English Français

Parc national de Manú

Manú National Park

This huge 1.5 million-ha park has successive tiers of vegetation rising from 150 to 4,200 m above sea-level. The tropical forest in the lower tiers is home to an unrivalled variety of animal and plant species. Some 850 species of birds have been identified and rare species such as the giant otter and the giant armadillo also find refuge there. Jaguars are often sighted in the park.

Parc national de Manú

Cet immense parc d'un million et demi d'hectares s'étage de 150 à 4 200 m, avec une variété de végétation correspondant aux diverses altitudes. La forêt tropicale des parties les moins élevées abrite une diversité d'espèces animales et végétales sans égale. C'est ainsi que 850 espèces d'oiseaux y ont été dénombrées. Des espèces rares comme la loutre géante et le tatou géant y ont trouvé refuge, et le jaguar y est assez répandu.

منتزه مانو الوطني

يمتد هذا المنتزه الشاسع على مليون هكتار ونصف، يتراوح علوّ النباتات فيه بين 150 و4200 متر، وتتنوع فيها أنواع النبات بحسب ارتفاعها. كما تأوي الغابة الاستوائية في أقسامها الاقلّ ارتفاعًا أجناسًا مختلفة من الحيوانات والنباتات التي لا تُضاهى. فعلى سبيل المثال، تم احصاء 850 جنسًا من الطيور فيها، ومنها النادرة كالقُضاعة العملاق والارمديل العملاق التي وجدت مأوى لها في هذه الغابة، حتى الفهد تكثر فيها أعداده.

source: UNESCO/ERI

玛努国家公园

玛努国家公园的面积有150万公顷,从海拔150米到4200米之间各层分布着不同种类的植物。在低层的热带丛林中,生活着丰富的动物和植物。此处已发现约850种鸟类以及罕见的巨型水獭和庞大的犰狳等动物。美洲虎也经常出没在这个公园里。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Ману

Огромный парк площадью 1,5 млн. га обладает самой разнообразной растительностью, которая охватывает высотные пояса от 150 м и до 4200 м над уровнем моря. В предгорных тропических лесах зафиксировано рекордное видовое разнообразие среди растений и животных. Здесь отмечены примерно 850 видов птиц, такие редкие животные как гигантская выдра и гигантский броненосец, часто встречается и ягуар.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Manú

Este inmenso parque de 1.500.000 hectáreas posee una gran variedad de vegetación estratificada entre 150 y 4.200 metros de altura. El bosque tropical de las zonas menos elevadas alberga una variedad incomparable de especies animales y vegetales. Se han identificado en él hasta 850 clases de pájaros. Algunas especies poco comunes como la nutria y el armadillo gigantes han encontrado refugio en este sitio, donde también se ha podido observar la presencia frecuente de jaguares.

source: UNESCO/ERI

マヌー国立公園
アマゾン川の支流マヌー川の両側に広がる湿地帯から標高4000mを越えるアンデス山脈東部の山岳地帯を含むペルー最大の国立公園。激減しているオオカワウソをはじめ、オオアルマジロ、オセロット、ジャガーなど貴重な動物が生息している。そのほとんどは熱帯林の低地で、先住民の集落もある。

source: NFUAJ

Nationaal park Manú

Dit enorme park ligt in de provincies Manu en Paucartambo en beslaat 1,5 miljoen hectare met opeenvolgende lagen vegetatie die 150 tot 4.200 meter boven de zeespiegel uitstijgen. In het tropische woud – in de lagere delen van het park – komt een ongeëvenaarde verscheidenheid aan dier- en plantensoorten voor. De biologische diversiteit in het nationaal park Manú is groter dan die van elk ander gebied op aarde. Er zijn ongeveer 850 soorten vogels geïdentificeerd en zeldzame diersoorten zoals de reuzenotter en het reuzengordeldier kunnen hier onbedreigd leven. Ook worden er vaak jaguars waargenomen in het gebied.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Sur la rivière Manu © Marc Patry
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Parc national de Manú est un refuge mondialement reconnu de la biodiversité terrestre au point de jonction des Andes tropicales et du Bassin amazonien dans le sud-ouest du Pérou. En tant que vaste bassin versant, géographiquement et économiquement isolé, toujours dépourvu de routes, le bien a été préservé de la plupart des impacts humains et est aujourd’hui difficile d’accès. La superficie inscrite à l’origine a été étendue à 1 716 295 hectares en 2009, couvrant la totalité du gradient d’altitude du versant oriental des Andes de 350 m à plus de 4 000 m. La brusque transition s’opère par endroits, dans les prairies de Puna des hautes Andes, les forêts de brouillard montagnardes, les forêts de yunga et la forêt tropicale de faible altitude. Alimenté par de nombreux rapides dans les montagnes, la rivière Manú serpente à travers la forêt de plaine avant de rejoindre l’imposante rivière Madre de Dios à la lisière sud du bien. Comme en témoignent les ruines et les pétroglyphes incas et pré-incas, il y a une longue histoire de l’occupation autochtone. La légende locale de Paititi, selon laquelle la « Cité perdue des Incas » se trouve dans ce qui est aujourd’hui le bien, a séduit les chercheurs comme les aventuriers. Aujourd’hui, plusieurs peuples autochtones sont les seuls habitants permanents. Certains d’entre eux sont sédentaires et en contact régulier avec le « monde moderne », tandis que d’autres gardent un mode de vie semi-nomade de chasseurs-cueilleurs respectivement en situation « d’isolement volontaire » ou de « contact initial ».

