English Français
Aidez maintenant !

Parc national Desembarco del Granma

Desembarco del Granma National Park

Desembarco del Granma National Park, with its uplifted marine terraces and associated ongoing development of karst topography and features, represents a globally significant example of geomorphologic and physiographic features and ongoing geological processes. The area, which is situated in and around Cabo Cruz in south-east Cuba, includes spectacular terraces and cliffs, as well as some of the most pristine and impressive coastal cliffs bordering the western Atlantic.

Parc national Desembarco del Granma

Les terrasses marines relevées de ce site et l'évolution de la topographie et des caractéristiques karstiques sur les terrasses constituent un exemple mondial de caractéristiques géomorphologiques et physiographiques et de processus géologiques en cours. Situé dans le sud-est de Cuba, le parc national Desembarco del Granma inclut les terrasses et les falaises spectaculaires du cap Cruz, ainsi que certaines des falaises côtières les plus impressionnantes et les plus intactes bordant les côtes américaines de l'Atlantique.

منتزه ديزيمباركو ديل غرانما الوطني

نجد في مصطبات هذا الموقع البحريّة المرتفعة والتطوّر الطوبوغرافي وخصائص المصطبات الصلصاليّة مثلاًٌ عالمياًٌ عن الخصائص الجغرافيّة التشكليّة والفيزيائيّة التخطيطيّة والعمليّة الجيولوجيّة المستمرّة. يقع منتزه ديزيمباركو ديل غرانما جنوب شرق كوبا وهو يضمّ مصطبات رأس كروز ومنحدراته الصخريّة الساحرة كما بعض المنحدرات الساحليّة الأعظم والاكثر اكتمالاً التي تحدّ سواحل الأطلسي الأمريكيّة.

source: UNESCO/ERI

格朗玛的德桑巴尔科国家公园

格朗玛的德桑巴尔科国家公园内有上升的海底、至今仍在发展的喀斯特地形、地貌,展现了具有全球意义的地貌和地形特点以及正在进行的地质作用。这一地区位于古巴东南部的克鲁斯周围,既有壮观的梯田和悬崖,又有一些西大西洋海岸最原始、最壮观的悬崖。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Десембарко-дель-Гранма

Территория национального парка, с обрывистыми морскими террасами и карстовыми формами рельефа, представляет собой уникальный в глобальном масштабе геолого-геоморфологический район. Местность расположена в районе Кабо-Крус на юго-западе Кубы, и, благодаря грандиозным террасам и обрывам, признана одним из самых диких и живописных приморских уголков во всей Западной Атлантике.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional del Desembarco del Granma

Las elevadas terrazas marinas de este sitio son un ejemplo de valor universal de las particularidades morfológicas y fisiográficas de los terrenos cársticos, así como de los procesos geológicos en curso de evolución. Situado al sudeste de Cuba, el Parque Nacional Desembarco del Granma comprende las terrazas y los farallones espectaculares del Cabo Cruz, así como algunos de los acantilados costeros más impresionantes e intactos del Atlántico Occidental.

source: UNESCO/ERI

グランマ号上陸記念国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Desembarco del Granma

Het Nationaal park Desembarco del Granma ligt in en rond Cabo Cruz in het zuidoosten van Cuba. Het park herbergt het meest unieke kustlandschap van het eiland, met indrukwekkende kliffen en het grootste en best bewaarde systeem van zeeterrassen (zowel boven als onder de zeespiegel) op kalkhoudende rots. Het park bevat verder het koraalrif van Cabo Cruz, zeegrasvelden en mangrovebossen. Er komen 512 soorten planten voor, waarvan ongeveer 60% inheems zijn. Daarnaast leven er 13 soorten zoogdieren, 110 vogelsoorten, 44 soorten reptielen en 7 amfibiesoorten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national Desembarco del Granma © Effervescing Elephant
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Parc national Desembarco del Granma (PNDG) est situé à la pointe sud-ouest de la côte cubaine et plus précisément sur le territoire des municipalités de Niquero et de Pilon dans la province de Granma. Le bien s’étend sur une zone tectonique active entre les plaques caribéenne et d’Amérique du nord, il comprend les terrasses calcaires de Cabo Cruz à l’extrémité occidentale des montagnes de la Sierra Maestra. Ces terrasses s’élèvent à des altitudes entre 180 mètres sous le niveau de la mer et 360 mètres au dessus de ce même niveau. La surface totale de cette zone est de 32.576 hectares, dont 26.180 sur terre et 6.396 dans la mer. En outre, le bien bénéficie d’une zone tampon terrestre de 9.287 hectares.

