jump to the content

Site historique de Lyon

Historic Site of Lyons

The long history of Lyons, which was founded by the Romans in the 1st century B.C. as the capital of the Three Gauls and has continued to play a major role in Europe's political, cultural and economic development ever since, is vividly illustrated by its urban fabric and the many fine historic buildings from all periods.

Site historique de Lyon

La longue histoire de Lyon, fondée par les Romains en tant que capitale des Trois Gaules au Ier siècle av. J.-C. et qui n'a cessé de jouer un rôle majeur dans le développement politique, culturel et économique de l'Europe depuis cette époque, est illustrée de manière extrêmement vivante par son tissu urbain et par de nombreux bâtiments historiques de toutes les époques.

موقع ليون التاريخي

مدينة ليون، التي أسسها الرومان على أنها عاصمة جنرالات الغول الثلاثة في القرن الأول قبل الميلاد، والتي استمرتّ في تأدية دور ريادي في التطور السياسي والثقافي والاقتصادي لأوروبا منذ تلك الفترة، يبرز دورها في غاية من الحيوية من خلال نسيجها الإنساني والعمراني ومن خلال المباني التاريخية العديدة التي تعود إلى كافة الحقبات من تاريخها الطويل.

source: UNESCO/ERI

里昂历史遗迹

里昂是一座历史悠久的城市,于公元前1世纪由罗马人创建,曾是高卢三朝首都,在欧洲政治、经济和文化发展中发挥了重要作用。里昂的城市建筑和各个历史时期的大量精美古建筑生动诠释了它悠久的历史。

source: UNESCO/ERI

Историческая часть города Лион

Лион был основан древними римлянами в I в. до н.э. как столица «Трех Галлий». С тех пор город продолжал играть важную роль в политическом, культурном и экономическом развитии Европы. Его долгая история ярко проиллюстрирована городской застройкой и многочисленными прекрасными историческими зданиями разных периодов.

source: UNESCO/ERI

Sitio histórico de Lyon

La ciudad de Lyon fue fundada en el siglo I a.C. por los romanos, que establecieron en ella la capital de las Tres Galias. Desde entonces, Lyon ha desempeñado a lo largo de toda su historia un papel importante en el desarrollo político, cultural y económico de Europa. Su estructura urbana y sus numerosos monumentos de todas las épocas son vivos testimonios de esa importancia.

source: UNESCO/ERI

リヨン歴史地区

source: NFUAJ

Historisch gebied van Lyon

Lyon is in de eerste eeuw voor Christus door de Romeinen gesticht als de hoofdstad van de drie Gallische keizerlijke provincies. Het heeft sindsdien onafgebroken een belangrijke rol gespeeld in de politieke, culturele en economische ontwikkeling van Europa. De lange geschiedenis van de stad is te zien aan de stadsbouw, waar gebieden met middeleeuwse straten voorkomen naast wijken gebouwd volgens 18e en 19e-eeuwse stadsplanning. Lyon wordt gedomineerd door twee heuvels: Fourvière in het westen en Croix-Rousse in het oosten. De laatste wordt verlengd door een schiereiland gevormd door alluviale afzettingen op de samenvloeiing van de twee rivieren Rhône en Saône.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Lyon - Notre-Dame de Fourvière © M & G Therin-Weise
Justification d'inscription

Critère (ii) : Lyon représente un témoignage exceptionnel de la continuité de l’installation urbaine sur plus de deux millénaires, sur un site à l’énorme signification commerciale et stratégique, où des traditions culturelles en provenance de diverses régions de l’Europe ont fusionné pour donner naissance à une communauté homogène et vigoureuse.

Critère (iv) : De par la manière particulière dont elle s’est développée dans l’espace, Lyon illustre de manière exceptionnelle les progrès et l’évolution de la conception architecturale et de l’urbanisme au fil des siècles.

