English Français

Décision : CONF 201 V.B.30
Lac Baïkal (Fédération de Russie)

Le Bureau a rappelé que le Comité, lors de l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial à sa vingtième session, avait noté que la Loi spéciale sur le Lac Baïkal était en seconde lecture à la Douma et il s’était déclaré préoccupé de certains points relatifs à l'intégrité du site, y compris la pollution du lac. Le Bureau, à sa vingt et unième session extraordinaire, avait exprimé sa préoccupation quant à l'insuffisance du régime juridique utilisable pour la protection de l'ensemble du site du patrimoine mondial. Il avait prié les autorités russes de fournir, avant le 1er mai 1998, des informations détaillées sur la situation de la Loi spéciale sur le Lac Baïkal et sur le statut légal des forêts adjacentes aux limites du site du patrimoine mondial.

Une lettre du vice-ministre des Ressources naturelles de la Fédération de Russie déclarait qu’un certain nombre de lois sur la protection nationale du lac existaient et indiquaient que la Douma avait adopté la loi fédérale sur « La protection du Lac Baïkal » qui avait toutefois fait l’objet d’un veto du Président. Elle est actuellement en troisième lecture à la Douma et prend en compte les commentaires dus à l’intervention du Président. L’UICN a informé le Bureau qu’en plus des sujets de préoccupation sur la protection du site, subsistait la question en suspens de réinstaller l’usine de pâte à papier de Baïkal à Baïkalsk, qui compte parmi les principaux responsables de la pollution. Les autorités ne sont pas encore parvenues à une conclusion sur cette question.

L’observateur de la Russie a indiqué que la situation au Lac Baïkal est un grand sujet de préoccupation, essentiellement pour les raisons suivantes  : (1) le statut de la loi proposée concernant le Lac Baïkal  ; (2) la pollution persistante du lac par l’usine de pâte à papier de Baïkal  ; (3) la pollution grandissante de la rivière – la Selenka  ; (4) le manque de ressources pour la gestion de l’aire protégée et du parc national  ; (5) le manque de ressources pour le suivi et (6) d’autres facteurs négatifs comme l’abattage de bois. Il a conclu que le site est sérieusement menacé et que l'Etat partie ne s’opposerait pas à une inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a pris note du rapport et s’est déclaré sérieusement préoccupé des menaces qui pèsent sur l’intégrité du Lac Baïkal. Il a engagé l’Etat partie à informer le Centre, avant le 15 septembre 1998, de la situation concernant la loi sur le Lac Baïkal et de son adoption, ainsi que d’un calendrier de mise en application. Il a en outre demandé à l'Etat partie d’étudier les paragraphes 82-89 des Orientations sur « Procédures pour l’inscription de biens sur la Liste du patrimoine mondial en péril » et à préparer un programme de mesures correctives à porter à l’attention de la vingt-deuxième session extraordinaire du Bureau.

Documents
 Document original de la décision
Contexte de la décision
 WHC-98/CONF.201/9
Thèmes : Conservation
Etats Parties : Fédération de Russie
Biens : Lac Baïkal
Année : 1998
Code de la décision : CONF 201 V.B.30