English Français

Parc national de la forteresse de Brimstone Hill

Brimstone Hill Fortress National Park

Brimstone Hill Fortress National Park is an outstanding, well-preserved example of 17th- and 18th-century military architecture in a Caribbean context. Designed by the British and built by African slave labour, the fortress is testimony to European colonial expansion, the African slave trade and the emergence of new societies in the Caribbean.

Parc national de la forteresse de Brimstone Hill

La forteresse de Brimstone Hill est un exemple remarquable et bien préservé de l'architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles en milieu caraïbe. Conçue par les Britanniques et construite par des esclaves africains, elle témoigne de l'expansion coloniale européenne, de la traite des esclaves africains et de l'émergence de nouvelles sociétés dans les Caraïbes.

منتزه قلعة بريمستون هيل الوطني

تشكل هذه القلعة نموذجاً مثالياً ومحفوظاً عن الهندسة العسكرية في منطقة الكاريبي في القرنين السابع عشر والثامن عشر، وإذ صممها البريطانيون وتولى العبيد الأفارقة تشييدها، فهي تشهد بالتالي على التوسع الاستعماري الاوروبي وعلى تجارة العبيد الأفارقة وبروز مجتمعات جديدة في الكاريبي.

source: UNESCO/ERI

硫磺石山要塞国家公园

硫磺石山国家公园是17世纪和18世纪出现于加勒比海的军事建筑得到完好保存的典型范例。这座公园由英国设计师设计、大批的非洲奴隶建造,要塞证实了欧洲殖民地的扩张、非洲的奴隶交易以及加勒比海地区新型社会制度的出现。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Крепость Бримстон-Хилл

Национальный парк Крепость Бримстон-Хилл – это выдающийся и хорошо сохранившийся образец военной архитектуры Карибского региона XVII-XVIII вв. Спланированная англичанами и построенная руками африканских рабов, крепость является свидетельством европейской колонизации, африканской работорговли и формирования нового общества на Карибах.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de la Fortaleza de Brimstone Hill

Proyectada por los británicos y construida por esclavos africanos, la fortaleza de Brimstone Hill se halla en un admirable estado de conservación y constituye un ejemplo notable de la aplicación de los principios de la arquitectura militar de los siglos XVII y XVIII al contexto caribeño. Además, esta fortaleza constituye un testimonio de la expansión colonial europea, la trata de esclavos y el surgimiento de nuevas sociedades en la región del Caribe.

source: UNESCO/ERI

ブリムストーン・ヒル要塞国立公園
中央アメリカ,イギリス連邦の一国。カリブ海の小アンティル諸島中部のリーワード諸島。1493、年コロンブスが到達。1783年、イギリス領となり、イギリスの要塞が建設された。ブリムストーン・ヒルは、17~18世紀のカリブ海政策の観点からすると、軍事的建設として典型的な要塞といえる。これは自然の利を生かした防御作戦の展開及び避難地としてきわめて有効な建設物であった。セントクリストファー・ネイビスは1983年にイギリス連邦内で独立した。

source: NFUAJ

Nationaal park Brimstone Hill vesting

Het Nationaal park Brimstone Hill vesting is een goed bewaard gebleven voorbeeld van de 17e en 18e-eeuwse militaire architectuur in een Caribische sfeer. De vesting werd ontworpen door de Britten en gebouwd via Afrikaanse slavenarbeid. Het getuigt van Europese koloniale expansie, Afrikaanse slavenhandel en de opkomst van nieuwe samenlevingen in het Caribisch gebied. De Brimstone Hill vesting heeft een historische, culturele en architectonische betekenis. Zo getuigt het monument van de vindingrijkheid van de Britse militaire ingenieurs die het ontwierpen en van de vaardigheid, kracht en het uithoudingsvermogen van de Afrikaanse slaven die het gebouwd en onderhouden hebben.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national de la forteresse de Brimstone Hill
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le parc national de la forteresse de Brimstone Hill est un exemple remarquable du génie militaire européen des XVIIe et XVIIIe siècles en milieu caraïbe. Située sur l’île de Saint-Christophe (Saint-Kitts) la plus grande île du pays, la forteresse a été érigée par une main-d’œuvre d’esclaves africains selon les normes rigoureuses des militaires britanniques afin de protéger la côte contre une attaque de la mer et servir de refuge aux citoyens de l’île. Les ingénieurs qui ont conçu la forteresse ont utilisé la topographie naturelle de cette colline volcanique abrupte de 230 mètres de haut, dotée de deux pics.

