jump to the content

Tombes royales de la dynastie Joseon

Royal Tombs of the Joseon Dynasty

The Royal Tombs of the Joseon Dynasty form a collection of 40 tombs scattered over 18 locations. Built over five centuries, from 1408 to 1966, the tombs honoured the memory of ancestors, showed respect for their achievements, asserted royal authority, protected ancestral spirits from evil and provided protection from vandalism. Spots of outstanding natural beauty were chosen for the tombs which typically have their back protected by a hill as they face south toward water and, ideally, layers of mountain ridges in the distance. Alongside the burial area, the royal tombs feature a ceremonial area and an entrance. In addition to the burial mounds, associated buildings that are an integral part of the tombs include a T-shaped wooden shrine, a shed for stele, a royal kitchen and a guards’ house, a red-spiked gate and the tomb keeper’s house. The grounds are adorned on the outside with a range of stone objects including figures of people and animals. The Joseon Tombs completes the 5,000 year history of royal tombs architecture in the Korean peninsula.

Tombes royales de la dynastie Joseon

Les Tombes Royales de la Dynastie Joseon constituent une collection des 40 tombes réparties sur 18 sites différents. Elles ont été construites sur plus de cinq siècles, de 1408 à 1966. Elles visaient à honorer la mémoire des ancêtres, saluer leurs réussites, asseoir l’autorité royale, protéger les esprits ancestraux du mal et offrir une protection contre le vandalisme. Des endroits d'une beauté naturelle remarquable ont été choisis pour les tombes. Protégées par une colline à l’arrière, elles sont orientées vers le sud, face à un cours d’eau et, idéalement, face aux chaînes de montagnes au loin. Outre la zone funéraire, les tombes royales comportent une zone de cérémonie et une zone d’entrée. En plus des monticules funéraires, les édifices associés font partie intégrante des tombes royales : le sanctuaire en bois en forme de T, l’abri des stèles, la cuisine royale, la maison des gardiens, la porte à pointe rouge et la maison du gardien des tombes. L’extérieur des tombes est orné d’objets en pierre, notamment des représentations humaines ou animales. Les Tombes Royales de la dynastie Joseon complètent I’histoire des 5000 ans de l'architecture de tombes royales sur la péninsule coréenne.

الأضرحة الملكية لسلالة جوزيون

تم بناء هذه المجموعة من الأضرحة البالغ عددها 40، التي تنتشر في 18 موقعاً، خلال خمسة قرون، بدءاً من 1408 وحتى 1966. وعادةً، كان يتم بناء الأضرحة لتمجيد ذكرى الأسلاف، وإبداء مشاعر الاحترام إزاء ما قاموا به من انجازات، والاعتراف بالسلطات الملكية، وحماية أرواح الأجداد الأقدمين من الشرور، وتوفير الحماية من أعمال التخريب المتعمدة. وقد اختيرت مواقع ذات جمال طبيعي رائع لإنشاء هذه الأضرحة بحيث تحميها من الخلف سلسلة من التلال، وتواجهها، من جهة الجنوب، مياه وطبقات من السلاسل الجبلية المبسوطة على شريط من الأرض. وبجانب حيّز الدفن، تشمل الأضرحة الملكية مكاناً للاحتفالات الجنائزية ومدخلاً. وبالإضافة إلى متاريس الدفن، تحوي الأبنية الملحقة، التي تشكل جزءاً لا يتجزأ من الأضرحة، مزاراً خشبياً على شكل حرف (تي T)، وسقيفة لنصب تذكاري ، ومبنى لإعداد طعام للطقوس الملكية وغرفة للحرّاس، وبوابة السهام الحمراء وغرفة حارس الضريح. وتم تزيين الأرضية الخارجية باستخدام مجموعة من المواد الحجرية تشمل تماثيل لشخصيات وحيوانات. ويُكمِّل تسجيل الأضرحة الملكية لسلالة جوزيون المجموعتين الخاصتين بالأضرحة الملكية في شبه الجزيرة الكورية التي سبق تسجيلهما في قائمة اليونسكو للتراث العالمي، وهما: مناطق كيونغ جو التاريخية، في جمهورية كوريا، ومجموعة مقابر الكوغوريو، في جمهورية كوريا الشعبية الديمقراطية.