Les terrasses marines calcaires ont été formées par un soulèvement tectonique et par les fluctuations du niveau de la mer induites par de précédents changements climatiques.  Le nombre et la hauteur de ces terrasses sont aussi remarquables que leur bon état de conservation. Ces paysages terrestre et maritime peu modifiés présentent un vaste spectre de phénomènes karstiques, tels que des dolines géantes, des falaises, des canyons et des grottes.

Critère (vii) : Les terrasses de Cabo Cruz forment un paysage côtier singulier à Cuba et sont le plus grand et le mieux conservé système de terrasses calcaires côtières au monde. Il s’agit également du système le mieux conservé. Les imposantes falaises côtières calcaires, conservées dans un état très semblable à celui de leurs origines, le long de l’Atlantique occidental, sont à la fois un phénomène naturel remarquable et un paysage d’une beauté extraordinaire. Les falaises et la végétation variée, principalement indigène, composent un extraordinaire ensemble visuel de formes, de contours, de couleurs et de textures dans un spectaculaire cadre côtier. 

Critère (viii) : Les terrasses marines relevées du PNDG et la formation associée, et toujours en cours, d'un relief karstique représentent un exemple important au plan mondial de phénomènes géomorphologiques et physiographiques ainsi que de processus géologiques en évolution. Le PNDG présente un relief rare formé par la combinaison de mouvements tectoniques dans la zone de contact, toujours active, entre deux plaques tectoniques et des évolutions du niveau de la mer induits par les changements climatiques. Les reliefs karstiques incluent des falaises, des systèmes de grottes, des canyons et de grandes cavités, connues sous le nom de dolines, de différentes formes et tailles.

Intégrité

Les limites du PNDG englobent tout le système de terrasses calcaires intactes, tant sur la terre que dans la mer. Ainsi le bien dispose d’un éventail complet de phénomènes et de caractéristiques géologiques associés. Le bien est également un lieu de conservation pour des espèces végétales et animales de grande valeur, certaines d’entre elles n’étant présentes sur notre planète que sur le territoire du bien. La partie maritime et côtière du bien inclut le récif corallien de Cabo Cruz ainsi que des prairies d’herbier marin et des mangroves. Le cadre législatif permet aux parcs nationaux de Cuba de disposer d’un important statut et d’un haut niveau de protection.

Malgré l’aspect d’ensemble très sauvage du bien, des impacts localisés d’anciennes activités d’exploitation forestière dans les forêts d’arbres à feuilles semi-caduques sont à déplorer au nord des plus hautes terrasses. Ces forêts ont été exploitées entre 1940 et 1980. Ces zones se sont reconstituées naturellement depuis lors. Il en va de même pour une ancienne route forestière et pour des carrières utilisées avant l’inscription du bien ainsi que pour de petites parcelles agricoles qui sont en cours d’auto-reconstitution.

Bien qu’il soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial avant tout pour la beauté de ses paysages et pour sa richesse géologique, le PNDG est également riche de valeurs liées à la biodiversité. Plus de 500 espèces de plantes ont été enregistrées dans ce qui reste, à ce jour, un inventaire incomplet. Environ 60% des plantes connues sont endémiques. Douze espèces n’existent que sur le territoire du PNDG, faisant ainsi du bien l’un des centres de l’endémisme floral à Cuba. La documentation sur la faune terrestre relève 13 mammifères, 110 oiseaux, 44 reptiles et 7 amphibiens. Le degré d’endémisme des reptiles et des amphibiens est remarquable puisqu’il atteint 90%. Les zones maritimes accueillent des formations de corail ; par ailleurs des franges de mangrove s’étendent le long des côtes.

