jump to the content

L’ensemble historique et archéologique de Bolgar

Bolgar Historical and Archaeological Complex

This property lies on the shores of the Volga River, south of its confluence with the River Kama, and south of the capital of Tatarstan, Kazan. It contains evidence of the medieval city of Bolgar, an early settlement of the civilization of Volga-Bolgars, which existed between the 7th and 15th centuries AD, and was the first capital of the Golden Horde in the 13th century. Bolgar represents the historical cultural exchanges and transformations of Eurasia over several centuries that played a pivotal role in the formation of civilizations, customs and cultural traditions. The property provides remarkable evidence of historic continuity and cultural diversity. It is a symbolic reminder of the acceptance of Islam by the Volga-Bolgars in AD 22 and remains a sacred pilgrimage destination to the Tatar Muslims.

L’ensemble historique et archéologique de Bolgar

Situé sur les rives de la Volga, au sud de sa confluence avec la rivière Kama et de la capitale du Tatarstan, Kazan, Bolgar est un établissement de la civilisation nomade des Bulgares de la Volga – qui exista du VIIe au XVe siècle –, et il fut la première capitale de la Horde d’or au XIIIe siècle. Les vestiges de la cité médiévale de Bolgar illustrent l’histoire des échanges culturels et les transformations de l’Eurasie qui a joué un rôle pivot pendant plusieurs siècles dans la formation des civilisations, des coutumes et des traditions culturelles. Le site contient des témoignages remarquables de la continuité historique et de l’influence mutuelle des traditions culturelles. Souvenir symbolique de l’acceptation de l’islam par les Bulgares de la Volga en 922, il reste un lieu de pèlerinage  pour les Tatars musulmans.

  • Anglais
  • Français
L’ensemble historique et architectural de Bolgar © Makhmutov R.Z.
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site historique et archéologique de Bolgar se situe sur les rives de la Volga, au sud de son point de confluence avec la Kama. Il abrite des vestiges de la ville médiévale de Bolgar, ancien établissement de la civilisation des Bulgares de la Volga, qui exista du VIIe au XVe siècle. Bolgar fut aussi la première capitale de la Horde d’or au XIIIe siècle et resta un important centre de commerce à l’époque du khanat de Kazan. Le site conserve son contexte spatial avec ses douves et ses murailles historiques, ainsi que ses structures religieuses et civiles, dont une ancienne mosquée, un minaret et plusieurs mausolées, des bains publics, des vestiges du palais et du sanctuaire du Khan. 

Bolgar représente les échanges culturels et les transformations historiques de l’Eurasie au cours de plusieurs siècles, qui jouèrent un rôle capital dans la formation des civilisations, des coutumes et traditions culturelles. L’ensemble historique archéologique de Bolgar fournit un témoignage remarquable de la continuité historique et de la diversité culturelle, des influences mutuelles des traditions culturelles, en particulier au temps des Bulgares de la Volga, de la Horde d’or, du khanat de Kazan et de l’État russe. Bolgar a toujours été également situé aux carrefours de communications commerciales, économiques, culturelles et politiques et illustre l’interaction entre des cultures nomades et urbaines. L’ensemble historique et archéologique de Bolgar est un rappel symbolique de l’acceptation de l’islam par les Bulgares de la Volga en 922 et reste, pour les musulmans tatars, un lieu saint et une destination de pèlerinage. 

Critère (ii) : L’ensemble historique et archéologique de Bolgar illustre l’échange et la réintégration de plusieurs traditions culturelles et souverains successifs et les reflète dans des influences exercées sur l’architecture, la planification des villes et la création de paysage. Le bien montre les échanges culturels entre des traditions de populations de langue turcique et d’origines finno-ougriennes, slaves et autres. Des traces des échanges en matière de styles architecturaux sont présentes dans des constructions en bois qui ont vu le jour dans la région riche en forêts, dans la composante steppe des populations de langue turcique, dans les influences orientales liées à l’adoption de l’islam et la stylistique russo-européenne qui domina après le rattachement à l’État russe. 

Critère (vi) :Bolgar demeure un point de référence régional pour les musulmans tatars et, vraisemblablement, pour d’autres groupes musulmans de la région plus vaste de l’Eurasie. Elle porte des valeurs religieuses et spirituelles associées qui sont principalement illustrées pendant la saison du pèlerinage annuel. Bolgar fournit le témoignage d’une ancienne enclave musulmane, la plus septentrionale, établie en relation avec l’adoption officielle de l’islam par les Bulgares de la Volga en tant que religion d’État en 922 de notre ère, qui eut un impact durable sur l’évolution culturelle et architecturale de la région géographique plus large. 

