jump to the content

Vieille ville de Lijiang

Old Town of Lijiang

The Old Town of Lijiang, which is perfectly adapted to the uneven topography of this key commercial and strategic site, has retained a historic townscape of high quality and authenticity. Its architecture is noteworthy for the blending of elements from several cultures that have come together over many centuries. Lijiang also possesses an ancient water-supply system of great complexity and ingenuity that still functions effectively today.

Vieille ville de Lijiang

La vieille ville de Lijiang, harmonieusement adaptée à la topographie irrégulière de ce site commercial et stratégique clé, a conservé un paysage urbain historique de grande qualité et éminemment authentique. Son architecture est remarquable par l'association d'éléments de plusieurs cultures réunies durant de nombreux siècles. Lijiang possède également un système d'alimentation en eau extrêmement complexe et ingénieux qui fonctionne toujours efficacement.

مدينة ليجيانغ القديمة

تكيّفت مدينة ليجيانغ القديمة مع تقلّبات طوبوغرافيا هذا الموقع التجاري والإستراتيجي المحوري وقد حافظت على منظر حضري تاريخي متميّز وأصيل كلّ الأصالة. تنفرد هندستها بالمزاوجة بين عناصر ثقافات عدّة اجتمعت على مرِّ قرونٍ عدّة. كما تملك ليجيانغ نظام إمدادات مائيّة معقّد ومبتكر لا زال يعمل بفعالية.

source: UNESCO/ERI

丽江古城

古城丽江,把经济和战略重地与崎岖的地势巧妙地融合在一起,真实、完美地保存和再现了古朴的风貌。古城的建筑历经数个世纪的洗礼,融汇了各个民族的文化特色而声名远扬。丽江还拥有古老的供水系统,这一系统纵横交错、精巧独特,至今仍在有效地发挥着作用。

source: UNESCO/ERI

Старый город Лицзян

Старый город Лицзян, который превосходно адаптирован к сложному рельефу этой важной в торговом и стратегическом отношении местности, отлично сохранил свой подлинный исторический облик. Его архитектура достойна внимания из-за смешения элементов нескольких культур, развивавшихся совместно на протяжении многих столетий. Лицзян также имеет древнюю сложную систему водоснабжения, основанную на большой изобретательности, которая эффективно действует и в настоящее время.

source: UNESCO/ERI

Ciudad vieja de Lijiang

La ciudad vieja de Lijiang, que estí¡ perfectamente adaptada a la topografí­a irregular de un sitio importancia comercial y estratégica, ha conservado un paisaje urbano histórico de gran calidad y autenticidad. Su notable arquitectura integra elementos de diversas culturas que se fueron fusionando a lo largo de los siglos. Lijiang posee también un antiguo sistema de abastecimiento de agua, sumamente complejo e ingenioso, que sigue funcionando con eficacia.

source: UNESCO/ERI

麗江旧市街

source: NFUAJ

Oude stad van Lijiang

De oude binnenstad van Lijiang is perfect aangepast aan de ongelijke topografie van deze belangrijke commerciële en strategische locatie. De Lijiang regio (in het noorden van de provincie Yunnan) wordt al sinds de steentijd door mensen bewoond. In de 13e eeuw na Christus werden aan de voet van de Shizi bergen huizen gebouwd, omringd door een stadsmuur en gracht. Deze historische kern is prachtig bewaard gebleven. De architectuur is opmerkelijk vanwege het samengaan van elementen uit verschillende culturen door de eeuwen heen. Lijiang heeft ook een oud ingenieus systeem voor watervoorziening dat tegenwoordig nog steeds functioneert.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vieille ville de Lijiang © Fiona Starr
Justification d'inscription

Le Comité a décidé d’inscrire ce site sur la base des critères (ii), (iv) et (v). Lijiang est une ville ancienne exceptionnelle sise dans un paysage spectaculaire. Elle représente la fusion harmonieuse de différentes traditions culturelles qui engendreront un paysage urbain d'une qualité exceptionnelle.

Description longue

Lijiang est une ville antique tout à fait exceptionnelle, située au cœur d'un paysage magnifique formant une harmonieuse synthèse entre différentes traditions culturelles, qui est à l'origine d'un paysage urbain extraordinaire.

Au XIIIe  siècle apr. J.-C., au cours de la dynastie des Song du Sud, les ancêtres de la famille Mu, alors au pouvoir, déplacèrent leur capitale de Baisha, au pied des montagnes Shizi, dans un nouveau site connu sous le nom de Dayechang (plus tard Dayan) où ils commencèrent à construire des maisons entourées par un mur d'enceinte et par un fossé. Après qu'Azong Aliang se fut soumis, vers 1250, à l'autorité de l'empereur Yuan Hubilie, Dayechang devint un centre administratif. La préfecture de Lijiang Junmin a été créée lorsque cette région passa sous la domination des Ming, en 1382.

En 1724, le premier préfet non autochtone commença à construire des bureaux préfectoraux, des casernes et des écoles au pied de la montagne Jinhong. Le comté de Lijiang fut créé comme une partie de la préfecture de Lijiang Junmin en 1770 et la vieille ville de Lijiang construite sur la pente d'une montagne orientée nord-ouest/sud-est, face à une rivière profondément encaissée.

