English Français

Su Nuraxi de Barumini

Su Nuraxi di Barumini

During the late 2nd millennium B.C. in the Bronze Age, a special type of defensive structure known as nuraghi (for which no parallel exists anywhere else in the world) developed on the island of Sardinia. The complex consists of circular defensive towers in the form of truncated cones built of dressed stone, with corbel-vaulted internal chambers. The complex at Barumini, which was extended and reinforced in the first half of the 1st millennium under Carthaginian pressure, is the finest and most complete example of this remarkable form of prehistoric architecture.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Su Nuraxi de Barumini

Au cours du IIe millénaire av. J.-C., à l'âge du bronze, un type de construction défensive connue sous le nom de nuraghi , unique en son genre, se développe en Sardaigne. L'ensemble consiste en tours défensives circulaires en forme de cônes tronqués construites en pierres de taille et dotées de salles intérieures voûtées en encorbellement. L'ensemble de Barumini, qui a été étendu et renforcé au cours de la première moitié du Ie r millénaire sous la pression des Carthaginois, est l'exemple le plus beau et le plus complet de cette remarquable forme d'architecture préhistorique.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

سو نوراكسي دو باروميني

خلال الألفية الثانية ق.م.، في العصر البرونزي، نشأ في سردينيا نمط بناء دفاعي فريد من نوعه باسم نوراغي. وتتكون هذه المجموعة من أبراج دفاعية دائرية بشكل مخاريط مبتورة مبنية من حجر مقصوب ومجهّزة بقاعات داخلية مقبّبة بخَرجة. وتشكل مجموعة باروميني التي وُسِّعت وعُزِّزت خلال النصف الأول من الألفية الأولى بضغط من القرطاجيين، المثال الأكثر جمالاً وكمالاً على هذا الشكل الرائع من الهندسة المعمارية لحقبة ما قبل التاريخ.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

巴鲁米尼的努拉格

公元前2000年后期的铜器时代,一种特殊类型的防御建筑在撒丁岛修建起来,这就是举世无双的努拉格。这一综合结构包括用修琢的石头堆砌而成的锥状环型防御塔,以及在塔内用梁托支撑成的套间。这一坐落在巴鲁米尼的综合结构,由于受迦太基人的压力,直到公元1000年中叶还在修整和加固,是史前同类形式建筑中修建得最好和保存最完整的典范。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

«Су-Нуракси» - древние укрепления в Барумини (остров Сардиния)

В конце 2-го тысячелетия до н.э., во времена бронзового века, на острове Сардиния были созданы укрепления особого типа, известные как nuraghi (нуракси), подобных которым не существует нигде в мире. Комплекс состоит из круглых оборонительных башен в форме усеченных конусов, выполненных из шлифованного камня, со сводчатыми внутренними помещениями. Комплекс в Барумини, расширенный и усиленный в первой половине 1-го тысячелетия в связи с давлением Карфагена, является прекрасным и наиболее полным примером этой замечательной формы доисторической архитектуры.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Su Nuraxi de Barumini

A finales del segundo milenio a.C., en la Edad de Bronce, se creó en la isla de Cerdeña un tipo de estructura defensiva llamada nuraghi, sin parangón en el mundo. Los nuraghi son torres circulares, en forma de conos truncados, construidas con sillares y provistas de cámaras internas con bóvedas en saledizo. El ejemplo más bello y completo de esta notable construcción arquitectónica prehistórica lo ofrece el conjunto de Barumini, que fue ampliado y reforzado en la primera mitad del primer milenio a.C. ante la presión de los cartagineses.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

スー・ヌラージ・ディ・バルーミニ
前2000年紀頃からサルディーニア島にはヌラーゲと呼ばれる、他に類のない石造建築が発達した。上部を切り取った円錐状の塔で、要塞化した家屋として用いられ、約7,000例が分布しえいる。バルーミニではカルタゴの圧迫のたもで前1000紀前半に大発展をとげ、ヌラーゲ文化の最も洗練された形態を生んだ。