Sur le territoire du PNDG, il y a de remarquables sites archéologiques, dont des grottes et des espaces de forme carrée qui furent des lieux de cérémonie des habitants indigènes du lieu. Sur de nombreux sites, on peut voir des pétroglyphes, des pictogrammes et des artefacts abandonnés par les potiers tainas. Des sites de production de poteries de l’ère précéramique, et même de l’ère préagricole, sont répartis sur tout le territoire du bien.  Plus récemment, en 1956, le bateau Granma a débarqué en ce lieu, après une traversée en provenance du Mexique, cet événement est à l’origine d’un enchainement d’événements qui ont changé l’histoire du pays. Le bateau a donné son nom à la province, au bien et au parc national.

L’existence même du parc national, spécifiquement conçu pour exclure toute intervention humaine sur les terrasses et le paysage, est la base de l’entretien des valeurs géologiques et esthétiques du PNDG. Cependant, les valeurs liées à la biodiversité requièrent une attention « active » au vu des changements climatiques anticipés, des introductions déjà présentes et à venir d’espèces invasives allogènes et d’animaux sauvages, et, au vu d’une possible pression exercée par l’ouverture du parc aux visiteurs. En ce qui concerne la zone maritime du bien, relativement petite, il semble évident que l’intégrité des récifs et des prairies d’herbier marin, et de leurs espèces associées, dépendra également de la gestion de la pêche et des déchets à l’extérieur du bien.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le PNDG est une unité du Système des zones naturelles protégées de la République de Cuba. Bénéficiant d’une politique de conservation très précoce, remontant au moins aux années soixante dix, le PNDG s’est vu accordé le statut de parc national en 1986 par une Résolution ministérielle. Il est ainsi devenu le premier parc national dans l’histoire de la conservation cubaine. Il s’étendait à l’origine sur une surface plus restreinte. Il a ensuite été étendu afin d’inclure ce qui est aujourd’hui le bien du patrimoine mondial. Aussi longtemps que l’actuel statut de conservation sera en place, les plus importantes menaces susceptibles de peser sur le bien, y compris ses habitants et son personnel, seront les catastrophes naturelles telles que les ouragans et les inondations.

Tout le bien appartient au gouvernement, représenté par le Ministère des sciences, de la technologie et de l’environnement (CITMA). Le PNDG est géré par l’Entité nationale de protection de la flore et de la faune (ENPFF) qui agit sous la protection du CITMA et est administré par le Ministère de l’Agriculture (MINAGRI). Outre la législation applicable sur les zones protégées, la Loi sur l’environnement, le Décret-loi sur le patrimoine forestier et la faune sauvage et des dispositions légales spécifiques liées aux évaluations d’impact environnemental forment un indispensable cadre législatif.

Depuis sa création, la gestion du parc national est basée sur des plans quinquennaux qui sont mis en œuvre dans le cadre de plans opérationnels annuels. Ces derniers définissent des programmes et des projets opérationnels. Les principaux objectifs sont la conservation et l’entretien de l’intégrité du PNDG, la coopération avec les communautés présentes sur le territoire du bien et aux alentours, et la promotion de formes responsables de tourisme qui autorisent la visite du parc et des activités récréatives et éducatives en ne compromettant pas les valeurs liées à la conservation.

Afin de faire appliquer la législation en place et d’atteindre les objectifs fixés en matière de conservation, le PNDG a formé du personnel technique et administratif et des gardes. Le bureau de la direction est situé à Belic et quatre unités secondaires sont réparties sur le territoire du parc, en outre, un bateau est destiné à la patrouille maritime. Les besoins de financement sont pourvus régulièrement afin pérenniser les postes et de couvrir les coûts opérationnels.

