objectif est d'améliorer la conservation des sites naturels du patrimoine mondial en Afrique à travers le renforcement ciblé des capacités, le partage de connaissances et d’expériences.

L'atelier a été organisé conjointement par le Centre du patrimoine mondial et le Bureau régional de l’UNESCO à Yaoundé grâce au soutien financier des gouvernements des Pays-Bas et de l’Espagne. Les participants ont testé le projet de brochure en cours de préparation sur la participation des communautés locales dans la conservation des sites naturels du patrimoine mondial. Ce document se fonde sur les 12 années d'expérience de l’initiative « Gestion communautaire de la conservation des aires protégées » (COMPACT en anglais), mise en œuvre en partenariat avec Programme de petites subventions du PNUD, la Fondation des Nations Unies (UNF), le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et le Centre du patrimoine mondial.

Pendant ces 12 années, COMPACT (https://www.sgp.undp.org/images/Compact_Report_WEB_flat.pdf) a testé un modèle de subvention innovant visant à faire participer les communautés locales et les populations autochtones dans la conservation et la gouvernance partagée des sites naturels du patrimoine mondial et a démontré comment des initiatives communautaires peuvent augmenter considérablement l'efficacité de la conservation de la biodiversité dans les aires protégées. La brochure contiendra la riche expérience et les leçons tirées de COMPACT pour les sites naturels du patrimoine mondial en Afrique et dans le reste du monde.

L'atelier a réuni des gestionnaires de 5 sites du patrimoine mondial de pays francophones d’Afrique centrale et occidentale: la Tri national de la Sanga au Cameroun, en République Centrafricaine et en République démocratique du Congo, La Réserve de Faune du Dja au Cameroun, Les Monts Nimba en Guinée et en Côte d’ivoire, le Parc national de Taï en Cote d’ivoire et le Parc W au Niger. Le coordinateur local de COMPACT au Sénégal, ainsi que les coordinateurs nationaux du Programme de petites subventions de 7 pays (Bénin, Cameroun, Côte d’ivoire, Guinée, Madagascar, Niger et RCA), le PNUD/New-York, l'UICN, le Centre du patrimoine mondial et le Bureau régional de l’UNESCO à Yaoundé ont également participé.

L’atelier a permis de formuler des recommandations pertinentes en vue d’améliorer le contenu de la brochure. Il a notamment insisté sur la nécessité de mettre en synergie l’approche développée dans le cadre de l’outil EoH «Améliorons notre patrimoine» et la méthodologie de COMPACT. Il a également préconisé que des orientations sur les mécanismes de financement durables de COMPACT soient indiquées.

Cet atelier a été l’occasion pour les gestionnaires de sites du patrimoine mondial et les coordinateurs SGP de partager leurs expériences et de reconnaitre la pertinence de travailler ensemble dans le futur afin de renforcer la valeur ajoutée des projets relatifs à l’implication des communautés locales dans la conservation des sites du patrimoine mondial.

La brochure a été testée en septembre 2013 aux Monts Kenya lors d’un atelier organisé à l’attention des pays anglophones d’Afrique. Elle sera publiée pendant la 38e session du Comité du patrimoine mondial en juin prochain.