jump to the content

Tianshan au Xinjiang

Xinjiang Tianshan

Xinjiang Tianshan comprises four components—Tomur, Kalajun-Kuerdening, Bayinbukuke and Bogda— that total 606,833 hectares. They are part of the Tianshan mountain system of Central Asia, one of the largest mountain ranges in the world. Xinjiang Tianshan presents unique physical geographic features and scenically beautiful areas including spectacular snow and snowy mountains glacier-capped peaks, undisturbed forests and meadows, clear rivers and lakes and red bed canyons. These landscapes contrast with the vast adjacent desert landscapes, creating a striking visual contrast between hot and cold environments, dry and wet, desolate and luxuriant. The landforms and ecosystems of the site have been preserved since the Pliocene epoch and present an outstanding example of ongoing biological and ecological evolutionary processes. The site also extends into the Taklimakan Desert, one of the world’s largest and highest deserts, known for its large dune forms and great dust storms. Xinjiang Tianshan is moreover an important habitat for endemic and relic flora species, some rare and endangered.

Tianshan au Xinjiang

Le site (606 833 ha. pour sa zone centrale) comprend quatre éléments - Tomour, Kalajun-Kuerdening, Bayinbukuke et Bogda  - et appartient à la chaîne de montagnes du Tianshan en Asie centrale, l’une des sept plus grandes chaînes de montagnes du monde. Le Tianshan au Xinjiang propose des caractéristiques uniques de géographie physique et des panoramas de grande beauté, notamment des montagnes spectaculaires couronnées de neige, des pics coiffés de glaciers, des forêts et des prairies intactes, des cours d’eau et des lacs clairs, des canyons à fond rouge. Ces paysages contrastent avec ceux des grands déserts environnants. La différence est saisissante entre des environnements froids et chauds, secs et humides, désertiques et luxuriants. Le relief et les écosystèmes ont été préservés depuis le Pliocène et il s’agit d’un exemple remarquable des processus évolutionnaires biologiques et écologiques en cours dans une zone tempérée aride. Le site s’étend jusqu’au désert de Taklimakan, un des plus grands et plus hauts déserts du monde, célèbre pour la diversité de ses formes dunaires et sa capacité à produire de nombreuses tempêtes de poussière. Le Tianshan au Xinjiang constitue aussi un habitat important pour des espèces reliques et de nombreuses espèces rares et en danger, ainsi que pour des espèces endémiques.

El Tianshan de Xinjiang

source: UNESCO/ERI

Xinjiang Tianshan

Xinjiang Tianshan beslaat 606.833 hectare, verdeeld over vier gebieden: Tomur, Kalajun-Kuerdening, Bayinbukuke en Bogda. Ze maken deel uit van de Tianshan bergketen van Centraal-Azië, een van de grootste ter wereld. Xinjiang Tianshan kent spectaculaire besneeuwde gletsjerpieken, ongerepte bossen en weiden, heldere rivieren en meren en canyons met een rode bedding. Het landschap contrasteert met de aangrenzende woestijnlandschappen waardoor er een opvallend visueel contrast is tussen warme en koude omgevingen, droge en natte, desolate en weelderige. Xinjiang Tianshan is een belangrijk leefgebied voor inheemse en relicte plantensoorten, waarvan een aantal zeldzaam en bedreigd. De landvormen en ecosystemen van het gebied dateren uit het Plioceen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Néerlandais
Tianshan au Zinjiang © Leading Group for application of WNH of Xianjiang Uygur Autonomous Region
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Tianshan au Xinjiang est un bien en série formé de quatre éléments couvrant un total de 606.833 hectares, avec des zones tampons dont la superficie totale s’élève à 491.103 hectares. Situé en République populaire de Chine, dans le Xinjiang, c’est le secteur oriental de la chaîne du Tianshan. Les quatre éléments sont situés le long des 1.760 kilomètres du Tianshan au Xinjiang, une zone aride tempérée entourée par les déserts d’Asie centrale. Le bien est proposé au titre du critère (vii) pour sa beauté et ses caractéristiques naturelles exceptionnelles et au titre du critère (ix) pour la gamme des processus biologiques et écologiques qu’il met en valeur. 

Le bien a d’exceptionnelles valeurs scéniques et de nombreuses caractéristiques naturelles exceptionnelles – des canyons au fond rouge jusqu’aux sommets élevés et aux glaciers, en passant par les superbes zones humides, prairies et steppes. L’effet visuel de ces caractéristiques est magnifié par les contrastes saisissants entre les montagnes et les vastes déserts d’Asie centrale, ainsi qu’entre les pentes sèches du sud et les pentes beaucoup plus humides du nord. Le Tianshan au Xinjiang est aussi un exemple exceptionnel de processus évolutionnaires biologiques et écologiques en cours dans une zone tempérée aride. La répartition altitudinale de la végétation, les différences importantes entre les pentes nord et sud et la diversité de la flore illustrent l’évolution biologique et écologique des hauts plateaux du Pamir-Tian Shan. Le Tianshan au Xinjiang présente une biodiversité exceptionnelle et c’est un habitat important pour des espèces reliques et de nombreuses espèces rares et en danger ainsi que pour des espèces endémiques. C’est un excellent exemple du remplacement graduel de la flore chaude et humide d’origine par la flore méditerranéenne xérique d’aujourd’hui.