La gestion du parc met l’accent sur la conservation, l’accès public et la restauration de l’écosystème dans les zones forestières qui ont souffert de l’exploitation forestière et agricole antérieure. L’utilisation des ressources locales sur le territoire du bien concerne surtout la zone maritime, en particulier, les membres de la communauté des pêcheurs de Cabo Cruz qui exercent dans le périmètre du PNDG. La pêche et l’extraction d’autres ressources marines par des acteurs locaux et extérieurs requièrent un suivi afin de maintenir les niveaux de récolte conformes à la productivité.

Les espèces invasives allogènes constituent une menace spécifique, semblable à celle rencontrée dans les îles. Certaines espèces d’arbres sont déclarées comme représentant un obstacle à la régénération naturelle des zones forestières dégradées. Même si la gestion du bien traite ce problème au moyen d’un programme actif de développement de pépinières et de reforestation, la réduction du phénomène, voire son éradication finale, est souhaitable. En ce qui concerne les espèces invasives animales, y compris certains animaux sauvages, la situation semble gérable grâce aux conditions environnementales extrêmes, au relief accidenté et à l’aspect « sauvage » du bien ; tous ces facteurs réunis découragent la colonisation par des espèces animales invasives. Cependant, les espèces invasives dans leur ensemble requièrent un suivi et, si nécessaire, une réponse en termes de gestion.

Il semble tout à fait certain que le potentiel touristique du PNDG soit supérieur aux nombres de visiteurs actuellement constatés. Cela constitue certes une possibilité de financement futur mais cela implique également des risques réels pour le PNDG, par exemple en termes d’infrastructures, de nuisances et de gestion des déchets.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Desembarco del Granma National Park, with its uplifted marine terraces and associated ongoing development of karst topography and features, represents a globally significant example of geomorphologic and physiographic features and ongoing geological processes. The area, which is situated in and around Cabo Cruz in south-west Cuba, includes spectacular terraces and cliffs, as well as some of the most pristine and impressive coastal cliffs bordering the western Atlantic.

The park contains the most unique coastal landscape that can be found in Cuba with the largest and best-preserved systems of marine terraces (both above and below sea level) on calcareous rock, which exist in the world. These systems are located on the pseudopericlines of Sierra Maestra and comprise a series of elevated limestone marine terraces extending from 360 m above sea level to 180 m below. The area lies within a tectonically active zone between the Caribbean and North American plates. The park contains most key and interrelated natural elements present in the region, including the coral reef of Cabo Cruz, seagrass beds and mangroves and old submarine terraces up to 30 m deep.

The area can be regarded as one of the most important centres of plant diversity and endemism that exist in Cuba, being only surpassed by the mountainous massifs of the east of the country. According to data a total 512 species of plants exist in the site, of which around 60% are endemic. There is also a newly defined vegetation complex on the terraces.

The site contains 13 species of mammal, 110 birds, 44 reptiles and seven amphibians. At least 23% of the mammals, 22.7% of the birds, 90.9% of the reptiles and 85.7% of the amphibians are of local or national endemism. Several species are of conservation concern including Caribbean manatee and blue-headed quail-dove.

No reliable figures concerning invertebrates are available although they have been estimated to be numerous, with particularly large numbers of molluscs and butterflies. Four out of six species of painted snail (Polymita picta, P. brocheri, P. venusta and P. versicolor) - a group of endemic molluscs considered perhaps the most beautifully coloured genus in the world - live in the area, one of which (P. brocheri) can only be found in a section of these terrace systems.

There are well-developed coral formations with associated fauna. These corals are visited by loggerhead, green, olive ridley and hawksbill turtles. There is also a colony of queen conch.

Desembargo del Granma National Park has sufficient size, altitudinal and climatic diversity and ecological elements necessary for the long-term conservation of the park's terrestrial ecosystems and in-shore marine ecosystems and their biological diversity, including endemic and migratory species.

The area has a remarkable archaeological value as it was the original settlement of groups that belonged to the Taina Culture. In the area, the local population has strong genetic and spiritual links with this group. The El Guate archaeological site includes a group of ceremonial caves. There is a well-preserved 20th-century lighthouse. Finally, most of the relevant milestones related to the Cuban Revolution took place in the area of Cabo Cruz.

Source : UNESCO/CLT/WHC