Description longue

La ville de Lyon offre un témoignage exceptionnel de continuité d'un site urbain sur plus de deux millénaires, à un emplacement d'une grande importance stratégique et commerciale, où les traditions culturelles de nombreuses régions d'Europe se sont fondues pour créer une communauté homogène et vigoureuse. Compte tenu de la manière particulière dont la ville s'est développée dans l'espace, Lyon illustre de manière exceptionnelle les progrès et l'évolution du dessin d'architecture et de l'urbanisme sur plusieurs siècles.

Le site est dominé par deux collines : Fourvière à l'ouest et la Croix-Rousse à l'est, cette dernière étant prolongée par la péninsule formée par les alluvions qui se sont déposées au confluent des deux cours d'eau. Le Rhône est un fleuve puissant, descendant des Alpes ; la Saône, en revanche, est une rivière plus calme et facilement navigable, qui relie Lyon aux plaines du nord-est de la France.

La ville actuelle tire son origine du site romain de Fourvière, bien que la zone du confluent ait été habitée par l'homme bien avant. La ville romaine se développa sur la Croix-Rousse et sur la péninsule, mais elle se restreignit à deux aires fortifiées durant les troubles du IIIe  siècle : autour de l'évêché sur la rive droite de la Saône, au pied de Fourvière, et autour de l'église Saint-Nizier, où un quartier commercial se développa sur la péninsule.

Au milieu du XVe  siècle, c'était l'une des villes les plus peuplées d'Europe : elle comportait 36 quartiers ayant chacun sa propre spécialité commerciale ; seules les pentes de la Croix-Rousse étaient peu construites, parce qu'elles étaient réservées aux villas « campagnardes » de riches marchands italiens ou allemands, ou bien aux vignobles. La surpopulation et le risque d'épidémies suscitèrent l'élaboration d'un règlement d'expansion planifiée, à l'initiative des ordres religieux, qui fut mis en place vers le milieu du XVIe  siècle. De nouveaux quartiers furent créés au XVIIe  siècle, notamment la zone de Bellecour au sud, autour de la place Royale (aujourd'hui place de Bellecour). De nouveaux projets mis en œuvre au XVIIIe entraînèrent de grands travaux de drainage à l'est, et la jonction de la péninsule avec l'île voisine. Au cours de la Révolution, les terrains confisqués aux ordres religieux furent lotis. En 1850, plusieurs communes environnantes ont été incorporées dans la ville, et les rues principales tracées à partir de son centre. Le plan de Lyon, tel que nous le connaissons aujourd'hui, est une synthèse du développement de la ville où se côtoient les quartiers de rues médiévales et l'urbanisme planifié des XVIIIe et XIXe  siècles.

La ville romaine est illustrée par les constructions mises au jour à Fourvière. Le grand théâtre, qui peut accueillir quelque 10 000 spectateurs, a été construit au début du Ier  siècle apr. J.-C. et reconstruit sous Hadrien (117-138). L'odéon qui se trouve à côté, plus petit, avait une capacité d'accueil de 3 000 spectateurs ; il remonte probablement au milieu du Ier  siècle. L'amphithéâtre, construit vers 19 av. J.-C. avec un autel dédié à Rome et à Auguste, se trouve sur la colline de la Croix-Rousse ; c'est là que le conseil des Trois Gaules se réunissait chaque année, au mois d'août.

Les siècles suivants sont bien représentés par un riche ensemble de résidences privées : la maison Thomassin sur la place du Change (fin du XIIIe  siècle, agrandie au XVe  siècle) ; la maison du poète Maurice Scève (1493 ; un étage lui a été ajouté au XVIIe  siècle) ; l'hôtel particulier de Chamberlain (1495-1516), qui illustre la transition du style gothique à celui de la Renaissance française : la maison des Lions, en style maniériste (1647) ; l'édifice classique du quai Lassagne (1760) ; l'immeuble aux 365 Fenêtres, exemple de construction destinée aux canuts, les travailleurs de la soie, de la première moitié du XIXe  siècle.