source: UNESCO/ERI

Tumbas reales de la dinastía Joseon

Las tumbas reales de la dinastía Joseon son un conjunto de 40 tumbas está diseminado en 18 lugares. Las sepulturas reales fueron construidas a lo largo de cinco siglos, entre 1408 y 1966. Tradicionalmente tenían por función venerar la memoria los antepasados, rendir homenaje a sus proezas, afirmar la autoridad de la monarquía, amparar a los espíritus ancestrales contra el mal y ofrecer una protección contra el vandalismo. Para la construcción de las tumbas se eligieron paisajes de belleza excepcional. Emplazadas en la mitad de una ladera montañosa y protegidas así a sus espaldas, las sepulturas están orientadas hacia el sur, frente a un río e, idealmente, frente a una cadena montañosa a lo lejos. Además de la zona funeraria propiamente dicha, las tumbas reales comprenden una zona ceremonial y una zona de acceso. Junto con los montículos funerarios, una serie de edificios adyacentes forman parte integrante de la tumba: el santuario de madera en forma de T, el cobertizo de la estela, la cocina real, el edificio de los guardianes, la puerta con puntas rojas y la casa del conservador de la tumba. En el exterior, las tumbas están ornamentadas con objetos de piedra, entre los que figuran representaciones de personas y animales. Con la inscripción de las tumbas de la dinastía Joseon en la Lista del Patrimonio Mundial de la UNESCO se completan los conjuntos de tumbas de los sitios inscritos anteriormente: Zonas históricas de Gyeongju (República de Corea) y Conjunto de tumbas de Koguryo (República Popular Democrática de Corea).

source: UNESCO/ERI

Koninklijke graftombes van de Joseon dynastie

De Koninklijke graftombes van de Joseon dynastie bestaat uit een verzameling van 40 graven verspreid over 18 locaties. De tombes zijn gebouwd tussen 1408 en 1466 na Christus en eerden de herinnering aan voorouders, toonden respect voor hun prestaties, droegen het koninklijk gezag uit, beschermden voorouderlijke geesten voor het kwaad en dienden als bescherming tegen vandalisme. De tombes staan op mooie natuurplekken, met de rug beschermd door een heuvel, gericht naar het zuiden richting het water en idealiter met bergruggen in de verte. De koninklijke graven hebben een ceremoniële ruimte en een ingang. Het terrein is aan de buitenkant versierd met stenen voorwerpen, waaronder mens- en dierfiguren.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Tombes royales de la dynastie Joseon © National Research Institute for Cultural Heritage
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’environnement naturel des tombes royales de la dynastie Joseon, formé selon les principes du pungsu, crée un lieu sensible où se perpétuent la tradition vivante du culte des ancêtres et ses rites associés.

Les tombes royales, avec leur ordonnancement hiérarchique des zones allant du profane au sacré, avec leurs structures et leurs objets caractéristiques, sont un ensemble qui résonne de l’histoire passée de la dynastie Joseon.

Critère (iii) : Dans le contexte des cultures confucéennes, l’approche intégrée de la nature et de l’univers pendant la période Joseon a créé une tradition funéraire unique et importante associée aux tombes royales. En adoptant les principes du pungsu et en conservant l’environnement naturel, un lieu sacré caractéristique a été créé pour la pratique des rituels ancestraux.

Critère (iv) : Les tombes royales Joseon sont un exemple exceptionnel d’un type d’ensemble architectural et de paysage qui illustre une période significative du développement des monticules funéraires dans le contexte des tombes coréennes et d’Extrême-Orient. Les tombes royales, dans leur réponse à l’environnement et dans la configuration unique de leurs édifices, structures et éléments associés, manifestent et renforcent les traditions séculaires et la pratique vivante du culte des ancêtres à travers une série de rites déterminés.

Critère (vi) : Les tombes royales Joseon sont directement associées à une tradition vivante de rites ancestraux. Au cours de la période Joseon, les rites étatiques ancestraux étaient pratiqués régulièrement et, à l’exception de périodes de troubles politiques au cours du siècle dernier, ont été pratiqués chaque année par l’Organisation de la famille royale et la société cultuelle de chaque tombe royale.

Intégrité et authenticité

En tant que proposition d’inscription en série, les sites transmettent une compréhension complète de l’emplacement, de la disposition et de la composition des tombes royales Joseon. En considérant les sites individuellement, on constate des exceptions mineures représentées par des parties de sites inclus dans la zone tampon. Le développement urbain a affecté les cônes de vues de certains sites (Seolleung, Heolleung et Uireung), mais les constructions ne sont visibles qu’au sommet de certaines tombes. Une législation stricte garantit actuellement que le développement à l’intérieur des zones tampons soit contrôlé. Au fil du temps, des éléments des sites ont été réparés, restaurés et reconstruits. Les zones funéraires ont subi peu d’interventions, tandis que les zones de cérémonie et de l’entrée en ont subi la majeure partie, essentiellement en raison de l’utilisation du bois comme matériau de construction. La fonction d’origine est préservée sur tous les sites et une atmosphère sacrée règne, en particulier dans les sites les moins urbanisés. Concernant la forme et la conception, seules quelques entrées ont été modifiées ; globalement, les tombes royales Joseon possèdent une authenticité certaine.