La partie nord de la ville était vouée au commerce. Les principales rues de cette partie de la vieille ville rayonnent à partir de la large rue connue sous le nom de Sifangjie, qui était à l'origine le centre du commerce et des affaires du nord-ouest de la province du Yunnan. L'imposant bâtiment à trois étages du Kegongfang (le Porche de l'Épreuve Impériale), flanqué par les rivières occidentale et centrale, se trouve à l'ouest du Sifangjie.

Une vanne de cette dernière permet d'utiliser les niveaux différents de ces deux cours d'eau pour nettoyer les rues, selon un dispositif d'hygiène publique tout à fait unique. Les rues sont pavées de dalles de brèche rouge à grain fin sur lesquelles l'eau s'écoule jusqu'au pont de Shuangshi où elle se déverse dans trois émissaires qui se subdivisent eux-mêmes en un réseau de canaux et de conduits, de manière à fournir en eau chaque maison. Cette alimentation en eau est complétée par les nombreuses sources et puits qui se trouvent à l'intérieur de la ville. Un système d'adduction d'une telle complexité nécessitait un grand nombre de ponts de différentes tailles : il en existe un total de 354, de différentes formes, dont la ville a tiré son nom de Lijiang, qui signifie « la ville des ponts ». La caractéristique de Lijiang la plus représentative de la culture minoritaire Naxi est la richesse de ses demeures privées. La structure de base, à colombage, s'y est développée en un style architectural unique, en assimilant des éléments de l'architecture han et zang. Beaucoup de maisons ont deux étages. Les charpentes en bois chuandoushi encadrent des murs en adobe au rez-de-chaussée, en planches à l'étage supérieur. L'extérieur des murs est enduit et passé à la chaux, et les angles des maisons présentent souvent des panneaux en brique.

Une attention spéciale a été apportée au décor des maisons, notamment aux arcs qui surmontent les portes d'entrée, aux façades, aux couloirs extérieurs, aux portes et aux fenêtres, aux cours et aux poutres soutenant le toit. Les éléments en bois ont été sculptés avec soin, et figurent des motifs domestiques et culturels - vases, instruments de musique, oiseaux, etc ; les arcs au-dessus des portes présentent différentes formes élégantes.

Le bureau gouvernemental de la préfecture de Lijiang Junmin et le complexe de Mujia ont été construits en 1368 sous la dynastie des Ming, dans la partie orientale de la ville. Le bureau gouvernemental, de 286 m de long, était un complexe formé de bâtiments, de tours, de ponts, de terrasses, de pavillons et de palais. La résidence officielle, connue sous le nom de complexe de Mujia, se trouvait au nord. Elle a été en grande partie détruite pendant une guerre sous la dynastie des Qing ; seuls survécurent le pavillon Yizi, la tour Guagbi et un arc en pierre. Le groupe connu sous le nom de structures architecturales Yuquan se trouve dans le parc Heilongtan et remonte aux dynasties Ming et Qing. La plus remarquable est la tour Wufeng (1601) qui a été déplacée du temple de la Fugue, dont elle faisait partie à l'origine ; elle est maintenant considérée comme l'un des monuments historiques principaux de la province du Yunnan. Outre la vieille ville de Dayan, établie au cours de la dynastie des Ming, le site plus ancien de Baisha, qui était la capitale au cours des précédentes dynasties Song et Yuan, se trouve 8 km plus au nord.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La région de Lijiang a été continuellement occupée par l'homme depuis le paléolithique. Au cours de la période des «Royaumes combattants» (475-331 avant J.-C.), elle est placée sous la juridiction de la région de Shu, dans l'Etat de Qin. Sous le règne des dynasties des Han occidentaux et orientaux, le statut de comté de Suijiu lui est attribué.

Au 13ème siècle après J.-C., au cours de la dernière dynastie des Song du Sud, les ancêtres de la famille gouvernante Mu déplacent leur centre principal de Baisha, au pied des montagnes de Shizi, vers une nouvelle cité connue sous le nom de Dayechang (ultérieurement Dayan) où ils vont commencer à bâtir des maisons, avec un rempart et un fossé entourant la ville.

Dans les années 1250, après la soumission d' Azong Aliang à l'autorité de l'empereur Yuan Hubilie, Dayechang devient centre administratif. La préfecture de Lijiang Junmin est mise en place lorsque la région passe sous contrôle Ming, en 1382 ; on accorde au préfet de l'époque, Ajia Ade, le nom honorifique de "Mu" et on le fait préfet héréditaire, titre confirmé en 1660 par les souverains de la dynastie des Qing. Tout au long de cette période, les préfets Mu successifs seront à l'origine de l'agrandissement et de l'embellissement de leur centre.

En 1723, la cour impériale modifie sa politique et le préfet natif des lieux est remplacé par un délégué impérial. Le premier préfet non originaire de la région, Yang Bi, arrivera l'année suivante et commencera à construire des bureaux préfectoraux, des casernes et des infrastructures éducatives au pied du Mont Jinhong.

En 1770, le comté de Lijiang est créé au sein de la préfecture de Lijiang Junmin et survivra à l'abolition de la préfecture par la République, en 1912. Depuis, Lijiang n'a jamais cessé d'être un centre administratif, aujourd'hui pour le comté autonome de Lijiang Naxi.

La région est exposée aux tremblements de terre et la ville en souffrira à plusieurs reprises (1481, 1515, 1624, 1751, 1895, 1933, 1951, 1961, 1977 et plus récemment le 3 février 1996). Les biens et les hommes ont été tragiquement mis à mal, particulièrement lors de la secousse de 1951.

Source : évaluation des Organisations consultatives