Nombreux sont les édifices publics dignes d'intérêt : la Manécanterie (schola cantorum) de la fin du XIe  siècle ; l'église abbatiale d'Ainay (1107) de pur style roman ; la solennelle cathédrale Saint-Jean-Baptiste (1160-1481), qui a magnifiquement bien conservé sa cohérence stylistique en dépit du temps nécessaire à sa construction : l'église Saint-Nizier, commencée au XIVe  siècle avec sa nef en style gothique flamboyant, sa façade classique de la Renaissance et sa flèche méridionale néogothique ; l'Hôtel-Dieu, reconstruit au XVIIe -XVIIIe siècles sur un bâtiment médiéval ; la Loge du Change (1745-1780), qui est aujourd'hui une église protestante ; la basilique de Fourvière (1872-1796) ; enfin, l'École de tissage, œuvre de l'architecte moderniste Tony Garnier (1927-1933).

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Dès le IVe siècle avant Jésus-Christ, il y avait à cet endroit un camp gaulois, à l'ouest de la ligne de collines qui bordent la Saône. Malgré les marécages présents dans la région à cette époque, le camp joua un rôle important dans les échanges avec Marseille.

En 43 avant Jésus-Christ, Lucius Munatius Plancus, gouverneur de la province romaine de la Gaule transalpine (ou Gaule lyonnaise), fonda une ville connue sous le nom de Lugdunum sur l'une de ces collines, Fourvière ; la ville se vit accorder le haut statut de colonia par le Sénat, recevant ainsi d'important privilèges fiscaux. Avec la réorganisation des provinces de Gaule en 27 avant Jésus- Christ, elle devint la capitale de la Gaule lyonnaise et le siège du gouvernement impérial. Un réseau de routes partant de Lugdunum fut construit, facteur qui contribua grandement à sa suprématie économique et politique.

Lugdunum jouissait d'un statut spécial, puisque c'était là que le Conseil des Gaules se réunissait une fois par an. Des représentants de toutes les villes des trois provinces se retrouvaient dans le sanctuaire dédié à Rome et à Auguste sur les pentes de la Croix-Rousse.

Les Grecs, qui s'y étaient installés en grand nombre, importèrent le christianisme d'Asie mineure à Lugdunum. En 177 après Jésus-Christ, la communauté chrétienne envoya une lettre à ses coreligionnaires d'Asie mineure, citant le nom de 48 d'entre eux qui furent livrés au martyre dans l'amphithéâtre de la Croix-Rousse, parmi lesquels Saint Pothin, premier évêque de Lyon. L'Eglise toutefois, récupéra rapidement, et Irénée, le successeur de Pothin, devint le premier grand théologien chrétien. Au Ve siècle, cette tradition intellectuelle se vit perpétuée par un autre fils de Lugdunum, Sidoine Apollinaire.

A la période qui suivit l'effondrement de l'Empire romain occidental, Lyon survécut comme un important centre urbain, et un certain nombre de communautés monastiques importantes s'y établirent. En 843, elle fut cédée à la Lotharingie par le traité de Verdun, puis passa au royaume de Bourgogne. Elle devint le centre du comté de Lyon, dont la seigneurie fut conférée par l'empereur du Saint Empire Frédéric Barberousse à l'archevêque de Lyon en 1157. Malgré sa petite taille, le comté était influent, grâce à la fois à son statut indépendant et à sa situation stratégique, tant commercialement que politiquement. L'archevêché était également important, le pape Grégoire VII ayant conféré le titre de « primat des Gaules » à ses titulaires en 1078. Elle reçut des faveurs toutes spéciales de la Papauté, et plusieurs pontifes y furent couronnés.

L'indépendance se termina en 1312, lorsque Philippe le Bel annexa la ville au royaume de France. Toutefois, son importance commerciale n'en fut pas affectée, et elle continua à prospérer. Pendant la première moitié du XVIe siècle, Lyon devint également le centre des activités politiques françaises en Italie. Par conséquent, elle recevait souvent la visite de la cour française, attirant dans son sillage de nombreux artistes.

