English Français

Parc national Olympique

Olympic National Park

Located in the north-west of Washington State, Olympic National Park is renowned for the diversity of its ecosystems. Glacier-clad peaks interspersed with extensive alpine meadows are surrounded by an extensive old growth forest, among which is the best example of intact and protected temperate rainforest in the Pacific Northwest. Eleven major river systems drain the Olympic mountains, offering some of the best habitat for anadromous fish species in the country. The park also includes 100 km of wilderness coastline, the longest undeveloped coast in the contiguous United States, and is rich in native and endemic animal and plant species, including critical populations of the endangered northern spotted owl, marbled murrelet and bull trout.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parc national Olympique

Situé au nord-ouest de l'État de Washington, le parc national Olympique est célèbre pour la diversité de ses écosystèmes. Des pics couronnés de glaciers parsemés de grandes prairies alpines sont entourés d'une vaste forêt ancienne où se trouve le meilleur exemple de forêt pluviale tempérée intacte et protégée de tout le nord-ouest du Pacifique. Onze grands réseaux fluviaux drainent le massif, offrant le meilleur habitat aux espèces de poissons anadromes du pays. Le parc comprend également 100 km de côtes rocheuses sauvages, un record pour les États-Unis, et il compte de nombreuses espèces animales et végétales indigènes et endémiques, dont des populations essentielles menacées de chouettes tachetées du Nord, de guillemots marbrés et d'ombles à tête plate.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

المنتزه الأولمبي الوطني

يقع المنتزه الأولمبي الوطني شمال غرب ولاية واشنطن وهو ذائع الصيت لتعدد نظمه البيئيّة. تكلل الثلوج القمم في تناثر من مروج شاهقة تحيطها غابة قديمة فيها أعظم مثال عن غابة مطريّة معتدلة المناخ سليمة المعالم ومحميّة في شمال غرب المحيط الهادئ. وتصرّف الجبال الأولمبيّة مياهها عبر إحدى عشرة شبكة مياه نهريّة تمثّل أفضل مسكن لأصناف الأسماك الصاعدة من البحار إلى الأنهار لتلقي بيوضها. وفي المنتزه أيضاً 100 كيلومتر من السواحل الصخريّة المتوحشة وفي هذا رقم قياسي للولايات المتحدة كما العديد من الأصناف الحيوانيّة والنباتيّة الأصليّة والمستوطنة وبعضها مهدد بالزوال مثل بومة الشمال المرقطة والبطريق الرخامي والسمك المرقّط مسطح الرأس.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

奥林匹克国家公园

奥林匹克国家公园坐落于华盛顿州的西北角,以其生态系统多样性著称于世。公园中不仅有常年被冰雪覆盖的高山,还有大量的高山草甸,以及高山草甸周围的古森林,这些树林是太平洋西北部地区保存最为完好的温带雨林之一。从奥林匹亚山上发源的11条主要河流为当地的溯河产卵鱼类提供了良好的栖息环境。奥林匹克国家公园内还有100公里长的沿海原野保留地,这是美国最长的未开发海岸地带。在这片原野保留地内生活着大量当地特有的动植物,包括濒危的北部斑点猫头鹰、斑海雀和海鳟等。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Национальный парк Олимпик

Парк, расположенный на северо-западе штата Вашингтон, славится разнообразием своих ландшафтов. Обработанные ледниками высокогорья сочетаются с обширными альпийскими лугами, а также девственными лесными массивами, которые являются наилучшим примером дождевых умеренных лесов, произрастающих на северо-западном тихоокеанском побережье. 11 рек, которые дренируют горный массив Олимпик, считаются одними из лучших в стране лососевых угодий. Парк также включает 100-километровый береговой отрезок – это самый значительный участок нетронутого цивилизацией побережья на северо-западе США. Местная флора и фауна очень богаты, с целым рядом эндемиков. Среди редких птиц – пятнистая неясыть.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Parque Nacional Olímpico

