English Français
Veuillez noter qu'en raison des circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de Coronavirus (COVID-19), le courrier régulier envoyé au Centre du patrimoine mondial à Paris ne peut être traité normalement pour le moment. Pour éviter tout retard dans le traitement de la correspondance statutaire et/ou générale, veuillez envoyer systématiquement au destinataire concerné au sein du Centre du patrimoine mondial une copie électronique de toute correspondance que vous souhaitez transmettre. Nous vous remercions de votre compréhension.

Vallée de Tehuacán-Cuicatlán : habitat originel de Méso-Amérique

Tehuacán-Cuicatlán Valley: originary habitat of Mesoamerica

Tehuacán-Cuicatlán Valley, part of the Mesoamerican region, is the arid or semi-arid zone with the richest biodiversity in all of North America. Consisting of three components, Zapotitlán-Cuicatlán, San Juan Raya and Purrón, it is one of the main centres of diversification for the cacti family, which is critically endangered worldwide. The valley harbours the densest forests of columnar cacti in the world, shaping a unique landscape that also includes agaves, yuccas and oaks. Archaeological remains demonstrate technological developments and the early domestication of crops. The valley presents an exceptional water management system of canals, wells, aqueducts and dams, the oldest in the continent, which has allowed for the emergence of agricultural settlements.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Vallée de Tehuacán-Cuicatlán : habitat originel de Méso-Amérique

La vallée de Tehuacán-Cuicatlán, qui fait partie de la région méso-américaine, est la zone aride ou semi-aride la plus riche en biodiversité de toute l’Amérique du Nord. Composé de trois éléments -  Zapotitlán-Cuicatlán, San Juan Raya et Purrón -, ce bein est l'un des principaux centres de diversification de la famille des cactus, très menacée au niveau mondial. La vallée abrite notamment les forêts de cactus tubulaires les plus denses de la planète, qui modèlent un paysage unique également composé d’agaves, de yuccas ou encore de chênes. Les traces archéologiques révèlent par ailleurs un processus d'évolution technique qui reflète la domestication précoce des végétaux. La vallée présente un système exceptionnel de gestion de l'eau constitué de canaux, de puits, d'aqueducs et de barrages qui sont les plus anciens du continent et ont permis la sédentarisation de communautés vivant de l'agriculture.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Valle de Tehuacán -Cuicatlán: hábitat originario de Mesoamérica
Valle de Tehuacán -Cuicatlán: hábitat originario de Mesoamérica

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
Paysage Tehuacan © CHAC
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Vallée de Tehuacán-Cuicatlán : habitat originel de Méso-Amérique est située au centre-sud du Mexique, au sud-est de l’État de Puebla et au nord de l’État d’Oaxaca. Il s’agit d’un bien en série d’environ 145 255 ha, composé de trois éléments constitutifs : Zapotitlán-Cuicatlán, San Juan Raya et Purrón, qui partagent une même zone tampon de quelque 344 932 ha. L’ensemble du bien se trouve à l’intérieur de la Réserve de biosphère de Tehuacán-Cuicatlán. Le bien coïncide avec un point chaud –hotspot-  de la biodiversité mondiale et s’étend sur une zone aride ou semi-aride dont le niveau de diversité biologique est l’un des plus élevés d’Amérique du Nord, ayant ainsi contribué à des adaptations humaines essentielles à l’avènement de la Méso-Amérique, un des berceaux de civilisation dans le monde.

Sur les 36 communautés végétales, 15 différentes brousses xériques sont exclusives à la Vallée de Tehuacán-Cuicatlán. La vallée contient des espèces représentatives dont le taux remarquable équivaut à 70 % des familles floristiques de la planète et compte plus de 3 000 espèces de plantes vasculaires dont 10 % sont endémiques à la Vallée. C’est aussi un centre global d’agrobiodiversité et de diversification pour de nombreux groupes de végétaux où dominent les cactus, avec 28 genres et 86 espèces dont 21 sont endémiques. De grandes « forêts de cactus » façonnent certains paysages de la vallée, ce qui en fait l’un des sites les plus uniques au monde.