Saint-Christophe (Saint-Kitts), première île des Antilles à avoir été colonisée par les Européens, en particulier les Français et les Anglais, fut le théâtre de nombreuses batailles dans la lutte pour la domination de cette région. Le premier usage de Brimstone Hill par les Européens à des fins militaires remonte à 1690 où les Britanniques installèrent un canon pour éloigner les Français. La forteresse évolua au cours du siècle suivant et servit jusqu’en 1853 lorsque les militaires britanniques l’abandonnèrent et démantelèrent bon nombre de bâtiments.

Les principales structures de la forteresse qui se trouvent à plusieurs niveaux, sur le tiers supérieur de la colline, sont construites en pierre taillée (basalte) formant le parement d’une maçonnerie en blocaille. La craie locale servait d’élément décoratif pour les angles et le revêtement des encadrements de porte et des embrasures. Les carrières au milieu et au bas de la colline fournissaient la plus grande partie de la pierre. Le Fort George, au cœur de la forteresse, qu’on appelle aussi la Citadelle, domine l’un des deux pics. Achevé vers la fin des années 1700, c’est le plus ancien exemple subsistant du type de fortification connu sous le nom de « système polygonal ». L’ensemble du site couvre environ 15 hectares et est entouré d’une zone tampon de 1,6 km (1 mile).

Critère (iii): Brimstone Hill est une forteresse britannique exceptionnelle, construite par des esclaves selon des normes précises, à l’apogée de l’expansion coloniale européenne aux Caraïbes.

Critère (iv): De par sa disposition et sa construction stratégiques, la forteresse de Brimstone Hill est un exemple exceptionnel et bien conservé de l’architecture militaire britannique des XVIIe et XVIIIe siècles.

Intégrité 

Le périmètre du bien est délimité au pied de la colline et inclut en tant que tel toutes les parties de la forteresse. Bien que certains bâtiments aient été démolis quand les Britanniques abandonnèrent le site en 1853, la plupart des structures importantes datant de la fin du XVIIIe siècle sont intactes et visibles. Beaucoup d’autres sont en ruines et stabilisées. Les diverses structures et infrastructures, y compris les bastions, baraquements, citernes, murs de soutènement, routes et chemins aux différents niveaux, font partie d’un ensemble intégré qui illustre les époques de conception et de construction de la forteresse et parlent aux forces historiques qui menèrent à son érection. Aucune menace à son intégrité n’a été signalée.

Authenticité

En tant qu’ensemble historique militaire défensif, la forteresse possède un haut degré d’authenticité. Sa position stratégique sur une colline pour protéger le littoral est toujours évidente. Les projets de stabilisation, de restauration et de reconstruction réalisés depuis 1965 ont impliqué l’utilisation discrète de matériaux modernes, habituellement combinés avec des matériaux traditionnels. Le ciment Portland a servi à la préparation des mortiers, mélangé toutefois à de la chaux dans les proportions recommandées. De la pierre neuve utilisée pour des reconstructions a été travaillée selon des techniques traditionnelles. Là où les travaux de reconstruction nécessitaient du bois et où il n’était pas possible d’obtenir les bois d’origine, l’attention a été portée à l’application de dimensions et techniques de travail authentiques.

Au cours de ces dernières années, des concessions ont été faites aux technologies contemporaines afin d’améliorer la solidité et la pérennité de l’ouvrage et le besoin impérieux de maintenir son intégrité structurelle. Toutefois, les interventions ne sont pas apparentes et une grande attention a été accordée à l’authenticité de la forme et de la conception.

Des plans de la forteresse de Brimstone Hill des XVIIIe et XIXe siècles, des dessins architecturaux des divers bâtiments, ainsi que cinq peintures détaillées (des années 1790) viennent corroborer l’authenticité de la restauration. Des fouilles archéologiques (1996-99) documentent le rôle des esclaves africains dans la construction et l’entretien de la forteresse.