Critère (vii) : Le Tianshan est une vaste chaîne de montagnes de l’Asie centrale s’étirant sur environ 2’500 kilomètres. C’est la plus grande chaîne de montagnes de région tempérée aride du monde et la plus grande chaîne de montagnes isolée, est-ouest, au plan mondial. Le secteur du Tianshan qui se trouve au Xinjiang s’étend d’est en ouest sur 1’760 km et constitue une chaîne de montagnes à la beauté naturelle exceptionnelle. Le Tianshan au Xinjiang est ancré à l’ouest par le plus haut sommet du Tianshan, le pic Tomur qui culmine à 7’443 mètres et à l’est par le pic Bogda d’une altitude de 5’445 mètres. La chaîne est située entre deux déserts d’Asie centrale, le désert de Junggar au nord et le désert de Tarim au sud. La beauté du Tianshan au Xinjiang ne tient pas seulement à ses montagnes spectaculaires, couronnées de neige, et à ses pics coiffés de glaciers, à ses belles forêts et prairies, à ses rivières et lacs limpides et à ses canyons au fond rouge, mais aussi à l’association et au contraste entre les éléments montagneux et les vastes déserts. La différence saisissante entre les roches nues des pentes sud et les forêts et prairies luxuriantes du nord crée un contraste visuel frappant entre des milieux chauds et froids, secs et humides, désolés et luxuriants, d’une beauté exceptionnelle.

Critère (ix) : Le Tianshan au Xinjiang est un exemple remarquable de processus évolutionnaires biologiques et écologiques en cours dans une zone tempérée aride. Le relief et les écosystèmes ont été préservés depuis le Pliocène en raison d’une part, de la situation du Tianshan, entre deux déserts et d’autre part, de son climat continental aride d’Asie centrale, qui sont uniques entre tous les écosystèmes de montagne du monde. Le Tianshan au Xinjiang présente toutes les zones altitudinales de montagnes typiques d’une zone tempérée aride, avec les variations d’humidité et de chaleur à différentes altitudes, différents gradients et différentes inclinaisons. Le bien est un exemple rare pour l’étude de la succession des communautés biologiques dans les écosystèmes de montagnes, dans une zone aride qui subit le changement climatique mondial. Le Tianshan au Xinjiang est aussi un représentant exceptionnel de l’évolution biologique et écologique des hauts plateaux du Pamir-Tian Shan. La répartition altitudinale de la végétation, les différences importantes entre les pentes nord et sud et la diversité de la flore illustrent l’évolution biologique et écologique des hauts plateaux du Pamir-Tian Shan. Le bien est également un habitat important pour des espèces reliques et de nombreuses espèces rares et en danger ainsi que pour des espèces endémiques. Il est représentatif du processus de remplacement progressif de la flore chaude et humide d’origine par la flore méditerranéenne xérique d’aujourd’hui.

Intégrité

Il s’agit d’un bien en série formé de quatre éléments couvrant un total de 606’833 hectares, avec des zones tampons d’une superficie totale de 515’592 hectares. Les quatre éléments sont : Tomur, Kalajun-Kuerdening, Bayinbuluke et Bogda. Les quatre éléments suivent les limites d’aires protégées existantes sauf dans le cas de l’élément Kalajun-Kuerdening, où deux parcs ont été fusionnés. Les limites des différents éléments suivent les caractéristiques naturelles dominantes, notamment les crêtes, les cours d’eau, les zones de végétation, etc.

Le bien est représentatif des nombreux processus et caractéristiques écologiques extraordinaires du Tianshan au Xinjiang. Le bien comprend des paysages spectaculaires : des canyons au fond rouge jusqu’aux pics les plus élevés et aux plus grands glaciers de toute la chaîne, en passant par des prairies alpines extrêmement belles et riches du point de vue écologique, des cours d’eau, des lacs et des zones humides. Le bien contient toute la gamme des zones altitudinales de zone tempérée aride et les processus évolutionnaires des hauts plateaux du Pamir-Tian Shan.

La région connaît un très faible niveau de menace. Il n’y a pas d’habitants permanents dans le bien. Les industries extractives et l’infrastructure sont limitées dans toute la région et il n’y en a pas dans le bien. Il n’y a pas de mention d’espèces envahissantes. Le bien dans son ensemble est légalement protégé et tous les éléments ont des zones tampons.

Mesures de gestion et de protection

Les composantes du bien sont classées dans les Catégories I à IV de l’UICN mais plusieurs unités, y compris le plus grande composante (Tomur), sont gérées en tant que bien de Catégorie I.a. Le bien jouit depuis longtemps d’une gestion pour la conservation. La Réserve naturelle nationale du pic de Tomur en particulier jouit d’une gestion pour la conservation depuis 1985. Un grand nombre de lois sur l’environnement et l’utilisation des ressources naturelles gouvernent le bien qui bénéficie donc d’un haut niveau de protection juridique.

Chacune des composantes a un plan de gestion et il y a aussi un plan pour le bien dans son ensemble. Un nouveau plan de gestion pour l’ensemble du bien entrera en vigueur en 2014. Le personnel et le budget sont suffisants. Des travaux de recherche approfondie ont lieu dans le bien, ce qui fait que le personnel du parc a une très solide base de connaissances.

Une attention spéciale doit être accordée à la planification et à la coordination efficace de la gestion dans tous les éléments du bien qui sont très séparés les uns des autres sur le plan géographique. De nouveaux efforts devraient être consacrés aux possibilités d’agrandir le bien ou d’y ajouter des éléments pour augmenter sa taille et renforcer son intégrité compte tenu de la très grande taille globale de la chaîne du Tianshan. De même, des initiatives pourraient être envisagées avec les pays voisins pour examiner la possibilité d’élargir la protection de la chaîne du Tianshan au niveau transnational.

Il convient aussi d’accorder une attention à la collaboration avec l’UICN et d’autres partenaires pour mieux comprendre les incidences du pâturage sur les écosystèmes naturels du Tianshan et explorer la possibilité de faire participer les communautés locales, et en particulier les bergers traditionnels, à la gestion du bien.