Situado al noroeste del Estado de Washington, el Parque Nacional Olímpico es célebre por la gran diversidad de sus ecosistemas. Sus montañas con glaciares y vastas praderas alpinas están rodeadas por grandes bosques añosos, entre los que se encuentra el mejor ejemplar de bosque pluvial virgen de todo el noroeste del Pacífico. Las once cuencas fluviales que drenan el macizo montañoso ofrecen un hábitat ideal a las especies de peces anádromos. El parque posee también 100 kilómetros de litoral rocoso intacto –el mayor tramo de costa virgen de los Estados Unidos– y cuenta con numerosas especies animales y vegetales, nativas y endémicas, entre las que figuran algunas en peligro de extinción como la lechuza moteada septentrional, el alca jaspeada y el salvelino.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

オリンピック国立公園
ワシントン州の北西に位置する標高2428mのオリンパス山を中心に広がるオリンピック国立公園には多様な景観や生態系を見ることができる。沿岸には多種の海洋生物、針葉樹の森にはワピチ(しかの最大種)が生息している。

source: NFUAJ

Olympisch Nationaal park

Het Olympisch Nationaal park in het noordwesten van de staat Washington, is bekend om z'n diversiteit van ecosystemen. Met gletsjers bedekte toppen worden afgewisseld door uitgestrekte bergweiden. Het is omgeven door een omvangrijk gematigd regenwoud. Elf grote riviersystemen voeren het water uit de Olympische bergen af, waarmee het een goed leefgebied vormt voor anadrome vissen. Daarnaast bevat het Nationaal park 100 kilometer woestijn en is het rijk aan inheemse en endemische dier- en plantensoorten, waaronder de bedreigde noordelijke gevlekte uil, de gemarmerde murrelet (een soort alk) en de stierforel.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national Olympique © Brian Michelsen
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Parc national Olympique présente un paysage côtier spectaculaire, des lacs d’une grande beauté, des montagnes et des glaciers majestueux, et une magnifique forêt tempérée. Le Parc national Olympique abrite tout une gamme de formations géologiques, comme des îlots rocheux le long de la côte, formés par un littoral changeant, en recul constant, des canyons profonds, des vallées formées par l'érosion, des pics escarpés et des cirques spectaculaires sculptés par la glaciation.  Le Parc national Olympique est aussi la plus basse latitude au monde où les glaciers se forment en dessous de 2 000 mètres d'altitude et sont visibles en dessous de 1 000 mètres. L'isolement relatif du parc, sa pluviométrie élevée, le fort gradient de précipitations d'ouest en est, les dix grands bassins hydrographiques et la topographie accidentée se sont conjugués pour produire des zones biologiques complexes et diversifiées – du littoral à la forêt tempérée en passant par les prairies alpines et les pics montagneux glacés. Le parc est par conséquent riche en diversité biologique et présente un taux élevé d'endémisme.

Critère (vii) : Le Parc national Olympique est d'une beauté remarquable et constitue la plus vaste aire protégée de la zone tempérée de la planète, abritant dans un même ensemble des écosystèmes complexes allant de la frange océanique à la forêt pluviale tempérée, en passant par les prairies de montagne et les pics montagneux glacés.  Il renferme l'une des plus vastes étendues de forêt vierge tempérée au monde et comprend plusieurs des plus grandes espèces de conifères de la planète.

Critère (ix) : La topographie variée du parc, qui va du littoral au glacier, touchée par de fortes précipitations, a produit des zones de végétation complexes et variées, offrant une diversité d’habitats sans pareil sur la côte pacifique.  La forêt pluviale côtière du parc atteint son développement maximum dans le site et possède une biomasse vivante qui est peut-être la plus élevée au monde. L'isolement du parc a permis le développement d’espèces sauvages endémiques, de sous-espèces de truites, de variétés de plantes et d'une coloration unique de la fourrure des mammifères – témoignages d’un déroulement séparé de l'évolution.