source: NFUAJ

Su Nuraxi di Barumini

Tijdens het eind van het 2e millennium voor Christus, in de bronstijd, werd een speciaal type verdedigingsstructuur ontwikkeld op het eiland Sardinië, bekend onder de naam Nuraghi. Van dit systeem is nergens ter wereld een equivalent gevonden. Het complex bestaat uit ronde, defensieve torens in de vorm van afgeknotte kegels, gebouwd van uitgehouwen steen, met uitkragende, gewelfde interne erkerkamers. De verdedigingsstructuur op Barumini werd uitgebreid en versterkt in de eerste helft van het 1e millennium onder druk van de Carthaagse heersers. Het vormt het mooiste en meest complete voorbeeld van deze opmerkelijke vorm van prehistorische architectuur.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Su Nuraxi de Barumini (Italie) © Paolo Rossi
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site archéologique de Su Nuraxi de Barumini, en Sardaigne, est l’exemple le plus connu d’une forme unique de structures défensives de l’Âge du bronze appelées nuraghi (singulier nuraghe). Situé sur une petite hauteur, Su Nuraxi domine une vaste plaine fertile à l’ouest de la municipalité de Barumini. Le site a été occupé de l’époque de la construction des nuraghi, au 2e millénaire avant J.-C., jusqu’au 3e siècle après.

Les premières structures défensives mégalithiques appelées nuraghi remontent à l’Âge du bronze intermédiaire et tardif (env. 1600-1200 av. J.-C.) et sont uniques à la Sardaigne. Les nuraghi se distinguent par la présence de tours défensives circulaires en forme de cônes tronqués, construites en pierre taillée et dotées de salles intérieures voûtées en encorbellement. Elles auraient initialement été construites par des familles ou des clans. Avec l’évolution de la société sarde, devenue plus complexe et hiérarchisée, les tours isolées ont peu à peu attiré d’autres structures, pour des raisons à la fois sociales et défensives.

Les nuraghi de Su Nuraxi se composent d’une tour centrale massive renfermant trois salles reliées par un escalier en spirale, à l’origine de plus de 18,5 mètres de haut. La salle supérieure a aujourd’hui disparu. La tour centrale a été intégrée dans une structure quadrilobée se composant de quatre tours auxiliaires reliées par un mur de pierre massif. La cour formée par ce mur a par la suite été fermée par un toit, limitant ainsi l’accès à la tour centrale. L’ensemble est ceint par les vestiges d’un second mur extérieur et un ensemble de huttes circulaires.

Su Nuraxi fut abandonné au 6e siècle av. J.-C., même si le site connut quelques périodes d’occupation intermittente lors des siècles suivants. De nouvelles habitations furent construites sous une forme différente, se composant de plusieurs pièces modestes dont les murs étaient en pierres plus petites. Après la conquête romaine de la Sardaigne au 2e siècle av. J.-C., la plupart des nuraghi tombèrent en désuétude, bien que des fouilles sur le site de Su Nuraxi indiquent qu’il a continué à être occupé jusqu’au 3e siècle de notre ère.

Critère (i) : le site archéologique de Su Nuraxi de Barumini est l’exemple le plus important et le plus complet d’un type d’architecture préhistorique remarquable appelé nuraghe.

Critère (iii) : Su Nuraxi de Barumini constitue un témoignage exceptionnel de la culture sarde de l’Âge du bronze, et de l’évolution des conditions politiques et sociales de cette communauté insulaire préhistorique au fil des siècles.

Critère (iv) : Su Nuraxi de Barumini est un exemple éminent de nuraghi, structures défensives mégalithiques uniques associées à des établissements humains, illustrant l’utilisation imaginative et novatrice qu’une société insulaire préhistorique de Sardaigne a faite des matériaux et techniques à sa disposition à l’Âge du bronze intermédiaire et tardif.

Intégrité

Le complexe archéologique de Su Nuraxi renferme tous les éléments nécessaires pour en démontrer la valeur universelle exceptionnelle. Ces éléments incluent les vestiges archéologiques des structures défensives centrales et du village associé ainsi que toutes les structures villageoises préhistoriques, dont le plan d’origine a visiblement été conservé.

Des travaux de consolidation structurelle et d’entretien préventif ont été effectués dans la zone pour améliorer les conditions d’intégrité des structures archéologiques. Aucuns travaux ni modifications susceptibles de compromettre l’intégrité du site ne sont envisagés.

