English Français
Aidez maintenant !

Sites rupestres du Tadrart Acacus

Rock-Art Sites of Tadrart Acacus

On the borders of Tassili N'Ajjer in Algeria, also a World Heritage site, this rocky massif has thousands of cave paintings in very different styles, dating from 12,000 B.C. to A.D. 100. They reflect marked changes in the fauna and flora, and also the different ways of life of the populations that succeeded one another in this region of the Sahara.

Sites rupestres du Tadrart Acacus

À la frontière du Tassili n'Ajjer algérien, également site du patrimoine mondial, ce massif rocheux est riche de milliers de peintures rupestres de styles très différents dont les plus anciennes remontent à 12 000 ans environ av. J.-C., les plus récentes pouvant être datées du Ier siècle de l'ère chrétienne. Ces peintures reflètent les modifications profondes de la faune et de la flore, ainsi que les divers modes de vie des populations qui se sont succédé dans cette partie du Sahara.

مواقع تادرارت أكاكوس الصخرية

على حدود طاسيلي ناجر الجزائرية، وهي أيضًا موقع مدرج على قائمة التراث العالمي، يقع هذا المرتفع الصخري الغني بآلاف الرسوم الصخرية ذات الأساليب المختلفة كليًا والتي يعود أقدمها إلى 21 ألف عام ق.م. تقريبًا، ويمكن اعتبار أن أحدثها يرقى إلى القرن الأول ميلادي. وتعكس هذه الرسوم التعديلات العميقة التي طرأت على الثروة الحيوانية والنباتية وكذلك أنماط الحياة المتنوعة للشعوب التي تتالت على خذا الجزء من الصحراء الكبرى.

source: UNESCO/ERI

塔德拉尔特•阿卡库斯石窟

塔德拉尔特•阿卡库斯石窟也是一个世界遗产遗址,位于阿尔及利亚阿杰尔的塔西里边境上。这座石山有数千种不同风格的壁画,时间可以追溯到公元前12 000年至公元100年。 这些壁画表现了动植物的明显变化以及撒哈拉地区每代人生活的不同方式。

source: UNESCO/ERI

Наскальная живопись в горах Тадрарт-Акакус

Соседствуя с плато Тассилин-Аджер в Алжире, также объектом всемирного наследия, этот скальный массив обладает тысячами пещерных росписей самых разных стилей, относящихся к периоду от 12 тыс. лет до н.э. до 100 г. н.э. Они отражают важные изменения, произошедшие с фауной и флорой, а также различия в образе жизни народов, сменявших друг друга в этой части Сахары.

source: UNESCO/ERI

Sitio rupestre de Tadrart Acacus

Colindante con el sitio argelino de Tasili n’Ajer, también inscrito en la Lista de Patrimonio Mundial, este macizo rocoso encierra miles de pinturas rupestres de diferentes estilos. Las primeras se remontan a 12.000 años antes de nuestra era y las más recientes datan del siglo I d.C. Esas pinturas muestran las considerables modificaciones experimentadas por la fauna y la flora a lo largo de ese periodo de más de 120 siglos, así como las distintas formas de vida de las poblaciones que se asentaron sucesivamente en esta región del Sahara.

source: UNESCO/ERI

タドラット・アカクスのロック-アート遺跡群

source: NFUAJ

Rotskunstgebied van Tadrart Acacus

Tadrart Acacus ligt in de Fezzan, ten oosten van de stad Ghat en op de grens van Tassili N’Ajjer in Algerije. Dit rotsachtige massief bevat duizenden grotschilderingen in zeer verschillende stijlen, daterend uit 12.000 voor tot 100 na Christus. De verschillende grotschilderingen en gravures tonen scènes van de jacht of het dagelijks leven, rituele dansen en dieren. De rotskunst weerspiegelt opvallende veranderingen in de flora en fauna, alsmede de verschillende manieren van leven van bevolkingen die elkaar opgevolgd hebben in deze regio van de Sahara. Het gebied van Tadrart Acacus is meer dan 250 vierkante kilometer groot en tegenwoordig een woestijn.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Description longue

Le massif du Tadrart Acacus possède des milliers de peintures rupestres de différents styles, datables entre 12000 et 100 av. J.-C., qui reflètent les changements importants intervenus dans la flore, dans la faune, ainsi que dans le style de vie des populations qui se succédèrent dans cette zone du Sahara.

Cette vaste région montagneuse de plus de 250 km2, qui est aujourd'hui un désert, se trouve dans le Fezzan, à l'est de la ville de Ghat. C'est l'un des plus extraordinaires panoramas au monde, qui renferme d'innombrables merveilles naturelles : dunes, pitons isolés émergeant d'étendues de sable et érodés selon les formes les plus étranges, arches pétrifiées, canyons creusés par d'anciennes rivières.

Les peintures rupestres et les gravures de différents styles sont disséminées dans presque toutes les vallées. Elles représentent des scènes de chasse ou de la vie quotidienne, des danses rituelles, ou encore des animaux. Le site inclut aussi le désert de Murzuch, qui a conservé des traces des différentes phases du paléolithique.

Les missions archéologiques italo-libyennes qui se sont déroulées dans le Tadrart Acacus, sans interruption, depuis 1956, sous la direction de Fabrizio Mori et de Paolo Graziosi, ont permis de cataloguer, en dehors de sites qui ont livré un grand nombre d'objets en pierre ou en céramique, découverts sur une aire de plusieurs milliers de kilomètres carrés, de nombreux sites d'art rupestre, qui comprennent des centaines de décors gravés et des milliers de peintures.

Comme dans le Tassili n'Ajjer, en Algérie, différents changements climatiques ont porté à des modifications dans la flore et dans la faune, ainsi que dans le style de vie des populations locales, qui permettent de définir différents styles artistiques :

  • au cours de la phase naturaliste, correspondant à la dernière phase du pléistocène (12000-8000 av. J.-C.), de nombreuses gravures rupestres représentent les grands mammifères de la savane : éléphants, rhinocéros, etc.
  • au cours de la phase des têtes rondes (vers 8000-4000 av. J.-C.), gravures et peintures rupestres ont coexisté, et des scènes religieuses apparaissent ; la faune était alors typique des climats humides.
  • la phase pastorale, à partir de 4000 av. J.-C., est la plus importante en terme de nombre de peintures et de gravures ; les parois décorées des grottes et des abris sous roche présentent alors de nombreux troupeaux de bovidés.
  • la phase du cheval, à partir de 1500 av. J.-C., est caractéristique d'un climat semi-aride qui entraîna la disparition de certaines espèces, et l'apparition du cheval domestique.
  • la phase du chameau (Ier siècle av. J.-C.) correspond à une intensification du climat désertique. Le dromadaire, alors apparu dans la région, devint le sujet principal des dernières peintures rupestres.
Source : UNESCO/CLT/WHC