English Français

Montagnes bleues et monts John Crow

Blue and John Crow Mountains

The site encompasses a rugged and extensively forested mountainous region in the south-east of Jamaica, which provided refuge first for the indigenous Tainos fleeing slavery and then for Maroons (former enslaved peoples). They resisted the European colonial system in this isolated region by establishing a network of trails, hiding places and settlements, which form the Nanny Town Heritage Route. The forests offered the Maroons everything they needed for their survival. They developed strong spiritual connections with the mountains, still manifest through the intangible cultural legacy of, for example, religious rites, traditional medicine and dances. The site is also a biodiversity hotspot for the Caribbean Islands with a high proportion of endemic plant species, especially lichens, mosses and certain flowering plants.

Montagnes bleues et monts John Crow

Le bien comprend une région montagneuse accidentée et très boisée au sud-est de la Jamaïque qui offrait un refuge aux marrons (anciens peuples esclaves), d’abord les Taïnos, peuple autochtone, puis les Africains réduits en esclavage. Ils résistèrent au système colonial européen dans cette région isolée en établissant un réseau de pistes, de repaires et d’établissements qui forment la Route du patrimoine de Nanny Town. Les forêts offraient aux marrons tout ce dont ils avaient besoin pour survivre. Ils ont développé de fortes associations spirituelles avec ces montagnes exprimées aujourd’hui encore au travers d’expressions culturelles immatérielles (rites religieux, médecine traditionnelle, danses…). Le site est également un point chaud de la biodiversité des îles Caraïbes, présentant un fort taux d’endémisme pour les plantes, notamment les lichens, les mousses et certaines plantes à fleur.

الجبال الزرقاء وجبال جون كرو
يشمل الموقع منطقة جبلية وعرة وكثيفة الأشجار في جنوب شرق جامايكا كان يحتمي فيها العبيد الآبقون، وكان أولهم أفراد جماعة تاينوس الأصلية وتلاهم الأفريقيون الذين فُرضت عليهم حياة العبودية. وقاوم هؤلاء النظام الاستعماري الأوروبي في هذه المنطقة النائية عن طريق إقامة شبكة من الممرات والمآوي والمنشآت، تُعرف باسم "طريق تراث ناني تاون". وكانت الغابات توفر للعبيد الآبقين كل ما يحتاجون إليه للبقاء على قيد الحياة. ونشأت بينهم وبين هذه الجبال روابط روحانية قوية تتجلى حتى اليوم في مجموعة من أشكال التعبير الثقافي غير المادية (طقوس دينية، وطب تقليدي، ورقصات، وما إلى ذلك). ويُعتبر الموقع أيضاً منطقة ذات تنوع بيولوجي شديد في جزر الكاريبي، بحيث يتسم بنسب عالية من النباتات المستوطنة، ولا سيما الأشنات والطحالب وبعض النباتات المزهرة.

source: UNESCO/ERI

蓝山和约翰·克罗山
该遗产地位于于牙买加东南部的山区,这里丛林广茂,道路崎岖,曾为逃亡奴隶提供了一处庇护之所,这些人最初主要是当地土著泰诺人,后来则是非洲黑奴。他们在这个与世隔绝的区域建立起一个由小径、隐藏处和居留所构成的网络,藉此反抗欧洲殖民体系,这里成为南希镇的遗产之路。森林为黑奴提供了所有生存所需之必须。他们与大山之间建立起了强大的精神联系,今天我们在宗教仪式、传统医学和舞蹈等非物质文化遗产中仍可以看到这些痕迹。该遗址同样也是体现加勒比海岛屿生物多样性的热点地区,这里许多植物都是当地独有的,特别是地衣、苔藓以及一些开花植物。

source: UNESCO/ERI

Голубые горы и горы Джона Кроу
Объект, расположенный на юго-востоке Ямайки, представляет собой густо заросшую лесами пересеченную горную местность, которая служила пристанищем для маронов (беглых рабов), первоначально - людей коренной народности таино, позднее - порабощенных африканцев. В этом изолированном регионе им удавалось противостоять европейской колонизации благодаря разветвленной сети троп, укрытий и поселений, которые сформировали так называемый «маршрут наследия» города Нэнни-Таун. Леса обеспечивали беглых рабов всем необходимым для выживания. Маронов связывали с лесами и горами тесные духовные связи, которые и сегодня находят отражение в их нематериальном культурном наследии (религиозных обрядах, традиционной медицине, танцах и пр.). Данный объект также является «горячей точкой» биоразнообразия Карибских островов и отличается высоким уровнем эндемизма флоры, в частности лишайников, мхов и некоторых видов цветочных растений.