Le bien affiche d’impressionnants hauts niveaux de diversité de la faune connue dans cette région, en particulier des taux d’endémisme très élevés chez les mammifères, les oiseaux, les amphibiens et les poissons. Il abrite également un nombre incroyablement élevé d’espèces menacées avec quelque 38 espèces sur la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées. Le bien est l’une des plus riches aires protégées du Mexique en termes de mammifères terrestres (134 espèces répertoriées, dont deux sont endémiques à la vallée). La Vallée de Tehuacán-Cuicatlán fait partie de la zone de peuplement d’oiseaux endémiques (EBA) de la région du Balsas et de l’Oaxaca intérieur. Il y a 353 espèces d’oiseaux répertoriées, dont neuf sont endémiques au Mexique. Le bien compte huit aires de perchage connues de l’ara vert aujourd’hui menacé, y compris une colonie de reproduction.

La vaste biodiversité de la Vallée, combinée aux conditions adverses d’un désert, a engendré l’une des séquences culturelles les plus longues et les mieux documentées des Amériques. Les preuves archéologiques révèlent la longue séquence des adaptations humaines qui se sont produites dans la région sur plus de 12 000 ans. La Vallée de Tehuacán-Cuicatlán est l’exemple exceptionnel d’un long processus d’adaptations et d’une évolution technologique ancienne qui ont défini la région culturelle reconnue aujourd’hui comme la Méso-Amérique.

Les conditions arides de la Vallée ont suscité l’innovation et la créativité qui furent à l’origine de deux des plus grandes avancées technologiques de l’histoire humaine : 1) la domestication des plantes dans la vallée qui est l’une des plus anciennes au monde ; et 2) le développement de procédés de gestion de l’eau ayant abouti à un large éventail d’éléments de gestion de l’eau, comme des canaux, des puits, des terrasses, des aqueducs et des barrages qui en font le système d’irrigation ancien le plus diversifié du continent. C’est ainsi que les caractéristiques technologiques de la gestion de l’eau ont guidé le processus civilisationnel qui s’est développé dans la vallée au fil des millénaires. Par ailleurs, ces avancées technologiques ont eu un effet multiplicateur et ont contribué à la découverte d’autres innovations comme l’industrie du sel et la poterie qui jouèrent un rôle primordial dans l’organisation et la complexité des premières civilisations.

La Vallée de Tehuacán-Cuicatlán : habitat originel de Méso-Amérique est un patrimoine inestimable et irremplaçable de l’humanité.

Critère (iv) : L’ensemble technologique de gestion de l’eau de la Vallée de Tehuacán-Cuicatlán, ainsi que d’autres traces archéologiques comme les vestiges découverts dans des grottes, les lieux de domestication des plantes et l’agriculture, l’utilisation d’espèces sauvages, les marais salants et la poterie marquent une étape de la plus haute importance pour la région mésoaméricaine : l’apparition et le développement d’une des plus anciennes civilisations au monde. Réparties à travers la vallée, ces technologies offrent un témoignage unique de l’adaptation constante des êtres humains à l’environnement et reflètent leur capacité d’innovation pour faire face aux conditions environnementales défavorables de la région.

Critère (x) : La Vallée de Tehuacán-Cuicatlán démontre des niveaux exceptionnels de diversité biologique dans une zone aride et semi-aride d’Amérique du Nord. Un taux remarquable de 70 % des familles de la flore mondiale sont représentées par au moins une espèce dans la vallée et la région est l’un des principaux centres de diversification de la famille des cactus qui est extrêmement menacée dans le monde. Il y a dans la vallée une remarquable diversité de cactus, souvent en densité exceptionnelle, allant jusqu’à 1 800 cactus colonnaires à l’hectare. Le bien présente une diversité particulièrement élevée d’autres types de végétaux, à savoir les agaves, les yuccas, les broméliacées, les burséracées et les chênes. Au niveau mondial, il affiche l’un des plus hauts pourcentages de biodiversité animale dans une zone aride, du moins en ce qui concerne les taxons tels que les amphibiens, les reptiles et les oiseaux. Le bien coïncide avec l’une des plus importantes aires protégées de la planète pour la conservation des espèces menacées, couvrant plus de 10 % de l’aire de répartition mondiale de quatre espèces d’amphibiens et est l’une des deux plus importantes aires protégées au monde pour la conservation de sept amphibiens et de trois espèces d’oiseaux. La biodiversité de cette région a une longue histoire de soutien du développement humain et, aujourd’hui, un tiers de toute la diversité de la Vallée de Tehuacán-Cuicatlán, soit environ 1 000 espèces, est utilisé par la population locale.