Intégrité

L’ensemble historique et archéologique de Bolgar englobe la zone complète des strates d’occupation historique par diverses civilisations successives sur le plateau supérieur du site et les remparts extérieurs de la ville. Il comprend également d’anciennes parties d’un établissement des Bulgares de la Volga situé sur le niveau septentrional le plus bas du site ou sur l’île de la Volga la plus proche. Les éventuelles capacités de vastes secteurs contenant des ressources archéologiques restent inconnues de sorte que le site recèle un fort potentiel pour la recherche archéologique. 

L’intégrité du bien a subi les effets néfastes du développement au cours des trois derniers siècles et l’État partie s’est engagé à améliorer la situation en supprimant du centre du bien un village de tentes installé pour des pèlerins durant la saison du pèlerinage annuel. Bien qu’il semble que la construction de nouvelles infrastructures sur le site soit parvenue au stade de la finalisation, une planification plus respectueuse est requise dans le cas de toute future intervention ou interprétation à l’intention des visiteurs et des études d’impact sur le patrimoine préalables sont absolument nécessaires avant que toute intervention puisse être approuvée par le Centre du patrimoine mondial en consultation avec les organisations consultatives. 

Authenticité

Le nombre d’interventions architecturales et autres sur le site a été important et a affecté l’authenticité de tout l’ensemble et, à une reprise, a réduit la preuve archéologique fournissant un témoignage de la civilisation des Bulgares de la Volga. Ces interventions comprennent également des activités de conservation passées sur le bien, parmi lesquelles des travaux de reconstruction totale ou partielle. En d’autres endroits, des mesures de restauration réalisées ont été de grande ampleur, parfois sans justification claire, et ont réduit l’authenticité des matériaux, de la substance, de la facture et du cadre. 

Par ailleurs, les remparts et les douves du bien demeurent entièrement authentiques, de même que les zones archéologiques de grande envergure, devant encore être fouillées et étudiées. De plus, la fonction de référence religieuse de Bolgar pour les musulmans tatars conserve un niveau élevé d’authenticité, en particulier en ce qui concerne le lieu, l’esprit et l’impression qui n’ont pas été affectés par les récents ajouts de structures religieuses, construits pour soutenir les valeurs religieuses. Des musulmans tatars continuent de vénérer Bolgar comme étant le lieu d’origine de l’islam dans cette région et d’organiser des pèlerinages chaque année dans l’ensemble historique et archéologique. 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Plusieurs monuments et vestiges archéologiques au sein du bien, dont la « mosquée-cathédrale », la Chambre Noire, les mausolées du Nord et de l’Est, le sanctuaire du Khan, le petit minaret et l’église de la Dormition, sont classés patrimoine culturel d’importance nationale en vertu de la loi fédérale sur les biens du patrimoine culturel (monuments historiques et culturels) des peuples de la Fédération de Russie (2002). De plus, toute la Réserve culturelle historique et architecturale d’État de Bolgar a été placée sur la liste des biens d’importance historique en vertu du décret du président de la Fédération de Russie sur la confirmation de la liste du patrimoine historique et culturel fédéral (toute la Russie) (1995). En 2013, l’État partie a ajusté le plan général et le programme de planification territoriale de Bolgar, qui dispose maintenant que toute modification importante dans la zone tampon doit obtenir une autorisation auprès des organes exécutifs fédéraux, régionaux et municipaux. Il semble également être compris que ne seront autorisés des aménagements que dans des circonstances exceptionnelles après approbation du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, en consultation avec les organisations consultatives. 

L’ensemble historique et archéologique de Bolgar possède sa propre autorité de gestion (administration du site) avec actuellement 85 employés, dont plusieurs spécialistes universitaires du patrimoine dans leurs domaines respectifs. L’administration est divisée en quatre grandes sections dédiées aux expositions et à la présentation, aux collections du musée, à la recherche et à la sensibilisation du public et enfin à l’entretien et à la sécurité. L’administration du site rend compte, par l’entremise du bureau de conservation, d’utilisation, de promotion et de protection publique du patrimoine culturel, au ministère de la Culture de la république du Tatarstan. Ce financement généreux devrait principalement être utilisé pour la recherche non intrusive et la conservation et consolidation appropriées et non pas pour créer des constructions susceptibles de ne pas respecter les conditions d’intégrité et d’authenticité du bien. 

Au moment de la soumission de la proposition d’inscription révisée du bien, des orientations principales pour un plan de gestion ont été établies et un certain nombre de domaines clés ont été identifiés, parmi lesquels la coordination et l’administration du bien, la poursuite des études, de la conservation et de la gestion des sites et du matériel archéologiques. Ces orientations ont indiqué que la recherche future serait centrée sur les questions importantes de l’évolution du site et des spécificités de sa formation et serait basée sur des méthodes non destructives, dont des technologies et des méthodes utilisées dans les sciences naturelles, la cartographie aérienne et le traitement des données spatiales fournies par satellite. Le plan de gestion exige d’être finalisé et tenu à jour pour garantir au bien les meilleures pratiques de gestion possibles.