source: UNESCO/ERI

Montes Azules y de John Crow
Este sitio abarca una región montañosa del sudeste de Jamaica, sumamente accidentada y boscosa, donde se refugiaron primero los nativos taínos que huían de la esclavitud y más tarde los negros cimarrones. En esta región, los cimarrones resistieron al sistema esclavista colonial europeo creando toda una serie de senderos, refugios y asentamientos que forman hoy en día la llamada “Ruta del Patrimonio de Nanny Town”. Los bosques de la región ofrecían a los esclavos en fuga todo cuanto necesitaban para su supervivencia. De los estrechos vínculos espirituales que se forjaron entre los cimarrones y las montañas que les dieron acogida quedan todavía vestigios en diversas expresiones culturales de nuestros días: ritos religiosos, prácticas de medicina tradicional, danzas, etc. La región es también una de las zonas de biodiversidad vegetal más importantes de las Antillas, con un alto índice de endemismo de sus especies vegetales, especialmente en lo que se refiere a los líquenes, musgos y flores.

source: UNESCO/ERI

ブルーマウンテン山脈とジョン・クロウ山地

source: NFUAJ

Blue en John Crow Mountains

Deze werelderfgoedsite bestaat uit een woest bergachtig gebied in Zuidoost-Jamaica, dat zeer bosrijk is. Het was een toevluchtsoord voor de inheemse Tainos die vluchtten voor slavernij, en vervolgens voor de Marrons (ontsnapte Afrikaanse slaven). Zij verzetten zich tegen het Europese koloniale systeem in deze geïsoleerde regio door het bouwen van een netwerk van paden, schuilplaatsen en nederzettingen. Deze vormen nu de Nanny Town Heritage Route. De bossen boden de Marrons alles wat ze nodig hadden voor hun overleving. Ze ontwikkelden sterke spirituele verbindingen met de bergen, die nog steeds manifest zijn in het immaterieel cultureel erfgoed dat bijvoorbeeld bestaat uit religieuze riten, traditionele geneeskunde en dansen. De site is ook een biodiversiteit-hotspot voor de Caribische eilanden met een hoog percentage aan endemische plantensoorten, vooral korstmossen, mossen en bepaalde bloeiende planten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Arêtes des Montagnes bleues © JNHT
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le patrimoine culturel et naturel des Montagnes Bleues et des monts John Crow comprend 26 252 ha de forêts ombrophiles tropicales de montagne dans les chaînes des montagnes bleues et des monts John Crow, situées dans le secteur oriental de la Jamaïque, dans les Caraïbes. Ces deux chaînes couvrent environ 20% de la partie terrestre totale de l’île et sont reconnues pour leur importance en matière de biodiversité dans toute la région des Caraïbes. Le bien a une hauteur allant de 850m à 2 256m et il est entouré d’une zone tampon d’environ 28 494 hectares. L’altitude, le paysage déchiqueté et les versants des montagnes orientés vers le nord et vers le sud expliquent la grande diversité des types d’habitats riches de neuf communautés écologiques dans la haute forêt montagnarde des montagnes bleues (plus de 1000 m) et des monts John Crow (plus de 600 m). On y trouve la forêt de Mor Ridge unique, caractérisée par une couche humique acide profonde avec des broméliacées et des espèces d’arbres en danger. Au-dessus de 1800 m, la végétation des montagnes bleues est plus rabougrie et compte quelques espèces inféodées à ces altitudes. Au-dessus de 2000 m, la forêt est appelée « forêt des elfes », en raison de l’apparence rabougrie et noueuse de ses arbres recouverts d’un épais manteau d’épiphytes, y compris de lichens dits « barbe de vieillard », de fougères et de minuscules orchidées.

Les Montagnes Bleues et les monts John Crow se trouvent dans l’écorégion prioritaire Global 200 des Forêts humides de Jamaïque et font partie de l’une des 78 aires protégées les plus irremplaçables pour la conservation mondiale des amphibiens, des oiseaux et des mammifères. En outre, elles coïncident avec un Centre de diversité végétale, une Zone d’endémisme de l’avifaune et contiennent deux des cinq sites jamaïcains Alliance extinction zéro. On y  trouve une proportion exceptionnellement élevée d’espèces végétales et animales endémiques, la Jamaïque ayant évolué séparément des autres masses terrestres. Enfin, le bien abrite plusieurs espèces menacées au plan mondial dont plusieurs espèces de grenouilles et d’oiseaux.