L’immense variété du parc national de Manú en termes d’altitude, microclimat, sols et autres conditions écologiques, crée une mosaïque complexe d’habitats et de niches. On y trouve un large spectre de communautés végétales, depuis les prairies andines apparemment homogènes mais extrêmement diverses jusqu’aux types de forêts presque vierges. Les estimations sur la diversité des plantes se situent entre 2 000 et 5 000, certains scientifiques allant même jusqu’à avancer des nombres bien supérieurs. Les chiffres de la faune recensée sont tout aussi impressionnants avec plus de 1 000 espèces de vertébrés, dont au moins 200 espèces de mammifères et plus de 800 espèces d’oiseaux. Chez les mammifères il y a la loutre géante, 13 différentes espèces de primates et huit félidés, comme le jaguar, le puma et l’insaisissable chat des Andes en danger. Le large éventail d’estimations dans les différents groupes taxonomiques de faune et de flore montre combien on sait peu de choses, sans parler de comprendre la diversité de la vie dans le parc. Les projets de développement à moyen et plus long terme aux alentours du parc national de Manú, comme l’extraction de gaz ou la construction de routes, risquent d’affecter le bien presqu’encore à l’état primitif de diverses façons. Il faut adopter une planification et une gestion rigoureuses afin de trouver un équilibre entre  les besoins de développement et l’intégrité de ce joyau pour la conservation dans le monde.

Critère (ix): Le Parc national de Manú a un emplacement remarquable au point de jonction des Andes tropicales et des forêts de plaine amazoniennes. Le gradient d’altitude imposant a favorisé une gamme extrêmement large de conditions écologiques et l’évolution d’espèces et de communautés écologiques très variées. La diversité des paysages va des prairies des hautes Andes aux différents types de forêts, y compris les forêts tropicales humides toujours intactes et les forêts tropicales luxuriantes. La combinaison de la topographie, des conditions écologiques et l’isolement ont permis l’évolution presqu’ininterrompue et constante d’une extraordinaire diversité de vie à tous les niveaux et d’un haut degré d’endémisme. Non seulement reconnu pour sa biodiversité, le parc national de Manú l’est aussi pour sa faune d’une exceptionnelle abondance à travers de nombreux groupes taxonomiques.

Critère (x): L’extraordinaire biodiversité du Parc national de Manú combinée à sa grande dimension et à son excellent état de conservation en fait une aire protégée d’une grande importance mondiale pour la conservation de la biodiversité. Plus de 200 espèces de mammifères, 800 espèces d’oiseaux, 68 espèces de reptiles, 77 espèces d’amphibiens et un nombre impressionnant de poissons d’eau douce offrent une diversité de vertébrés qu’on ne retrouve que dans très peu d’endroits de la planète. Les nombres répertoriés dans les autres groupes taxonomiques sont au moins aussi impressionnants, par exemple les plus de 1 300 espèces de papillons inventoriées sur sans doute plusieurs centaines de milliers d’arthropodes. Des milliers d’espèces de plantes supérieures sont réparties entre les différents écosystèmes, habitats et niches. Des centaines d’espèces d’arbres ont été identifiées, poussant souvent ensemble dans de très petits espaces. Depuis des décennies, le bien figure parmi les principales références de la recherche scientifique en écologie tropicale. En tant que tel il a sensiblement contribué à améliorer notre compréhension des écosystèmes de forêts tropicales. Même les chercheurs expérimentés sont non seulement impressionnés par la diversité de la vie, mais encore par l’extraordinaire abondance de vertébrés, y compris des mammifères. Malgré tous les progrès de la recherche, les études taxonomiques révèlent invariablement aujourd’hui encore des espèces inconnues de la science, même chez les vertébrés, preuve évidente que Manú cache encore beaucoup de ses secrets sur la biodiversité.