Intégrité

Le bien est d’une taille globale suffisante et contient les principaux habitats représentatifs et communautés de plantes de la province floristique Tehuacán-Cuicatlán, et tous les éléments culturels qui lui confèrent sa valeur universelle exceptionnelle. Les trois composantes incluent des zones relativement peu perturbées de haute valeur de conservation et les 22 sites archéologiques sélectionnés, et sont intégrées dans une zone tampon plus étendue qui correspond dans sa globalité à la Réserve de biosphère de Tehuacán-Cuicatlán. La protection est renforcée par la zone transitoire plus importante de la réserve de biosphère.

Les systèmes de gestion mis en place luttent contre les diverses menaces qui pèsent sur le site et fixent des objectifs, des stratégies et des actions spécifiques en coordination avec les acteurs clés au niveau local, national et international afin de contrer ces menaces, ainsi que toutes les nuisances liées au développement.

Authenticité

Les éléments constitutifs du bien continuent à se maintenir dans leur état d’origine, avec les détériorations évidentes causées par les intempéries au fil des millénaires, mais sans avoir causé d’importantes perturbations dans leurs principaux attributs physiques et spirituels. Grâce aux méthodes d’investigation utilisées, les sites sont restés intacts et l’ensemble de leur système a été préservé.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien Vallée de Tehuacán-Cuicatlán : habitat originel de Méso-Amérique jouit d’une protection légale effective pour assurer le maintien de sa valeur universelle exceptionnelle. L’inclusion des sites archéologiques qui ne figurent pas encore au registre national de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH), est en cours. Lors de son inscription, le bien disposait d’un plan de gestion stratégique récemment actualisé, visant à intégrer la gestion du patrimoine naturel avec des caractéristiques archéologiques à travers une série d’objectifs interconnectés. Le plan offre une description des atouts naturels et culturels dans le cadre d’un bien mixte du patrimoine mondial et prescrit des mesures supplémentaires pour la conservation et la gestion du patrimoine culturel immatériel, comme la diversité linguistique et le développement durable des communautés.

Les institutions chargées de mettre en œuvre les mesures de protection sont : le Ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, la Commission nationale pour les aires naturelles protégées (CONANP), le Procureur général fédéral pour la protection environnementale et l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH). Pour le suivi de la biodiversité, la Commission nationale pour la connaissance et l’usage de la biodiversité et la Commission nationale des forêts coordonnent leurs interventions avec la CONANP. Toutes ces institutions travaillent de concert avec le Service administratif de la Réserve de biosphère de Tehuacán- Cuicatlán. Des efforts constants sont nécessaires afin d’assurer entièrement l’intégration et la coordination institutionnelle pour toutes les questions relatives au patrimoine culturel et naturel conformément aux mandats respectifs de la CONANP et de l’INAH. L’Institut national d’anthropologie et d’histoire, par l’entremise de la Coordination nationale de l’archéologie, s’engage à fournir les rapports périodiques sur la gestion, la recherche et le suivi du patrimoine culturel. Les deux instituts de gestion coopèrent activement avec les communautés locales et les efforts se poursuivent afin de renforcer ces approches.

Comparé aux autres régions, la densité de population est faible et les menaces réelles et potentielles sont jugées aussi très limitées. L’activité touristique lors de l’inscription était relativement minime, cependant la rapidité de sa croissance potentielle est prise en compte. Une stratégie de tourisme dans la nature pour la Réserve de biosphère de Tehuacán-Cuicatlán (2018-2023) vise un équilibre entre la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien et la promotion d’une fréquentation responsable du site qui implique les communautés locales. Il convient d’accorder la priorité à la mise en œuvre adaptative de cette stratégie basée sur le suivi des impacts.