Les Montagnes Bleues et les monts John Crow offraient un refuge aux marrons (anciens peuples esclaves) et le patrimoine culturel matériel associé à l’histoire du marronnage. Cela comprend des établissements, des pistes, des points de vue, des repaires, etc. qui forment la Route du patrimoine de Nanny Town. Les forêts et leurs ressources naturelles abondantes offraient aux marrons tout ce dont ils avaient besoin pour survivre, lutter pour leur liberté et enrichir leur culture. Les communautés marronnes conservent encore de fortes associations spirituelles avec ces montagnes, exprimées au travers de manifestations immatérielles.

Critère (iii) : Les Montagnes Bleues et monts John Crow avec leur patrimoine culturel, représenté par la Route du patrimoine de Nanny Town et ses vestiges associés, c’est-à-dire les pistes secrètes, les établissements, les vestiges archéologiques, les points de vue, les repaires, etc., apportent un témoignage exceptionnel sur le phénomène de grand marronnage caractérisé par la culture des marrons Windward qui, dans leur quête de liberté par rapport à l’asservissement colonial, ont développé une connaissance et un attachement profond concernant leur environnement, qui les a nourri et aidé à atteindre l’autonomie et la reconnaissance.

Critère (vi) : Les Montagnes Bleues et monts John Crow sont directement associés à des événements qui ont conduit à la libération et à la survie en liberté de groupes d’esclaves africains fugitifs qui y trouvèrent refuge. Le bien témoigne de manière exceptionnelle de son association avec les traditions vivantes, les idées et les croyances qui ont permis cette survie, et la spécificité et le caractère unique de ce qui a été reconnu par l’UNESCO en 2008 par son inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Critère (x) : Le bien des Montagnes Bleues et monts John Crow appartient au point chaud de la biodiversité des îles Caraïbes. C’est un centre important d’endémisme des plantes dans les Caraïbes, avec 50% d’endémisme des plantes à fleurs au-delà de 900 à 1000 m au‑dessus du niveau de la mer et 30 à 40% de ces espèces que l’on trouve uniquement dans les limites du bien. Un des deux Centres de diversité végétale de Jamaïque, le bien abrite, selon les estimations, 1357 espèces de plantes à fleurs dont environ 294 sont endémiques de Jamaïque et 87 exclusivement présentes dans le bien. Il y a 61 espèces d’hépatiques et de mousses dans le bien ainsi que 11 espèces de lichens, toutes endémiques. Parmi les genres bien représentés de la flore endémique du bien, il y a Pilea (12 espèces); Lepanthes (12 espèces); Psychotria (12 espèces) et Eugenia (11 espèces).

Les Montagnes Bleues et monts John Crow recouvrent l’une des aires protégées les plus irremplaçables du monde du fait de son importance pour les espèces d’amphibiens, d’oiseaux et de mammifères. Le bien habrite des populations mondialement importantes d’espèces d’oiseaux et représente un élément clé de la Zone d’endémisme de l’avifaune jamaïcaine. Il est important pour plusieurs espèces à l’aire de répartition restreinte ainsi que pour un grand nombre d’oiseaux migrateurs tels que le tyran gris (Tyrannus domenciensis), la grive de Bicknell (Catharus bicknellii) et la paruline de Swainson (Limnothlypis swainsonii). Le bien englobe deux des cinq sites Alliance extinction zéro de la Jamaïque, abritant un nombre important d’espèces en danger au plan mondial, notamment les plantes en danger critique Podocarpus urbanii, Eugenia kellyana et Psychotria danceri. On trouve aussi dans le bien plusieurs espèces de grenouilles en danger, notamment Eleutherodactylus orcutti (en danger critique) et E. alticola et des espèces d’oiseaux menacées comme la grive de Bicknell, C. bicknellii, le carouge de la Jamaïque, Nesopsar nigerrimus, l’amazone sasabé, Amazona collaria et l’amazone verte, Amazona agilis. Le seul mammifère terrestre non volant présent dans le bien est le hutia de Jamaïque, Geocapromys brownii, dont il n’y a qu’une population limitée dans les monts John Crow.