La route provinciale qui longe la limite septentrionale du bien représente une menace pour celui-ci. Même si le trafic y est mince et n’a pas d’impact direct sur les vestiges, elle interfère avec la perception du paysage archéologique. Le contexte et le cadre pourraient être améliorés par une déviation de cette route loin du bien, une solution difficile à mettre en œuvre pour l’heure, pour des raisons financières.

Authenticité

Le degré d’authenticité du bien est élevé. Bien qu’utilisées de façon intermittente jusqu’aux 6e ou 7e siècles, les structures nuragiques semblent avoir été enterrées depuis lors jusqu’au début des fouilles archéologiques, dans les années 1950. Une campagne systématique de conservation a été entreprise au début des années 1990 pour stabiliser et renforcer un certain nombre de structures. Des travaux de consolidation et de restauration ultérieurs ont été entrepris sur les structures, en totale conformité avec la Charte de Restauration, garantissant ainsi leur conservation actuelle.

Les interventions impliquant l’utilisation de matériaux modernes tels que béton armé, métal et bois sont minimes et discrètes et n’affectent pas l’authenticité ni l’apparence des vestiges archéologiques.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien de Su Nuraxi de Barumini est entouré par une zone tampon au nord, au sud-ouest et à l’est. L’absence de zone tampon sur les terres agricoles ouvertes au sud et à l’ouest du bien n’est pas jugée appropriée pour la protection du bien. Pour la renforcer davantage, un accord institutionnel a été signé entre les municipalités qui jouxtent le site archéologique de Barumini, le ministère italien des Affaires culturelles, du Patrimoine et du Tourisme et les autorités régionales et l’administration provinciale de Cagliari, dans l’optique de faciliter l’identification d’une zone tampon élargie incluant l’ensemble des territoires des municipalités susmentionnées et de créer de nouvelles formes de protection du paysage entourant le bien.

En tant que site archéologique, le complexe de Su Nuraxi est protégé au niveau national par le décret législatif 42/2004, (Code du patrimoine culturel et du paysage), une mesure de sauvegarde garantissant que toute activité sur le site est autorisée par le bureau de la Direction régionale du ministère des Affaires culturelles, du Patrimoine et du Tourisme d’Italie. Ce cadre légal de protection est jugé suffisamment efficace. Au niveau régional, le site est inclus dans une liste de biens protégés en vertu du Plan régional de gestion du paysage de Sardaigne. Une autre procédure visant à protéger également le territoire environnant a été entreprise par la Direction régionale du ministère des Affaires culturelles. Le plan d’urbanisme municipal a imposé une interdiction absolue de construction de tout nouvel édifice dans la zone tampon. Cette restriction est renforcée par un périmètre de protection préventif qui encercle le bien et garantit qu’aucun développement inapproprié ne puisse survenir dans les environs du bien du patrimoine mondial.

La gestion du site archéologique incombe au ministère des Affaires culturelles, du Patrimoine et du Tourisme. Elle fait l’objet d’un accord entre les deux entités principalement concernées, à savoir le Bureau du patrimoine culturel et la municipalité de Barumini. En vertu de cet accord, le fonctionnement du bien relève de la responsabilité de la municipalité tandis que sa mise en œuvre est confiée de façon contractuelle à une société de gestion (la Fondazione Barumini Sistema Cultura), afin de garantir une activité continue au sein du bien du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Direction du patrimoine archéologique de Sardaigne vérifie régulièrement la préservation de l’intégrité et de l’authenticité du bien, trois personnes y étant ordinairement employées. Bien qu’aucun programme de suivi formel ne soit en place, la Direction réalise un entretien régulier.

La région de Sardaigne et la municipalité de Barumini sont les autorités en charge de la gestion du tourisme sur le site. Un nombre élevé de touristes représente une menace potentielle pour l’intégrité et la conservation du site. Afin d’en minimiser l’impact, les visites ne sont autorisées qu’en petit groupe et avec guide. Les autorités locales essaient de limiter le nombre de visites en haute saison, en offrant des avantages aux touristes qui préfèrent venir hors saison et en développant une stratégie de tourisme culturel pour toute la région. L’accès au bien en transport public est insuffisant.

Actualités rss (1)