jump to the content

Chott El Jerid

Date de soumission : 28/05/2008
Critères: (vii)(viii)(ix)(x)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Ministère de l'Agriculture et des Ressources Hydrauliques
Etat, province ou région :
Gouvernorat de Tozeur et de Kebili
Coordonnées N33 42 E8 24
Ref.: 5385
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Chott El Jerid est situé dans la partie continentale du sud-ouest du pays. Site partagé entre le Gouvernorat de Tozeur et le Gouvernorat de Kebili. Villes les plus proches : Tozeur (au nord- ouest) et Kebili (au sud-est). Il s'étend sur une superficie de 586.187ha.

Le Chott El Jerid est une vaste dépression salée, située entre la chaîne de montagnes du Cherb au nord et le désert au sud, et reliée à l'est au Chott Fejaj ; c'est la plus vaste du chapelet de dépressions entre la steppe et le désert, caractéristique du nord saharien. La région du Jerid (c'est-à-dire « la région du palmier ») comprend toute la zone de Tozeur au nord du Chott. La zone humide elle-même est difficile d'accès, traversée par une seule route qui s'étend sur à peu près quatre-vingts kilomètres entre Tozeur au nord-ouest et la région de Kebili (appelée « Nefiaoua ») au sud-est. Il est fort dangereux de s'écarter de cette route pendant la traversée du Chott car la surface est peu stable, et l'histoire raconte de nombreux incidents au cours desquelles des troupeaux de dromadaires, des caravanes, si ce n'est des armées entières, sont disparus sous les boues instables. Autrefois, elle abritait un lac de grande étendue. Aujourd'hui elle est rarement en eau, et son principal intérêt est plutôt hydrologique, géologique et géomorphologique, à cause des nappes d'eau fossile souterraines qui nourrissent les oasis autour du site, et également de la possibilité de gisements de valeur économique, notamment de pétrole.

La limite septentrionale du site est marquée par la crête de la chaîne de montagnes qui représente la ligne de partage des eaux ; cette ligne des crêtes constituait autrefois la limite méridionale de l'empire romaine. Au pied de cette chaîne et en bordure septentrionale du Chott, se trouve l'oasis de Dghoumes dont le Parc national, compris dans le site Ramsar, abrite une faune et flore steppiques. Au sud du Chott se trouve le Sahara. C'est un paysage lunaire qui a toujours exercé une fascination sur les hommes (exploité d'ailleurs pour le tournage de films comme « La Guerre des Etoiles » et « Le Patient Anglais ») et qui abrite une faune et une flore typique des zones présahariennes.

Caractéristiques physiques:

Grande cuvette naturelle, limitée au nord par la chaîne de montagnes du Cherb (altitude moyenne 370m), et par la plaine au pied de ces montagnes, zone de réception des alluvions, des colluvions et des eaux de ruissellement ; au sud se perd dans les dunes sahariennes.

Géologie du chott: sédiments argileux, couverts par des croûtes de sel et de gypse. Le chott occupe la cuvette d'un synclinal asymétrique. La moitié nord date du Crétacé, et la moitié sud du Précambrien.

Le chott a COMU, il y a 100.000 ou 200.000 ans avant l'ère présente, des périodes plus humides, au cours desquelles il s'est transformé en lac permanent, grâce surtout aux sources. Par endroits le fond du lac a été recouvert par une tranche d'eau de 25 m de profondeur (Ben Ouezdou, 1998). Des traces de vie aquatique ont été découvertes sur les bordures actuelles des chotts, sous la forme de coquilles à l'état fossile, dominées par les Cadmium. On a cm à un moment donné que le lac fut relié, pendant la période Quaternaire, à la mer, au sud de la ville de Gabes ; cependant, la présence d'un seuil entre le Golfe de Gabes et les Chotts El Jerid et Fejaj constitue un obstacle à la pénétration de l'eau marine, d'autant plus que les deux chotts sont situés à une altitude de 15 mètres au-dessus de la mer.

Les changements climatiques ont par la suite favorisé l'évaporation, ce qui a créé les conditions actuelles ; les prélèvements effectués par l'évaporation à l'heure actuelle sont sept fois plus importants que le volume d'eau apporté par la pluie. En général, il y a peu d'eau à la surface ; il s'agit plutôt d'une couche humide hypersalée ; cependant, au cours des années de forte pluviométrie dans le sud, la surface peut être inondée.

Dans le sous-sol par contre, deux nappes profondes, enfouies dans les couches géologiques à des profondeurs de 600 et de 2500 mètres, constituent d'importants gisements d'eau, considérés comme l'unique potentiel hydrologique de la région.

Climat de type aride avec une saison estivale chaude et sèche, pendant laquelle les températures moyennes varient entre 25° et 40°C, et une période hivernale pendant laquelle les températures moyennes varient entre 10° et 24° ; les valeurs absolues varient entre -3° et +50°C. La différence de température est très sensible entre été et hiver, et encore plus entre jour et nuit, surtout en hiver. La pluviométrie moyenne annuelle se situe entre 75 et 100 mm, mais les valeurs réelles varient énormément d'une année à l'autre. L'évaporation est très intense, surtout en été. Les vents de sable sont fréquents, surtout au printemps. Le sirocco ou chéhili est un vent chaud et sec estival d'origine saharienne qui souffle pendant 55 jours par an et peut faire augmenter les températures d'une dizaine de degrés.