Sous le règne de Louis XI (1461-1483), quatre foires annuelles furent créées, qui attiraient des marchands de toute l'Europe, spécialement d'Italie (et de Florence, en particulier). Lyon devint un centre majeur du commerce des épices et, plus encore, du commerce de la soie, grâce aux privilèges de tissage, jusque-là monopole italien, que lui accorda François Ier. Les immigrants florentins firent également de Lyon un centre financier de la banque et de l'assurance.

La première imprimerie fut mise en place à Lyon en 1472, et la ville devint rapidement l'un des plus importants centres d'imprimerie et d'édition d'Europe, derrière Venise et Paris, produisant des livres en hébreu, en grec, en latin, en italien et en espagnol comme en français. Les oeuvres d'Erasme, de Rabelais, de Scaliger, de More, de Policien et de beaucoup d'autres grands intellectuels furent publiés par Sébastien Gryphe du Württember, qui s'installa à Lyon.

Lorsque la politique française se désintéressa de l'Italie dans les années 1550, les visites royales à Lyon se firent moins fréquentes. La ville fut également prise dans les guerres de religion et, en 1562, fut conquise par les troupes protestantes. Lyon accueillit la rencontre qui, en 1601, aboutit à l'ajout de grande partie du duché de Savoie au Royaume de France.

Lyon perdit à peu près à cette époque l'autonomie considérable dont elle avait joui jusqu'alors, ce qui ne l'empêcha pas de rester un fleuron du commerce et de l'industrie. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle était sans rival dans la production de soie, et des inventeurs comme Vaucanson et Jacquard apportèrent d'importantes contributions à cette industrie.

La situation géographique de Lyon imposait à de nombreux artistes et architectes se rendant en Italie ou la quittant d'y passer, et leur influence est évidente dans de nombreuses bâtisses de l'époque, telles que l'Hôtel-Dieu et la Loge du Change. Au XVIIIe siècle, l'expansion résultant de la prospérité qui allait sans cesse croissant imposa une mesure de planification urbaine systématique, qui fut effectuées par de brillants urbanistes et architectes tels que de Cotte, Soufflot, Morand et Perrache.

Lorsque Napoléon Ier imposa l'usage de la soie lyonnaise à toutes les cours d'Europe, cette industrie connut un essor sans précédent. De nouveaux logements avec des ateliers furent construits pour les artisans (les canuts). Lyon devait accueillir le premier Conseil des Prud'hommes en 1806 et la première épicerie mutualiste en 1835. Entre 1800 et 1848, le nombre de métiers à tisser en fonctionnement fut multiplié par 10, passant de 6.000 à 60.000, et plus de 90.000 personnes travaillaient dans cette industrie. Cependant, les relations entre les ouvriers qui produisaient la soie et les marchands qui la vendaient furent toujours tendues, et Lyon connut ses premiers manifestations ouvrières en 1831 et 1834, mais les politiques autoritaires du Second Empire allaient mettre un terme à ces conflits. La richesse de Lyon et ses contacts marchands dans le monde entier attirèrent des banques d'Extrême-Orient dans la ville, tout en encourageant la création d'institutions bancaires par les Lyonnais eux-mêmes. Cela entraîna à son tour un investissement foncier en Algérie, à Madagascar et en Asie du Sud-Est : le port de Haiphong fut créé, par exemple, grâce à des investissements lyonnais.

Ces relations avec des pays de tradition non chrétienne en dehors de l'Europe eut une autre répercussion importante sur Lyon, qui devait prendre la tête des activités d'évangélisation dans le monde catholique. La première institution fondée fut la Propagation de la Foi (1822), suivie par des organismes tels que les Pères Maristes (1836), les Pères des Missions africaines (1856), et les Soeurs de Notre-Dame-des-Apôtres.

Au XXe siècle, Lyon déplaça sa base industrielle de la soie vers d'autres secteurs, tels que l'automobile, la chimie textile et la pharmacie, grâce auxquels elle continue de jouir d'une prospérité appréciable.

Source : évaluation des Organisations consultatives