Intégrité

Le bien jouit d’une protection naturelle à une assez grande échelle du fait de son isolement et passe pour être l’une des zones les plus préservées de l’Amazonie péruvienne. La présence de grands prédateurs dans des densités de population naturelles, comme le jaguar, le puma, la loutre géante et l’aigle harpie, fournit la preuve de l’état général quasiment intact du parc national de Manú. Contrairement à d’autres parties de l’Amazonie, on estime que le parc national de Manú est encore largement exempt d’espèces exotiques envahissantes. Le bien est intégré aujourd’hui dans un ensemble de conservation beaucoup plus vaste comprenant différentes catégories d’aires protégées et de réserves communales autochtones, comme le parc national voisin d’Alto Purus ou le sanctuaire national de Megantoni, ce qui offre une protection supplémentaire. Il y a des corridors fonctionnels qui s’étendent tout du long jusque dans l’Amazonie brésilienne et bolivienne. Depuis l’extension du bien, le bassin versant du Manú, l’un des principaux affluents du Madre de Dios, est protégé dans sa totalité. L’exploitation et l’intervention directe de l’homme est minimale et limitée avant tout au petit nombre de résidents autochtones. Dès lors qu’ils conservent un mode de vie compatible avec les objectifs de conservation, on estime que leur présence n’a pas d’effet préjudiciable sur les valeurs de conservation du parc national de Manú. L’intégrité du bien pourrait être compromise par des aménagements inadaptés à proximité, ce qui impose d’examiner attentivement la mise en place d’une zone tampon dans les efforts de protection et de gestion.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’isolement géographique et la protection de longue durée ont épargné au parc national de Manú les changements intervenus ailleurs dans l’Amazonie péruvienne. L’histoire officielle de la conservation a commencé en 1968 quand Manú a été déclaré ‘réserve naturelle’. Grâce au dévouement d’un groupe de spécialistes péruviens en conservation et de défenseurs internationaux, le parc national a été créé officiellement par le décret suprême de 1973. En 1977, le parc national de Manú a été reconnu par l’UNESCO comme zone centrale d’une réserve de biosphère encore plus vaste. Le parc national et la réserve de biosphère sont placés aujourd’hui sous l’autorité de la SERNANP, l’agence péruvienne chargée des zones protégées qui relève du Ministère de l’Environnement. Le zonage du parc qui appartient au gouvernement distingue plusieurs zones. La plus importante est de loin la « zone réglementée », composée essentiellement de forêts non perturbées et consacrée exclusivement à la conservation avec un accès contrôlé pour les chercheurs et une utilisation des moyens de subsistance des populations indigènes acceptée de facto. Les autres zones plus petites sont la « zone à usage spécial », deux « zones récréatives » distinctes, une « zone culturelle » et une « zone de récupération » couvrant des secteurs relativement peu étendus des Andes impactés par le bétail et le brûlage qui y est associé. La plus petite zone, appelée « zone de service », entoure la station de recherche biologique de Cocha Cashu et les postes de contrôle que dirigent les rangers. La gestion du bien est guidée par un plan directeur avec un comité réunissant différents acteurs mis en place pour assurer la participation locale et les contributions à la gestion.

Les besoins identifiés dans les plans directeurs en termes d’effectifs, ressources et activités de programme révèlent des écarts dans le financement et la mise en œuvre. La population près du bien vit dispersée en petites communautés pratiquant une agriculture de subsistance, du commerce à petite échelle et l’élevage de bétail. Les communautés et les résidents autochtones ont un impact localisé mais gérable sur le bien. Malgré l’absence de pressions marquées, un certain nombre de problèmes causés par de plus vastes projets de développement dans la région sont bien documentés. De nouvelles routes à travers les Andes et des routes secondaires aux alentours du bien risquent d’induire des changements en ouvrant l’accès. Les effets indirects de l’exploration et de l’exploitation du gisement de gaz de Camisea près du bien doivent être suivis attentivement. Le développement dans la zone tampon, même si cette dernière ne fait pas officiellement partie du bien inscrit, pourrait être décisif pour l’avenir du parc. Une des particularités du bien est de protéger les résidents autochtones contre les pressions extérieures et les tentatives de prise de contact non souhaitée. Il est indispensable de définir une politique claire pour leur avenir.