Caractéristiques hydrologiques:

Le Chott El Jerid joue un rôle essentiel dans le régime hydrologique de toute la région avoisinante. En effet les oasis de Degache, de Tozeur, de Neha, ainsi que le groupe d'oasis du Nefzaoua, sont nourris par les eaux des nappes artésiennes souterraines. Cette alimentation en eau se faisait autrefois naturellement à travers des sources artésiennes ; aujourd'hui elle se fait par sondage. Pendant les rares hivers humides (comme par exemple celui de 1990/1991), la surface du Chott peut être recouverte par une mince lame d'eau.

Caractéristiques écologiques:

Flore : Dans les zones de glacis limoneux en bordure nord non salée du Chott il se trouvait autrefois une steppe d'Acacia raddiana, disparue depuis plusieurs décennies. Actuellement cette zone abrite une végétation dominée par la périploque Periploca laevigata, le rhus Rhus tripartitum et le retam Retama retam. Les plantes halophiles essentielles du « hmadha », plus près du Chott, sont les salicornes Salicomia arabica, Halocnemum, Arthrocnemum indicum, I'atriplex Atriplex sp. et la souida Suaeda.

Faune : La nidification du flamant rose en période humide était déjà constatée aux années 1940 par Doumergue, et on a noté 3.800 couples au printemps de 1991. Des effectifs importants de flamants, dépassant de loin le seuil d'1%, peuvent s'observer les hivers humides (parfois plus de 20.000 individus : 17.000 individus en hiver 1990/91, Johnson in WNVO, 1993). On y observe également des oiseaux d'eau spécialisés, inféodés aux zones arides comme le tadorne casarca Tadoma ferruginea. Parmi les fourmis il faut citer Cataglyphis halophila ; parmi les crustacés Artemia.

La faune du Parc de Dghoumes, non loin du Chott, comprend les mammifères suivants : mouflon à manchettes, lièvre, chat sauvage, chacal, renard des sables et porc-épic. Parmi les oiseaux on peut citer les espèces steppiques suivantes, typiques du Biome Sindo-Saharien : le ganga tacheté Pterocles senegallus ; le sirli du désert Alaemon alaudipes ; I'ammomane du désert Ammomanes deserti ; le dromoïque du Sahara Scotocerca inquieta, ainsi que différentes espèces de traquet Oenanthe sp. On note parmi les reptiles la présence de la vipère à queue noire de la vipère des pyramides, du varan du désert et du fouette-queue.

La présence du flamant rose en périodes de nidification et d'hivernage, les effectifs totaux d'oiseaux d'eau, ainsi que de neuf sur seize espèces du Biome Méditerranée - Afrique du Nord et de quatre sur treize espèces du Biome Sindo-Saharien, a valu au site d'être classé par BirdLife International comme Zone lmportante pour la Conservation des Oiseaux (ZICOJBA), site TN 035 (Fishpool & Evans 2001).

Valeurs sociales et cultuelles:

Des sites préhistoriques existent dans la région de Kebili. A l'entrée de presque chaque gorge au nord du Chott, on trouve des escargotières d'âge capsien (8.000 ans) ou néolithique (5.000 ans). Les noms des villes témoignent souvent de leurs origines romaines : Tozeur (Thusuros) ; Nefta (Nepte). Le long des montagnes au nord du Chott on trouve des traces du Limes, muraille en pierre conçue par les romains comme ligne défensive fortifiée contre les tribus berbères du sud.

Actuellement, les oasis des régions du Jerid et du Nefzaoua ont une culture et une ambiance propres, basées d'une part sur la production « à trois niveaux » dans les oasis (dattes, arbres fruitiers à l'ombre des palmiers, et cultures maraîchères au sol) et d'autre part sur les activités en bordure du désert (élevage du chameau).

Dans le Chott lui-même on pratique près de la route transversale la production de sel. Il y a eu par le passé de nombreuses recherches de pétrole, jusqu'à présent sans succès. Le pourtour du Chott, notamment en bordure nord, est exploité pour le pâturage du bétail. Une mise en défens intégrale est pratiquée au Parc de Dghoumes.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

-          Chott El Jerid représente un lac de grande étendue en période humide, d'une beauté naturelle exceptionnelle unique en son genre.

-          Ce site est un témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphologiques ou physiographiques ayant une grande signification; Les régions environnantes du Chott el Jerid renferment des sites préhistoriques dans la région de Kebili (escargotières d'âge capsien (8.000 ans) ou néolithique (5.000 ans). Le Chott a connu, il y a 100.000 ou 200.000 ans avant l'ère présente, des périodes plus humides, au cours desquelles il s'est transformé en lac permanent, grâce surtout aux sources. Par endroits le fond du lac a été recouvert par une tranche d'eau de 25 m de profondeur (Ben Ouezdou, 1998). Des traces de vie aquatique ont été découvertes sur les bordures actuelles des chotts, sous la forme de coquilles à l'état fossile, dominées par les Cadmium.

-         L'analyse écologique montre une richesse spectaculaire ainsi qu'un développement des processus écologiques et biologiques dans l'évolution des écosystèmes.

-          La présence des populations du Biome Méditerranée, du Biome Sindo-Saharien (les effectifs totaux d'oiseaux d'eau, ainsi que de neuf sur seize espèces du Biome Méditerranée - Afrique du Nord et de quatre sur treize espèces du Biome Sindo-Saharien, a valu au site d'être classé par BirdLife International comme Zone Importante pour la Conservation des Oiseau) en plus des effectifs importants de flamants, dépassant de loin le seuil d' 1%, s'observer les hivers humides (parfois plus de 20.000 individus ) ainsi que des mammifères et des reptiles qui sont des espèces très menacées à l'échelle international.