Mesures de gestion et de protection

Une importante protection légale, y compris une protection traditionnelle, est en place. Un système de gestion intégré assure la cohérence d’un bien à l’autre, y compris la mise en œuvre et le suivi de mesures efficaces dans le cadre d’initiatives de conservation et d’entretien quotidien des biens.

Description historique

L'emplacement des tombes, en particulier des tombes royales, est essentiel à la compréhension de la culture coréenne. Comme le dossier de proposition d'inscription l'exprime, les tombes royales sont les demeures du dernier repos de la famille royale et, en tant que telles, elles révèlent non seulement le prestige de la famille, mais deviennent aussi des ensembles soigneusement construits pour célébrer le culte des ancêtres.

Les dolmens, les plus anciennes tombes connues de la péninsule coréenne, furent construits entre l'âge de la pierre et l'âge du bronze. Pendant la période des Trois Royaumes, les principes de construction des tombes furent définis ; ce fut le royaume Silla, en particulier, qui développa le système de tombes spécifiques à la Corée : un grand trou dans le sol, doublé de bois, rempli de pierres et recouvert de terre (le monticule). Après la conquête des autres royaumes par les Silla, avec l'aide de la Chine, émergea la période Silla unifié pendant laquelle les tombes royales coréennes acquirent leurs caractéristiques uniques, à savoir : tigres de pierre disposés aux quatre directions, tables de pierre devant le monticule funéraire et objets de pierre aux caractéristiques originales. Les tombes royales furent construites non seulement dans les plaines, mais aussi sur des montagnes.

À l'époque du royaume de Goryeo (918-1392), les tombes royales continuèrent d'être construites sur le modèle Silla unifié mais entre des chaînes de montagne et le long de cours d'eau coulant d'ouest en est. Elles présentaient de nouvelles caractéristiques, telles que les piliers de guet en pierre, les lanternes en pierre, les sanctuaires en T et les abris de stèles, des tigres, des lions et des montons en pierre entourant le monticule funéraire.

Les constructions sous la dynastie Joseon présentent une certaine homogénéité, avec cependant des variations reflétant les souhaits du roi ou de ses descendants. À la différence des tombes royales construites sous la dynastie Goryeo, les tombes royales de la dynastie Joseon étaient construites sur des collines et divisées en trois zones, dont celle du haut, la zone de la tombe proprement dite, se décomposait elle-même en trois plateformes - supérieure, moyenne et inférieure.

On distingue cinq phases de développement des tombes royales Joseon :

- Phase 1 : continuation des principes du royaume de Goryeo. On note des changements dans la conception des lanternes en pierre et l'utilisation de piliers de pierre octogonaux.

-Phase 2 : émergence des principes Joseon. La dynastie Joseon adopte son propre système funéraire basé sur les Cinq Rites de l'État (protocole d'État et étiquette).

-Phase 3 : l'accent est mis sur les principes de géomancie. On note quelques simplifications dans les tombes, par exemple des balustrades remplacent les écrans et les murs en pierre des chambres sont remplacés par des murs en plâtre.

-Phase 4 : émergence du réalisme, utilisation de représentations en pierre d'érudits occupant une plateforme supérieure, la représentation de soldats en pierre n'a plus cours et la taille des sculptures est réduite à la grandeur nature.

- Phase 5 : les transformations reflètent le changement du titre du roi qui devient empereur. On note une augmentation du nombre de représentations en pierre qui sont placées différemment, devant des plateformes servant au déroulement des rites ancestraux. En plus des cinq phases de développement, des objets en pierre ont connu de légers changements de taille et de forme bien que les types d'objets et leurs positionnements restent inchangés. Cinq phases ont été identifiées pour les objets en pierre.

-Première phase : du début du XVe siècle au milieu du XVe siècle ; exemples : Geonwolleung du roi Taejo (1408) et Changneung du roi Yejong (1470). Caractéristiques : tombes royales construites sur des collines ; chevaux de pierre.

- Deuxième phase : de la fin du XVe siècle à la fin du XVIe siècle ; exemples : Seolleung du roi Seongjong (1495) et Gangneung du roi Myeongjong (1567). Caractéristiques : les objets de pierre augmentent en taille.

- Troisième phase : du début du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle ; exemples : Mongneung du roi Seonjo (1630) et Uireung du roi Gyeongjong (1724) ; caractéristiques : la taille des objets en pierre se réduit dans les dernières années.

-Quatrième phase : du milieu du XVIIIe siècle au début du XXe siècle ; exemples : Wolleung du roi Yeongjo (1776) et Yureung de l'empereur Sunjong (1926) ; caractéristiques : deux plateformes remplacent les trois plateformes traditionnelles.

Source : évaluation des Organisations consultatives