Intégrité

Le bien protège les forêts les plus intactes des hautes altitudes des Montagnes Bleues et des monts John Crow. Les zones de plaine, plus perturbées, se trouvent dans la zone tampon. Le bien est légalement bien protégé car il se trouve dans les limites du plus vaste Parc national des Montagnes Bleues et monts John Crow et il est aligné avec la Zone de préservation du parc, ce qui assure les niveaux de protection les plus stricts dans le système de zonage. La région est escarpée, éloignée de tout, difficile d’accès, ce qui assure une sécurité supplémentaire contre certaines menaces. Les limites du bien sont bien conçues pour inclure les attributs clés des valeurs de biodiversité. Néanmoins, il y a un certain nombre de menaces réelles et potentielles pour le bien, notamment les espèces exotiques envahissantes, l’empiètement, l’exploitation minière, les incendies et les changements climatiques. La plupart des menaces émanent de l’interface entre le bien de haute altitude et les plaines de la zone tampon.

Le patrimoine culturel et naturel des Montagnes Bleues et des monts John Crow comprend les biens culturels, sites et vestiges principaux qui soutiennent son importance en tant que refuge des marrons Windward. Son tissu physique est en bon état. Les relations et les fonctions dynamiques présentes dans le paysage ainsi que les biens vivants qui sont essentiels à son caractère distinctif sont préservés mais requièrent des améliorations importantes. La protection efficace de la zone tampon est essentielle pour soutenir l’intégrité du bien.

Authenticité

Le patrimoine culturel des Montagnes Bleues et des monts John Crow associé à l’histoire des marrons Windward présente un haut degré d’authenticité en termes de lieu et d’environnement. La topographie escarpée et la végétation impénétrable traduisent la fonction de refuge qu’a exercé ce territoire. La permanence des noms des lieux et des histoires qui leur sont associées contribue à soutenir leur authenticité. Toutefois, l’aspect le plus important de l’authenticité de ce patrimoine culturel est la signification et l’importance que les marrons accordent à leur patrimoine, et la force et la profondeur des liens qu’ils ont établis avec lui. Les montagnes sont aussi le foyer des esprits des ancêtres marrons et offrent aux marrons un lien avec leur passé et les générations précédentes.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien jouit d’un bon niveau de protection légale car il se trouve dans le Parc national des Montagnes Bleues et monts John Crow. Il est ainsi protégé par toute une série de lois, y compris la Loi sur les ressources naturelles (Parc national) de 1993 et ses règlements ; la Loi sur les forêts (1996) ; la Loi sur l’autorité de conservation des ressources naturelles (1991) et la Loi du patrimoine national jamaïcain sur le patrimoine national protégé (1985). Le bien est également couvert par un plan de gestion quinquennal bien structuré.

Les Montagnes Bleues et monts John Crow font l’objet d’un régime de gouvernance complexe qui garantit un engagement plus large mais devrait s’efforcer d’améliorer constamment la coordination et la coopération inter-organisations. La gestion du bien reconnaît l’interaction complexe entre ses valeurs naturelles et culturelles et les communautés locales Marron sont activement engagées auprès du site et de sa gestion. L’implication des membres de la communauté Marron dans les activités de protection et de gestion aide à renforcer durablement leurs liens avec leurs patrimoines et appuient les agences d’Etat à réaliser leur mandat pour la sauvegarde du bien. La protection des valeurs naturelles du bien dépend aussi, dans une large mesure, de la gestion positive de la zone tampon de basse altitude qui a longtemps été soumise au déboisement, à l’utilisation des sols pour l’agriculture et à l’empiètement. La gestion active et soutenue des effets de bordure provenant des terres environnantes sera critique pour éviter que des problèmes tels que l’aménagement de la zone tampon, le développement et l’utilisation des sols n’aient un impact sur le bien. Il importera de gérer les impacts potentiels des espèces exotiques envahissantes, du feu et de l’empiètement à la fois de la petite agriculture itinérante et de la culture commerciale du café. La vigilance sera de mise pour veiller à ce que l’exploration et/ou l’exploitation minière ne soient pas autorisées dans le bien et il faudra renforcer les politiques et la législation pour protéger à perpétuité le bien du patrimoine mondial contre l’exploitation minière, conformément à la position établie du Comité du patrimoine mondial et des principales entreprises de l’industrie minière. Le suivi des effets des changements climatiques sur l’écologie sensible d’altitude du bien sera important pour assurer une planification et une gestion proactives de cette menace.

Il faudra aussi accroître la capacité du personnel et le financement nécessaires pour gérer le bien face aux menaces décrites ci‑dessus. Le financement devra être durable, en particulier pour renforcer la gestion de la zone tampon et traiter efficacement des questions telles que la planification pour le développement durable, l’appui aux moyens d’existence et l’engagement accru des communautés. Un suivi strict des activités effectuées dans le bien et sa zone tampon est fondamental.