Quelques bâtiments d’origine ont été reconstruits à des fins touristiques, comme le centre d’accueil des visiteurs qui se trouve dans le bâtiment de l’Intendance reconstruit (ouvert en 1992). D’autres installations, comme la salle de réception et de conférence du bastion du Prince de Galles (1997), ont été ajoutées au site.

Conditions requises en matière de protection et de gestion

La loi sur la Conservation nationale et la protection de l’Environnement (1987) de Saint-Kitts-et-Nevis fait de Brimstone Hill un ‘parc national’ (donc protégé) et en confère la responsabilité administrative à la Société du Parc national de Brimstone Hill -Brimstone Hill Fortress National Park Society (BHFNPS). La BHFNPS est une instance non gouvernementale à but non lucratif, dotée d’un Conseil de gestion composé de représentants élus parmi ses membres et de deux autres désignés par le Gouvernement.

Le directeur général du site, désigné par le Conseil de la BHFNPS, est secondé par un directeur des opérations, un directeur du parc et seize autres membres du personnel. Une entreprise de sécurité locale propose deux personnes chaque jour. Des experts en conservation et développement de musée sont engagés selon les besoins. La BHFNPS entretient d’excellentes relations avec le Ministère et l’Office du Tourisme, l’Association hôtelière et touristique, les tour-opérateurs locaux et le St. Christopher National Trust. Elle s’engage aussi avec l’Autorité de planification nationale, le Département des travaux publics et la Police.

La protection du site est assurée, en outre, par la loi nationale sur l’aménagement du territoire (2000) qui définit également une zone tampon de 1,6 km autour de la colline. Le contrôle du site est un processus permanent. L’équipe de gestion, composée des trois responsables et d’un superviseur administratif, se réunit tous les trois mois.

Un programme de stabilisation et de restauration échelonné a été mis en place. En remplissant la fonction de donner accès au site et d’informer le public de sa valeur, plusieurs structures et espaces ont été aménagés pour faciliter l’interprétation et offrir les commodités aux visiteurs. D’autres servent à présenter ou illustrer leurs fonctions initiales. La restauration progressive des divers édifices et le développement se sont appuyés sur des études et des plans, notamment une étude de faisabilité de 1983 soutenue par l’US National Park Service et deux études de 1989 sur la restauration du site et son potentiel de développement touristique.

Un plan de développement global est augmenté de temps en temps de projets spécifiques tels qu’ils sont présentés par le directeur général et approuvés par le Conseil, ainsi que par les recommandations d’experts sous contrat. Des directives ont été mises en place dans le cadre de la prévention et de l’atténuation des catastrophes. Un plan de gestion des catastrophes plus poussé est à l’étude.

Il y a deux menaces principales : l’une sociale, l’autre physique. Au cours de ces dernières années, le crime est devenu un grave problème de société et Brimstone Hill, comme d’autres biens, est vulnérable aux attaques. Les agressions ou les blessures infligées aux visiteurs pourraient avoir une incidence désastreuse sur la viabilité de la BHFNPS qui est fortement tributaire de la fréquentation du lieu. Un plan stratégique est en cours de discussion avec les forces de sécurité locales.

Potentiellement, les impacts les plus dommageables, non seulement en termes de viabilité financière, mais encore sur le parc national lui-même, peuvent provenir de chutes de pierre et de glissements de terrain. Les versants de la colline sont souvent abrupts et rocailleux, comme cette portion qui part du bout de la citadelle en surplomb de la route d’entrée/sortie du parc. De fortes pluies persistantes et un violent tremblement de terre pourraient occasionner des chutes de pierres ou de terre. Heureusement, cette zone est bien abritée et la végétation dense offre une certaine protection. La stratégie à long terme consisterait à déplacer la route un peu plus loin, ce qui affecterait en soi l’intégrité du site. Entre-temps, la zone est contrôlée périodiquement, surtout après d’abondantes précipitations où il arrive que le parc soit fermé au public.
Actualités rss (1)