Intégrité

Avec plus de 373 000 hectares, dont 95 % sont des milieux sauvages protégés par le gouvernement fédéral, le bien est suffisamment grand pour contenir les processus géologiques en cours (glaciation et changement du littoral) et l'évolution des types nombreux et variés de forêts. La proximité du parc avec huit réserves tribales reconnues par le gouvernement fédéral - dont des limites communes avec quatre d’entre elles – offre des possibilités de coopération pour protéger les ressources du parc. Le Sanctuaire marin de la Côte olympique offre une zone à la protection marine, et les terres forestières fédérales et étatiques offrent des possibilités supplémentaires de protection des frontières et de connectivité avec le paysage plus vaste.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Désigné par le Congrès des États-Unis en 1938 comme parc national, le Parc national Olympique est géré en vertu de la loi organique du 25 août 1916 qui a créé le Service des parcs nationaux des États-Unis. De plus, le parc est doté d'une loi habilitante qui donne une orientation générale au Congrès concernant les objectifs principaux du parc. De nombreuses autres lois fédérales ajoutent des niveaux de protection supplémentaires au parc et à ses ressources. La gestion quotidienne est dirigée par le directeur du parc.

Les buts et objectifs de gestion du bien ont été élaborés dans le cadre d'un plan général de gestion, qui a été complété ces dernières années par des exercices de planification propres au site ainsi que de nombreux plans pour des questions et des ressources spécifiques. Le Service des parcs nationaux a par ailleurs établi des politiques de gestion qui fournissent une orientation plus large pour toutes les unités du Service des parcs nationaux, comme le Parc Olympique. 

Le Service des parcs nationaux travaille en étroite collaboration avec d'autres organismes de gestion des terres et des eaux dans la grande région du Pacifique Nord afin de protéger les ressources communes. La North Pacific Landscape Conservation Cooperative réunit par exemple les sciences et la gestion des ressources pour éclairer les stratégies d'adaptation au changement climatique et à d'autres facteurs de stress dans cette région écologique.

Les chèvres de montagne (Oreamnos americanus), introduites sur le bien dans les années 1920, peuvent causer des changements importants à l'écosystème naturel. La recherche a suggéré que les chèvres de montagne ont réduit le couvert végétal, augmenté l'érosion et déplacé les dominants de la communauté végétale vers des espèces plus résistantes ou moins appétissantes ; on a constaté qu'elles se nourrissent d'au moins trois des plantes endémiques, et certaines inquiétudes ont été exprimées quant au fait qu’elles pourraient menacer ces espèces. La perte d'habitat à l'extérieur du parc semble également avoir des répercussions sur d'autres espèces à l'intérieur du parc, comme le guillemot marbré, une espèce en voie de disparition, et la chouette tachetée du Nord, une espèce presque menacée. À plus long terme, les changements climatiques pourraient avoir des répercussions sur les aires de répartition des espèces végétales dominantes, modifiant l'habitat et menaçant les espèces endémiques du parc.

Le projet de restauration de l'écosystème d'Elwha est le deuxième plus grand projet de restauration de l'écosystème dans l'histoire du Service des parcs nationaux après les Everglades. Avec la suppression du barrage de Glines Canyon de 64 mètres et du barrage d'Elwha de 33 mètres, ainsi que le drainage de leurs réservoirs, le parc revégétalise à présent les pentes et le fond des rivières pour prévenir l'érosion et accélérer le rétablissement écologique. Le but premier de ce projet est de restaurer les stocks anadromes de saumon du Pacifique et de truite arc-en-ciel dans la rivière Elwha, qui se sont vu refuser par ces barrages l'accès aux 105 km supérieurs de l'habitat fluvial pendant plus de 95 ans.

En 2008, le martin pêcheur (Martes pennanti) a été réintroduit dans le parc, rétablissant ainsi un élément important de la faune indigène du parc et améliorant l'intégrité de l'écosystème.

La protection à long terme et la gestion efficace du site contre les menaces potentielles exigent une surveillance continue de l'état des ressources, notamment par le biais du programme d'inventaire et de surveillance du Service des parcs nationaux (I&M). Le réseau I&M de la côte Nord et Cascades, dont fait partie le Parc national Olympique, a développé plusieurs « signes vitaux » pour suivre un sous-ensemble d'éléments et de processus physiques, chimiques et biologiques considérés représentatifs de la santé ou de l'état général des ressources du parc. Dans le Parc national Olympique, ces signes vitaux comprennent, entre autres, la qualité de l'eau, le climat, la dynamique du paysage, les écosystèmes intertidaux et les populations d'oiseaux terrestres.